« On ne va pas leur donner la becquée ! » : En Marche refuse le RSA pour les jeunes – François Ruffin

La macronie fait vraiment durer le plaisir, jusqu’à quand ? Son but est de tenir jusqu’après les présidentielles. Les reports des élections vont s’enchainer sous couvert d’urgence sanitaire, de montée en puissance du virus. On prépare les esprits, à un prochain confinement. Et tout le monde souffre pour les désidérata du locataire élyséen. Ils vivent dans quel monde, tous ces donneurs de leçons royalement bien payés? Les décisions politiques feront plus de morts que le virus qui, si on en avait pas fait des montagnes à son sujet, aurait été traité comme une grippe saisonnière. Il a tout fait de travers avec ses sbires, résultât ? La France est dans un état de ruine, son tissu social est anéanti, maintenir la terreur est le mot d’ordre, la division règne et, le manque de réflexion fait le reste. Du beau travail de démolisseur et des milliards d’argent empruntés qui grossissent la dette publique, dépensés pour rien. Quand le peuple va-t-il se décider à réagir ? Errare humanum est, sed perseverare diabolicum..

*******

Source Aphadolie

« On ne va pas leur donner la becquée ! ». Les Marcheurs refusent le RSA Jeunes. Les mêmes aident leurs enfants, et c’est normal. Mais si on aide les enfants de la Nation, ça devient « de l’assistanat, de la charité, la becquée… »

Lire la suite

Contre la censure, signez la pétition de soutien à FranceSoir

Pour la liberté de France Soir et son indépendance, soutien à France Soir. Merci à tous !

*******

Source France-Soir

Face à la tentative d’intimidation du gouvernement et des médias traditionnels, nous devons être des milliers à soutenir France Soir et la liberté d’expression.
 

Le 29 janvier dernier, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a demandé que soit réexaminé le certificat officiel qui confère à France Soir le statut d’organe de presse.

Ces attaques de la part d’une institution qui devrait défendre la liberté de la presse, ne sont pas de nature à favoriser l’émergence de médias indépendants dans notre pays.

Lire la suite

Macron veut bâillonner ANTICOR, l’association anticorruption

Il a vraiment beaucoup, beaucoup de choses à cacher le concernant ou pour protéger ses « amis » ? On sait déjà depuis longtemps, que ses promesses ne sont que du vent, et ses interventions de la communication sans rien derrière. « Sa république exemplaire », n’en fini plus de se vautrer et s’enfoncer dans le totalitarisme et les « affaires ». Si en plus, il veut baillonner la seule association qui se bat contre la corruption depuis des années, ça confirmera toutes les prévisions qui circulent puisque les constatations abondent. Si certaines affaires bien pourries, ont été portées à la connaissance du peuple, c’est à Anticor que nous le devons. Soutien à ANTICOR et partagez !! Volti

******

Source Osons Causer via Aphadolie

Benalla, Sarkozy, Alstom, Mélenchon, Kohler… l’asso ANTICOR se bat pour une République exemplaire. Et ce n’est pas du goût du pouvoir.

Lire la suite

Comment la CEDH et l’ONU sont instrumentalisées pour faire de la Russie un état terroriste

Par Karine Bechet Golovko pour Russie Politic

Illustration de l’Ukraine « pro-démocratique » post-Maïdan

L’Ukraine vient de déposer un énième recours interétatique devant la CEDH, par lequel elle accuse, sans indication de faits précis, la Russie d’éliminer les opposants sur son territoire et un peu partout dans le monde et de ne pas permettre une enquête sur ces cas. Parallèlement, à l’ONU, l’Allemagne se ridiculise avec les Tatars martyrisés d’une Crimée « occupée ». Autrement dit, l’Ukraine est utilisée, après la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France, pour construire l’image d’une Russie – état terroriste. L’Europe continue à être instrumentalisée dans un jeu qui la dépasse et qu’elle ne maîtrise pas, pendant que les organes de la globalisation, comme localement la CEDH et en général l’ONU, trouvent enfin leur véritable raison d’être : la reconstitution par le discours d’une réalité plus confortable, puisqu’ils ont échoué à la créer.

Ce 19 février, la CEDH a enregistré le 9e recours interétatique (le 4e pendant) de l’Ukraine contre la Russie depuis le coup d’Etat du Maïdan, ayant ouvert la voie à une guerre civile avec le Donbass et à la scission de la Crimée, échec flagrant dont la communauté internationale ne se remet pas. Les instances de gouvernance globale ont alors été activées, en appui des déclarations politiques des pays-satellites, sans prendre le risque d’une véritable enquête internationale objective. Le bruit remplaçant le fond.

