Un premier site minier va rouvrir en France, en toute discrétion, pour extraire de la fluorine….

Encore des terres agricoles sacrifiées, pour le fluor présent dans nombre de produits de consommation courantes, comme le sel, dentifrices, l’eau, etc.. Est ce que pour ces projets, la consultation publique aura un impact sur la décision (déjà prise?) d’ouvrir ou non cette mine?.

Img/Bastamag

 C’est le projet minier le plus avancé de France. Situé à Antully, commune rurale de Bourgogne, il pourrait voir le jour d’ici trois ans. On y exploiterait la fluorine, un composé qui sert à la fabrication des climatisations et en électronique. L’entreprise française, Garrot-Chaillac, qui travaille au projet réalise en ce moment des études d’impact et promet d’être exemplaire d’un point de vue environnemental et sanitaire. Certains habitants sont dubitatifs, voire carrément incrédules. Les élus, séduits par les promesses d’emploi, demeurent silencieux. Tous ces acteurs devraient se rencontrer le 29 mai prochain, lors d’une réunion publique qui promet d’être animée.

Le bruit des foreuses et celui des camions remplacera-t-il bientôt le chant des oiseaux et les coassement de batraciens à Antully (Saône-et-Loire), petite commune de Bourgogne à proximité d’Autun ? C’est ce que craignent une partie des habitants, qui auront peut-être bientôt des jardins avec vue sur mine. Qu’est-ce que renferme donc d’intéressant le sous-sol de ce coin de campagne encore préservé ? Un minerai peu connu, mais très usité : la fluorine (ou fluorite). Longtemps utilisé pour façonner des bijoux ou décorer les riches intérieurs, la fluorine a commencé son destin industriel à partir de la mi-19ème. Elle a servi dans les hauts-fourneaux, puis dans les aciéries. Aujourd’hui, elle entre dans la production des systèmes de climatisation (notamment automobiles), sert à la fabrication de certains médicaments et, plus solide que le verre, pour la conception d’écrans d’équipements électroniques. On attendait des mines d’or ou de cuivre, le renouveau minier français arrive par la fluorine. Lire la suite

La face cachée de l’industrie laitière : un coût de 7,1 milliards d’euros pour la société…

Le lait c’est pour les veaux? Non ils n’en ont qu’une infime partie, le reste est destiné à la con-sommation humaine sous des formes diverses et variées, allant du yaourt aux fromages etc. Et en France nous sommes les champions de la diversité fromagère. Mais qui connait vraiment ce qui se cache derrière la bouteille de lait, l’impact sur l’environnement, la main mise des géants de l’industrie laitière au désespoir des petits producteurs qui, si rien n’est fait devront disparaître. Nous n’aurons plus que des fermes usines, comme celle si controversée des « milles vaches ». On le dit souvent, c’est à nous les acheteurs/con-sommateurs/ de changer de comportements, mais ça ne semble pas être la grande priorité. Faites le bon choix, vous ne pourrez pas dire « on ne savait pas ».

Img/Bastamag

Le lait, c’est le champion des produits agro-alimentaires français. En bouteilles, en crèmes ou en fromages, il auréole les terroirs. En plus il rapporte et s’exporte. En consommer est vivement conseillé en matière de santé. Cette blanche réalité comporte pourtant des coûts cachés, ignorés des marchés, liés à un modèle de plus en plus intensif. Pollutions de l’eau, réchauffement climatique, précarité de l’emploi… L’économie du lait coûte cher à la société et à l’environnement. Une étude inédite tente d’en calculer les impacts et de lancer le débat. Car, en bio ou en AOC, produire du lait bien moins cher est tout à fait possible. Enquête et animation vidéo à l’appui.

En France, les produits laitiers sont partout. Ils façonnent les territoires, du bocage normand aux alpages de Savoie, en passant par les causses du Massif Central et les estives des Pyrénées. Ils s’imposent dans les rayons des grandes surfaces : lait, yaourts, fromages, crème fraîche s’offrent en grande variété au caddie du consommateur. C’est que les Français en raffolent. Ils sont les champions européens de la consommation de beurre (près de 8 kg par habitant et par an) et les vice-champions de la dégustation de fromages (près de 24 kg/hab/an) ! Et les euros coulent à flot : les produits laitiers ont généré 25,5 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2012. Soit 1 % du PIB français ! En plus, ils s’exportent massivement, presque aussi bien que le vin. 216 000 emplois en dépendent, les trois quarts dans l’élevage et un quart dans les industries de transformation. La France est le 8ème producteur mondial de lait. Cocorico ? Lire la suite

Aiguiser un couteau sans fusil

Ce sujet s’adresse au plus grand nombre, car si chaque jour nous avons besoin d’outils dans chaque tâche que nous effectuons, il y en a qui sera toujours utile, en intérieur comme en extérieur, quelle que soit la saison ou les événements: le couteau, le seul véritable souci avec celui-ci, outre sa légalité toute relative, c’est son prix.  Comme pour tous les outils, tous les prix sont possibles, allant de quelques euros à plusieurs centaines d’euros, mais la qualité se paie, et ce n’est pas avec un couteau de centre commercial que vous pourrez bénéficier d’un outil performant sur plusieurs années.

