Il existe au moins 10 variants du coronavirus en circulation

Variants anglais, sud africain, brésilien, japonais…
Après avoir utilisé tout le lexique de la virologie et de l’infectiologie, on en arrive à parler des variants comme dans les années 80 avec le VIH-2.

Il n’y a pas qu’un seul coronavirus, il y en a des milliers, et chaque personne fait un covid différent.

Nextstrain répertorie tous les variants et mutations séquencés à travers le monde, pour la période du 21 décembre 2020 au 21 janvier 2021, 10 variants sont identifiés avec des centaines de mutations à travers le monde :

https://nextstrain.org/ncov/global?dmin=2020-12-21

On remarque sur cette carte que les variants sont grandement dépendants de zones géographiques distinctes. Comment, pourquoi ? Mystère…

Lire la suite

Rencontrez les 380 billions de virus qui composent votre virome

Rencontrez les 380 billions de virus qui composent votre virome

Si vous pensez que vous n’avez pas de virus, détrompez-vous.

Il est peut-être difficile à comprendre, mais le corps humain est occupé par de grandes collections de micro-organismes, communément appelés notre microbiome, qui ont évolué avec nous depuis les premiers jours de l’humanité. Les scientifiques n’ont commencé que récemment à quantifier le microbiome, et ont découvert qu’il est habité par au moins 38 billions de bactéries (38 000 000 000 000). Ce qui est peut-être plus intriguant, c’est que les bactéries ne sont pas les microbes les plus abondants qui vivent dans et sur notre corps. Ce prix est décerné aux virus.

Lire la suite

Le VIH avait aussi un nouveau variant

par Neville Hodgkinson

Une impressionnante et sinistre impression de déjà vu se développe de jour en jour. Soudain, un deuxième variant du virus du COVID-19 se serait répandu en Grande-Bretagne.

C’était à peu près la même chose il y a 35 ans, lorsque la panique au sujet du sida était évoquée par les scientifiques dans le monde entier et qu’un variant du VIH, le VIH-2, a soudainement fait la une des journaux. Le nouveau méchant présumé a renforcé la peur et a entraîné une époque où toute idée ou preuve concernant la cause du sida qui ne mettait pas le VIH au premier plan était écartée.

Et ce, malgré les efforts de certains experts, dont des scientifiques de haut niveau, lauréats du prix Nobel, au cœur de la lutte contre le sida, pour nous faire savoir que le VIH n’avait jamais été établi comme la cause du syndrome. Ils ont montré que les prédictions de propagation, ainsi que les tests prétendant montrer une infection par le virus, n’étaient pas valables.

Comme aujourd’hui, une épidémie de tests inappropriés a donné une fausse impression de pandémie. Les modèles prédisant une propagation quasi universelle n’avaient aucun rapport avec la maladie et la mortalité réelles, qui restaient confinées à des sections relativement réduites de la population qui couraient d’autres risques dans leur vie.

Lire la suite

Danger de la 5G : 13 raisons pour lesquelles la technologie sans fil 5G risque d’être un désastre pour l’humanité

La 5G (5e génération) est maintenant activement déployée dans de nombreuses villes du monde. En même temps, alors que la prise de conscience de ses terribles conséquences sur la santé et la vie privée augmente, de nombreux territoires décrètent des moratoires ou des interdictions, comme la Belgique, la ville de Vaud (Suisse) et San Francisco (États-Unis). Les radiofréquences (RF) et les champs électromagnétiques (REM) sont de plus en plus reconnues comme de nouveaux types de pollution. Voici 13 raisons qui exposent le danger de la 5G, qui pourrait se transformer en une véritable catastrophe pour la santé et la vie privée.