Il est vrai que de par sa position géographique, la CEDH agit parfaitement en complément des instances à vocation universelle, comme celles de l’ONU. Ainsi, à la Une du site de la CEDH, l’annonce publiée le 23 février de ce recours :

« Cette requête concerne l’allégation, de la part du gouvernement ukrainien, d’une pratique administrative continue, de la part de la Fédération de Russie, qui consisterait à mener des opérations d’assassinats ciblés, autorisés par l’État, contre des opposants présumés de la Fédération de Russie, en Russie et sur le territoire d’autres États, y compris d’autres États membres du Conseil de L’Europe, en dehors d’une situation de conflit armé.

Le gouvernement ukrainien allègue également une pratique administrative, de la part de la Fédération de Russie, consistant à ne pas mener d’enquêtes sur ces opérations d’assassinats, et à organiser délibérément des opérations de dissimulation visant à contrecarrer les efforts visant à trouver les responsables. »

Suivez, le regard … la Syrie, les Skripal, pôv’ Navalny … toujours rien de prouvé, mais tellement de bruits politico-médiatiques, que cela vaut bien un procès – d’intention. Il serait en effet dommage de ne pas utiliser une instance aussi soumise que la CEDH dans cette confrontation géopolitique, pour tenter de faire de la Russie un état terroriste et de poser, enfin, un léger vernis para-judiciaire sur tant d’allégations – démenties. 

Donc, le ministre ukrainien de la Justice d’expliquer, très sérieusement, que la Russie par l’intermédiaire de ses services spéciaux, a mené des opérations de liquidation sur son territoire et ailleurs de personnes dérangeantes, en faisant accuser d’autres autorités, notamment l’Ukraine, de ces crimes. Pour autant, aucun fait précis n’est avancé à l’appui du recours … Nous sommes bien, là encore, dans la communication et la création d’une image, non pas dans une accusation fondée. Déjà en 2018, avec justesse, le ministère russe de la Justice soulignait que l’Ukraine abuse de son droit de recours interétatique devant la CEDH et utilise cette instance « comme un instrument pour obtenir des informations et pour atteindre des buts politiques propres ». Rien n’a changé, le rythme s’est simplement accéléré en fonction des besoins géopolitiques et la CEDH a suivi.

Parallèlement, afin de renforcer la construction de l’image d’une Russie – état terroriste, les positions de la CEDH, mêmes tronquées, sont utilisées par les forces politiques devant l’ONU. Ainsi, le représentant allemand surfe sur le thème des Tatars de Crimée, qui seraient maltraités, sur un territoire « occupé » où les droits de l’homme seraient systématiquement violés par le vilain « régime ». Les Tatars de Crimée se disent prêts à aller s’exprimer devant le Conseil de l’Europe et la CEDH, qui s’inquiètent tant de leur situation, mais, bizarrement, ne les invitent pas. Ces instances préfèrent les organisations minoritaires et radicales de Tatars qui vivent en Ukraine … Le représentant russe, Poliansky, a remis les points sur les i, quand le diplomate allemand demandait pourquoi la Russie ne laisse pas entrer en Crimée des missions d’observation :

« Demandez à vos concitoyens, notamment du Bunderstag, qui viennent régulièrement en Crimée. Et d’ailleurs, nous vous avions personnellement invité, et nous et les habitants de Crimée. Peut-être que vous vous moquez simplement de nous et voulez que l’on vous achète un billet ? Dites-le simplement, pourquoi tourner autour du pot. Mais il est plus simple de répandre des mensonges sur les horreurs dans la Crimée soi-disant occupée, alors qu’il est si facile de découvrir la vérité et de se rendre compte du caractère mensonger de ces allégations.« 

Le représentant russe a également rappelé qu’environ 1 million d’Ukrainiens, chaque année viennent en Crimée, notamment pour les vacances, et en parlent très positivement dans les réseaux sociaux:

« En fait, si aujourd’hui il est effectivement justifié de parler d’une occupation, il faut parler de l’occupation par l’Ukraine du Maïdan de l’Ukraine normale, qui était un pays pour nous amis, avec ses valeurs et ses idéaux. La folie du Maïdan et les visions géopolitiques de nos collègues occidentaux en ont fait un fief des nationalistes et anti-russe. »

Ces instances internationales, qu’il s’agisse des organes de l’ONU ou de ceux du Conseil de l’Europe, sont entrés dans une phase active de reconstruction de la réalité. Faute d’avoir pu modifier la réalité conformément à leur vision, ils instrumentalisent ces organes pour qu’ils estampillent la « vérité » dont ils ont besoin, en imposant un discours déterminé, dans lequel la Crimée est occupée, la Russie est un état terroriste et, au passage, l’Ukraine l’avenir de l’Europe. Mais la distance grandissante entre ce discours, qui tourne en rond, se répète sans cesse sans prendre racines, fragilise de plus en plus leur position. Or, actuellement dans tous les domaines, lorsqu’une méthode ne fonctionne pas, il faut la radicaliser … Il semblerait que la rigidité idéologique mette les forces globalistes dans une impasse.

