La pseudo-pandémie de l’ONU a atteint des sommets

Il ne s’agit pas d’une véritable pandémie. Pour que la pandémie soit réelle, il faudrait des preuves réelles, et pas seulement des tests PCR utilisés frauduleusement et créant des cas/chiffres, des génomes de “virus” générés à 100 % par ordinateur et des modélisations de mortalité erronées et alarmistes.

Et partout, les gouvernements, à la demande des Nations unies, agissent comme des criminels violant les droits de l’homme.

De plus en plus de gens prennent conscience de la vérité sur la fraude criminelle “covid19″ un événement mondial provoqué par notre inconscience (peur et ignorance). Même certaines personnes qui, par ignorance, croient au “covid” (sans avoir de preuve) ne veulent toujours pas recevoir l’injection. De grandes manifestations ont lieu dans le monde entier au sujet de l’expérimentation médicale illégale qu’ils appellent “vaccination”. Il s’agit d’un cocktail d’injection d’ARN et de toxines.

Lire la suite

Après les fakes news, la fake finance

Et si nous lisions l’analyse de Jacques Attali, (l’homme qui murmure à l’oreille des présidents) sur la situation ?

*******

Auteur et source Jacques Attali

Et si ce qui s’est passé dans l’étrange spéculation autour de Game Stop était révélateur d’un enjeu bien plus profond ?…

De tout temps, la finance a été le lieu de rumeurs, de mensonges, de fausses nouvelles, pour attirer des capitaux vers des entreprises ou des gouvernements aux abois, pour tromper des concurrents et en tirer de gros bénéfices. Beaucoup de médias, en particulier en France, ont même longtemps vécu, au dix-neuvième siècle et au début du vingtième, du commerce de fausses nouvelles, de publicités financières déguisées en articles d’honorables journalistes et autres turpitudes.

Il ne faut pas s’étonner si aujourd’hui cela prend une tout autre ampleur.

Lire la suite

Une nouvelle transition est-elle nécessaire en Espagne?

Source Observateur-Continental

Le récit officiel dit qu’entre la mort de Franco en 1975 et l’échec du coup d’Etat de Tejero (23 février 1981), l’Espagne serait une Arcadie idyllique (surnommée Transition), dans laquelle les dirigeants de l’opposition au régime de Franco et les réformistes de l’intérieur ont convenu sur un agenda pour préparer l’Etat espagnol à son entrée tant attendue en Europe ainsi que pour garantir la démocratie et le progrès général, le tout sous la supervision du roi Juan Carlos I en tant que défenseur de la démocratie balbutiante. 

Cependant, après 4 décennies, la crise économique, la désaffection politique de la société espagnole motivée par les cas sanglants de corruption de l’élite politico-économique et le discrédit croissant de l’institution monarchique ont conduit à une révision de ces schémas, y compris la thèse de la prétendue réconciliation nationale propagée par les «mass media» de la période de transition, toujours en attente de son règlement juridique.  

Lire la suite

L’expression d’un mal-être français

Par Antoine Charpentier pour InfoAlahed via Mondialisation.ca

Depuis la mobilisation des gilets jaunes au mois de novembre 2018 et l’expression d’un mal-être sur fond de violence, un sentiment profond d’insécurité n’a pas cessé de croître  en France.

Il est certain que l’expression de ce mal-être en France n’a pas comme raison principale la contestation populaire, citée ci-dessus, malgré que cette dernière se soit rapidement transformée en affrontement entre bandes de tous genres et les forces de l’ordre, au détriment de plusieurs milliers de français qui manifestaient pacifiquement.

La montée en puissance de certains mouvements d’extrême droite en Europe exaspère également l’expression d’un mal-être en Europe en général et en France en particulier.

Il convient de préciser aussi que la montée de la violence en Europe est la résultante directe de la menace terroriste qui pèse sur le vieux continent.