  1. Détournement des glandes sudoripares

Le réseau 5G utilise et diffuse des fréquences qui affectent nos glandes sudoripares, qui fonctionnent comme des petites antennes. En d’autres termes, notre plus grand organe, la peau, peut être influencé et manipulé par le réseau 5G.
Un groupe de scientifiques en Israël a découvert que les glandes sudoripares humaines agissent comme de minuscules antennes et pourraient en principe être utilisées pour surveiller à distance les émotions d’une personne. En effet, l’émission de ces glandes, qui se situe dans la gamme des sub-terahertz, varie en fonction du niveau de sueur.

Lire la suite

Sputnik V – L’Ukraine refuse d’enregistrer le vaccin russe contre le coronavirus

Pourquoi ne mettons pas en balance, le vaccin russe Sputnik V, élaboré de manière conventionnelle, avec celui à ARNm prêt en quelques mois, des firmes Moderna, Astra-Zénéca et Pfizer-Biontech dont on ignore tout quant à leurs effets, qui n’ont jamais été utilisés sur des humains ? Il y a un sacré problème d’éthique médicale, puisque plusieurs phases ont été écartées (à cause de l’urgence !??) pour passer directement à l’humain et, quand des sommités mondiales font part de leurs doutes, qu’ils sont censurés partout, ça doit inciter à se poser des questions sur le but réel de cette expérience mondiale. Qui sont les vrais « charlatans » dans cette histoire ? De plus, quand la politique, les conflits d’intérêt, la corruption s’en mêlent, c’est l’apothéose ! Le consentement libre et éclairé ne peut plus être invoqué. Il y a des morts jeunes après la vaccination au Portugal, en Grèce mais, le « vaccin » n’y est pour rien paraît-il ! Depuis combien d’années les chercheurs font-ils appels aux dons via les téléthon et autres pour leurs thérapies géniques contre la mucoviscidose, le Sida, le cancer ? Ils n’ont toujours rien trouvé. Là en 8 mois, ils ont la solution pour le Covid ? Un vrai débat public devrait être exigé et on devrait parler des vaccins russe (que la Russie met à la disposition de tous) et chinois conventionnels, d’autant que la France dépend (comme d’hab) des décisions des autres, elle n’aura pas les doses en temps et en heure, ce qui va l’obliger à mélanger des mixtures de différents labos. Avec quelles conséquences, à quel prix ? La russophobie n’explique pas tout. Partagez ! Volti

********

Par Christelle Néant pour Donbass-Insider

Suite à la requête d’enregistrement en Ukraine du vaccin russe Sputnik V déposée par la société Biolek, basée à Kharkov, les autorités ukrainiennes ont opposé une fin de non-recevoir sous un prétexte bidon, alors que le pays a interrompu les négociations visant à signer un contrat d’approvisionnement pour un vaccin contre le coronavirus.

La société Biolek demande l’enregistrement du vaccin Sputnik V en Ukraine

Le 30 décembre 2020, la société Biolek, basée à Kharkov, un des fleurons de l’industrie pharmaceutique ukrainienne, qui a la capacité de production et le personnel qualifié nécessaires pour produire un vaccin contre le coronavirus, a déposé auprès du ministère ukrainien de la Santé une demande d’enregistrement pour le vaccin russe Sputnik V. Le but de cette demande était de pouvoir produire le vaccin russe directement en Ukraine, et d’assurer ainsi rapidement la vaccination de la population ukrainienne.

Lire la suite

Peut-on penser l’ADN comme un code informatique ?

Molécule d’ADN/Pour illustration/123.RF

Par : Aude Grezy pour The Conversation via Aphadolie

J’ai récemment vu sur Netflix un reportage intitulé « Sélection contre nature ». Cette mini-série s’interroge à propos des kits de modifications du génome que l’on peut acheter pour « jouer » chez soi au biologiste, dans le mode bio-hacking ou science participative (il y a débat). Ces kits permettent de modifier l’ADN contenu dans les bactéries de labo Escherichia coli, et la chose est perçue comme un simple travail d’édition sur un fichier Word. Comme si l’ADN était un texte où il suffit de couper, copier, coller… pour tout contrôler. Évidemment, c’est tentant !

Lire la suite

Des bébés génétiquement modifiés verront-ils bientôt le jour en Russie ?

