Grève pour le climat – LAUSANNE – 2019 par Alexandre Salama..

Avec tout ce qu’il y a à changer et au vu de l’immobilisme de la part de tous les gouvernements, le seul constat qui s’impose, c’est de virer ce système ultralibéral et capitaliste qui ne détruit pas que des vies, mais aussi la planète. Partagez ! Volti

Retour en vidéo sur la première @Grève du Climat – Suisse avec 10’000 élèves dans les rue de Lausanne à manifester. En réponse à nos gouvernements qui refusent d’agir, la jeunesse se mobilise et appelle à un état d’urgence climatique. Prochaines étapes: Manifestation pour le climat – Lausanne le 2 février et une grève internationale le 15 mars. Alexandre Salama. Lire la suite

Dématérialisation numérique, le grand bluff ! Par Mondialisation.org..

Quand on nous parle de protection du climat, c’est un mensonge éhonté. Rien ne pourra être fait de concret si on continue sur la voie du toujours plus, et, si on étend les objets connectés et leur utilisation boulimique en matériaux rares, dont l’extraction pose de vrais problèmes tant humains que pour la biodiversité.. Ça chauffe et on continue d’alimenter la chaudière. Partagez ! Volti

******

Source Mr Mondialisation via Liliane Held Khawam

Le bilan doit être acté : la transition numérique ne tient toujours pas ses promesses en ce qui concerne la protection du climat et la transition écologique. Pire, ce qui est parfois improprement nommé « dématérialisation » de l’économie conduit en réalité à une augmentation importante des gaz à effet de serre et des activités extractives. Externalisée loin des yeux de l’utilisateur, elle échappe facilement à notre raisonnement. La consommation énergétique du numérique dans le monde augmente d’environ 9% par an, s’inquiètent ainsi les auteurs du rapport Pour une sobriété numérique dirigé par Hugues Ferreboeuf et commandé par le think tank The Shift Project. Lire la suite

Ces douze projets très polluants financés par l’État grâce à nos cotisations retraites et notre épargne…

Voilà ce que fait de notre argent la « vert-tueuse macronie », qui voulait nous faire payer la soi-disant pollution par nos diesels ? Mais quel scandale ! Partagez ! Volti

******

Auteurs Barnabé Binctin, Olivier Petitjean pour BastaMag

Illustration

 

Quand une mine de charbon géante engloutit un village en Allemagne, quand des Amérindiens sont chassés de leurs terres par un oléoduc, quand les compagnies pétrolières s’attaquent à l’Arctique, quand des millions de tonnes de CO2 supplémentaires s’apprêtent à être répandues dans l’atmosphère, c’est un peu, et bien malgré nous, grâce à notre argent. Voici douze projets méga-polluants dans lesquels l’Etat investit une partie de notre épargne et de nos cotisations retraites. Pour que la finance soit au service de « l’action climat », comme le souhaite Emmanuel Macron, il y a encore du travail !

Lire la suite

Climat : Les cinq questions auxquelles doit répondre la politique sur le réchauffement climatique..

Les scientifiques toujours aussi divisés sur le « réchauffement » climatique. Est-ce l’homme le responsable, comme on veut nous le faire croire et le lui faire payer ? Le Professeur Roy Spencer climatologue nous donne son avis. Partagez ! Volti

******

Source et traduction  Résistance71 via Aphadolie

Titre Original : Escroquerie du Réchauffement Climatique Anthropique: Les 5 questions qui tuent (Pr. Roy Spencer, climatologue) Les cinq questions qui doivent être répondues par la politique sur le réchauffement climatique.

