Est-il inéluctable que Joe Biden mène des guerres actives?

Source Observateur Continental

Pendant les quatre années de son mandat, le président américain, Donald Trump, n’a pas déclenché une seule guerre et, bien au contraire, il a pris des mesures pour réduire les contingents déjà déployés à travers le monde. Joe Biden est désormais à la Maison Blanche et ce changement de pouvoir est préoccupant. Les média ont exprimé des inquiétudes quant à une éventuelle reprise de l’ancien cours de la politique étrangère américaine qui pourrait conduire au début de nouvelles opérations militaires et conflits dans le monde. 

Le calme relatif. Au cours des quatre dernières années, le Pentagone, suivant le cours de l’administration de Donald Trump, a continué de mener un certain nombre d’opérations militaires commencées plus tôt. Les plans militaires en Afghanistan, en Irak et en Syrie ont été, donc, poursuivis. Mais, au même moment, le contingent impliqué dans ces opérations a été progressivement réduit. Les soldats et les armes ont été systématiquement supprimés des points chauds. 

Lire la suite

Avertissement au peuple russe : « Ne répétez pas la terrible tragédie de l’Ukraine »

Par Christelle Néant pour Donbass-Insider

Alors que les soutiens de Navalny appellent à mener des manifestations non autorisées un peu partout en Russie, en essayant de dévoyer des jeunes mineurs (allant même jusqu’à leur donner des astuces pour tromper la police), l’ancien député ukrainien Alexeï Jouravko a lancé un appel au peuple russe, l’enjoignant à ne pas se laisser avoir par les mêmes sirènes qui ont entraîné l’Ukraine dans la terrible tragédie du Maïdan.

************

Chers amis ! Russes ! Mères, pères !

Surtout les Moscovites !

Le 23 janvier, les forces pseudo-démocratiques pro-occidentales veulent organiser un sabbat dans les rues de Moscou, en disant qu’il n’y a pas de « démocratie » en Russie ! Toute puissance en Russie est prétendument criminelle ! Et Poutine serait une sorte de voleur et un tyran !

Lire la suite

« Covid. Pourquoi le Brésil inquiète le monde et panique les autorités ? !! » L’édito de Charles SANNAT

Nouvelle souche ou mutation ? Volti

*******

Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Le pire n’est jamais certain. Le meilleur non plus.

Il convient de voir la réalité telle qu’elle est. Pas pire, mais comme elle est.

Alors pour comprendre la panique qui gagne les autorités mondiales y compris dans notre pays et au plus haut niveau de l’Etat, il faut se pencher du côté du Brésil et en particulier d’une région d’Amazonie dont la capitale locale est Manaus.

76 % des gens infectés et donc l’immunité collective atteinte !

Lire la suite

Les Etats-Unis se préparent à l’inauguration comme pour l’apocalypse

Source Observateur-Continental

Aux Etats-Unis, les préparatifs pour l’inauguration de Joe Biden sont en voie d’achèvement. Le FBI a déjà mis en garde contre d’éventuelles provocations de la part de militants d’extrême droite car ils auraient l’intention d’infiltrer la cérémonie déguisés en militaires de la Garde nationale. Et Donald Trump, quant à lui, a préparé une vidéo d’adieu pour les Américains. 

Officiellement, Donald Trump ne quittera son poste que dans un jour, mais malgré cela, même maintenant, les décrets du 45e président des Etats-Unis semblent n’avoir aucun effet. Avant que le bureau de président sortant n’ait le temps de publier un document levant les restrictions à l’entrée aux Etats de 26 pays, le bureau du président élu, le 46, s’est empressé de bloquer cette décision.

Lire la suite

Le nouveau patron de la CIA changera-t-il la vision américaine de la Russie?

Source Observateur-Continental

L’ancien ambassadeur américain à Moscou, William Burns, deviendra le nouveau directeur de la CIA. C’est ce qu’a annoncé le président élu Joe Biden. William Burns, connu comme un partisan de la détente dans les relations avec la Russie, était considéré encore récemment comme candidat au poste de secrétaire d’Etat. Sachant que c’est un diplomate de carrière qui n’a jamais été directement lié à la CIA. Alors pourquoi Joe Biden a-t-il décidé de l’envoyer à Langley?

Après son investiture, Joe Biden avancera au poste de directeur de la CIA l’ancien ambassadeur à Moscou William Burns. C’est ce qu’a annoncé le site de l’équipe de transition du président élu des Etats-Unis. Il était également prévu de nommer ce diplomate au poste de secrétaire d’Etat, qui a été finalement proposé à Antony Blinken. Rappelons que ce dernier s’est distingué en appelant à contenir la Russie sur tous les fronts. 

