Glyphosate : Le scandale n’est pas là où on l’attend…

Il y a des guerres qui sont silencieuses, ce sont celles des intérêts de firmes, qui œuvrent en coulisses pour asseoir leur monopole, accroître leurs bénéfices et, les dividendes de leurs actionnaires. Je suis fondamentalement contre toutes utilisations chimiques dans nos champs et ailleurs depuis toujours mais, pour que le débat puisse avoir lieu, encore faut-il donner la parole aux utilisateurs du glyphosate et, écouter leur arguments pour tenter de comprendre. Vos avis sont les bienvenus. Partagez ! Volti

******

Par #glyphosate Pétition adressée à M. Le Président de La République

Il y a peu de rationnel dans ce débat surexposé par les médias où on entend tout et son contraire. Je constate de façon navrante que les organisations professionnelles agricoles, syndicats, chambres d’agricultures ne se sont pas saisies publiquement de ce sujet et l’on laissé aux opposants de tous bords qui n’ont aucune compétence technique en matière d’agriculture et de phytopharmacopée. Il me semble important en tant qu’acteur de la filière agricole de remettre les choses à leur place de façon à donner un peu de rationalité au débat.

Lire la suite

Un expert en radiation prévient que la 5G est une catastrophe mondiale..

Les études scientifiques sur les effets des OEM qui ne prouvent pas de manière formelles la nocivité des OEM, est le moteur à la prolifération de ces techniques toujours plus puissantes, qui ne prennent pas en compte l’effet d’accumulation de ces ondes électromagnétiques, via tous les objets connectés présents et à venir. Nous ignorons leurs impacts (bien que soupçonnés) sur les animaux, les insectes, etc.. Quant à l’humain, l’hypersensibilité à ces ondes est souvent classée comme maladie psychosomatique. Aucun principe de précaution ne saura empêcher cette technologie de se répandre, les considérations environnementales ou sanitaires, n’étant pas dans les projets des apprentis sorciers. Vite, toujours plus vite et, pas forcément bien. Tout est sous contrôle, l’amiante, le nucléaire, les médicaments, les pesticides, etc.. Jusqu’à ce que les scandales sanitaires éclatent. Merci à Françoise G. Partagez ! Volti

Source : Lyme-Métaux-Lourds.org (vidéos sur le site source)

Arthur Robert Firstenberg

Un activiste de premier plan sur la question des rayonnements électromagnétiques et de leurs impacts négatifs sur la santé publique a décrit le déploiement de la 5G comme une « expérience sanitaire de grande envergure » qui pourrait « devenir une catastrophe mondiale ».

Arthur Robert Firstenberg est un défenseur reconnu de la réduction du développement des réseaux 5G aux États-Unis et dans le monde, affirmant que le très haut débit pourrait provoquer le cancer chez l’homme et la faune, ainsi qu’exacerber les symptômes de l’hypersensibilité électromagnétique.

Lire la suite

Greenpeace avertit que le stockage des déchets nucléaires : est une « crise mondiale » alors que les stocks atteignent 250.000 tonnes…

Comment abandonner le nucléaire, vu que personne n’a jugé utile de mettre suffisamment d’argent dans les énergies renouvelables ? Continuer c’est accumuler encore plus de déchets sans savoir quoi en faire, les solutions d’enfouissement à grande profondeur, ne sont pas assez sécurisées sur le long terme. Laissez ce funeste héritage aux générations futures, dans l’espoir qu’ils soient plus intelligents que nous et trouvent la solution, c’est comme espérer trouver les six bons numéros au loto. Le progrès est bon, à condition de ne pas faire n’importe quoi et, dans le domaine du n’importe quoi, nous sommes les champions. Partagez ! Volti

******

Source Dunrenard.wordpress.com via Crashdebug

Tout de suite, on comprend mieux pourquoi ils re-parlent de mettre des déchets radioactifs dans les biens de consommation et les produits de construction en France…. Avec des réacteurs au Thorium, on pourrait brûler toutes ces saloperies… Hélas vous connaissez l’histoire du Thorium, hein… Vive les lobbies !!!!

Des sacs de déchets radioactifs se trouvent devant une installation d’incinération à Tomioka, dans la préfecture de
Fukushima, en juillet 2016.T

Le stockage des déchets nucléaires est une « crise mondiale ».

