Décès post vaccination : le droit de savoir

Comment sortir de ce scepticisme à propos de ces préparations expérimentales baptisées « vaccins », si ce n’est en exigeant de l’exécutif, la vérité ? Volti. Merci Françoise G

******

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Auteur(s): Me Jean-Charles Teissedre et Xavier Azalbert pour FranceSoir

251 morts. Un chiffre dont personne ne veut parler. C’est pourtant un chiffre très officiel puisque c’est le nombre de décès « post-vaccination » recensé par l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé, autrement dit l’agence française du médicament) au 4 mars 2021.

Depuis que le SARS-COV-2 a envahi la France, aucune autopsie destinée à déterminer la ou les causes exactes de la mort n’est réalisée, ce qui permet de douter de la fiabilité du taux de mortalité réellement imputable à cette maladie nouvelle. Vu le nombre de décès Covid-19 depuis un an, difficile toutefois d’exiger qu’une autopsie soit réalisée pour chaque décès.

Mais pour les décès post-vaccination, la situation est différente. Un vaccin fait partie des traitements dans le cadre d’une réponse à une maladie infectieuse au même titre que les traitements précoces, en règle générale la condition pour promouvoir un vaccin est qu’il n’existe pas de traitements médicamenteux alternatifs.

Un vaccin est censé protéger, comme tout traitement, il n’est pas censé créer plus de mal que de bien, la fameuse balance du bénéfice-risque. Il n’est donc pas censé avoir d’effets secondaires ou engendrer la mort.

Mourir des suites d’une vaccination doit donc être considéré comme une mort suspecte justifiant la réalisation d’une autopsie afin de comprendre la relation de cause à effet que l’on a trop facilement écartée ces dernières semaines. D’autant plus que la campagne de vaccination s’effectue avec un traitement bénéficiant seulement d’une autorisation temporaire d’utilisation (ATU) puisque ce sont des thérapies expérimentales. Le principe de précaution doit donc prévaloir. 

En règle générale, on réalise des autopsies pour beaucoup moins que cela. En principe, au moindre doute, une recherche des causes de la mort est ordonnée. Elle est faite par un médecin légiste avant que le permis d’inhumer ne soit signé. Selon l’article 74 du code de procédure pénale en effet, l’autopsie doit être décidée par le procureur de la République en cas de mort violente, suspecte, mais aussi lorsque la cause est seulement inconnue.

Dès lors que des responsabilités sont susceptibles d’être engagées, l’autopsie est donc facile à justifier. C’est encore plus vrai lorsque les décès surviennent chez des personnes jeunes qui n’étaient a priori pas la cible du virus, mais aussi lorsque des accidents surviennent sur des personnes âgées déjà vulnérables à cause des effets secondaires de mieux en mieux identifiés du vaccin. On est frappé d’apprendre que les effets indésirables graves, catégorie à laquelle appartiennent évidemment les décès, concernent 23% de la tranche d’âge 16-49 ans et 45% des 50-64 ans.

20210314_fs_a02.jpg

En revanche et curieusement, les tranches d’âge pour les décès ne sont pas précisées dans le dernier rapport de pharmacovigilance de l’ANSM. L’information serait-elle trop sensible ou trop lourde de conséquences? En tout cas, dans le contexte que nous connaissons, il est peu probable qu’une enquête soit spontanément diligentée si la personne vaccinée décède après avoir reçu un ou deux doses du vaccin.

Le droit de savoir

Dans ce cas, la famille peut demander au procureur de la République sur le fondement de l’article 74 du code de procédure pénale qu’une autopsie complète soit réalisée, par écrit et de préférence par l’intermédiaire d’un avocat.

Un processus complexe mais concluant

L’autopsie s’avèrera peut-être décevante, mais si le médecin légiste sait travailler de manière indépendante, l’imputation directe ou indirecte du décès à la vaccination peut être établie.

