“En France, nous vivons un véritable coup d’Etat ! C’est la fin de la France !” – Bernard Monot

Je relaie l’info depuis quelques temps mais ça ne fait trembler personne, pourtant il faudrait. Allez sur le site du gouvernement, il n’y a pas grand monde présent pour défendre les intérêts de la France. Ils sont payés royalement pour quoi faire ? On a pas besoin de parasites qui n’ont rien dans le ventre, qui sont juste bons à s’abstenir ou a voter pour les lois qui vont achever le pays (et les autres idem) .. Souvenez-vous en, au moment de les reconduire dans leurs basses œuvres. Notre pays est en danger, partagez et diffusez l’info. Le psychopathe davossien a prévenu, “”vous n’aurez plus rien et vous serez heu-reux !!” mais avant, on va en baver. Alors autant faire savoir à ces corrompus, que nous ne sommes pas d’accord.

Source Tocsin (Nicolas Vidal)

Pour nous soutenir : https://www.tocsin-media.fr/soutien

www.tocsin-media.fr

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur contenu ou orientation.

Volti

4 Commentaires

  1. on fait quoi maintenant ?
    on bêle et la caravane passe
    On va même rebaptiser la Rance plus tard. Club Med, vous en pensez quoi ?

  2. Qu’est-ce qui est sacrifiée ici: la France ? Ou bien la république française, inscrite au registre du commerce ?
    La nation française sera toujours la nation française. La France sera toujours la France. Elle se relèvera quoi qu’il arrive car elle est protégée. Si tant est qu’on accepte cette protection. Or elle est oubliée, voire bannie au nom d’une anti-religiosité. Il ne s’agit pas de religion au sens péjoratif, négatif, obscure du terme, mais de la protection de Marie à qui la France a été consacrée il y a des siècles.
    Alors il nous faudra encore descendre au plus bas avant de, enfin, accepter, comprendre où est notre intérêt. Au nom du devoir universel de non ingérence, personne ne viendra nous aider si nous ne le demandons pas. Je n’ai pas dit “sauver”, j’ai dit “aider”.
    L’invité croit encore aux manifestations. Mais les Parisiens ne se bougeront pas, là encore. Quant aux Strasbourgeois …

Les commentaires sont clos.