Michel Onfray, ce résistant « de panurge » dont toutes les dictatures raffolent

Le « pro avortement et pro mariage gay » Michel Onfray (les deux pierres angulaires de la déchristianisation éthique, hein…) a passé la totalité de sa vie médiatique à « pourrir » et à essayer de discréditer l’Église catholique. En cela, il se situe pleinement dans la mouvance habituelle du politiquement correct le plus niais et le plus réflexif. Il est un déconstructeur comme les autres. Un énième « bouffeurs de curés », c’est tout. C’est pourquoi, le voir maintenant « se vendre » comme un  pourfendeur de la pensée unique et un défenseur de la France éternelle, donne envie de vomir. Lire la suite

Les croisades, l’inquisition et les bouffons

Dans notre monde de « toutous de Pavlov » abruti par 230 ans de fausse historiographie maçonnique anticatholique, il convient de temps en temps de dire la vérité, et quand bien même cette vérité écorche les oreilles des bien-pensants. Dans cette courte vidéo, j’ai décidé aujourd’hui de vous « ré-informer » sur ce qui s’est vraiment passé pendant les croisades et l’inquisition.

 

Jean-Pierre Aussant

L’apologétique de l’avortement ou l’art de la fausse sémantique

 
Tous les arguments (sans exception) en faveur du meurtre légal des « enfants-à-naître » se laissent, dans le cadre d’une analyse précise, démolir avec la plus grande facilité. Cela prouve au moins une chose: Le vrai débat rationnel et contradictoire sur l’avortement n’a à ce jour toujours pas eu lieu. La dictature culturelle planétaire dont les médias sont infestés et qui repose sur le noyau dur du fondamentalisme féministe international ne l’a pas permis. A l’aide de onze arguments, j’en apporte ici la preuve.
1: Le libre choix?
Le vrai libre choix consiste à laisser choisir la personne qui est la plus concernée et qui risque de se faire tuer, c’est-à-dire « l’enfant-à-naître ». Celui-ci, en effet, choisit toujours de se développer et donc de vivre. Respecter son choix, implique donc de s’opposer à l’avortement. (Notons que la mère, elle, avortement ou pas, survit toujours).

Lire la suite

La nécessaire illusion de la différence organisée par le système.

diviser et conquérir
 
Il est aussi imbécile de faire porter le chapeau de la dictature de l’hygiène à Mr Macron (en fait, simple pion interchangeable dans les mains des lobbys internationaux) que de cantonner exclusivement la culture de mort dans les rangs des partis de gauche. La culture de mort actuelle est le fruit d’un long cheminement qui a pris sa source dans l’avénement du protestantisme et de la franc-maçonnerie (le protestantisme ayant précédé de peu la franc-maçonnerie spéculative).

Lire la suite

Végano- écologisme et transhumanisme : l’union sacrée dans la haine de l’homme et donc dans la haine de Dieu

Bizarrement deux mouvements qui devraient pourtant être opposés, d’un côté le transhumanisme qui se développe actuellement grâce aux progrès fulgurants des sciences-NBIC (nanotechnologies, biotechnologie, informatique et sciences cognitives)- et de l’autre, le fondamentalisme végano-écologiste qui propose, in fine, une sorte de retour en arrière, se rejoignent non seulement sur leurs origines (Les lumières) mais aussi sur leurs finalités : la négation de la nature profonde et de la dignité de l’homme telles qu’elles ont été pensées et voulues par Dieu. Lire la suite

Le 14 juillet se prépare au jardin…

Auteur Sylvain Rochex

Rubie et Melie (Sylvain Rochex)

Pendant la totalité du printemps, le jardinier est un véritable naturelier… Comment ça ce mot n’existe pas ?! C’est qu’en fait, voyez-vous, je voulais dire véritable « artificier », de ceux qui fabriquent les feux d’artifice, ceux qui œuvrent pendant des mois dans le secret pour préparer une explosion de couleurs et de scintillements, une pétarade de beautés étoilées, une symphonie de lumières… Le jardinier lui aussi travaille pour le feu d’artifice du 14 juillet, mais aussi pour chaque jour de l’année. Mais en ce qui le concerne, ce ne sont pas des artifices, ce ne sera pas artificiel et encore moins artificieux… Ce sera naturel et véritable. Le jardinier est aussi un véritier. Encore un mot qu’on ne connaît pas, mais vous avez compris ! Le jardinier travaille comme l’artificier du 14 juillet, mais à partir de la nature et de la vérité.