Des expertises complémentaires seront certainement ultérieurement nécessaires, car à l’évidence, la question de l’imputabilité du décès au vaccin fera l’objet d’âpres débats. Que ce soit d’ailleurs en cas de décès ou de conséquences invalidantes puisque dans ce dernier cas, la victime ou sa famille peut demander au juge qu’il désigne un médecin-expert judiciaire que l’on s’efforcera ici de supposer indépendant.
 

Dans le cadre actuel d’une ATU d’un traitement expérimental, l’information du professionnel de santé et le consentement du patient sont primordiaux

La question du consentement libre et éclairé fera également partie des débats, car elle est susceptible d’engager la responsabilité de l’Etat et des fabricants, bien que ces derniers aient pris le soin d’introduire dans les contrats des clauses destinées à les exonérer de toute responsabilité.

La faiblesse du programme vaccinal est qu’il est fondé sur des données issues des laboratoires eux-mêmes avec une balance bénéfice-risque discutable. Aujourd’hui les données issues de la vaccination en Israël sont contestées par le Dr Seligmann. Les autorités ne semblent pas jouer leur rôle de régulateur puisque les données de performances de ces traitements sont fournis directement par les laboratoires pharmaceutiques comme justification de la performance.

La mise en perspective des traitements précoces alternatifs

  • Si l’on prend pour exemple l’ivermectine, une molécule qui fait ses preuves contre le coronavirus dans de nombreux pays y compris des pays d’Europe centrale, les chiffres donnent le tournis.
  • Ainsi, au 1erpremier mars, l’OMS avait recensé, depuis 1992, dans le monde, 16 décès éventuellement imputables à l’ivermectine sur environ 4 milliards de prescriptions tandis que 417 sont liés au remdesivir depuis 2020 seulement et 1585 décès en l’espace de quelques mois pour le vaccin (source VigiAccess). Dont 217 en France donc, sur 4,3 millions de vaccinations. De quoi faire un peu réfléchir surtout lorsque l’on sait que l’ivermectine se montre efficace en prophylaxie dans près de 100% des cas.


L’autorisation des vaccins est provisoire et conditionnée à l’absence de traitement

  • L’AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) provisoirement accordée au vaccin est conditionnée à une absence de réponse thérapeutique.
  • On comprend donc mieux pourquoi les grands laboratoires s’évertuent à financer des études dont l’objectif est d’affaiblir les traitements disponibles et très peu onéreux que l’on voudrait complémentaires quand ils sont perçus par l’industrie comme une menace juridico-financière.
  • Sans parler des variants auquel il semble que le vaccin soit plus sensible que l’ivermectine dont le spectre d’action est plus large. Contestable la balance l’est encore davantage si l’on considère le très faible risque pour les malades de mourir de la covid-19.

Autant d’informations qui devraient participer à la délivrance d’un consentement plein et entier dont le recueil mérite une attention particulière.
 

A l’heure de la forte incitation à la vaccination, la citation du célèbre biologiste Jean Rostand prend tout son sens :

L’obligation de subir nous donne le Droit de Savoir.

Auteur(s): Me Jean-Charles Teissedre et Xavier Azalbert pour FranceSoir

Complément

La Norvège annonce la mort d’une soignante vaccinée avec le vaccin AstraZeneca (La Libre.be)

Inquiétudes au sujet du vaccin AstraZeneca: la Belgique ne change pas de cap (La Libre.be)

Vaccination : les effets secondaires ne s’arrêtent pas à la frontière comme le nuage de Tchernobyl (FranceSoir)

Les assertions ou analyses sont sous la responsabilités de leurs auteurs et ne sauraient engager LME.

23 commentaires

  • KromoZom Y KromoZom Y

    En te faisant vacciner contre le covid, tu donne ton consentement éclairé à un vaccin en phase de test et donc tu consent à être un cobaye.
    Si en sachant ça, tu te fais vacciner, c’est que t’es un abruti.

    • Avatar Leveilleur

      Non ce sont des gens qui n’ont pas la faculté de discerner le bien du mal, le vrai du faux, ils croient que la science, les politiques peuvent les sauver, ils croient tout ce qui est dit à la télé, c’est ceux là qui vont courir après le vaccin, c’est triste ce manque de conscience et de par le fait qu’ils laissent d’autres penser pour eux sans chercher d’autres informations, c’est de la misère, de la paresse de pensée.