Lire la suite

Zelensky met la société Sportmaster sous sanctions et plombe l’attractivité de l’Ukraine en matière d’investissement

Où va finir ce pays entre la guerre et les décisions stupides ? À croire que c’est voulu pour saborder totalement le pays. Détruire les états nation, un air de déjà vu ! Volti

*******

Par Christelle Néant pour Donbass-Insider

Après avoir censuré purement et simplement trois grandes chaînes TV d’opposition, le Président ukrainien, Volodymyr Zelensky a mis sous sanctions la société singapourienne Sportmaster, aux côtés de 18 autres sociétés, au risque de finir de plomber définitivement l’attractivité de l’Ukraine en matière d’investissement.

Il faut croire qu’après s’être aliéné la Chine et les investisseurs chinois lors de la désastreuse gabegie de l’affaire Motor Sich, Zelensky a décidé de finir de torpiller toute velléité d’investissement en Ukraine en mettant sous sanctions la société singapourienne Sportmaster.

La décision de sanctionner 19 sociétés et huit personnes, a été prise le vendredi 19 février, lors d’une réunion du Président ukrainien avec le Conseil de Sécurité Nationale et de Défense de l’Ukraine. Ces sanctions interdisent aux sociétés concernées de mener des opérations commerciales, de retirer des capitaux hors d’Ukraine, et de faire transiter ou transporter des ressources à travers le pays pour trois ans.

Lire la suite

LES ACCORDS DE PARIS EXPLIQUÉS PAR LE Docteur SHIVA

Merci à mon correspondant. Volti

******

Source : Infovf

Le Docteur SHIVA est un scientifique, inventeur et entrepreneur indien vivant aux États-Unis. Dans cette vidéo ils nous explique les réels enjeux derrière les Accords de Paris

Publié le 23 Feb 2021

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Le chien-robot de Boston Dynamics est maintenant armé au nom de « l’art »

Pour qu’il me séduise ce machin à pattes, il lui faudrait des poils, une truffe et des yeux plein d’amour. Volti

******

Par Quentin Claudel pour La Robolution

Nous y sommes maintenant, des robots au départ « inoffensifs » commencent à être armés (même si actuellement « ce n’est qu’un paintball ») ouvrant la voie vers de nouveaux horizons pour l’armée.

Le chien-robot que vous pouviez voir danser l’an dernier pourrait être transformer en machine à tuer cette année…

Malgré que ce ne soit pas la vision de Boston Dynamics, cette évolution pourrait être malheureusement avoir lieu contre leur gré et leur désaccord.

Boston Dynamics a accumulé des centaines de millions de vues sur YouTube avec des clips viraux de ses robots futuristes aux jambes dansant ensemble, faisant du parkour et travaillant dans un entrepôt.

Lire la suite

La grande conspiration criminelle du « zéro carbone »

Réchauffement ou changement climatique, comment s’y retrouver et qui dit vrai ? Qu’en est-il vraiment ? Pourquoi cette politique de la peur insidieuse, qui nous culpabilise sans arrêt ? Merci à Johan28. Volti

********

Par F. William Engdahl pour Mondialisation

Le Forum économique mondial de Davos proclame la nécessité d’atteindre un objectif mondial de « neutralité carbone » d’ici 2050. Pour la plupart des gens, cet objectif semble lointain et donc largement ignoré. Pourtant, les transformations en cours, de l’Allemagne aux États-Unis, en passant par d’innombrables autres économies, préparent le terrain pour la création de ce que l’on appelait dans les années 70 le nouvel Ordre économique international. En réalité, il s’agit d’un schéma directeur pour un corporativisme totalitaire technocratique mondial, qui promet un chômage énorme, une désindustrialisation et un effondrement économique à dessein. Voyons un peu le contexte.