Malgré tout, quel que soit votre choix définitif quand à la lame, il ne faut pas la négliger et l’entretenir, en clair, il faut l’aiguiser, mais combien d’entre-nous savent encore comment une lame s’aiguise? Petit rappel des gestes simples et pourtant trop souvent oubliés…

07968699-photo-chroma-couteau-aiguise

Le grès (pierre rugueuse constituée d’une agglomération de grains de sable, facile à reconnaître) aiguise très bien les outils tranchants. Vous pouvez aussi utiliser du quartz, plus rare, ou éventuellement du granit. A la montagne vous trouverez facilement un de ces matériaux.

Fabriquer une pierre à aiguiser

Prenez deux pierres du matériau que vous aurez trouvé et frottez les entre elles afin d’obtenir une surface lisse. Vous aurez donc une pierre avec une surface lisse et une surface rugueuse. Vous pourrez vous servir de la surface rugueuse pour retirer les grosses imperfections de la lame puis la face lisse pour l’aiguiser parfaitement. Vous pouvez garder la pierre ainsi obtenue pour vous en resservir par la suite.

Lire la suite

Un germoir maison, mode d’emploi

Il y a tant de choses que l’on peut faire soi-même à domicile, même sans avoir de balcon, et ce sont ces petits plus qui peuvent se montrer indispensables dans l’avenir. Donc, au cas où, dites-vous que cela peut toujours être utile, n’hésitez pas à y jeter un oeil, vous ne savez pas de quoi votre avenir sera fait…

Différents mélanges préparés de graines germées sont disponibles dans le commerce. Mais pourquoi ne pas récolter et

IMF_ACCROCHE_WEB_CHEMIN_366_1223277690

composer vos propres sélections ? Avec un simple bocal en verre et un carré de mousseline, vous pouvez réaliser très facilement un germoir.

Ustensiles :

Un grand bocal, un carré de mousseline ou une compresse de gaze (ou encore un morceau de toile moustiquaire), un élastique.

Réalisation :

Mettez deux cuillères à soupe de graines dans le bocal, recouvrez d’eau. Laissez-les tremper entre 4 et 24 heures selon les graines :

  • pois chiches, soja : 12 à 24 h
  • maïs : 12 à 20 h Lire la suite

Semis spontanés = jardinage économique et facile !

potager-en-carres-juin-02

« DANS LA VIE FAUT PAS S’EN FAIRE »…
… ou comment jardiner économiquement, facilement et sans (trop) d’efforts !

Oh, certes, dès janvier je fais mes commandes de graines, et me laisse d’ailleurs, régulièrement tenter par quelques variétés que je n’ai pas encore testées… Cependant, je fais aussi confiance à mon ami le jardin, à la générosité de la terre, et aux cycles naturels dont le but est de donner, encore et toujours la vie. Bien sur, obtenir des semis spontanés autant que généreux, évitez de retourner la terre, cela la bouleverse profondément, ce dont elle se passe fort bien : notre mère nourricière préfère qu’on lui gratte gentiment le dos… Voici donc une liste, non exhaustive, de plantes annuelles qui se ressèment seules,  dans mon jardin situé en Charente Maritime. Les vivaces et bisannuelles, fort nombreuses aussi, seront pour une autre fois. Pour faire simple, j’ai séparé ces plantes en deux groupes : les comestibles et celles qui ne le sont pas.

Celles qui peuvent aller dans vos assiettes :

Alysse odorant Lobularia maritima : Familier des coins secs, et des jardins en bord de mer,  embaumant l’air en  expositions ensoleillées, l’alysse se ressème allègrement. J’ajoutent les fleurs, doucement sucrées et les petites feuilles, au goût piquant caractéristique des crucifères, aux salades.

Lire la suite

Ne laissons pas les entreprises dicter l’info – Stop à la Directive Secret des Affaires !

Elise Lucet qui est une des rares journalistes à bien faire son travail, lance une pétition pour le droit des citoyens à l’information non censurée. Soyons nombreux à la soutenir.

 

Img/état du monde-état d’être

Bientôt, les journalistes et leurs sources pourraient être attaqués en justice par les entreprises s’ils révèlent ce que ces mêmes entreprises veulent garder secret. A moins que nous ne réagissions pour défendre le travail d’enquête des journalistes et, par ricochet, l’information éclairée du citoyen.

Sous couvert de lutte contre l’espionnage industriel, le législateur européen prépare une nouvelle arme de dissuasion massive contre le journalisme, le « secret des affaires », dont la définition autorise ni plus ni moins une censure inédite en Europe.