Article original en anglais

Ce n’est un secret pour personne que je doute que l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère aura suffisamment d’effets négatifs sur l’environnement planétaire pour justifier l’énorme coût pour l’humanité de réduire substantiellement ces effets. Notez bien que cette prise de position possède deux composants, un scientifique et un concernant la politique énergétique. En fait, avec le “verdissement global”, nous devrions considérer la possibilité des bénéfices nets pour l’humanité. Lire la suite

Quand les ménages financent la transition écologique alors que les gros pollueurs en sont exonérés…

Article qui remet en perspective, l’arnaque des taxes pour le climat, alors que les plus gros pollueurs sont pratiquement exonérés, au nom de la compétitivité. Arrêter de vouloir faire toujours plus de profits au détriment de la planète et faire la part belle aux plus gros pollueurs. Ça devient urgent. Partagez ! Volti

******

Sophie Chapelle pour BastaMag

Emmanuel Macron a finalement décidé d’annuler pour l’année 2019 l’augmentation des taxes sur le carburant initialement prévue, dont seulement une infime part était directement fléchée vers le financement de la transition énergétique. La fiscalité écologique est-elle pour autant redevenue plus juste ? Celle-ci reste très largement supportée par les ménages, tandis que les utilisateurs de kérosène, du très polluant fioul lourd, ainsi que les principaux grands secteurs industriels français, en restent très largement exonérés. La séquence actuelle illustre parfaitement l’impasse d’une transition écologique sans véritable justice sociale et fiscale, ni nouvelles manières de produire, de voyager et de construire. Lire la suite

Ras le Bol des artistes bobos !

 

Pendant que les CRS sous les ordres du général Castaner bastonnent et énucléent à tour de bras les Gilets Jaunes, nos gentils artistes bobos, Marion Cotillard, Juliette Binoche, Abd al Malik, Elie Semoun et une trentaine de personnalités de tous horizons se mobilisent avec quatre associations pour assigner l’État français en justice pour inaction face aux changements climatiques. *1

J’en reste pantois. Outre le fait qu’on est loin d’être le pays le plus polluant de la planète, ces braves artistes voyagent en avion, en hélicoptère, en bateau… À cheval, rarement. Évidemment notre ancien Ministre de pacotille écologique, Nicolas Hulot, approuve la mobilisation. Rien d’étonnant. Il voyage en 4X4 et en hélico, a envahit le marché avec des produits Ushuaïa plombés aux produits chimiques, et il s’est barré au bout d’un an de son poste parce qu’un chasseur l’avait dans sa ligne de mire. Affligeant. Lire la suite

Lettre ouverte à Emmanuel Macron. Le racket sur les carburants va-t-il réellement servir à l’écologie?..

On ne sait si le Jupit-es-rien, lit toutes les missives qui lui sont adressées, mais il devrait, il paraîtrait moins ridicule avec ses soi-disant actions climato-racketo-écolo. Sa foi en lui-même est tellement grande que, tel Icare, la chute qui s’annonce va précipiter ce Narcisse, dans les limbes de la petite histoire, à moins que ce ne soit dans ses poubelles. Partagez ! Volti

******

Mon bien cher Manu,

J’espère que tu ne t’offusqueras pas trop du ton familier de cette lettre mais c‘est plus fort que moi. Comme je pourrais être ton paternel vu que j’ai à peu près l’âge de Brigitte, ta pimpante épouse qui te tutoie sans aucun doute, je ne vois aucune objection à te tutoyer aussi.

Tu essaies de nous faire croire que ton gouvernement prend des mesures pour sauver la planète du périlleux réchauffement qui nous menace et ou du moins de faire un (très très) petit pas exemplaire dans cette direction mais je te le dit tout net : d’abord, personne ne croit que ton racket sur les carburants va réellement servir à l’écologie et ensuite, ces mesures contre la pollution sont tout-à-fait inutiles.

Le processus de réchauffement climatique est enclenché et rien ne pourra l’arrêter. Quand le Titanic coule, il ne sert à rien d’écoper avec des cuillères à soupe. Lire la suite

« Transition écologique ? Et si nous parlions plutôt de transition économique !!! » L’édito de Charles SANNAT..

Il est plus juste de parler d’économie, que de continuer à tenter de nous manipuler avec l’écologie dont ces affamés de fric, se fichent comme d’une guigne. À l’inverse du peuple qui est conscient des enjeux et, de l’avenir de leurs enfants. Partagez ! Volti

******

Charles Sannat pour Insolentiae

En faisant depuis des années la politique de Bruxelles, à savoir une politique orientée vers le libre-échange, la consommation de masse (avec des PIB où la consommation représente 70 %) et bien évidemment la solvabilité des États pour payer les dettes jusqu’à la lie, on ne fait aucune politique susceptible de fédérer la population.