Karine Bechet Golovko

Voir aussi:

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

L’échec du confinement et des vaccins, reconnu par ceux qui les ont conseillés, le Pr Delfraissy et coll.

Source Nouveau-Monde

Par le Dr Gérard Delépine

Mieux vaut tard que jamais

Après nous avoir chanté les vertus des confinements, des autres mesures prétendument sanitaires et des vaccins pendant presque un an, cinq membres du comité scientifique, dont le président, reconnaissent que le confinement est nocif et que les vaccins ne résoudront vraisemblablement pas la crise, voire l’aggraveront !

Dans une courte lettre au Lancet [1] Laetitia Atlani-Duault, Bruno Lina, Franck Chauvin, Jean-François Delfraissy et Denis Malvy proclament :

Lire la suite

Un juge brise un tabou et remet en cause la propriété lucrative

Par Damien Astier et Dominique Muselet via Mondialisation.ca

Une décision de justice historique commentée par Charles Sannat dans son dernier édito au style toujours aussi savoureux : « Commerçants, la décision de justice qui change tout et permet de ne plus payer les loyers !! » mérite qu’on s’y arrête : un commerçant dont l’activité a été interdite par l’Etat durant les mois de mars et avril 2020 (mesures sanitaires et confinement) n’est pas tenu de payer ses loyers à son propriétaire. Il s’agit d’une rare atteinte au droit de propriété sanctuarisé dans le code civil et la constitution française. L’article pointe les conséquences « explosives » d’une telle décision :

Lire la suite

Le plus grand Nuremberg de tous les temps se prépare

Merci à Alain Nicolaï

Par Jean-Michel Grau publié par Nouveau-Monde

Aujourd’hui, c’est un deuxième tribunal de Nuremberg qui se prépare, avec la mise en place d’une «Class Action» sous l’égide de milliers d’avocats mondiaux derrière l’avocat américano-allemand Reiner Fuellmich qui poursuit les responsables du scandale du Covid-19 instrumentalisé par le Forum de Davos. À ce sujet, il est utile de rappeler que Reiner Fuellmich est l’avocat qui a réussi à condamner le géant de l’automobile Volkswagen dans l’affaire des pots catalytiques trafiqués. Et c’est ce même avocat qui a réussi à condamner la Deutsche Bank comme entreprise criminelle.

Lire la suite

RPD – Un commandant de la milice populaire et sa fille survivent à un attentat terroriste

Même plus le respect des enfants qui sont impliqués malgré eux, dans une guerre d’adultes. Volti

*******

Par Christelle Néant pour Donbass-Insider

Ce matin, 15 février 2021, un attentat terroriste visant la voiture d’un commandant de la milice populaire de la RPD (République Populaire de Donetsk) qui emmenait sa fille à l’école, a eu lieu à Gorlovka. L’homme et sa fille ont survécu à l’explosion.

Ce matin à 7 h 50, un commandant de bataillon de la milice populaire de la RPD emmenait sa fille à l’école en voiture à Gorlovka, lorsqu’une bombe placée sous la voiture a explosé. Le commandant a reçu des blessures par éclats aux jambes et emmené à l’hôpital où il a été opéré, mais sa vie n’est pas en danger. Sa fille ne souffrirait que d’une commotion cérébrale, elle a aussi été emmenée à l’hôpital.

D’après les informations de War Gonzo, l’officier de la milice populaire de la RPD victime de cet attentat terroriste serait le commandant « Dlinny ». La bombe avait une puissance équivalente à plus de 300 g de TNT, et les experts pensent qu’elle a été activée à distance par radio. Ce qui implique que les terroristes savaient que sa fille était dans la voiture.

Lire la suite

BAS LES MASQUES DANS LES ÉCOLES !

Soumis par Arkébi

Il nous l’a dit:
 » La dictature au quotidien est bien réelle…. »
Et s’il faut rajouter des preuves, en voilà une autre;
La réaction devient vraiment urgente, car cela se passe dans toute la France. Arkébi

*******

Par le collectif Bas les masques 66


AGIR ENSEMBLE ! A PARTAGER LARGEMENT !!!

VOILA CE QUI EST PROPOSE A TOUS CEUX QUI TROUVENT INACCEPTABLE LA PRÉSENCE POLICIÈRE A LA CANTINE (d’autant plus sans en avertir les parents), que vous ayez ou non des enfants dans les établissements concernés, que vous habitiez autour de Prades ou non, vous pouvez vous exprimer de toute la France, en fait.