Selon un rapport de Greenpeace, les installations de stockage des déchets dans sept pays ont révélé que plusieurs d’entre elles étaient presque saturées. L’effondrement partiel de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima en 2011 a mis en évidence le danger des piscines de combustible usé.. 31 janvier 2019

PARIS – Les déchets nucléaires s’accumulent dans le monde entier alors même que les pays s’efforcent d’éliminer les combustibles usés qui resteront très toxiques pendant des milliers d’années, a expliqué Greenpeace dans un rapport mercredi.

Une analyse des installations de stockage des déchets dans sept pays dotés d’énergie nucléaire a révélé que plusieurs d’entre eux étaient presque saturés, a indiqué l’organisation non gouvernementale antinucléaire.

Tous ces pays ont également été confrontés à d’autres problèmes qui n’ont pas encore été totalement maîtrisés : risque d’incendie, évacuation des gaz radioactifs, contamination de l’environnement, défaillance des conteneurs, attaques terroristes et augmentation des coûts.

« Plus de 65 ans après le début de l’utilisation civile de l’énergie nucléaire, aucun pays ne peut prétendre qu’il a la solution pour gérer les déchets radioactifs les plus dangereux », a déclaré Shaun Burnie, expert nucléaire à Greenpeace Allemagne et coordinateur du rapport, dans une déclaration.

En particulier, le stockage des déchets des réacteurs nucléaires en profondeur – la technologie de stockage à long terme la plus étudiée – « a montré des défauts majeurs qui l’excluent pour l’instant comme une option crédible », a-t-il dit.

Actuellement, il existe un stock mondial d’environ 250.000 tonnes de combustible irradié hautement radioactif réparties dans 14 pays.

La majeure partie de ce combustible reste dans des piscines dites de refroidissement sur les sites de réacteurs qui ne sont pas dotés d’un confinement secondaire et qui demeurent vulnérables à une perte de refroidissement. Certains n’ont pas de source d’alimentation de secours.

L’effondrement partiel de la centrale nucléaire de Fukushima en 2011 a clairement montré que le risque de chaleur élevée des piscines de combustible usé n’est pas hypothétique.

Le rapport d’une centaine de pages, élaboré par un panel d’experts, a mis en lumière les lacunes de la gestion des déchets volumineux en France, qui possède le deuxième parc de réacteurs nucléaires en importance (58), après les États-Unis (une centaine environ).

« Il n’y a pas de solution crédible pour l’élimination sûre à long terme des déchets nucléaires en France », selon le rapport.

Les organismes de contrôle français ont déjà fait part de leurs préoccupations quant à la capacité des piscines de refroidissement massives en Normandie sur le site de La Hague. En réponse, le géant de l’énergie Orana, qui gère le site, a déclaré dans un communiqué qu’« il n’y a pas de risque de saturation des piscines à La Hague avant 2030 ».

Aux États-Unis, des milliards de dollars et des décennies de planification n’ont pas permis de sécuriser un site de stockage géologique, note le rapport.

L’installation souterraine de Yucca Mountain – en construction depuis des décennies – a finalement été annulée en 2010 par le gouvernement Obama.

Environ 70% du combustible usé aux États-Unis reste dans des piscines de refroidissement vulnérables, souvent à des densités plusieurs fois supérieures à celles prévues à l’origine.

Les déchets nucléaires provenant de l’extraction de l’uranium constituent également une préoccupation environnementale majeure.

Les stocks mondiaux de résidus d’usines de concentration d’uranium – des déchets sableux qui peuvent s’infiltrer dans l’environnement local – étaient estimés à plus de 2 milliards de tonnes en 2011.

Les autres pays couverts par le rapport sont la Belgique, le Japon, la Suède, la Finlande et la Grande-Bretagne.

Source originale JapanTimes.co via Dunrenard.wordpress.com relayé par Crashdebug

Voir : (extrait)

Des déchets radioactifs dans les biens de consommation et les produits de construction ?

Spécial investigation 2015 Nucléaire : la politique du mensonge ? (Canal+)

1 – La très étrange transaction de 170 millions d’euros entre Areva et M. Bolloré

2 – Derrière le fiasco de l’EPR, les errements du Creusot sous la responsabilité de M. Bolloré et d’Areva

3 – Dans l’usine du Creusot, trois décennies de gestion défaillante

Nucléaire : Des anomalies repérées sur 18 réacteurs français…

Tous exposés à de plus fortes radiations. C’est ce que prépare un décret très discret

Nucléaire : La France choisit de multiplier par 100 le taux de référence en cas d’urgence ! 

etc…

USA | Rob Greenfield : Le retour à la nature comme mode de vie..