Lire la suite

Les dictateurs prospèrent

Je précise dès le départ : le texte qui suit n’est pas l’introduction à une dystopie ! Il s’agit malheureusement de la réalité…Et encore, de la réalité partielle de ce qui se passe dans le monde ; cependant, les exemples choisis sont caractéristiques de cette situation…

Vladimir Poutine rêve de reconstituer, d’une manière ou d’une autre, l’Union soviétique, sans le communisme.

Recep Tayyip Erdogan rêve de rétablir le califat et de reconstituer l’Empire ottoman.

L’OTAN rêve de sa gloire passée celle du moment de la chute de l’Union soviétique, quand l’organisation pensait qu’on se trouvait devant la fin de l’histoire, que c’était gagné définitivement, quoi.

L’Union européenne rêve de réglementer la taille des concombres et légifère sur la possibilité de consommer les fruits et les légumes difformes.

Chacun ses priorités, me direz-vous.

Effectivement !

Les dommages collatéraux, les Syriens, les Libyens, les Arméniens, les Irakiens, les Kurdes, les chrétiens orientaux, cela ne compte pas ; il s’agit de quantités négligeables aux yeux de l’histoire, qui, de toute façon, sera écrite pas les vainqueurs. Lire la suite

La surpopulation de la planète et les guerres pour l’eau

Source Observateur-Continental

Selon l’Organisation des Nations unies, d’ici 2050, la population de la Terre augmentera jusqu’à 9,7 milliards d’habitants. La hausse de la population terrestre s’accompagne d’autres processus qui ne sont pas très rassurants. Le système écologique de notre planète n’est pas adapté à un tel nombre d’habitants et encore moins à son traitement complètement barbare par les humains. Les ressources naturelles de la Terre fondent avec une rapidité alarmante, et une superficie de plus en plus grande de la planète devient complètement inhabitable. 

D’après les meilleurs spécialistes en matière d’environnement (les vrais scientifiques, pas les politiques qui font carrière sur l’écologie), très bientôt ce n’est pas les métaux précieux ni même le pétrole ou le gaz qui auront le plus de valeur. C’est l’eau, l’eau ordinaire, sans laquelle aucun individu ne peut survivre, qui devient aujourd’hui non seulement une source déficitaire, mais même un objet de convoitise des pays qui sont prêts à aller jusqu’à une guerre pour l’obtenir. 

Par exemple, le conflit entre l’Egypte et l’Ethiopie qui risque de dégénérer en affrontement armé est dû à l’intention de cette dernière de construire un immense barrage en amont du Nil afin d’électrifier et d’industrialiser le pays. Le Caire considère la mise en œuvre de ce projet comme une condamnation à mort et il est prêt à déclencher une guerre pour l’eau du Nil. Les Turcs risquent également d’entrer en conflit avec les voisins s’ils continuaient d’ériger des digues sur le Tigre et l’Euphrate. 

Tous les problèmes actuels, à en juger par les pronostics des chercheurs, terniront sur fond de pénurie critique d’eau potable qui attend l’humanité au milieu du siècle. Selon les estimations des analystes de l’Onu, d’ici là ce fardeau affectera plus de 6 milliards de personnes, soit presque deux tiers de la planète. Le nombre de victimes potentielles dans une telle situation est très difficile à calculer. Car l’absence d’eau ne tue pas seulement par la soif. Elle conduit à la famine, car dès à présent l’agriculture est impossible sans irrigation dans plusieurs régions du monde, sachant que leur nombre grandit inéluctablement. 

Une autre conséquence de la pénurie d’eau se traduit par l’apparition de maladies et d’épidémies qui surviennent forcément dans les zones surpeuplées rencontrant des problèmes d’alimentation en eau. Selon les normes médicales contemporaines, un individu a besoin de 50 litres d’eau par jour. Avec un « seuil » minimal de 30 litres. Dont 5 sont nécessaires pour boire et cuisiner (il faut boire 1,5-2 litres d’eau par jour pour un fonctionnement normal de l’organisme), et les 25 restants pour les besoins d’hygiène. 

