Des neurologues lancent une alerte après la baisse du remboursement du Botox…

Le Botox ou toxine botulique, ne sert pas que pour la chirurgie esthétique, il est vital pour certains patients atteints de raideurs musculaires constantes. L’alerte est lancée..

Ça ne sert pas qu’à « ça »

Le remboursement du Botox vient de chuter de 300 à 175 euros, par mesure d’économie de la sécurité sociale. Des neurologues ont lancé une alerte, car il s’agit d’un traitement « vital » pour certains patients.

NFO EUROPE 1La toxine botulique, que l’on appelle Botox, est surtout connue comme étant un moyen de combler les rides. En revanche, sa capacité à soulager les raideurs musculaires extrêmes, est beaucoup plus méconnue. Les patients qui ont les paupières paralysées après un AVC ou encore des personnes victimes de torticolis permanent, y ont recours.

« Avec les injections, je vis normalement. » « Si je devais me passer d’injections, je serais obligé de rester chez moi, allongé, de tenir ma tête continuellement du matin au soir, manger est très difficile… Avec les injections, je vis normalement », raconte Emmanuel Bassi, qui subit des injections de toxine botulique dans les muscles du cou depuis 30 ans.

Le problème pour lui, est que le médicament qui lui permet de ne pas se sentir handicapé ne sera plus remboursé qu’à 60%. A la retraite, il n’a pas les moyens de payer la différence. Des neurologues hospitaliers ont lancé l’alerte, alors que des dizaines de milliers de patients pourraient se voir privés d’un traitement essentiel pour eux.

« Il n’y a pas d’autre traitement. » Le risque est que les patients souffrent de douleurs horribles. Il n’y a pas d’autre traitement qui existe, c’est vital. Les patients vont devoir payer eux-mêmes, 90 à 500 euros tous les trois mois », explique le docteur Johan Le Guilloux, de l’hôpital privé de Sarcelles, qui fait partie de ceux qui ont lancé l’alerte. Son hôpital va continuer à prendre le traitement en charge pendant quelques semaines, en espérant que la sécurité sociale entende l’appel des neurologues et de leurs patients.

Auteur Virginie Salmen avec G.D pour Europe 1

De nombreuses « anomalies » détectées dans des cosmétiques vendus en France…

Attention aux produits cosmétiques.

Défauts d’étiquetage, allégations ou compositions « non conformes »: la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a identifié de nombreuses « anomalies » dans son enquête 2016 sur les cosmétiques, selon un bilan publié vendredi.

Sur près de 8.000 produits cosmétiques mis sur le marché national et contrôlés l’an dernier, la DGCCRF a détecté des anomalies dans 22% des cas, et 39% des établissements (producteurs ou importateurs) présentaient « au moins une anomalie », selon ce bilan publié sur son site internet. Lire la suite

Vaccin contre l’hépatite B: la Cour de Luxembourg reconnaît le lien avec la sclérose en plaques!…

Arrivera t-on à avoir une enquête indépendante sur les vaccins ? Il serait temps et ce genre de reconnaissance par la cour de justice européenne, ne va pas favoriser la confiance.

Le vaccin contre l’hépatite B peut-il causer la sclérose en plaques et ouvrir droit à une réparation du préjudice? La Cour de Cassation hésitait à le dire… la Cour de Justice de l’Union Européenne vient de lui confirmer qu’elle avait le droit de le reconnaître. Une décision qui va compliquer l’entrée en vigueur de la vaccination obligatoire annoncée par la ministre Buzyn… Lire la suite

Fortes chaleurs: Qu’est-il prévu pour les sans-abri l’été?…

La chaleur est à peine supportable, quand on a un chez-soi. Pour les sans abri, c’est l’enfer. L’état ne gère rien du tout et laisse ces populations dans la détresse. S’il y a des morts dans la rue l’hiver, à la belle saison aussi. Si vous êtes témoins, faites un geste solidaire.

Et non monsieur Aznavour, « la misère n’est pas moins pénible au soleil ». Car la situation des sans-abri n’est pas plus facile en été qu’en hiver. « En réalité, la mortalité des sans-abri est aussi importante en été », souligne Florent Gueguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (Fnars), qui regroupe 870 associations. Lire la suite

Drépanocytose : un médicament burkinabé suscite l’espoir des patients et l’inquiétude des scientifiques…

Nous savons tous, que les principes actifs des plantes sont réels et utilisés par les laboratoires de Big-Pharma, qui n’hésitent pas à breveter le vivant, parce qu’ils ont étudié bla-bla… Étudier est une bonne chose, si elle permet de faire bénéficier les populations des avancées en matière médicale. En aucune façon on ne saurait reconnaître que ce bénéfice, ne profite qu’à une élite ayant les moyens de s’approprier une préparation, en vue d’en faire un  « médicament » hors de prix. Ce qui veut dire que le patrimoine de l’humanité, détenu par les traditions orales est détourné pour le profit. On ne cherche pas le bénéfice de ces remèdes, on veut se les approprier pour qu’ils soient monnayables et surtout rentables.