Avec la directive qui sera bientôt discutée au Parlement, toute entreprise pourra arbitrairement décider si une information ayant pour elle une valeur économique pourra ou non être divulguée. Autrement dit, avec la directive « Secret des Affaires », vous n’auriez jamais entendu parler du scandale financier de Luxleaks, des pesticides de Monsanto, du scandale du vaccin Gardasil… Et j’en passe. Lire la suite

Comment devenir végétarien (ou presque) sans souffrir ?

Fotolia_4927653_Lweb

Devenir végétarien n’est pas si simple. On a envie de sauter le pas, mais l’idée de changer nos habitudes gustatives et culinaires, d’être obligé de passer plus de temps à préparer les repas alors qu’on a déjà des journées très chargées peuvent être des freins psychologiques importants.

Autre question également : faut-il aussi supprimer l’achat d’objets d’origine animales (cuir, corne) qui sont forcément liés à l’élevage intensif ? Idéalement la réponse est oui.  Si l’on choisit cette option, par quoi les remplacer : par des imitations en plastiques dont nous savons qu’ils contiennent pour la plupart des éléments toxiques ? Je n’ai pas trouvé de réponse (accessible financièrement) à ça.

En attendant,

Voici quelques idées, glanées par ci par là (et expérimentées) :

1)Ne pas s’enfermer dans un dogme. Le végétarisme n’est pas une religion, et ne pas agir brutalement : procéder par étapes. Lorsque l’on aime la viande, la supprimer totalement d’entrée, peut générer une frustration qui poussera à y retourner.. Commencez par une journée sans viande pour arriver à ne consommer de la viande qu’une fois par semaine, le week-end, par exemple, puis très occasionnellement. C’est déjà en grand pas. La suppression totale de viande viendra d’elle-même (ou pas…)

Lire la suite

LINKY ACTION Transition énergétique : Linky sera-t-il la prochaine déconvenue industrielle française majeure ?….

Devrons nous avoir recours à la désobéissance civile? (refus assumé et public de se soumettre à une loi, un règlement, une organisation ou un pouvoir jugé inique par ceux qui le contestent, tout en faisant de ce refus une arme de combat pacifique. ) Si ces irresponsables persistent, il va falloir y penser. Avec un merci particulier à Annie Lobé,  journaliste scientifique qui enquête sur ce compteur. « LINKY INUTILISABLE,  OBSOLÈTE ET ÉNERGIVORE
Le Linky est un objet connecté dont la conception remonte à 2006, à une époque où l’Iphone n’existait pas. En 2021, les 35 millions de compteurs qui auront été installés seront totalement obsolètes malgré les mises à jour logicielles.
 »  Merci à Angélo M.

linky-3Linky sera-t-il la prochaine déconvenue industrielle française majeure ?

Mails à tous les sénateurs :

Si le système Linky s’avère trop complexe pour fonctionner correctement,
la France entière sera-t-elle privée d’électricité ?

Les explications embrouillées fournies par les responsables du système
Linky chez ERDF donnent à réfléchir :

http://videos.next-up.org/EhsTvNews/Linky_obsolete

Le Directeur du programme Linky chez ERDF pas convaincant face au
journaliste de BFMTV Business qui affirme que le système Linky sera
obsolète quand il sera opérationnel

http://videos.next-up.org/EhsTvNews/Linky_energivore/
Jean Vigneron, directeur de la direction Comptage d’ERDF : 35 millions
de compteurs seront reliés à 500 000 concentrateurs, eux-mêmes
connectés par GPRS au système central

http://videos.next-up.org/EhsTvNews/Linky_inutilisable/
Linky est inutilisable, selon Marc Baillot Directeur de la Stratégie
et des Grands Projets chez ERDF Lire la suite

Ni pigeons ni espions: Appel du 1er juin pour la préservation de notre environnement numérique

npne_header_2

Nous sommes conte le terrorisme, et nous sommes contre ce projet de loi.

Pas seulement parce qu’il est inefficace et liberticide, mais aussi parce qu’il représente un danger sans précédent pour l’avenir de l’économie numérique.

La surveillance de masse, une stratégie stérile qui met à mal notre compétitivité

Il y a un peu plus de deux ans, Edward Snowden révélait au monde la surveillance généralisée et l’espionnage économique que la NSA menait dans le cadre du programme PRISM. Indignation et cris d’orfraie avaient résonné dans les couloirs de l’Élysée et au sein du gouvernement. La France se vantait alors de respecter les libertés individuelles et de pratiquer un renseignement ciblé et plus efficace, par opposition à cette surveillance de masse, disproportionnée et indifférenciée. C’était en juin 2013.

Depuis les États-Unis ont entamé une révision en profondeur des programmes de la NSA, et remettent en cause la surveillance de masse, jugée inefficace pour la lutte anti-terroriste. Les mêmes techniques que la France veut instaurer avec le projet de loi sur le renseignement…

Au-delà de l’absurdité de la démarche et nonobstant les risques démocratiques, c’est un sérieux coup porté à notre compétitivité économique. Ne bénéficiant pas de la position dominante des géants américains de l’Internet, les acteurs français du numérique seront les premiers à en subir les conséquences.

Lire la suite

1 124 125 126 127 128 180