Youpi, le passeport sanitaire puis sociétal se met en place

Par H16

Saupoudrez un peu d’urgence sur de la peur, et vous pourrez tout justifier : utilisant l’épidémie de coronavirus comme prétexte en or massif, l’Europe accélère à présent la mise en place d’un passeport sanitaire largement poussé par les autorités de certains pays, France en tête, trop heureuses d’enfin trouver un moyen de pister finement, contrôler et contraindre des populations vraiment trop turbulentes.

Reconnaissons aux autorités d’avoir su jouer leur partition avec efficacité, maniant tour à tour bâton et carotte sur les populations : le bâton fut généreusement distribué en multipliant les confinements, et ce alors que, le temps passant, il a été largement montré depuis qu’ils ne servent à rien pour contre-carrer l’épidémie. Les restrictions administratives débiles se sont multipliées (à tel point que même un galimatias gluant de moraline comme le New-York Times est obligé de reconnaître que la bureaucratie française est allé bien trop loin), les vexations scientifiquement idiotes aussi (combien d’énarques faut-il pour vous visser un masque au pif ?) et l’ambiance du pays, déjà assez moyennement folichonne, s’est encore dégradée à chaque bordée d’amendes et chaque nouvelle conférence de presse des tamponneurs de cerfa glorifiés qui forment le gouvernement français.

Lire la suite

« Face à la pénurie, PSA revient aux compteurs à aiguilles !! » L’édito de Charles SANNAT

Par Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Au volant de ma Dacia Lodgy dernier cri, mais dont les 3 chiffres du centre de la plaque sont tout de même 007, ce qui fait hurler de rire le chef de l’atelier de mon Renault du coin à chaque fois que je vais y traîner mes roues qui me donne du « Monsieur Bond », je suis passé quelques peu à côté de la révolution technologique des écrans qui peuplent désormais toutes les voitures modernes. Tablettes, écrans plats, machins tactiles et autres bidules numériques avec prises « bloutouches » intégrées et tout le tintouin.

Mais c’est qu’il y en faut des semi-conducteurs pour aider les conducteurs qui seraient vite des demi-conducteurs sans toutes leurs assistances électroniques.

Lire la suite

Sortir du confinement ? Vous n’y pensez pas !

Par H16

La facture vient de tomber : saboter pendant un an le commerce d’un pays comme la France, ça nous coûte un petit 424 milliards d’euros bien dodus que seule notre opulence insolente permet d’éponger d’un geste auguste et rapide.

On pourrait attraper le tournis devant l’énormité de la somme qui représente, basiquement, plus qu’un budget annuel, et près du double de toutes les recettes collectées au cours d’une année normale par l’État français. Mais on se rassurera en notant qu’heureusement, ces centaines de milliards ont permis d’obtenir des hôpitaux qui fonctionnent mieux (et comment !), un chômage réduit (trop de la balle !), une pauvreté évaporée (fantastique !) et une insécurité disparue (youpi !).

Lire la suite

La conférence de presse de Christophe Alévèque. Excellent!

Les chiffres sont réels mais, selon comment on les présente ça change du tout au tout.

******

Source Liliane Held Khawam

Les chiffres on leur fait dire ce qu’on veut.

Les commentaires et les articles sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

« Les Allemands disent Nein au no-limit et au « Punk » !!! » L’édito de Charles SANNAT

Christine Lagarde avec une crête rouge ? Avec de l’imagination…… c’est par où la sortie ?

******

Par Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Nous vivons un monde extraordinaire où désormais même les politiques monétaires deviennent « Punk »… Il faut dire qu’il y a quelques jours un haut responsable de la BCE Fabio Panetta, membre du directoire avait repris le titre d’un succès de Daft Punk pour résumer sa pensée monétaire: « Harder, better, faster, stronger » (plus dure, meilleure, plus rapide, plus forte).disait en faisant référence à une chanson des Daft Punk que je ne connais pas donc je ne vous en parlerais pas, mais vous voyez l’idée, a priori, pour Panetta, il fallait des interventions monétaires plus fortes.

D’où l’idée de politique monétaire Punk.

Lire la suite

Et tout le monde se fout aussi du couvre-feu à géométrie variable.

Chronique décapante d’H16. Constat désabusé d’une France qui se décompose ?

*******

Par H16

En France, le retournement des valeurs est déjà fort avancé ces dernières années où le beau, le sain et la recherche de l’amélioration ont été remplacés par le choquant qui doit souvent être laid et la recherche de l’égalitarisme qui ne s’obtient réellement que par le rabaissement des autres.

