Coup de théâtre en France : le Syndicat de la Médecine Générale apporte son soutien aux non-vaccinés

Source SMG via Le Courrier de Soir

Dans un communiqué publié sur son site officiel ce 22 décembre et intégralement lu par Lecourrier-du-soir.com, le Syndicat de la Médecine Générale (SMG) a vigoureusement dénoncé la discrimination dont les non-vaccinés feront l’objet une fois le Pass Vaccinal mis en place 

Lecourrier-du-soir.com vous propose de lire le communiqué dans sa version originale

Excellente lecture!

*****

“Récemment, l’Autriche a décidé un confinement sélectif épargnant les vacciné·e·s. Singapour a quant à elle décidé de dérembourser les soins des patient·e·s hospitalisé·e·s pour Covid et non vacciné·e·s. En France, les non vacciné·e·s ayant besoin d’une consultation dans un établissement de santé seront bientôt refoulé·e·s. (avec la mise en place du passe vaccinal à la place du passe sanitaire). Attention : limiter les droits fondamentaux et les soins aux non vacciné·e·s n’arrêtera pas la pandémie de Covid 19. Continuons à soigner les non vacciné·e·s et refusons de les discriminer.

Toute personne infectée par la Covid doit pouvoir bénéficier efficacement de soins, qu’elle soit vaccinée ou non : conseils, isolement, surveillance ou traitements spécifiques. Empêcher l’accès aux soins et au dépistage des non vacciné·e·s ne mènera qu’à l’augmentation des contaminations.

Les structures hospitalières sont sous pression à cause de restrictions de capacités d’accueil et d’hospitalisation, organisées par les décideurs·euses depuis plusieurs années sur des bases économiques de rentabilité sans lien avec les besoins de la population. Les fermetures de lits se poursuivent sur ordre du gouvernement, alors que nous sommes en période épidémique. Et le départ des personnel·les soignant·e·s de l’hôpital qui s’opère depuis plusieurs années est dû à des causes structurelles (manque de moyens, bas salaire, heures supplémentaires non payées…). Les personnes non vaccinées ne sont pas responsables de ça. L’argument de la vaccination indispensable pour « soulager l’hôpital public » est dangereux. Les difficultés d’accès aux soins ne relèvent pas de la responsabilité des individu·e·s : ce sont les gouvernant·e·s qui dégradent les services publics.

Notre système est (encore) basé sur la mutualisation des moyens et le partage des risques. Ce qui fait par exemple qu’une personne atteinte d’un cancer du poumon n’avance pas de frais liés à sa maladie, peu importe qu’elle ait fumé, ou été exposée à l’amiante ou autre. Se désolidariser de celles et ceux qui sont malades et qui ont besoin de soins revient à détruire les fondements de Sécurité sociale de l’assurance maladie : si chacun·e est responsable de lui/elle-même, alors pas besoin de mettre dans un pot commun pour couvrir les soins de tous et toutes. Chacun·e serait alors obligé·e de payer pour son propre compte en fonction des « risques » pris au cours de la vie, auprès de systèmes assurantiels qui n’attendent que ça. Il est illusoire de croire que nous pouvons individuellement nous assurer pour des risques qui représentent des sommes astronomiques (3 000 € la journée en soins intensifs, 30 000 € certaines lignes de chimiothérapie) La police d’assurance sera salée, plus salée que la cotisation solidaire qui est versée à l’Assurance maladie aujourd’hui.

La Covid met à mal notre système de soins, mais menace aussi notre système de protection qu’est l’Assurance maladie.

Restons vigilant·e·s : non à toute discrimination dans le soin et le remboursement concernant les personnes non vacciné·e·s ! Non au pass vaccinal, en particulier dans les lieux de soins !

Oui à un véritable service public dans le soin, comme dans la protection sociale, seule garantie possible pour le droit à la santé de tous et toutes. Rendez-nous la Sécurité sociale, rendez ses moyens à l’hôpital public !”

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

17 Commentaires

  1. Bof bof….ils n’ont jamais RIEN FAIT pour inciter les toubib a suivre comme il faut les patients
    aux patologies TABOO, censurées, etc…

    Et là ils se reveillent ???