Et la folie continue.. Partagez ! Volti

*******

Source Aphadolie

Pr Denis Rebrikov

En Russie, le biologiste Denis Rebrikov a annoncé son intention de faire naître des bébés génétiquement modifiés. En altérant les embryons, le biologiste russe souhaite donner naissance à des bébés immunisés contre les virus comme le sida ou les maladies héréditaires.

Le chercheur russe Denis Rebrikov veut modifier génétiquement des embryons pour leur éviter d’hériter de la surdité de leurs parents. Alors que les premiers « bébés OGM » sont déjà nés en Chine en novembre 2018, plusieurs chercheurs rappellent que l’utilisation de l’outil génétique CRISPR-Cas9 présente des risques encore largement méconnus.

À l’automne dernier, les deux premiers bébés humains génétiquement modifiés naissaient en Chine. Un troisième « bébé OGM » chinois serait également né ou sur le point de naître. Trois cas inédits, fruits de l’initiative personnelle de He Jiankui. Le chercheur s’est servi de l’outil moléculaire CRISPR-Cas9 pour modifier un gène sur des embryons dans l’espoir de les rendre résistants au virus du sida. L’annonce surprise de He Jiankiu lui a valu d’être rapidement mis au ban de la communauté scientifique internationale, accusé d’avoir violé et contourné les règles de bioéthique et placé en résidence surveillée par les autorités chinoises.

Lire la suite

Vaccin ARNm : l’appel solennel du Pr Perronne

Rappel sur le message du Pr Perronne sur ces nouveaux « vaccins » qui en fait, n’en sont pas. Il n’est pas certains que les vaccinés ne contractent pas le covid, que ceux-ci ne soient pas contagieux, ni qu’ils soient protégés. Par contre on doit rappeler que, qu’en on touche à la génétique, les modifications ne sont pas visibles instantanément et peuvent surgir sur les générations suivantes. Écoutez sur le sujet le Dr Louis Fouchet. Alors à quoi bon prendre le risque ? Merci à Philippe L. Partagez ! Volti

******

Publié par France-Soir

Merci pour l’image

Courrier du Pr Perronne

La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille.
Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour de la démocratie.

En tant que médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ayant été président de nombreuses instances ou conseils de santé publique, y compris sur les vaccins, je mesure chaque jour les incertitudes générant la peur et le désarroi croissant de nos concitoyens. Je prends le risque d’être à nouveau qualifié de « complotiste » ou mieux de « rassuriste », termes désignant ceux qui critiquent ou challengent la pensée unique.

Lire la suite

Les Etats-Unis ont cru revivre leur Pearl Harbor 12 jours avant Noël

À force de jouer à se faire peur, on cours le risque d’une « bévue ». Suite à la panique là où il n’y avait un seul radar fixe, il y a à présent 17 avions radar au sol, qui sont perçus comme tours de contrôle, dont vous pouvez lire les indicatifs. Merci à Thierry65 pour la capture d’écran et les explications. Partagez ! Volti

********

Observateur-Continental

Une profonde panique sur la base militaire américaine de Ramstein a eu lieu en Allemagne quand les Américains ont confondu une attaque hypersonique venant de Russie avec de simples essais de tirs d’un sous-marin russe en mer Blanche. En réalité, une véritable attaque effectuée avec une arme hypersonique n’aurait pas laissé le temps à la base américaine de faire tinter ses sirènes d’alarme ce qui effraie le Pentagone. 

Une avancée technologique époustouflante. Die Welt explique que «les armes hypersoniques présentent un danger d’une toute nouvelle nature» car «ces engins développent une vitesse énorme et sont très maniables». Cela leur permet de «contourner facilement tous les systèmes de défense antimissile» et qu’ «en conséquence, même la parité entre les puissances nucléaires est menacée» et que «deux Etats [la Russie et la Chine] ont acquis un avantage décisif sur les autres».

Lire la suite
1 2 3 127