Yakafokon et lui l’a fait. Il faut bien commencer pas un bout, ne se satisfaire que de l’indispensable. C’est repenser tout son mode de vie, en se recentrant sur l’essentiel. Ça donne le temps de vivre vraiment ? Partagez ! Volti

******

Source Positivr via Aphadolie

Illustratio

Il vit avec trois fois rien mais n’a pas besoin de plus. Sa seule ambition ? Vivre simplement et, si possible, entraîner les autres avec lui… Axel Leclercq

Beaucoup de gens rêvent désormais d’une vie plus simple, plus minimaliste, plus proche de la nature, moins centrée sur l’argent et davantage tournée vers le partage. Et, parmi tous ces gens, il y a ceux qui franchissent le pas, qui transforment ce rêve en réalité. Exemple avec Rob Greenfield qui vise l’autonomie alimentaire et la sobriété en toute sérénité…

Lire la suite

Manger végétarien, bon pour la santé ? Ce que dit, et ce que ne dit pas la science

Végan ou carnivore, un article qui vous explique le vrai et le surfait en matière de nutrition. Partagez ! Volti

******

Auteur François Mariotti Professeur de Nutrition – Professor of Nutrition, Agro ParisTech – Université Paris-Saclay pour The Conversation

Les régimes végétariens sont à la mode ! Mais sait-on vraiment s’ils sont une panacée pour vivre vieux et en bonne santé ou, au contraire, font courir un risque grave à ceux qui les adoptent ? La confusion est totale du côté du grand public et, du côté des scientifiques, ce n’est pas très clair non plus.

Pourquoi ? Parce que la nutrition est une discipline complexe : pas évident de trouver une réponse simple sur un sujet aussi vaste que celui des relations entre un éventail de pratiques alimentaires particulières et la santé, prise dans toutes ses dimensions.

À cette difficulté intrinsèque, s’ajoute un problème propre à notre société moderne : l’information scientifique y est maltraitée, les émetteurs peuvent être peu compétents, les médias diffuser de l’information parcellaire, souvent biaisée et mal interprétée… De facto peu interprétable. Souvent, on met en avant une étude très particulière sans évoquer la centaine qui l’a précédée. On ne fait pas référence aux consensus d’experts issus des agences nationales (comme l’Anses) ou d’initiatives internationales.

Si la science a, en quelque sorte, baissé pavillon, c’est que le sujet du végétarisme est aujourd’hui politique et sociétal. Il y a deux raisons à cela, et tout d’abord, une conjoncturelle.

Lire la suite

Pollution aux particules fines : comment la RATP met en danger la santé des travailleurs et des usagers..

Existe-il un endroit non pollué ? La question est posée. Quant à la solution, elle dépend d’un changement drastique de tous les acteurs. Nous n’avons pas de planète de rechange. Partagez ! Volti

******

Auteur Nolwenn Weiler pour Bastamag

Dans le métro, ses quais, ses couloirs, l’air est chargé en particules fines. En cause : la pollution du trafic routier qui s’engouffre dans les tunnels, les systèmes de freinage des trains, ou encore les outils utilisés pour les travaux de maintenance, qui fonctionnent au diesel. Conséquence : cinq millions d’usagers respirent quotidiennement des niveaux élevés de particules fines, et une surmortalité chez certains travailleurs, plus exposés que les passagers. Les poseurs de voie, souvent des sous-traitants, sont les plus touchés. La RATP, parfaitement au courant de la situation, ne semble pas pressée d’agir, malgré les mises en garde de différentes autorités sanitaires et des syndicats. Enquête. Lire la suite

Nouveau scandale sanitaire dans un abattoir en Pologne..

Tout pour le profit et tant pis pour la santé. Se fier aux étiquettes, ne va pas suffire non plus. Merci X’yd. Partagez ! Volti

******

Auteur Maylis Choné, pour ConsoGlobeUn nouveau scandale alimentaire à l’échelle européenne est-il sur le point d’éclater ? Des vaches malades, incapables de marché, traînées au sol dans un abattoir en Pologne… Et pourtant la viande sera mise sur le marché.

En Pologne, de tristes images tournées en caméra cachée dans un abattoir, et diffusées il y a quelques jours montrent des vaches malades traînées au sol pour être abattues. Problème, la viande sera mise en circulation et vendue au même titre que de la viande saine, sans aucun contrôle.

