Scandale : Des firmes pharmaceutiques s’entendent pour nous faire payer un même médicament 800€ au lieu de 40€!

Vu juste avant d’aller faire dodo (02:20)

Les patients souffrant des yeux ne peuvent plus être traités avec le médicament Avastin, dont le coût s’élève à 40 euros, même si celui-ci est aussi efficace que le Lucentis, qui coûte 800 euros. Les firmes fabriquant les deux solutions se sont entendues afin de faire plus de bénéfices. Test-Achats et des organisations de consommateurs espagnole, portugaise et française ont déposé une plainte contre les producteurs des deux médicaments, rapportent De Standaard et Het Nieuwsblad mercredi.
Le coût d’une injection dans l’oeil de Lucentis s’élève à 800 euros, tandis que celle d’Avastin ne coûte qu’une quarantaine d’euros. Les deux médicaments sont chimiquement liés et fonctionnent de manière équivalente pour freiner la perte de vision lors de « dégénérescence maculaire liée à l’âge », une affection oculaire qui affecte principalement les personnes âgées de plus de 65 ans. Les médecins sont néanmoins obligés d’utiliser le médicament le plus onéreux. Plusieurs associations de consommateurs européens, dont Test-Achats, ont dès lors introduit une plainte auprès des autorités nationales de la concurrence.
Selon ces organisations, les firmes pharmaceutiques qui produisent ces médicaments se sont entendues afin d’empêcher l’utilisation du médicament le moins cher. De cette manière, elles peuvent faire plus de bénéfices sur les traitements. Les autorités, qui doivent financer le médicament dont le prix est vingt fois plus élevé, sont le dindon de la farce.

 
Source : http://www.rtl.be/info/belgique/societe/1145195/scandale-des-firmes-pharmaceutiques-s-entendent-pour-nous-faire-payer-un-meme-medicament-800a-au-lieu-de-40a-

L’hécatombe d’alose dans la Baie de Rio, … « on ne sait toujours rien » !! Mieux, un océanographe pondu par l’AFP et … introuvable (enfin pour le moment du moins)!

Le mystère reste toujours entier sur le mal qui terrasse depuis plus d’un mois, des milliers de poissons argentés (alose) dans la baie de Rio : les nouveaux tests réalisés par l’Université fédérale de Rio (UFRJ) n’ont détecté aucune présence d’algues toxiques ou une pollution chimique de l’eau.

Les examens anatomiques des poissons « n’ont révélé aucun saignement dans le corps et les viscères (…) et les aloses analysées étaient apparemment intactes. Comme l’eau, l’analyse des poissons n’a pas permis de conclure sur la cause de cette mortalité » peu commune, conclut le communiqué. Les pêcheurs de la baie dénoncent une pollution pétrolière mais les scientifiques n’y croient pas, même s’ils ne s’expliquent toujours pas la cause de cette hécatombe d’aloses, un poisson de la famille des Clupeidae qui inclut la sardine et le hareng. Les habitants se plaignent de l’odeur fétide et n’osent plus se baigner.

L’océanographe David Zee a dit que l’hypothèse la « plus probable était un phénomène provoqué par une pollution thermique de l’eau ». « L’alose est un poisson très sensible au manque d’oxygène. Les fortes températures de l’eau enregistrées depuis plusieurs jours diminuent la solubilité de l’oxygène », ce qui pourrait provoquer la mort par asphyxie de cette espèce, selon lui. Le résultat d’autres analyses, réalisées par l’Université de Rio (Uerj) à la demande de l’Inea, n’a pas encore été diffusé.

————————————————–

A l’attention de Mr D. Zee, si vous existez bien et que vous soyez bien ce qui est communiqué à votre sujet,  car étrangement, aucun portrait de vous n’existe, alors qu’une telle déclaration à l’AFP vaudrait bien votre portrait ne fusse que quelque part. Votre hypothèse ne tient pas du tout la route et pour cause ! Chaque année il est enregistré des piques de températures pareils à ceux que nous connaissons cette année. Certains même, plus forts et plus long ont déjà été observés par le passé et, il n’y a pourtant pas eu d’hécatombe de ce poisson. Quant à une éventuelle variation des températures, pour qu’elles leur soient fatales, elles devraient être subites, et s’approchant des températures de cuisson ! Or ces poissons ne sont pas aussi  stupides ils vont vers les profondeurs ou vers le large en quête d’eau plus fraîche !