    • Avatar predateur

      ce n est pas parce que le vaccin serait en phase de test que c est mal de se faire vacciner , tu crois que dans les traitements pour les cancers ou autres il n y a pas d expérimentation sur les malades ????https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
      les personnes que je connais et qui se font vacciner ,le font sur le conseil de leur médecin , qu ils connaissent et qui les soigne depuis parfois 30 ans ,ça doit peser dans la balance un peu plus que l avis d une troupe de moutons de bergerie qui ont peur de leur ombre ….

      • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

        pour la confiance envers le médecin, je dirais que c’est inverse proportionné au nombre de commerciaux plus joliment appelé délégués médicaux qu’il reçoit.
        Un traitement pour le cancer n’est pas obligatoire ni par la loi ni par la contrainte, et là encore pour ceux qui suivent l’avis du médecin il y a des protocoles. Après c’est souvent suffisamment mortel pour que l’on façe aveuglément confiance.
        Pour l’expérience covid ; virus très peut mortel qui dans la majorité des cas se soigne très bien —-> on nous diriige pour une vaccination générale sous contrainte … sans qu’on est le choix. De plus avec des produits sur lesquels il n’y aurait pas de recul.
        La balance bénéfice risque pour la majeur partie de la population ne penche pas pour la vaccination ( j’ai encore entendu à la radio une intervenante dire les chance de développer un forme grave pour les jeunes est quasi nul il pourront attendre sans risque le mois de juin pour ce faire vacciner ).
        En conclusion cela devrait rester du libre choix des personnes.
        On connait les ravages de l’alcool non pas pour l’alcolos mais pour ses proches et pourtant l’alcool n’est pas interdit. (petits /// pour la critique de ceux qui me dirais qu’un non vacciner mettrais les autre en danger )
        Et c’est bien parceque ce virus n’est pas dangereux que l’état s’amuse au quotidien à nous prendre pour des cons … un truc niveau ebola à la place du covid et la france serais à feux et à sang
        En conclusion la vaccination doit relever d’un choix personnel

        • Avatar predateur

          les ravages de l alcool ne saturent pas les lits de réanimation , et on a pour le covid ,en france la trés grande chance d être pris en charge par la société gracieusement , si on demandait une participation financière à chaque entrant à l hôpital surement que l on aurait une autre vision de la situation …..

          • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

            tu n’es pas prix en charge gracieusement mais par le biais de tes cotisations sur ton salaires et de ta mutuelle et autres taxes déguisés sur notre quotidiens.
            Et ne feint pas d’ignorer que la situation des hôpitaux est simplement dû à la destruction voulu du système de santé depuis 30 ans.
            le // de la vaccination et les alcolos à juste à voir avec le théorie qui voudrait que le non vacciné mettent en danger les vaccinés je n’ai rien développé de plus…

            • Avatar predateur

              je n ai jamais eu de mutuelle et n aurait aucune indemnité (salaire) si je suis malade ,et personne pour faire mon boulot, qui ne peut se remettre au lendemain….à savoir que tout le monde ne cotise pas à la sécurité sociale, vu le nombre de gens qui vivent d aides sociales et qui en cas de covid seront soignés comme ceux qui cotisent

              • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

                tu as choisis ta situation … ne la fais pas assumer aux autres….
                le système social français permets de se soigner à coût modéré… où est le problème au 21 em sciècle ?
                est-ce pour cela que les gens se rendent volontairement malade … faut arrêtez de macroniser au bout d’un moment… tu vas aussi culpabiliser les surfeur qui on manqué de se noyer les randonneurs récupéré par hélicos ….
                parceque c’est connu, c’est tout les jours que les gens se disent j’vais choper une maladie grave comme ça je me ferais soigner gratos en plus j’aurai un arrêts de travail

      • KromoZom Y KromoZom Y

        Ha mais tant mieux, faites vous tous vacciner pour une maladie qui ne fait même pas 1% de mort.
        Je suis pour la liberté vaccinale totale.
        Après chacun fait comme il veut, je m’en tartine le fion, mais faut pas venir chouiner après.
        C’est comme faire un débat sur le principe de précaution ou pas.