Lire la suite

Neura Robotics va lancer un « robot révolutionnaire » lors de l’événement Future Days

Pas rassurant cette propention à imiter le plus possible l’homme, jusque dans ce qu’il a de personnel, les émotions…

Par Quentin Claudel pour La Robolution

Malgré l’arrivée d’IAs plus élaborées les unes que les autres et le développement de la robotique nous gardions tout de même une certaine distance nous permettant de nous démarquer des robots. Il s’avère qu’aujourd’hui la frontière s’affine bien plus que prévu avec l’arrivé de robot dotés d’une sensibilité.

Une sensibilité certes pour le moment (je le pense) perfectible mais bien propre à chaque vie biologique sur Terre. Nous serions donc capable de reproduire la perception humaine afin de la doter à nos « fidèles amis » les robots.

La créativité est quelque chose permettant à l’homme d’être ce qu’il est et au début de son histoire de survivre aux potentiels dangers. Sa nature curieuse lui permis de découvrir et de créer de nouvelles technologies tantôt farfelues, tantôt ingénieuses.

Lire la suite

Victor Hugo : « A en croire les religions, Dieu est né rôtisseur »

A certains moments de faiblesse, l’homme, du moins certains hommes, ont besoin de soutien et d’aide ; ont besoin de quelque chose sur quoi s’appuyer. Les religions, magnanimes et plein de bonté (divine, sans jeu de mots !) surviennent alors pour réconforter les impétrants ! Elles promettent bien évidemment le paradis (mais, après la mort), la plénitude (mais, après le vide sidéral dans lequel les hommes en question se trouvent), la richesse intellectuelle et physique (mais, après le marasme quotidien dans lequel ils se baignent).

Si l’intéressé cède aux sirènes et aux mirages promis, c’est parfait ! Un fidèle de plus (fidèle au sens canin du terme !) à essorer pour le bien de son âme dans le paradis de dieu, de tous les dieux !

Si par malheur, le fidèle en question se révèle infidèle, alors les problèmes commencent : Enfer, éternelle damnation, exclusion du corps des fidèles (même Spinoza en a fait les frais en son temps), punition divine, eau bouillante et sel sur les plaies purulentes, écorchures de l’âme et du corps… je pourrais continuer longtemps l’énumération des supplices et autres tortures de l’esprit et du corps auxquels sont soumis les récalcitrants à l’autorité religieuse, que dis-je, divine ! Lire la suite

[MàJ] Les Devoirs de l’Homme et du Citoyen

Sylvain est très en forme. Partagez ! Volti

Mise à jour deux paragraphes rajoutés..

*******

Par Sylvain Rochex

Un monde qui prend sa source dans un corpus noétique tel que « les Droits de l’Homme » ne peut qu’aller de mal en pis. Il ne peut qu’involuer maladivement et régresser jusqu’à la mort.

Et pourtant, voilà plus de deux siècles qu’on a associé « les Droits de l’Homme » à celle de «bien», de progrès pour l’humanité, d’homme nouveau, voire « d’Être suprême». Et voilà même deux siècles que nous n’avons eu de cesse de bâtir à partir de ça et de chercher à étoffer ce fondement pourtant vicié dès le départ. Les Hommes se sont même tous transformés en sempiternels chercheurs de nouveaux droits.

Chaque Homme s’est peu à peu obnubilé par ses droits et avance dans la vie en ayant comme moteur sa capitalisation de droits nouveaux. Le concept de Justice s’est fait également entièrement contaminé par la notion. La notion de droits a dévoré le monde entier. Il s’agit d’une descente aux enfers car Droits et Devoirs se superposent en tous points à Charnel et Spirituel.

Penser le monde en terme de droits, c’est être charnel. Penser le monde en terme de devoirs, c’est être spirituel. Le seul et véritable progrès serait celui de fonder une nouvelle ère à partir des Devoirs de l’Homme et du Citoyen, afin d’élever l’Homme au dessus de son animalité (égoïste et charnelle). Comment a-t-on osé nous faire croire que penser en terme de Droits correspondait à une élévation ?!

Chacun peut facilement faire l’expérience dans sa tête de la différence morale fondamentale (et totale) qui existe entre se laisser pénétrer par la question : quels sont mes droits ? ou bien par la question : quels sont mes devoirs ? Dans le premier cas, le mouvement est un retour à soi, c’est une recherche animale de ses intérêts, il s’agit de prendre. Dans le deuxième cas, on ouvre une brèche, on se met en chemin pour renoncer à sa propre vie afin de se mettre au service de La Vie, on prend le chemin du don de soi.

Lire la suite
1 2 3 71