Ces territoires pastoraux adaptés au changement climatique, mais abandonnés par l’État…

Ils ont créé un système complètement fou où, le pastoralisme n’a plus sa place. Les technocrates de Bruxelles dans leurs bureaux climatisés, prennent des décisions avec    ignorance, sans même connaître le milieu ciblé et, l’administration française n’est pas en reste. Pourtant, des éleveurs aiment et vivent dans ces régions, eux savent, connaissent leur lieu de vie et leurs animaux mais, leur avis ne comptent pas. Personne ne viendra crapahuter dans les chemins pierreux, loin du béton et goudron, pour se rendre compte des trésors cachés qui sont si proches. Partagez ! Volti

******

Auteur Sophie Chapelle pour BastaMag publié le 28/11/2018

Ce sont des territoires qui étaient autrefois habités, cultivés, pâturés. Seules les ruines disséminées dans les paysages rappellent encore cette époque, révolue avec l’exode rural. Aujourd’hui, des paysans tâchent de faire revivre ces surfaces pastorales, mais se heurtent à une politique agricole fixant des normes parfois déconnectées de la réalité de leur travail et des territoires. Avec pour conséquence de les exclure des aides publiques, alors que ces territoires et leurs pratiques pastorales se révèlent particulièrement résistants aux aléas climatiques. Reportage en Ardèche. Lire la suite

Lettre ouverte à Emmanuel Macron. Le racket sur les carburants va-t-il réellement servir à l’écologie?..

On ne sait si le Jupit-es-rien, lit toutes les missives qui lui sont adressées, mais il devrait, il paraîtrait moins ridicule avec ses soi-disant actions climato-racketo-écolo. Sa foi en lui-même est tellement grande que, tel Icare, la chute qui s’annonce va précipiter ce Narcisse, dans les limbes de la petite histoire, à moins que ce ne soit dans ses poubelles. Partagez ! Volti

******

Mon bien cher Manu,

J’espère que tu ne t’offusqueras pas trop du ton familier de cette lettre mais c‘est plus fort que moi. Comme je pourrais être ton paternel vu que j’ai à peu près l’âge de Brigitte, ta pimpante épouse qui te tutoie sans aucun doute, je ne vois aucune objection à te tutoyer aussi.

Tu essaies de nous faire croire que ton gouvernement prend des mesures pour sauver la planète du périlleux réchauffement qui nous menace et ou du moins de faire un (très très) petit pas exemplaire dans cette direction mais je te le dit tout net : d’abord, personne ne croit que ton racket sur les carburants va réellement servir à l’écologie et ensuite, ces mesures contre la pollution sont tout-à-fait inutiles.

Le processus de réchauffement climatique est enclenché et rien ne pourra l’arrêter. Quand le Titanic coule, il ne sert à rien d’écoper avec des cuillères à soupe. Lire la suite

Gilets jaunes : « L’écologie, c’est un combat de riches alors que cela devrait être un combat populaire ! »

À la rencontre des gilets jaunes de Normandie. Les raisons du combat d’un peuple, qui se sent fort justement mis de côté pour toutes les décisions qui concernent sa vie et son pays. Le peuple commence à réfléchir et, cet évènement sans précédent, restera dans les annales de notre France. Avec 18% d’opinions « favorables », on peut se demander si le banquier Macron a encore une légitimité quelconque, à décider quoi que ce soit, pour les 82% de la population qui est dans la rue. Il n’existe pas dans notre constitution, le Référendum d’Initiative Citoyenne, mais pas mal de citoyens et personnalités l’ont réclamé, ça demande d’y réfléchir.. Partagez ! Volti

******

Emmanuel Riondé, Simon Gouin pour BastaMag

Basta ! est allé à la rencontre de gilets jaunes qui tiennent et animent des points de blocage en Normandie, près de Caen, et dans l’agglomération toulousaine. Ils sont retraités, anciens cadres, intérimaires, plombiers ou travaillent à l’hôpital. Certains ont déjà participé à des mouvements sociaux, d’autres non. Tous et toutes incarnent ce mouvement social inédit, et y voient une manière de reprendre la main sur leur vie, sur la politique, de retrouver un pouvoir d’agir : « Avec les gilets jaunes, les gens ont à nouveau une vision d’avenir. » Reportage.

« Attendez, je vais vous amener voir qui il faut… » Dans la zone de Lespinasse, où se trouve le dépôt pétrolier de Toulouse, au nord de la ville, des barrages filtrants sont établis depuis plusieurs semaines sur les rond-points. Le premier gilet jaune croisé fait le guide jusqu’au cabanon bricolé abritant thermos de cafés, croissants et autres victuailles apportées par des automobilistes solidaires. Un feu vif consume des palettes. La file de véhicules s’étire. Les klaxons des routiers, pouces levés, en soutien, retentissent.