      • Avatar caro301

        Je n’ai pas peur de mon ombre mais j’ai peur des prédateurs de ton espèce…Allez bon vaccin mon pote et santé ce sera sans moi ;)

  • Avatar criminalita

    De toute façon ils en ont rien à foutre du nombre de morts puisqu’ils veulent nous éliminer tôt ou tard.
    Je commence à croire que les médecins sont pour l’eugénisme.

  • Avatar CryptoKrom

    Vu le génocide, va faloir rajouter d’autres futurs eventuels « effets indésirables » ,
    « aprés décés »… (colére des proches)

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

  • Avatar Sully-Morlandimus

    Maintenant je comprends mon défunt Pépé qui était gendarme et plutôt communiste. il est cité dans les livres traitant de la résistance durant l’occupation de 40 à 44. Son supérieur hiérarchique dans le réseau Soleil n’était autre que le capitaine Berger ( André Malraux). Bref, il avait une estime très chiche pour l’espèce humaine et sa radicalité dans l’avis qu’il avait sur les uns ou les autres, aujourd’hui je la comprends. Oui, il y a la catégorie des COLLABOS, et c’est 98% de la population, et il y a les autres. Autant dire qu’on ne peut avoir confiance EN PERSONNE, ou presque. Toute la trame de cette histoire qui nous conduit à une dictature sanitaire est EVIDENTE.
    Paradoxalement, j’évite de traiter les gens plutôt portés à la lâcheté en tant que tels car on ne sait pas de quoi est fait son lendemain, déjà, en toute humilité. Ensuite parce que celui de Nazareth nous a ouvert une autre voie. Et donc pourquoi ne pas l’emprunter avec encore plus de FOI que jamais ?

    • Avatar criminalita

      C’est bien gentil mais quand tu vois le Pape dire faites ce que je dis et pas ce que je fais.
      Alors la croyance n’est bonne que pour ceux qui n’ont aucune autre alternative. Il faut ne pas sombrer dans le désespoir et ne pas croire qu’une éventuelle fée viendra vous sauver.
      Les guerres donnent la victoire qu’à ceux qui se battent.

      • Avatar Sully-Morlandimus

        @criminalita……. complètement d’accord avec toi. Je vis ma spiritualité loin de cette arnaque de fausse église qui a été vendue à la bête. Le jésuite en question, c’est l’OPUS DEI. La MAFFIA avec calotte violette et encens en guise d’écran de fumée…… Et dans la catégorie de ceux qui se battent Saint Jean le Baptiste et celui de Nazareth étaient des esséniens, équivalents aux ETA politico-militaires des années 70-85. Les nouveaux testaments ont été travestis pour feutrer l’aspect révolutionnaire de ces combattants. Cette église a trahit le message originel. Pour rappel, l’opération style anonymous du Temple avec Pierre portant l’épée ( sous occupation romaine, passible de la peine de mort)………

  • Avatar mianne

    J’ai rencontré hier une personne vaccinée par AstraZeneca , heureuse d’avoir été convoquée pour recevoir ce prétendu vaccin . Elle ne savait pas que ce produit en était à un stade expérimental et que des décès lui étaient imputés . Cette personne , peu cultivée , croit que le gouvernement veut le bien du peuple et qu’il n’inciterait pas , au moyen de publicités télévisées , les gens à se faire vacciner si le vaccin présentait le moindre danger pour leur santé.
    Puisque le gouvernement leur cache la vérité et les incite fortement à recevoir ces produits, on ne peut donc pas dire qu’en acceptant de se faire vacciner , les gens donnent leur consentement ECLAIRE à l’inoculation d’un produit en phase de test et qu’ils seront des cobayes. Il y a donc une tromperie gouvernementale sur des produits en phase de test et des actions en justice sont à prévoir en cas de séquelles et de décès consécutifs à cette vaccination , immédiats ou à retardement avec l’arrivée de nouveaux variants .

Laisser un commentaire