De plus pour vous qu’est donc une pollution thermique ? Peut-être est-ce quelqu’un ayant oublié une marmite mise à chauffer au fond de la baie de Rio, privant ainsi d’oxygène cette « SEULE » espèce qu’en est-il des autres avoisinantes, auraient-elles érigé une frontière comme la nôtre du temps de Tchernobyl ?

Voici un très bel exemple de duperie et d’orientation de l’information.

Page du site du Jet Propulsion Laboratory est disponible sur  http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/pia18816
Lisez le texte de la page du site du Labo du Jet Propulsion de la NASA (la traduction est ci-dessous) et comparez les photos mises pour étayer les dires. Mais qu’on ne s’y trompe pas, observez les lacs (taches noires), ils ne changent pas de taille, où se situe alors la diminution du stockage d’eau dont il est question dans leur article ?

PIA18816
En conclusion il devient dès lors aisé de comprendre que l’emploi d’un simple filtre de couleur suffit pour faire dire à une photo tout ce qu’il y a de plus normal, qu’il y a une hausse des températures entrainant une évaporation excessive !!

Traduction :

Ce trio d’images illustre les observations par satellite de la baisse de stockage de l’eau en Californie comme on le voit par Gravity Recovery et climatiques les satellites de la NASA Expérience en Juin 2002 (à gauche), Juin 2008 (au centre) et Juin 2014 (à droite). Couleurs progressant du vert à l’orange au rouge représentent plus grande perte de l’eau accumulée entre Avril 2002 et Juin 2014.

Sacramento et San Joaquin les bassins de la Californie, y compris la vallée centrale, ont subi les pertes les plus importantes, en partie due à l’augmentation de pompage des eaux souterraines pour soutenir la production agricole. Entre 2011 et 2014, les bassins fluviaux combinés ont perdu 4000000000000 gallons (15 kilomètres cubes, soit 12 millions d’acres-pieds) d’eau chaque année, un montant beaucoup plus élevé que les 38 millions de résidents de la Californie utilisent dans les villes et les maisons chaque année.

Médecine moderne, peut-on encore parler réellement de soins ?

caduceeCeci n’est qu’une invite à la réflexion, et fait suite  en quelque sorte à la problématique des vaccins, devenus « OBLIGATOIRES » alors que, leurs composants recèlent la mort, d’autres maladies ou troubles invalidants !

Une question s’impose d’elle-même, au sujet de la médecine dite « MODERNE ». Qu’advient-il du droit de notre corps ?

Nous ne pouvons plus en disposer à notre guise.

Pire encore, ce dont nous en ressentons, n’est même plus pris en considération par ceux que je nomme, « CEUX QUI SE PRENNENT POUR DES DIEUX », (et qui sont très loin d’en être !), ils vont même à se moquer du patient lui-même en le traitant par sous-entendu, d’ignare, alors que le ressentit c’est le patient lui-même qui l’a, pas le charlatant d’en face, qui fait semblant d’écouter, et dont le diagnostique est posé avant les premiers mots du patients.

Cette médecine pour le moins « dictatoriale », nous impose d’emblée, extractions, ingestions, injections, matériels, ablations ! Et sans recourir à d’autres techniques moins agressives ou expéditives, au préalable !

Le cas d’une appendicite, elle est d’office ablatée, mais jamais l’objet qui en est la cause n’a été retiré et l’infection, traitée. C’est ainsi pour bon nombre d’actes dits, « MEDICAUX » ! Mais dans le mot médecine, on sous-entend « soins », et donc une ablations est loin d’être un soins !!

Non, la médecine actuelle s’est largement écartée de son serment, devenu depuis, celui des hypocrites, elle est devenue en quelque sorte, le vassal commercial du marchant de mort qu’est l’industrie pharmaceutique.

Le monstre, ou  la grande faucheuse ne seraient-ils pas tapis dans l’ombre de cette industrie ?

