Considérations sur le journalisme après l’interview ahurissant du porte-parole de l’ambassade de Russie en France sur BFMTV

Qui dit mieux après cette antologie de russophobie et de mauvaise foi ? Souhaitons qu’il reste deux neurones pour se connecter aux synapses à ces français, qui n’ont que ces chaines de propagande otanesque, alignées et financées pour s’informer. On préparerait les esprits à accepter une guerre avec la Russie, que l’on ne s’y prendrait pas autrement. Et, ils sont patients les russes, jusqu’à quand ? Que Dieu nous protège de ces cinglés.

Par Jacques Roure pour Modernité-Totalitarisme

Encore un entretien abracadabrant par BFMTV, comme il se doit, cette fois le 18/01/2023, avec Alexander Makogonov, porte-parole de l’ambassade de Russie en France. Âmes sensibles s’abstenir : ici, vous entrez dans une dimension où les règles de logique n’ont plus cours. Toutes sont bafouées par ces journalistes, qui sont bien des journalistes (il n’y a rien à attendre de plus d’eux, ils ont toujours été comme ça, même si là, on bat des records).

Ce qui est dingue, c’est à quel point ils abandonnent totalement l’apparence même de l’impartialité. Là, on passe un cap. En réalité, cet entretien singe une scène où des représentants de l’OTAN s’engueuleraient avec un représentant de la Russie. Elsa Vidal, la nana qui bosse à RFI en langue russe, est hallucinante à ce niveau. Elle parle comme si elle était le bloc occidental, pas une journaliste. Elle prend fait et cause pour un coté. À ce point là, c’est dingue !

Nous ne sommes plus dans un cadre journalistique du tout ! La propagande fabrique une situation dont elle tire toutes les ficelles, y compris celles du réel qui n’a dès lors plus aucune importance. Dans un décor journalistique se tient une scène en réalité d’une toute autre teneur, qui consiste à mettre un représentant de la Russie en France en difficulté, à le crucifier et lui faire perdre pied devant des millions d’individus massifiés, coûte que coûte, quelques soient les arguments utilisés.

Face à cela, les performances de Makogonov posent questions à certains commentateurs sur internet qui le trouve faible, comme submergé par l’illogisme de ses assaillants, ne parvenant pas à se dépatouiller de leur bêtise. Il est vrai que quand il se fait harceler sur Lavrov qui dit que l’occident appliquera la solution finale à la Russie, on aimerait l’entendre mieux défendre sa cause. Il aurait pu dire qu’effectivement, il suffit de regarder ce qu’il se passe avec les Ukrainiens pour comprendre que la Russie ne soit pas en pleine confiance, parler des expériences apparemment affreuses menées par des biolaboratoires occidentaux en Ukraine et ailleurs, etc. Certes.

Mais à bien y réfléchir, mettez-vous à sa place. Il est devant des millions de téléspectateurs (dont les 3/4 sont zombifiés), il parle au nom de la Russie en France, harcelé par une bande de hyènes toutes plus illogiques et méchantes les unes des autres, qui n’ont d’autre but que de le faire dérailler. Parce qu’en fait, on en est là : elles essayent juste de faire dérailler le représentant de la Russie en France devant les spectateurs ; il n’y a plus d’honnêteté intellectuelle, plus rien, juste de la méchanceté.

Ce que Makogonov doit réaliser à chaque fois qu’il rencontre ces hyènes est énorme. Et il n’a d’autre choix, lui, que de continuer à être logique dans ses démonstrations s’il veut convaincre une partie du public. Donc il est désavantagé : il doit suivre les règles de la logique quand les autres dingues racontent n’importe quoi, congédiant le réel parce qu’ils ont l’idéologie du système derrière eux. C’est affreux.

Et je trouve que Makogonov ne s’en tire finalement pas si mal. Il est d’ailleurs plus incisif qu’il y a quelques temps, ici par exemple quand il évoque ces russes venant aider la France pendant la Seconde Guerre Mondiale (épisode que je ne connaissais pas) et qu’il termine avec le nom du maréchal Leclerc. C’est bien vu. D’ailleurs, on sent un léger flottement chez les journalistes, qu’interrompt Elsa Vidal avec un visage qui frise l’hystérie. Une vrai cours d’école. Mais il faut garder en tête que Makogonov ne peut pas aller trop loin dans l’agressivité. L’ambassade de Russie a fait le choix de parler aux Français par BFMTV, elle doit en accepter certaines règles qu’elle ne contrôle pas. Comment ici ne pas penser à “La société du spectacle” de Guy Debord ?