Lire la suite

Comment la CEDH et l’ONU sont instrumentalisées pour faire de la Russie un état terroriste

Par Karine Bechet Golovko pour Russie Politic

Illustration de l’Ukraine « pro-démocratique » post-Maïdan

L’Ukraine vient de déposer un énième recours interétatique devant la CEDH, par lequel elle accuse, sans indication de faits précis, la Russie d’éliminer les opposants sur son territoire et un peu partout dans le monde et de ne pas permettre une enquête sur ces cas. Parallèlement, à l’ONU, l’Allemagne se ridiculise avec les Tatars martyrisés d’une Crimée « occupée ». Autrement dit, l’Ukraine est utilisée, après la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France, pour construire l’image d’une Russie – état terroriste. L’Europe continue à être instrumentalisée dans un jeu qui la dépasse et qu’elle ne maîtrise pas, pendant que les organes de la globalisation, comme localement la CEDH et en général l’ONU, trouvent enfin leur véritable raison d’être : la reconstitution par le discours d’une réalité plus confortable, puisqu’ils ont échoué à la créer.

Ce 19 février, la CEDH a enregistré le 9e recours interétatique (le 4e pendant) de l’Ukraine contre la Russie depuis le coup d’Etat du Maïdan, ayant ouvert la voie à une guerre civile avec le Donbass et à la scission de la Crimée, échec flagrant dont la communauté internationale ne se remet pas. Les instances de gouvernance globale ont alors été activées, en appui des déclarations politiques des pays-satellites, sans prendre le risque d’une véritable enquête internationale objective. Le bruit remplaçant le fond.

Il est vrai que de par sa position géographique, la CEDH agit parfaitement en complément des instances à vocation universelle, comme celles de l’ONU. Ainsi, à la Une du site de la CEDH, l’annonce publiée le 23 février de ce recours :

« Cette requête concerne l’allégation, de la part du gouvernement ukrainien, d’une pratique administrative continue, de la part de la Fédération de Russie, qui consisterait à mener des opérations d’assassinats ciblés, autorisés par l’État, contre des opposants présumés de la Fédération de Russie, en Russie et sur le territoire d’autres États, y compris d’autres États membres du Conseil de L’Europe, en dehors d’une situation de conflit armé.

Le gouvernement ukrainien allègue également une pratique administrative, de la part de la Fédération de Russie, consistant à ne pas mener d’enquêtes sur ces opérations d’assassinats, et à organiser délibérément des opérations de dissimulation visant à contrecarrer les efforts visant à trouver les responsables. »

Suivez, le regard … la Syrie, les Skripal, pôv’ Navalny … toujours rien de prouvé, mais tellement de bruits politico-médiatiques, que cela vaut bien un procès – d’intention. Il serait en effet dommage de ne pas utiliser une instance aussi soumise que la CEDH dans cette confrontation géopolitique, pour tenter de faire de la Russie un état terroriste et de poser, enfin, un léger vernis para-judiciaire sur tant d’allégations – démenties. 

Donc, le ministre ukrainien de la Justice d’expliquer, très sérieusement, que la Russie par l’intermédiaire de ses services spéciaux, a mené des opérations de liquidation sur son territoire et ailleurs de personnes dérangeantes, en faisant accuser d’autres autorités, notamment l’Ukraine, de ces crimes. Pour autant, aucun fait précis n’est avancé à l’appui du recours … Nous sommes bien, là encore, dans la communication et la création d’une image, non pas dans une accusation fondée. Déjà en 2018, avec justesse, le ministère russe de la Justice soulignait que l’Ukraine abuse de son droit de recours interétatique devant la CEDH et utilise cette instance « comme un instrument pour obtenir des informations et pour atteindre des buts politiques propres ». Rien n’a changé, le rythme s’est simplement accéléré en fonction des besoins géopolitiques et la CEDH a suivi.