Petite observation au sujet du caducée de la médecine, quel est l’animal qui y figure ? Le SERPENT, de un,  reptile par excellence !! Et de deux, tout un symbole religieux (Genèse 3:…). Un peu trop de coïncidences, non ?

Ils se sont trompés !! Sur les effets du réchauffement climatique !

Non, pour une fois ce n’est pas moi qui le dit ! Ce sont eux !

Une règle inappropriée aux zones terrestres.
Une règle de base du changement climatique ne s’applique pas pour les zones terrestres. Elle n’est valable qu’au-dessus des océans. C’est ce qu’ont découvert des chercheurs de l’EPFZ, l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Cette règle prédisait par exemple à la Belgique un avenir certes plus chaud, mais aussi plus humide. Si cette dernière prévision tient toujours la route pour notre région, elle ne s’applique pas aux trois quarts des terres de la planète.

Là où la règle se vérifie.
La règle « humide devient plus humide » fonctionne pour l’est des Etats-Unis, le nord de l’Australie ou encore le nord de l’Eurasie, selon ces travaux publiés dans la revue « Nature Geoscience ». Et « sec devient plus sec » se vérifie dans le Sahel, la Péninsule arabique ainsi que dans des portions d’Asie centrale et d’Australie.
Le principe.
Le « Dry gets drier, wet gets wetter », abrégé DDWW, veut que les régions sèches deviennent plus sèches et les humides plus humides. Il a été élaboré à l’aide d’une technique qui décrit bien les propriétés climatiques au-dessus des océans mais qui ne fonctionne pas bien au-dessus de la terre ferme, a indiqué lundi l’Ecole dans un communiqué. Sur les océans, la règle fonctionne. La différence est qu’au-dessus des surfaces terrestres, la quantité d’eau disponible est limitée, selon les chercheurs.

Les affirmations en prennent un coup.
L’équipe de Sonia Seneviratne a étudié des données de différentes régions du globe portant sur les années 1948 à 1968 et 1984 à 2004. Sur les trois quarts des zones terrestres considérées, aucune tendance claire vers un climat plus sec ou, plus humide, n’a été vraiment mise en évidence. Quant au quart restant, la règle DDWW ne se vérifie qu’une fois sur deux.

Là où on s’est trompé.
Ainsi, des régions humides d’Amazonie, d’Amérique centrale, d’Afrique tropicale ou d’Asie sont devenues plus sèches. A l’inverse, des zones sèches de Patagonie, du centre de l’Australie et du Middle West américain sont devenues plus humides.

Source : la presse en générale

———————————————————————————-

 

Déjà qu’il est démontré que la hausse aussi significative des températures atmosphériques, n’est pas au rendez-vous des prédictions très alarmistes. Mais en plus, la perte de surfaces glaciaires polaires ne se fait pas par « sa surface », mais bien par en-dessous de celle-ci. Ce qui vient confirmer que la hausse de température, prétendument attribuée exclusivement à l’activité humaine, est erronée. Et pour cause !

Il vient d’être mis en évidence différents processus singuliers qui, avaient pourtant faits l’objet d’exposés lors des travaux pour le tout premier rapport du Giec, mais rejetés car ils allaient à l’encontre du courant de pensée générale au sein de l’organisme, le GIEC en l’occurrence, dictant que le CO2 « ne pouvait être issu « QUE » de l’activité anthropique ».

1 Or, si l’on compare, les gisements industriels de méthane autre GES beaucoup plus puissant en terme de PRG que le CO2 (20 à 25 X plus), par rapport aux puits naturels émanant de la Sibérie, du Nord Canada et de sous les océans, ces derniers sont beaucoup plus conséquents.

2 Alors que des milliards de milliards de tonnes de végétaux et d’organismes vivants ont été coincés durant des milliers d’années sous le permafrost, le réchauffement a pour conséquence un relâchement de gaz carbonique de par la décomposition du carbone fossile et du méthane, engendrée par des bactéries et microbes. Il n’est plus loin de redouter un effet « domino sans fin ».