On peut cependant questionner la pertinence du choix de l’ambassade d’envoyer son représentant dans un tel traquenard. Comment la position russe peut-elle atteindre clairement un public alors que les lois du cadre instauré par BFMTV sont là pour l’en empêcher ? Est-il pertinent d’aller entretenir l’audience d’une presse dont la fonction est de tromper le peuple français ? En termes de communication, quels bénéfices l’ambassade de Russie envisage-t-elle en envoyant ce pauvre Makogonov au charbon ? Les téléspectateurs peuvent-ils être touchés par un discours à ce point mutilé par les journalistes de BFMTV ? Difficile à dire mais à vue de nez, je dirais peu probable. Mais alors, que faire ? comme dirait l’autre ! Peut-être aller vers la presse alternative? Avec les risques de stigmatisation que cela comporterait? Mais puisque de toute façon, il est peu probable que la partie zombifiée de la population française adhère au discours de la Russie, pourquoi ne pas favoriser ou développer en parallèle la communication de l’ambassade avec ce type de presse? L’ambassade de Chine semble explorer cette piste.

Accessoirement, je ne sais pas non plus combien de temps Alexander Makogonov va pouvoir tenir un tel boulot sans faire une dépression nerveuse.

Au-delà de ces considérations, l’accumulation de ce genre de tristes spectacles dans notre société, et la force avec laquelle ils frappent l’esprit des téléspectateurs n’indiquent rien de bon pour la suite des événements. Notre civilisation est en train de devenir complètement dingue. Pouvons-nous comprendre collectivement, dans ce qu’il reste de peuple Français, la gravité de l’indice qui est ici présenté ? L’incroyable effondrement moral et intellectuel qu’il exhibe ? En quoi il présage de grands désastres, de ceux qui font froid dans le dos ? Quand toutes les règles de logiques ont à ce point volés en éclats dans une société où tout dysfonctionne, nul n’est besoin d’être devin pour entrevoir des perspectives on ne peut plus catastrophiques ! Et il ne faudrait pas faire le lien avec le IIIème Reich

Jacques Roure

COMPLÉMENT

S’il y avait un doute….

Je ne sais pas ce que vaut cette liste, je n’écoute pas ces gens. Êtes-vous d’accord ?

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

7 Commentaires

  1. Je remets ici mon ancien coms.
    https://lesmoutonsenrages.fr/2023/01/22/la-parole-de-moscou-linterview-integrale-du-porte-parole-de-lambassade-de-russie-sur-bfmtv/#comment-921903

    Je rajouterai, que cet homme n’est à l’évidence pas assez tordu pour prendre l’ascendance dans cette situation.
    Il aimerait être ailleurs, car il n’a pas le logiciel diplomatique adéquate.
    Ce n’est pas un reproche juste une constatation.
    Là, où il pêche, macron aurait fait fureur…https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    Ce porte parole voudrait clarifier la situation, « virilement et sincèrement », mais cela faisant il passerait pour le méchant de service.
    Et le Kremlin ne le veut surtout pas.
    Alors il se conforme à la diplomatie russe actuelle. Celle qui veut, qu’il vaut mieux passer pour un mou que de passer pour le méchant.
    C’est une erreur car tôt ou tard les russes l’endosseront, quoi qu’ils fassent.
    Oui mais voilà, Poutine n’a toujours pas compris que ses adversaires n’ont absolument pas le même affect. Et donc, leurs rationalités sont totalement différentes.
    Là où Poutine voit de la retenue, « l’élite » occidentale ne voit que mollesse du lâche qui n’ose pas de peur d’aller trop loin.
    Cette distorsion de culture est catastrophique pour l’humanité, l’escalade est inévitable !
    ……….