Il n’y a ni vision ni projet, même si Macron hurlait pendant ses meetings de campagne « tel est notre projet ». Ce projet, ces projets sont tellement peu enthousiasmants qu’ils n’incitent ni au rêve ni à la mobilisation des énergies. Lire la suite

Gouvernement : une peur… jaune…

Il est évident que Macron, avec son comité Théodule-climato-transito-machin-chose, n’a convaincu personne. Il en ressort que, toujours aussi éloigné des revendications du peuple des gueux, excédés par tant de mépris, ce mouvement des gilets jaunes, incorruptible car, civique et sans véritables leaders, va donner du fil à retordre à ce pouvoir « jupitérien », qui ferait bien de redescendre de son Olympe, pour servir ce peuple mécontent, au lieu de se servir à l’envi, dans des poches désespérément vides. On peut constater le gouffre béant qui sépare le peuple, de ceux payés par ce même peuple.  L’intervention du « premier sieur » de France, censée rassurer le peuple, c’est avérée tout à fait inutile. Le dit sieur qui n’a décidément rien compris et, fait mine de se sentir à l’aise, dans un costume trop grand pour lui. À ce petit jeu, qui va gagner quand on a plus rien à perdre ? Le « Jupi t’es rien », ferait bien de se poser la question. Partagez ! Volti.

******

Source H16 via Réseau-International

Excellente nouvelle : en repassant sous le seuil des 60 dollars le baril, le prix du pétrole est maintenant au plus bas depuis un an. On devrait donc se réjouir de la forte baisse du prix des carburants à la pompe.

Qu’on attendra longtemps.

Le gouvernement, en plein milieu d’un mouvement populaire qu’on ne peut déjà plus qualifier d’anecdotique, vient en effet de confirmer une hausse des taxes sur les carburants dès janvier (dans un gros mois, donc) ; on se tâte encore pour savoir si cette nouvelle augmentation (en pleine baisse des prix du produit de base) s’inscrit dans la partie « démocratique » de la transition écologique, ou dans sa partie « acceptable ». En tout cas, on peut raisonnablement l’inscrire à la colonne « crédit » du foutage de gueule maintenant permanent qu’entretient ce même gouvernement au sujet de cette transition, alors même que la France est un des pays développés les moins contributeurs aux gaz à effets de serre. Lire la suite

« Le vrai courage du patron de PSA qui ose dénoncer la supercherie du véhicule électrique. Les gilets jaunes vont être contents ! » L’édito de Charles SANNAT…

Bon billet mais, il y a longtemps que nous sommes au courant (pas électrique) alors que les mamamouchis sont carrément à la masse. Nous savons que la voiture électrique n’est pas pour tout le monde, et ce ne sont pas les 4000€ d’incitation du gouvernement qui sera probant, à moins que ce soit une incitation à l’achat à crédit genre leasing, que la construction est tout sauf écolo, qu’il faut des terres rares et que le recyclage n’est pas évident. Ça justifiera la construction de nouveaux EPR, gouffres financiers dont on ignore s’ils pourront fonctionner en toute sécurité, vu les soucis de cuves, de tuyaux et autres avaries détectées par l’ASN et l’installation généralisée des prises adéquates dans les points de rechargement, sinon combien ça coûtera « à la maison » ?.  Rien ne va plus, les jeux sont fait ? Partagez ! Volti

******

Charles Sannat pour Insolentiae

Les « mamamouchis », généralement, pour ne pas dire presque tout le temps, ne brillent pas par l’originalité de leurs pensées toujours convenues et nécessairement dans le spectre « moyen » de la « moyenne » souhaitée et admise par le système dont ils ne sont que des serviteurs extrêmement bien payés.

Être un « mamamouchi », c’est être un servile collaborateur. Un « salarié » presque comme les autres. C’est le prix de la paye et de la compromission qui change.

On est « meilleur », ce qui veut dire que l’on a nettement moins de problèmes moraux quand le chèque comporte plusieurs zéros. Lire la suite

1 2 3 5