3 Et là c’est nouveau depuis deux ans. Alors qu’on nous brandit le spectre de la fonte des glaces polaires, à coup de déclarations des plus pessimistes et « toujours » avec pour origine, « l’activité humaine », ce n’est pas tout à fait vrai. Surtout en ce qui concerne le responsable, « NOUS » ! Dès lors, comment pourrait-on expliquer rationnellement selon les données que l’on nous brandit, que la fonte se fait non pas par au-dessus comme cela devrait l’être, mais par en-dessous, alors qu’une épaisseur considérable de glace recouvre ces zones sur des milliers de kilomètres carrés sans pour autant voir la couleur du ciel !
4 Et à la suite de la cause 3, son origine semble de plus en plus officiellement externe à la Terre, néanmoins, les conséquences quant à elles se produisent bien sur Terre. Une action émanerait de l’espace, outre celle du soleil, il y aurait une ou plusieurs autres sources, un rayonnement lié à l’électro- magnétisme aurait pour conséquence une excitation des composants internes à la planète. La composition en fer ou ferrugineux ou autres, réagissant au magnétisme, est plus qu’importante dans le sous-sol terrestre, dans le noyau, mais aussi dans le magma. L’influence de ces champs ou fluctuations en leur sein, interfèrent dans les mouvements de convection dans ce dernier, ce qui se répercute inéluctablement à la surface et se traduit par une hausse de température si peu progressive, que l’humain ne s’en aperçoit ou ne la ressent pas ! En revanche, l’attitude, le comportement, peu très bien en être affecté, tout aussi progressivement, plus visible chez certains animaux que d’autres (hum !).

De plus l’affaiblissement de notre bouclier protecteur qu’est le champ magnétique terrestre, face aux divers rayonnements émanant de l’espace mais aussi du soleil, devrait avoir de graves mutations sur la génétique et l’ADN.

Il ne faut surtout pas sous-estimer l’impact que tous ces points pourraient avoir, mais nous n’y sommes pas du tout préparés ! Pourtant de nombreux signes se pointent.

900 enfants en détresse respiratoire aux USA !

Symptômes de l’asthme, sensation d’oppression le tout menant à une oxygénation insuffisante.

Je propose une piste :

Selon les données, relatives aux dates de début de développement de cette épidémie, j’ai observé deux foyers pour le moins douteux, Great Salt Lake (Nord d’Oklahoma), et le sud de New Madrid. Le premier est bien connu ces derniers mois, avec plusieurs mortalités de masse d’animaux, poissons, oiseux et mammifères ! Assez curieusement tous souffrant « d’un manque d’oxygène« .
D’ailleurs le 2 septembre il y a eu une secousse de 3.3 sous la rivière Salt Fork à 12 km du Lac, le 3 septembre à l’aube il est retrouvé des milliers de poissons morts le de cette rivière, tous ayant manqué d’oxygène. C’est la deuxième fois, la première à eu lieux le 25 août.

Le nord de Oklahoma City est très souvent le théâtre de secousse sismiques pour le moment. Des études sérieuses ont démontré que les exploitations d’hydrocarbure n’y sont pour rien. Mais les mortalités de masses d’animaux elles, peuvent en revanche être une conséquence, il a été trouvé dans les échantillons prélevés, des taux anormalement élevés de fer, aluminium et de manganèse. Reste à déterminé à quel type d’utilisation on a affaire.

Suivant la carte localisation des foyers d’épidémie, on constate une certaines régularité. Mais analysant les vents selon les dates de secousses on s’aperçoit que chaque contamination s’en est suivie quelques temps après, il se pourrait bien que quelque chose soit disséminé dans l’air lors des secousses sismiques, et qui atteint les voies respiratoires.

Pourquoi les enfants ? A cause de la non maturité de leur système respiratoire et de l’absence d’anti-gènes immunitaires ou insuffisamment élaborés.

Pourquoi à certains endroits et pas partout ? L’élévation par les vents, entrainerait ces éléments loin à des centaines de kilomètres. La région de Oklahoma est surnommée par les amérindiens « La vallée des vents hurlants », en référence aux fréquentes tornades qui s’y produit, et curieusement chaque lieux de contamination en fait partie. Et pour la petite histoire, la vallée de New Madrid est aussi un couloir de tornades !!

Sur la carte suivante, les boules grises : les foyers contagieux; les jaunes les lieux de séismes. La carte en-dessous représente le couloir de tornades sur 56 ans de pistage.