En l’absence d’étude d’efficacité rigoureuse, le Faca, fabriqué depuis 2010 au Burkina Faso à base de plantes issues de la médecine traditionnelle, est contesté. Lire la suite

Les crèmes solaires « enfants » pas plus efficaces que les autres…

Rappel utile pour la protection des enfants. Payer plus cher pour rien..

Les crèmes solaires affichant la mention « enfants » ou « kids » ne protègent pas mieux ou moins bien du soleil. En outre, elles sont souvent vendues plus cher et leurs formules ne sont pas toujours exemptes d’ingrédients préoccupants.

Fatigué d’avance à l’idée de traîner un gros sac de plage cet été ? Il est possible de l’alléger en emportant moins de crèmes solaires : selon 60 millions de consommateurs, une bonne crème convient à toute la famille et les produits pour enfants ne sont pas meilleurs que ceux destinés aux adultes. Lire la suite

Huile d’olive: nouvelle récolte « catastrophique » en 2016-17….

Mauvaise nouvelle pour les oléiculteurs. Ailleurs ça fonctionne et chez nous, c’est le marasme ? Gare au prix du litre, d’autant que j’ai remarqué qu’elle n’a plus autant de goût et quand on la chauffe, elle ne sent plus l’olive, même en achetant la « fruitée » censée être plus « corsée » en goût. Vous avez une idée d’où ça provient ?

La production d’huile d’olive française, dont 65% est assurée par la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, devrait péniblement atteindre les 3.200 à 3.400 tonnes pour la campagne écoulée 2016-17, selon des chiffres qualifiés de « catastrophiques » dans un rapport de l’interprofession Afidol diffusé lundi.

C’est « la même quantité qu’en 2000, à un détail près, nous avons, depuis vingt ans, planté 7.000 hectares d’oliviers », se désole le président Olivier Nesles, producteur près d’Aix-en-Provence, qui tire la sonnette d’alarme: « Ce sont nos méthodes de production qu’il faut remettre en cause ». Lire la suite

Belgique: Les frites menacées par la Commission européenne? …

Franchement, on se demande où on va alors que dans tous les produits de bouche, il y a des produits chimiques de synthèse pour donner goût, couleur, bel aspect. Les légumes sont bourrés de pesticides, certain comme la tomate, n’ont aucune saveur.

Img/BienPublic

La Commission européenne s’inquiète de la présence d’une substance cancérigène, l’acrylamide, dans les frites. Et préconise une série de mesures… qui inquiètent les autorités belges; le mode de fabrication de la spécialité belge serait totalement remis en cause, selon le journal flamand Het NieuwsBlad. Lire la suite

Rats, punaises, moustiques, frelons… Le nombre de « nuisibles » explose en France…

Le réchauffement climatique, la multiplication des zones vertes en ville et les nouveaux modes d’hébergement expliquent la prolifération des nuisibles.


Ils sont partout, dans les literies, les caves, les armoires, les jardins et même dans les rues. Les « nuisibles », rats, punaises de lit, frelons et moustiques étendent leurs zones d’activité, et le nombre d’interventions pour les combattre a explosé (+ 54 % en deux ans). Lire la suite

Tatouages, faux ongles : gare aux risques sanitaires…..

On voit de plus en plus de personnes avec des tatouages plus ou moins élaborés et colorés, si ça plaît c’est un choix, mais il n’est pas sans risque. Il en est de même pour les ongles. Si vous êtes concernés, informez vous sur les risques et consultez en cas de réactions indésirables.. Partagez…

L’Académie nationale de pharmacie a dévoilé, mercredi, une série de recommandations destinée aux professionnels de santé afin que les usagers soient bien informés.

Inflammations, infections ou allergies… Environ 6 % des personnes tatouées seraient confrontées à des problèmes de santé, selon de récentes études allemandes. En France, jusqu’à 600 000 personnes pourraient être concernées. Lire la suite

1 2 3 268