On en arrive ainsi au point où le citoyen lambda, qui paye ses impôts, essaye vaguement de retrouver un peu de calme dans cette période de couvre-feu voire de confinements (on s’y perd dans les changements arbitraires et débiles de nomenclature hystéro-sanitaire) et en vient même à réclamer, le cas échéant, que ces mesures liberticides soient correctement imposées à tous et non pas seulement à lui, petit être chétif, solvable et qui a délégué sa force à une police maintenant totalement aux ordres d’un pouvoir en roue libre, sans freins ni garde-fous : on découvre dans un récent article du Figaro (qu’on pourra lire intégralement ici) que certains quartiers échappent bizarrement à l’interdiction pourtant claire de circuler après 18H dans le pays, le virus se contentant d’attaquer le jour.

Lire la suite

Et maintenant, un peu d’islamo-gauchisme universitaire !

Tempête dans un verre d’eau avec un petit coup de vent qui cache une tornade… Merci à Betty L. Volti

*******

Par H16

Warning ! Site parodique ;)

Et voilà que l’islamo-gauchisme est le grand thème du moment.

Il était pourtant évident que certain sujets ne devaient pas être abordés. Il était pourtant clair que certains concepts n’avaient pas le droit d’être évoqués, surtout dans le cadre policé, calme, pondéré et bien comme il faut, propre sur lui, de l’Université Française. Et pourtant, malgré tout, il y a quelques jours, une ministre a abordé un sujet et évoqué un concept qu’elle n’aurait vraiment pas dû. Et là, c’est le drame.

Tout est allé très vite, dans un moment que certains qualifieront d’égarement tant il était clair, dès le départ, qu’il ne pouvait être question de ce genre de concepts dans ce qui tient lieu d’élite intellectuelle française : au cours d’un entretien accordé à CNews (pour rappel, il s’agit de cette horrible chaîne d’extrême-droite selon la classification officielle), Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, réagissait suite à un article paru dans Le Figaro au sujet de l’islamo-gauchisme selon lequel certains enseignants se trouveraient empêchés dans leurs recherches et leurs enseignements par « certains militants gauchistes épaulés par l’entrisme d’activistes proches des Frères musulmans ».

Cet article faisait d’ailleurs lui-même suite aux déclarations du ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer, quelques jours après la décapitation de Samuel Paty, sur les complaisances islamo-gauchistes de certains universitaires. Soufflant sur ces braises politiques, le ministre de l’Enseignement supérieur estime quant à elle que l’islamo-gauchisme gangrène en effet toute la société, dont l’Université fait partie intégrante et dans laquelle infusent donc les tensions et problèmes.

Lire la suite

L’État manipulateur met son index partout

Par H16 pour Hastable

Pour le gouvernement, une chose est claire : couvre-feu ou pas, qu’on confine un peu, moyennement ou beaucoup, ce n’est pas pour ça qu’on doit se laisser aller au vague-à-l’âme. Après un début d’année qui a vu débouler en fanfare un nouvel indice de réparabilité dont on se demandait comment les entreprises pouvaient se passer jusqu’à présent, c’est le moment de frapper fort, une nouvelle fois.

C’est probablement mû de cette vivifiante pulsion que le gouvernement a décidé de se lancer avec gourmandise dans la création d’un nouvel index de la diversité en entreprise.

Il faut avouer qu’il est difficile de contenir les pulsions créatrices de l’État tant, en ces périodes troubles où la société, l’économie et la politique n’ont jamais été aussi stressées : c’est un peu comme les ateliers d’après-midi pluvieux en maternelle où, pour occuper les chérubins, on les laisse tripatouiller de la pâte-à-modeler. Ici, pour calmer les tensions de l’État, on lui laisse fourrer des index partout, y compris dans les entreprises.

Cette fois-ci, ce sera Elisabeth Moreno qui s’acquittera, comme ministre déléguée à l’Égalité femmes-hommes, à la Diversité, à l’Égalité des chances et à la Pâte-à-modeler Inclusive et Intersectionnelle, de ce nouveau tripotage bureaucratique. Ceci était aussi prévisible qu’inévitable : comme on trimballe ce poste bouche-trou depuis Giscard et qu’il faut bien qu’il serve vaguement à quelque chose, qu’on y colle une politicienne qui veut absolument faire parler d’elle (n’y étant guère parvenu dans ses précédentes aventures), il était inévitable qu’elle s’agite de tous les côtés. Ce sera donc pâte-à-modeler (et surtout pas poterie, qu’elle abhorre apparemment).

Le sujet de la patouille portant sur la discrimination, afin de pousser à plus de diversité dans les entreprises, qui sont des repaires quasi-exclusifs d’hommes blancs cis de plus de 40 ans, c’est bien connu, la ministricule a d’ores-et-déjà devisé un solide plan de bataille pour assurer la réussite à son atelier : pour cela, on va lancer, « dans les prochaines semaines » selon la ministre-déléguée, une « grande consultation citoyenne sur les discriminations ».

Lire la suite
1 2 3 57