Capture Lire la suite

Vaccins, attention danger ! Ou ça commence ou, ça continue … selon !

Des jeunes filles qui tremblent et s’évanouissent avec des convulsions. Un mal étrange frappe une petite localité dans le nord de la Colombie, où les habitants mettent en cause une campagne de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH).

A El Carmen de Bolivar, près du port caribéen de Carthagène, des dizaines d’adolescentes ont vécu les mêmes symptômes: les mains glacées, le visage blême et la perte de connaissance.

Lire la suite

Alarmant, quiconque peut se faire passer pour vous et nuire à votre insu et à votre réputation !

 

Avec ce qui suit, il devient plus qu’évident que n’importe quel individu, groupe malveillant ou organisation criminelle, peuvent obtenir très (trop) facilement vos données personnelles.

Loin de moi l’appréciation du personnage, mais la situation, pousse à se poser des question sur les moyens dont disposent certaines personnes pour se faire passer pour d’autres, et d’ainsi nuire semble-t-il en toute impunité aux victimes.

Source RTL-Info.be : http://www.rtl.be/info/belgique/faitsdivers/1121963/la-police-armee-de-mitraillettes-debarque-encore-chez-laurent-louis-a-la-suite-d-un-canular

La police armée de mitraillettes débarque encore chez Laurent Louis à la suite d’un canular
C’est la deuxième fois que la police débarque chez l’ancien député Laurent Louis. En cause: un canular orchestré par Gregory Chelli, militant sioniste.

Le militant sioniste français Gregory Chelli est parvenu jeudi soir à faire croire à des policiers de la police locale de Mariemont que Laurent Louis s’était dénoncé pour le prétendu homicide de sa femme, rapporte vendredi La Dernière Heure. Six policiers locaux munis de mitraillettes ont débarqué au domicile de l’ex-député controversé à Montigny-le-Tilleul. Ce dernier, qui était présent à son domicile, a pu rapidement désamorcer la situation. C’est le second canular en moins d’un mois de Gregory Chelli visant Laurent Louis.
L’auteur de l’appel a réussi à se faire passer pour Laurent Louis en faisant en sorte que l’identifiant affiché au dispatching de la police locale était celui de l’ex-député lui-même. Gregory Chelli avait réussi à obtenir l’adresse de Laurent Louis via le dispatching d’une zone de police bruxelloise et une information judiciaire est en cours selon le parquet de Bruxelles. Contacté par la Dernière Heure, Laurent Louis a indiqué avoir déposé plainte auprès de la police judiciaire fédérale de Charleroi.

Comme quoi, chaque pays a son son lot d’incompétence et manque de clairvoyance de la part de leur politiciens !

Menace de black-out en Belgique !
Le ministre de l’Intérieur, Melchior Wathelet, a transmis mercredi la carte des zones de délestage aux gouverneurs de province. Le territoire national a été divisé en une série de zones. Si délestage il y a cet hiver, celui-ci commencera dans les zones de catégorie 6 situées dans les provinces de Liège, Hainaut, Brabant wallon, Limbourg, Anvers, Brabant flamand et Flandre orientale. Chaque zone représente une tranche de consommation de 500 MW.

Plan-Delestage-Electricite-BelgiqueCliquez sur la carte pour l’avoir en détail

Objectif: éviter le délestage
Le délestage sera alterné. Si un délestage a déjà eu lieu dans une catégorie, le prochain délestage aura lieu dans une catégorie suivante, en allant de 6 à 1 (consultez les cartes des différentes zones en bas de l’article). Le ministre a répété que tout serait fait pour éviter le délestage, c’est-à-dire l’arrêt de l’alimentation électrique pendant une durée limitée, en principe deux ou trois heures entre 17h et 20h. « Tout sera prêt pour éviter ce délestage. C’est notre mission première et les initiatives prises ces dernières années sont très importantes. Si toutes ces initiatives n’avaient pas été prises, c’était sûr qu’il y avait un délestage. Aujourd’hui, ce n’est pas sûr », a-t-il affirmé en évoquant la réserve stratégique de 850 MW, les capacités d’interconnexion et les amendes qui seront infligées aux producteurs qui n’auraient pas prévu assez d’électricité pour leurs clients. Lire la suite

1 2 3 4 5 14