Raymond Stocco, 64 ans, cadre retraité de l’aéronautique, est l’un des initiateurs de ce point de blocage stratégique. Mobilisé depuis plus d’un an pour « donner de la visibilité aux retraités », à leurs revendications sur la « non-augmentation des pensions de retraites » et face à leurs « pertes financières », Raymond a pris langue avec les gilets jaunes toulousains au début du mois de novembre. Et a aussitôt fait passer son message : « Pour être efficace, il faut des blocages économiques, il n’y a que ça qui pourra faire pression sur le gouvernement. » Lire la suite

Gilets Jaunes : Réclamer plus d’argent ou plus de moyens pour réduire sa dépendance à l’argent ?..

Pourquoi avoir plus d’argent, si c’est pour engraisser les multinationales et autres vampires ? Être moins « gourmands » pour simplement vivre et non pour survivre. Réflexion soumise par Sylvain Rochex. Partagez ! Volti

******

Auteur Sylvain Rochex pour Déscolarisation.org

kaki ou plaqueminier

Voici deux catégories de revendications Gilet-jaunes qui peuvent soit s’additionner, soit s’opposer, mais il est clair qu’il faudrait privilégier la deuxième et c’est malheureusement la moins courante pour le moment.

C’est de la terre qu’il faut exiger !

Réclamer plus d’argent ou plus de moyens pour réduire sa dépendance à l’argent, saisissez-vous l’abîme qui sépare ces deux idées ? Je pense que Logic sur le site des Moutons Enragés voit ce que je veux dire puisque c’est aussi ce qu’il dit. Tous ceux qui n’ont pas perdu la compréhension que toutes les richesses viennent de la terre, du sol, savent de quoi on parle. Lire la suite

« Transition écologique ? Et si nous parlions plutôt de transition économique !!! » L’édito de Charles SANNAT..

Il est plus juste de parler d’économie, que de continuer à tenter de nous manipuler avec l’écologie dont ces affamés de fric, se fichent comme d’une guigne. À l’inverse du peuple qui est conscient des enjeux et, de l’avenir de leurs enfants. Partagez ! Volti

******

Charles Sannat pour Insolentiae

En faisant depuis des années la politique de Bruxelles, à savoir une politique orientée vers le libre-échange, la consommation de masse (avec des PIB où la consommation représente 70 %) et bien évidemment la solvabilité des États pour payer les dettes jusqu’à la lie, on ne fait aucune politique susceptible de fédérer la population.

Il n’y a ni vision ni projet, même si Macron hurlait pendant ses meetings de campagne « tel est notre projet ». Ce projet, ces projets sont tellement peu enthousiasmants qu’ils n’incitent ni au rêve ni à la mobilisation des énergies. Lire la suite

Une victoire contre le GCO : le tribunal interdit un chantier clé…

Souvenez vous l’appel de Lilas67 avec CGO-Non-Merci.org. Une bonne nouvelle. Le tribunal administratif de Strasbourg a suspendu vendredi 23 novembre la poursuite des travaux de l’échangeur nord avec le futur contournement de Strasbourg. Cette décision judiciaire d’importance couronne une lutte obstinée contre ce projet. Partagez ! Volti

******

Source Reporterre

- Strasbourg, correspondance

Drôle de semaine sur le front des opposants au Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg. Mardi 20 novembre, les cinq grévistes de la faim avaient arrêté leur action engagée un mois auparavant, fatigués de n’avoir eu aucun retour du sommet de l’État. Certains auraient pu continuer, selon leurs médecins, mais pas tous. Lire la suite

Je suis un brigand du diesel

On comprend le fond de ce qu’a voulu exprimer Richard mais c’est un peu embrouillé. C’est un sujet d’actualité qui mériterait un article bien structuré, argumenté, logique et précis. Les lecteurs pourront compléter les lacunes. Volti

******

 

Alors qu’il y a environ 4 ans c’était bien d’acheter un diesel qui polluait moins qu’un essence, aujourd’hui je suis un bandit du diesel. Un pollueur !

Mon portefeuille n’est pas infini et je suis à 100% pour passer à l’électrique mais à quel prix ?

Il y a plusieurs cas de figure:

1. Notre véhicule diesel est déjà mourant

On passe à l’électrique ?