Pologne : des vaches malades abattues… pour leur viande Lire la suite

Linky : une petite commune fait plier Énédis …

Ces nouveaux compteurs « intelligents » qu’il faudra changer dans 15 ou 20 ans, alors que nos compteurs fonctionnent parfaitement et sont conçus pour durer, une soixantaine d’année. On ne comprend pas cet acharnement à imposer ce compteur, contre la volonté des usagers qui craignent pour leur santé, au vu des enquêtes bâclées sur les effets sur le long terme des ondes électromagnétiques, déclarées potentiellement cancérigènes  par l’OMS. Même le principe de précaution est bafoué, il faut installer coûte que coûte ces satanés engins. Nous sommes entourés d’appareils connectés en permanence qui rayonnent déjà, faut-il en sus, rajouter un appareil de comptage qui irradiera toute l’habitation, via le circuit électrique ? Avec les antennes relais à intervalles, pour assurer la transmissions des informations ? Encore de graves soupçons de nocivité, puisque les animaux subissent eux aussi. Voir Sarthe : 200 000 lapins tués par… une antenne relais, ou encore Les animaux d’élevage stressés par les rayonnements électromagnétiques. Et, ça va coûter un pognon de dingue, comme dirait qui vous savez. Partagez ! Volti

******

Source Citizaction PÉTITION

La bataille contre les compteurs verts ne faiblit pas !

Partout en France, semaine après semaine, des dizaines de mobilisations s’organisent localement contre la tyrannie d’Enedis, qui prévoit bel et bien d’installer son compteur Linky sur tout le territoire, et ce qu’importe l’avis des citoyens

Mais, dernièrement, une petite commune de l’Eure a décidé de s’opposer à Enedis, en faisant valoir son droit de refuser la pose des compteurs Linky…

Vous vous en doutez : cette demande n’a pas plu à Enedis, qui s’est aussitôt empressé de saisir le tribunal administratif de Rouen, pour attaquer la commune…

Et, contre toute attente : le tribunal n’a pas accepté la requête d’Enedis, et a même condamné l’entreprise à verser 1 000 euros à la commune de 3 000 habitants, pour l’indemniser de ses frais de justice !

Cette victoire symbolique prouve bien que lorsque des citoyens se regroupent massivement pour faire barrage à une pratique injuste, ils peuvent réussir à faire condamner les puissants… Lire la suite

Don du sang : Vers un nouveau scandale ?..

Nous avions déjà parlé de ces machines à problèmes et, voilà que Le Média a mené une enquête très inquiétante. Merci à Claire Marie. Partagez ! Volti

******

Source Le Média via Les Crises

Le don du sang, un geste altruiste et généreux, « le sang est un don, l’éthique est un devoir ! » annonce fièrement l’Établissement français du sang. Et si la France faisait face à nouveau scandale de santé publique mettant en cause l’Etablissement français du sang ? 30 ans après le scandale du sang contaminé, les autorités sanitaires françaises font face à un nouveau problème, géré dans la plus grande opacité.

Au cœur du dysfonctionnement : une procédure, le don par aphérèse. Une pratique qui consiste à extraire de votre sang, votre plasma, vos globules rouges ou vos plaquettes. En France, en 2017, on comptait près de 450 000 dons par aphérèse, cette procédure est réalisée, entre autre, par les machines de la société américaine Haemonetics qui équipent encore aujourd’hui les Établissements français du sang. Lire la suite

Le poisson gonflé à l’eau, ça n’est pas une légende..

Rien ne nous sera épargné pour nous faire payer plus cher, même l’injection d’eau pour « gonfler » le poisson et l’alourdir. Ce qui ne se vend pas, ne se fabrique pas, changeons nos habitudes. Vous croyez que le voyage de ce poisson de la Norvège en Chine, n’a pas d’impact carbone sur le climat ? « Ils » continuent à nous prendre pour des abrutis, juste bons à payer. Partagez ! Volti

******

Source Positivr.fr via Aphadolie (vidéo)

Illustration

Des injections d’eau et de phosphate pour que le poisson ait l’air plus gros. Des cabillauds pêchés en Norvège qui font un détour par la Chine pour être débités en filet avant de revenir en Europe. Cette enquête de France 5 va vous donner envie de lever le pied sur ce poisson à chair blanche… Lire la suite

1 3 4 5 6 7 309