RAPPEL DES FAITS :

Un midi de la semaine dernière, la cantine qui regroupe le collège Gustave Violet et les écoles primaires publiques de Prades, a été faite sous surveillance policière, pour vérifier le bon port du masque par les élèves.

La menace de sanction pour les contrevenants était de 3 jours d’exclusion de la cantine.

Nous ne savons toujours pas exactement comment et par qui a été demandée, puis décidée, cette intervention. Nous avons eu des infos contradictoires, y compris sur la justification.

Le collectif Bas Les Masques a envoyé un email aux « autorités » concernées, mais il semble que chacun doit s’exprimer, pour inonder au mieux en email et en coups de téléphone.

ALORS NOUS POUVONS (et DEVONS ?) DEMANDER DES EXPLICATIONS et FAIRE PART DU FAIT D’ÊTRE CHOQUÉ par la situation auprès des autorités concernées

–> au téléphone, auprès de la direction du service jeunesse (responsable des cantines) :

–> au téléphone auprès de la sous-préfecture de police :

–> par email :

aux écoles, collèges, Inspecteur académique, à la DASEN

… la liste n’est pas exhaustive…

Exemple de texte (à personnaliser si possible) :

Bonjour,

Des élèves ont signalé la présence, la semaine dernière, de gendarmes en uniforme sur le temps de restauration collective, pour vérifier le bon port du masque, et qu’une sanction pour les contrevenants leur avait été annoncée par le personnel : 3 jours d’exclusion de cantine.

Je suis profondément choqué par ce genre de pratiques, d’autant plus sans en informer les parents (ni avant, ni après l’intervention).

Je voudrais comprendre dans quel cadre cette intervention a pu avoir lieu, et quel est le protocole pour qu’elle puisse avoir lieu. Je suis inquiet quant à la disproportion d’une telle mesure, considérant que le bon port du masque devrait pouvoir être respecté sans la pression de forces de police mises sur nos enfants, qui subissent déjà beaucoup depuis plusieurs mois.

Cordialement,

Vous ajoutez et vous enlevez ce que vous voulez, et vous signez, en signalant (ou non) que vous êtes parent d’élèves des établissements concernés, ou si vous n’avez pas d’enfants dans les établissements en question (ou pas d’enfants du tout), que vous êtes concerné en tant qu’être humain ?

En complément à cette action, vous pouvez également vous joindre à l’opération « Oxymètre », proposée par l’association Réaction 19:

« Maître Carlo Brusa, avocat et fondateur du collectif Reaction 19 proposait, dans cette interview du 8 février, la mise en place d’une stratégie visant à recenser les méfaits du port du masque sur la santé des enfants qui les portent quotidiennement afin de pouvoir agir concrètement auprès du ministère de l’Education nationale. Les parents qui souhaitent participer doivent acheter un oxymètre (environ 22 euros) et mesurer le taux d’oxygène de leur enfant, chaque jour, avant son départ à l’école, collège ou lycée et le mesurer à nouveau à son retour. »

L’article complet avec les explication du protocole sur Nexus:

Magazine Nexus

Le lien sur Réaction 19: https://reaction19.fr/action-en-cours/

Cette action concerne également les adultes travaillant dans des entreprises où le masque est obligatoire; vous trouverez le formulaire adéquate sur la page de Réaction 19, à laquelle vous devez adhérer (10€); car plus nombreux nous serons à nous réunir, moins nous serons dispersés pour agir.

Arkébi

**La Tribune Libre est l’espace de libre expression des abonnés des ME. Son contenu n’engage pas le site des ME.**

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Complément

Liste des médecins par départements du collectif « Laissons les Médecins Prescrire » (cliquer sur Médecins engagés)

Un nouveau chef de l’OMC promouvra le programme de Gates

Quelle grande famille. Tout s’emboîte à la perfection…Volti

*******

Source Observateur Continental

L’année dernière, lorsque, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS, a annoncé que la situation de la Covid-19 «pouvait être considérée» comme une pandémie, des restrictions et des interdictions de diverses activités économiques ont été imposées partout. Le commerce international a été paralysé. Fin 2020, le commerce international, selon des estimations préliminaires, a baissé de 9,2%.

L’autorité de l’OMC a commencé à décliner avant même la «pandémie». L’organisation est entrée dans une période de crise. Cela s’est terminé par le fait qu’en mai 2020, son directeur général brésilien, Roberto Azevêdo, a annoncé qu’il allait quitter son poste plus tôt que prévu. Le 31 août, il a vraiment quitté la présidence de l’OMC, environ un an avant la date d’échéance.

Lire la suite
1 2 3 29