OUI

Le résultat sera financièrement au moins équivalent au thermique.  Faisons notre part dans la réduction en pollution sans y laisser notre chemise (et si on a des panneaux solaires chez soi c’est alors même plus avantageux). Lire la suite

Le Vaucluse envisage de détruire une ferme pionnière en agro-écologie…

Et on nous parle d’écologie, de préservation de la nature, d’une agriculture responsable, etc.. C’est le paradoxe, beaucoup de parlotte dans l’incitation à l’installation de jeunes agriculteurs bio, et on refuse l’installation à d’autres déjà sur place et porteurs d’un projet pérenne, qui ont fait leurs preuves, quitte à faire capoter ce beau projet. On marche sur la tête dans ce pays. Partagez ! Volti

******

Sophie Chapelle pour BastaMag

Une lourde menace pèse sur une ferme pionnière en agroécologie, située dans la zone péri-urbaine d’Avignon. Les cinq hectares de terres sur lesquels la ferme de la Durette se développe depuis dix ans appartiennent au Conseil départemental du Vaucluse. Ce dernier envisage de vendre le terrain. Les élus de la majorité – le département est présidé par Maurice Chabert (Les Républicains) – n’auraient pas, pour l’instant, retenu l’offre du collectif qui fait fonctionner cette ferme pilote. Résultat, des locaux situés en plein centre de cette ferme pourraient être vendus au Syndicat mixte d’électrification du Vaucluse, et les terres à un voisin en agriculture hors-sol. Alors que les élus doivent délibérer sur cette vente le 23 novembre, les porteurs du projet alertent : « cette vente empêcherait l’installation des trois jeunes avec le statut d’agriculteurs ruinant définitivement l’ensemble du projet ». Lire la suite

« Le vrai courage du patron de PSA qui ose dénoncer la supercherie du véhicule électrique. Les gilets jaunes vont être contents ! » L’édito de Charles SANNAT…

Bon billet mais, il y a longtemps que nous sommes au courant (pas électrique) alors que les mamamouchis sont carrément à la masse. Nous savons que la voiture électrique n’est pas pour tout le monde, et ce ne sont pas les 4000€ d’incitation du gouvernement qui sera probant, à moins que ce soit une incitation à l’achat à crédit genre leasing, que la construction est tout sauf écolo, qu’il faut des terres rares et que le recyclage n’est pas évident. Ça justifiera la construction de nouveaux EPR, gouffres financiers dont on ignore s’ils pourront fonctionner en toute sécurité, vu les soucis de cuves, de tuyaux et autres avaries détectées par l’ASN et l’installation généralisée des prises adéquates dans les points de rechargement, sinon combien ça coûtera « à la maison » ?.  Rien ne va plus, les jeux sont fait ? Partagez ! Volti

******

Charles Sannat pour Insolentiae

Les « mamamouchis », généralement, pour ne pas dire presque tout le temps, ne brillent pas par l’originalité de leurs pensées toujours convenues et nécessairement dans le spectre « moyen » de la « moyenne » souhaitée et admise par le système dont ils ne sont que des serviteurs extrêmement bien payés.

Être un « mamamouchi », c’est être un servile collaborateur. Un « salarié » presque comme les autres. C’est le prix de la paye et de la compromission qui change.

On est « meilleur », ce qui veut dire que l’on a nettement moins de problèmes moraux quand le chèque comporte plusieurs zéros. Lire la suite

Réflexion : Amasser ou créer…

Une réflexion bien à propos, à l’heure où l’argent se fait rare. Il est possible de partager ce que nous avons, des structures existent où on peut emprunter pour la journée, un outil, où un objet. À quoi sert d’amasser, d’acheter pour un usage ponctuel ? Ça peut se mettre en place dans un village, un quartier pour le bénéfice de tous. Les idées ne manquent pas, c’est la motivation qui n’est pas au rendez-vous. Peut-être devrions nous reparler de toutes les initiatives envisagées et tombées dans l’oubli ?  Avec un peu de bonne volonté, soyons le monde que nous voulons ! Je remercie Joseph qui, de son lointain Canada, m’a redonné envie de rêver à un monde meilleur. Partagez ! Volti

******

Joseph pour Nouveau-Monde

Encore sous l’influence de l’instinct de survie et des peurs qui y sont reliées, et stimulés dans ce sens par la publicité et le marketing, de nombreux êtres humains tendent à amasser une grande quantité d’objets matériels qu’ils utilisent en définitive très peu. La société de surconsommation fonctionne en stimulant le désir vers la possession matérielle qui ne peut que s’accompagner de gaspillages et d’une croissance des pollutions. Pourtant, si l’on veut un monde plus harmonieux et plus sain, il conviendra de stimuler le désir humain prioritairement dans une nouvelle direction, plus constructive. Lire la suite

1 2 3 514