Parallèlement, afin de renforcer la construction de l’image d’une Russie – état terroriste, les positions de la CEDH, mêmes tronquées, sont utilisées par les forces politiques devant l’ONU. Ainsi, le représentant allemand surfe sur le thème des Tatars de Crimée, qui seraient maltraités, sur un territoire « occupé » où les droits de l’homme seraient systématiquement violés par le vilain « régime ». Les Tatars de Crimée se disent prêts à aller s’exprimer devant le Conseil de l’Europe et la CEDH, qui s’inquiètent tant de leur situation, mais, bizarrement, ne les invitent pas. Ces instances préfèrent les organisations minoritaires et radicales de Tatars qui vivent en Ukraine … Le représentant russe, Poliansky, a remis les points sur les i, quand le diplomate allemand demandait pourquoi la Russie ne laisse pas entrer en Crimée des missions d’observation :

« Demandez à vos concitoyens, notamment du Bunderstag, qui viennent régulièrement en Crimée. Et d’ailleurs, nous vous avions personnellement invité, et nous et les habitants de Crimée. Peut-être que vous vous moquez simplement de nous et voulez que l’on vous achète un billet ? Dites-le simplement, pourquoi tourner autour du pot. Mais il est plus simple de répandre des mensonges sur les horreurs dans la Crimée soi-disant occupée, alors qu’il est si facile de découvrir la vérité et de se rendre compte du caractère mensonger de ces allégations.« 

Le représentant russe a également rappelé qu’environ 1 million d’Ukrainiens, chaque année viennent en Crimée, notamment pour les vacances, et en parlent très positivement dans les réseaux sociaux:

« En fait, si aujourd’hui il est effectivement justifié de parler d’une occupation, il faut parler de l’occupation par l’Ukraine du Maïdan de l’Ukraine normale, qui était un pays pour nous amis, avec ses valeurs et ses idéaux. La folie du Maïdan et les visions géopolitiques de nos collègues occidentaux en ont fait un fief des nationalistes et anti-russe. »

Ces instances internationales, qu’il s’agisse des organes de l’ONU ou de ceux du Conseil de l’Europe, sont entrés dans une phase active de reconstruction de la réalité. Faute d’avoir pu modifier la réalité conformément à leur vision, ils instrumentalisent ces organes pour qu’ils estampillent la « vérité » dont ils ont besoin, en imposant un discours déterminé, dans lequel la Crimée est occupée, la Russie est un état terroriste et, au passage, l’Ukraine l’avenir de l’Europe. Mais la distance grandissante entre ce discours, qui tourne en rond, se répète sans cesse sans prendre racines, fragilise de plus en plus leur position. Or, actuellement dans tous les domaines, lorsqu’une méthode ne fonctionne pas, il faut la radicaliser … Il semblerait que la rigidité idéologique mette les forces globalistes dans une impasse.

Karine Bechet Golovko

Voir aussi:

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Coupe du monde au Qatar : la coupe du monde tâchée du sang des travailleurs immigrés

La Coupe du monde 2022 aura lieu en hiver. Que ne faut-il pas faire pour satisfaire l’organisateur qui a dépensé sans compter pour obtenir l’événement et essayer de redorer son image de monarchie rétrograde, arriéré, moyenâgeuse, le Qatar !

Oui, toute la planète l’attend, selon les slogans de l’organisateur et du propriétaire de la patente, la FIFA : s’amuser, profiter du ballon, du sport, des moments, voir les grandes stars, faire vibrer la fibre nationaliste…

Cependant, ce qui se passe au cours de ces onze dernières années au Qatar, notamment dans le domaine des conditions de travail des migrants sous des températures extrêmement difficiles et élevées, provoque le dégoût[1]

J’ai déjà écrit sur ce « sport », si l’on peut l’appeler encore ainsi ; payer des gamins de vingt ans de millions d’euros pour taper dans un ballon (les gardant incultes par ailleurs) me semble absurde, car cet argent serait plus utile ailleurs, par exemple dans l’achat des vaccins. Mais les morts du covid ne peuvent faire de la pub et produire de la plus-value dans le monde capitaliste fou qu’on nous vante à longueur de journée (et de nuit) dans les médias contrôlés par ceux-là même qui organisent la coupe du monde, etc, etc. Je ne vais pas m’étendre sur cette question dans ce papier. Mon propos est de mettre l’accent et faire le peu de lumière que je peux, sur l’exploitation de l’homme par l’homme, qui mène jusqu’à la mort de l’exploité… Lire la suite

1 2 3 57