    Ceci dit, Poutine disait que dans une confrontation inévitable, la rue lui a appris à frapper le premier.
    Certes, mais quel dommage qu’elle ne lui ai pas aussi appris à frapper très fort pour glacer le sang de l’adversaire, annihilant ainsi toute tentation à une riposte augmentée.
    Car de provocation en provocation, les dirigeants occidentaux poussent le bouchon toujours un peu plus loin, jusqu’à transformer le bouchon en.. champignon.
    Malheureusement, là il sera trop tard pour être ferme !

  2. J’admire cet ambassadeur et je partage tout à fait l’analyse qui est faite par Jacques Roure. La position d’un ambassadeur est particulièrement difficile en pareille circonstance et il s’en tire vraiment bien. Facile en effet de dire qu’il aurait du dire ceci ou cela (c’est vrai, il n’a pas non plus parlé de Azov notamment) mais devant ces furies, c’est une dure épreuve.
    Elle a attaqué à un moment l’Union Soviétique comme si c’était la Russie actuelle, puis, plus tard, a précisé fait la distinction lors d’un autre sujet. Autrement dit, quand ça l’arrangeait.

    Et on pouvait sentir l’inquiétude quand l’autre a voulu lui faire préciser à quel endroit pouvait se trouver la ligne rouge. Autrement dit, quand est-ce que Poutine va nous rentrer dans le chou ? Il n’allait sûrement pas répondre, voyons !! Tu le verras bien et tu l’entendras quand tu verras les chars arriver et les bombes tomber…
    C’est dur à dire, mais le « tort » de Poutine est bien d’avoir préservé les populations, ce qui a fait traîner l’opération. L’Ukraine aurait été écrasée en un rien de temps. Ce n’était pas son objectif et l’Otan n’a pas la capacité intellectuelle de le comprendre, continuant de jouer la provocation. Jusqu’à quand ? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

    • – Il n’y avait absolument aucune « inquiétude » qui motivaient ses harpies, seulement un désir de manipulation.
      En parlant de ligne rouge non définit par le Kremlin, elles suggèrent aux téléspectateurs que c’est Poutine l’agresseur et que c’est lui qui déclenchera la guerre totale.
      Dés lors, la Russie devient de facto l’agresseur pour le français moyen.
      -Là est toute l’erreur de Poutine, les provocations vont crescendo et lui suis…avec un temps de retard.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

      – Un ultimatum ferme et définitif pourrait casser cette dynamique d’escalade subit.
      Cette ultimatum, en forme de casus-belli*, balayerait toute hypocrisie possible et obligerait l’occident à prendre enfin sa responsabilité de guerre.

      *) https://fr.wikipedia.org/wiki/Casus_belli

  3. Et vous n’avez pas vu l’interview , hier soir , du vice président de la douma , sur cette même chaîne https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif
    https://m.youtube.com/watch?v=A3PsqS7E6K0

    • Merci yann,
      Je la regarderai cette vidéo ce soir, car j’adore ce type, un vrai un dur avec une grosse paire….d’amygdales.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif
      …Cela nous change des crevettes indéterminées hystériques mous-des-genoux de par chez nous.

      – Connaissant le type cela va être d’une toute autre facture.
      Normalement il n’a pas langue dans sa poche et la mollesse il connait pas trop,…et les auditoires de hyènes sont sans effet sur lui.

  4. Le porte parole de l’Ambassade Russie s’en tient strictement à sa fonction. il n’est pas en effet l’Ambassadeur de Russie lui -même qui parlerait alors au nom de la Russie et de Poutine et pourrait donc utiliser un autre ton.
    Face à ces excités médiatiques aux ordres, on peut s’en tenir au service minimum ce qui ne peut que laisser ses interviewers sur leur faim ne pouvant que se contenter de leurs certitudes erronées.
    La bataille d’Austerlitz a été gagnée parce que Napoléon I° a joué le minus plutôt que l’Empereur en recevant le jeune officier orgueilleux envoyé par le Tsar de Russie dans les mêmes dispositions.

    • – Et b’hein si,
      « Le porte parole de l’Ambassade Russie », comme son nom l’indique si bien, est le porte parole « de l’Ambassadeur de Russie » et donc par transitivité, de celle de Poutine.

      – Pour Napoléon, doit-on conclure qu’à Waterloo ce fut Napoléon l’orgueilleux ?
      …Et que toute stratégie et puissance militaire ne sont qu’annexes ?

Laisser un commentaire