    Pfff….ils ont eux un regain d’adhérents de LA SECTE de l’ordre des toubib-pourris ?

    Pour moi , sa PUE !
    Sa fait des LUSTRES qu’ils prennent les gens pour des C….
    ya que le POGNON pour un tel revirement !

  2. INSUPPORTABLE cette écriture « inclusive »

    • Je dirais même plus: insultant pour la langue française! Et en plus ils n’ont même pas pensé aux a-genres qui se sentent exclus et réclament eux aussi leur petit symbole, par exemple « les vaccinn.é.*es ». Et quand on aura aussi inclu les etrangers, les trans, les extraterrestres et les chinchillas on aura:  » les vaccinn.é*#<>.es ».
      Quelle Konnerie!

      • Insultant pour la France, pour ses habitants originels… Mais quand on sait qui oeuvre pour cette abatardisation de notre langue, plus de surprise!!!!! Faut adapter le pays a des aliens envahisseurs a QI negatifs qui croissent avec nos tunes…

  3. Effectivement, insupportable écriture inclusive.

  4. sur une chaîne qui donne la parole aux auditeurs, il faudrait poser la question,si un terme de priorité pour avoir accés aux soins un non vacciné passe aprés un jean pierre pernaut,celui qui est reçu dans certaines émissions comme un héros et qui se targue d avoir fumer 2 paquets de cigarettes par jour pendant 40 ans

    • Ils ont bien travaillé ces connards ! Tu te poses la question ? Notre système de soin est basé sur la solidarité et la répartition, se demander si Untel mérite des soins vu ses excès est pitoyable, indigne d’une nation qui a été il y a pas si longtemps, le phare du monde et, est réduite à en être une poubelle et un épouvantail Punaise !! j’ai des envies de feu d’artifice 🙁 Qu’elle honte d’en être réduit à ÇA !

      • Ben ouais, l’art de regarder le problème par le petit bout de la lorgnette…

        Il n’y a pas assez de place dans les hôpitaux.
        Et donc la solution qu’on trouve c’est de sélectionner qui va pouvoir être soigné ?

        Et personne ne se dit qu’il suffirait d’ouvrir plus de lits, voire plus d’hôpitaux, ce qui non seulement permettrait de réduire le chômage en créant de nouveaux emplois, faire baisser la pression sur les soignants qui sont débordés, mais aussi offrir à tout le monde des soins dignes de ce nom…

        Mais non, personne n’envisage ça… La Chine est capable de construire un hôpital de 1000 lits en seulement 10 jours… La France elle supprime 75 000 lits en 16 ans, dont une partie en plein pendant une pandémie… Ca ressemble à une histoire belge, ils sont cons les belges dans les histoires, sauf que c’est pas une histoire, et c’est bien les français qui sont des cons dans la réalité.

      • Justement, le phare du monde est moribond de par sa trop grande generosité dans le monde, …
        Que la solidarité ne quitte deja pas nos frontières, car quand ca partira en couille en France, ceux que nous auront aidé viendront se battre sur le peu a voler qui restera!!!!

  5.  » Notre système est (encore) basé sur la mutualisation des moyens et le partage des risques. Ce qui fait par exemple qu’une personne atteinte d’un cancer du poumon n’avance pas de frais liés à sa maladie,… »

    Depuis que le Mac est là, ceci est FAUX !!

    C’est la cata depuis son arrivée.
    Avant c’etait deja difficile….là sa atteint des sommets !
    Ce fut deja ses premieres « atteintes » a notre Santé…et nos SOINS !

    Les témoignages vous manque on dirait….

  6. sacré coup de théâtre… j’ai les jambes qui tremblent encore… (humour)

  7. Je considère les médecins résistants ceux qui participent au réseau Sentinelles https://websenti.u707.jussieu.fr/sentiweb/

    Bizarre que le pouvoir n’ait pas mis fin à ce site ; ça veut dire deux choses : 1) les médecins sont bien plus nombreux à résister notamment en faisant des faux pass 2) le pouvoir sait qu’en fermant ce site, ça pourrait être la grosse goutte d’eau mettant fin à la confiance qu’auront les français envers la médecine et donc pouvant générer indirectement des manifestations incontrolables.

Les commentaires sont clos.