Sinon le prix à payer est très lourd, car c’est l’insalubrité qui est la deuxième cause mondiale de la mortalité parmi les enfants – environ 2 millions mouraient chaque année à cause des maladies infectieuses intestinales il y a encore quinze ans. Ces statistiques ont-elles changé pour le mieux aujourd’hui? C’est très improbable. On ignore quelle nouvelle maladie pourrait surgir et se répandre à travers la planète dans ces conditions. Probablement une chose après laquelle le coronavirus passerait pour un léger désagrément. 

L’eau, comme la plupart des ressources et bienfaits vitaux, est répartie très inégalement entre les gens. Les Américains en consomment 400 litres par jour sans songer à économiser. Les Européens consomment deux fois moins d’eau. Dans certaines régions d’Afrique et d’Asie centrale la norme de consommation d’eau potable même de 5 litres par jour reste un rêve inatteignable pour une grande partie d’habitants. Quels cataclysmes pourraient survenir à cause de tout cela? 

Les foyers de guerres éventuelles pour l’eau susceptibles, avec la famine et les maladies, d’emporter des millions de vies pourraient se trouver dans le bassin du Jourdain, où l’hostilité israélo-arabe couplée à la soif risque de dégénérer en affrontement mortel pour 1% d’eau potable du monde située au Moyen-Orient avec ses 5% de la population mondiale. La Mésopotamie est une région tout aussi explosive. Une guerre risque également d’éclater pour les eaux du Tigre et de l’Euphrate que la Turquie cherche à contrôler de plus en plus. L’Afrique se trouve indéniablement dans la « zone à risques », notamment sa partie Nord, ainsi que l’Angola et la Namibie. 

Sans l’ombre d’un doute, les guerres pour l’eau sont l’un des moyens les plus plausibles de l’autodestruction de tous les Terriens. Etant donné que dès à présent plusieurs pays dotés de l’arme nucléaire font face à une pénurie d’eau, la perspective qui se dessine est très alarmante. 

D’une manière ou d’une autre, ce problème devra être réglé par des moyens et des méthodes pacifiques. Certains voient la solution dans l’adoucissement massif de l’eau de mer salée, d’autres – dans la « conquête » de l’Arctique et de l’Antarctique pour alimenter en eau tous les Terriens. Cependant, le plus important consiste probablement à renoncer à l’exploitation irréfléchie et prédatrice des ressources naturelles par l’humanité. De celles qui restent du moins…

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Le gouvernement britannique pourrait n’autoriser les gens à sortir de chez eux qu’une fois par semaine

Merci à Confucius. Partagez ! Volti

*******

Par Steve Watson, Summit News publié et traduit par Olivier Demeulenaere

Le gouvernement britannique aurait discuté d’un renforcement des restrictions COVID, qui ne permettrait plus de sortir de chez soi qu’une fois par semaine.

Prétendant que le Service National de Santé (NHS) a atteint son point de rupture, le gouvernement envisagerait de mettre en place des règles plus strictes, notamment le port obligatoire d’un masque à l’extérieur et l’interdiction des « bulles étendues », où les gens sont autorisés à rencontrer une personne d’un autre foyer.

Lire la suite

La prise du Capitole inquiète l’establishment occidental

Partagez ! Volti

*******

Source Observateur-Continental

Les images parvenues de Washington sur la courte prise du Capitole ce 6 janvier, alors que la session du Congrès devait confirmer la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle du 3 novembre, aurait, d’après les média mainstream, semé le trouble parmi l’establishment occidental.

Les élites actuellement au pouvoir auraient vu que la bête révoltée, qui se forme lors d’une profonde colère populaire, peut toujours jaillir à tout moment et vouloir les renverser. Cette révolte, qui gronde, semble leur faire peur car des mouvements populaires, réclamant le pouvoir au peuple, couvent aussi en Europe, en France, en Allemagne, par exemple. 

Lire la suite

« 6 janvier, la peine Capitole pour Trump ? » L’édito de Charles SANNAT

Partagez ! Volti

******

Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Depuis plusieurs mois, et en particulier ces dernières semaines j’attirais votre attention sur le fait que les élections n’étaient pas forcément terminées et que Trump utilisait une rhétorique où rien ne laissait croire qu’il allait abandonner.

En répétant à l’envi que cette élection avait été complètement volée, en disant encore et encore qu’il ne concèderait rien, et qu’il se battrait jusqu’au bout pour que les démocrates et le premier d’entre eux Joe Biden ne rentrent pas dans « notre Maison-Blanche », il ne fallait pas s’attendre à ce que tout se passe bien et au contraire à des évènements fâcheux.

Lire la suite
1 2 3 376