« Capitalisme de catastrophe » aux Pays-Bas : Modèle pour le « Meilleur des mondes » de l’écomodernisme ?

Par Colin Todhunter pour GlobalResearch

Le capitalisme de catastrophe  et les récits de crise sont actuellement utilisés pour manipuler le sentiment populaire et faire passer un ensemble de politiques désagréables qui, autrement, manqueraient de soutien politique suffisant.  

Ces politiques sont promues par de riches intérêts qui pourraient tirer des milliards de dollars de ce qui est proposé. Ils cherchent à prendre le contrôle total de la nourriture et de la façon dont elle est produite. Leur vision est liée à un programme plus large visant à façonner la façon dont l’humanité vit, pense et agit.

Pendant une grande partie de 2022, les protestations des agriculteurs néerlandais ont fait la une des journaux. Les plans visant à réduire de moitié la production d’azote aux Pays-Bas d’ici 2030 ont conduit à des manifestations de masse. Le gouvernement parle de la nécessité de s’éloigner de l’agriculture basée sur les animaux et de ses émissions qui ont un impact sur le climat.

Cette « transition alimentaire » va souvent de pair avec la promotion de l’agriculture de « précision », le génie génétique, moins d’agriculteurs et de fermes et des aliments synthétiques fabriqués en laboratoire. Cette transition est vendue sous la bannière du « respectueux du climat » et s’appuie sur le récit de « l’urgence climatique ».

Le militant Willem Engel affirme que le gouvernement néerlandais ne cherche pas à éliminer les agriculteurs du paysage pour des raisons environnementales. Au lieu de cela, il s’agit de la construction de Tristate City, une mégalopole d’environ 45 millions d’habitants s’étendant à des régions d’Allemagne et de Belgique.

Engel suggère que la «crise de l’azote» est manipulée pour conduire à travers des politiques qui entraîneront un remodelage du paysage du pays. Il soutient que le principal émetteur d’azote aux Pays-Bas n’est pas l’agriculture mais l’industrie. Cependant, les terres actuellement occupées par des fermes sont stratégiquement importantes pour l’industrie et le logement.

Le concept à trois états est basé sur une région urbaine « verte » unifiée géante reliée par des technologies « intelligentes » qui peuvent concurrencer économiquement les métropoles massives que nous voyons en Asie, en particulier en Chine.

Le gouvernement néerlandais a récemment annoncé son intention de racheter jusqu’à 3 000 fermes dans le but de se conformer aux objectifs controversés de réduction du ruissellement des engrais azotés synthétiques. La ministre néerlandaise de l’azote,  Christianne van der Wal, a déclaré que les agriculteurs se verraient offrir plus de 100 % de la valeur de leurs exploitations. Mais il est prévu d’imposer des rachats en 2023 si les mesures volontaires échouent.

Ce que nous voyons se produire aux Pays-Bas est-il la première étape pour essayer d’amener le public à accepter les cultures GM, les « aliments » fabriqués en laboratoire et l’entassement de 90 % de l’humanité dans des mégapoles ?

Et est-ce juste une coïncidence si la vision écomoderniste suivante  du futur  apparaît en néerlandais sur le site néerlandais RePlanet.nl ?

Il dit que d’ici 2100, il y aura dix milliards de personnes sur la planète :

« Plus de 90 % d’entre eux vivent et travaillent en ville, contre 50 % en 2000. Autour de la ville se trouvent de grandes fermes regorgeant de cultures génétiquement modifiées qui atteignent un rendement quatre fois plus élevé qu’au début du 21e siècle. .’

Il indique également qu’au-delà des terres agricoles commence la nature, qui occupe désormais la majeure partie de la surface de notre planète. Alors qu’en 2000 la moitié de la surface terrestre était encore utilisée par l’homme, en 2100 elle n’en est plus qu’un quart. Le reste a été rendu à la nature, la biodiversité et les émissions de CO2 sont revenues aux niveaux d’avant 1850 et presque personne ne vit plus dans l’extrême pauvreté.

Donc, voilà. Chassez les agriculteurs de l’agriculture, accaparez leurs terres pour l’urbanisation et la régénération, et nous vivrons tous heureux pour toujours grâce aux cultures génétiquement modifiées et aux aliments synthétiques créés dans des cuves géantes. Dans cette techno make croyance land, personne n’est pauvre, et tout le monde est nourri.

Une vision technocratique où l’emprise des conglomérats alimentaires actuels reste intacte et est encore plus enracinée, et la politique est réduite à des décisions sur la meilleure façon de modifier le système pour des gains optimaux (profit).

Dans ce futur, les plateformes numériques contrôleront tout, le cerveau de l’économie. Les plates-formes de commerce électronique deviendront définitivement intégrées une fois que l’intelligence artificielle (IA) et les algorithmes auront planifié et déterminé ce qui sera produit et comment cela sera produit et distribué.

Nous serons réduits à un peu plus que du servage alors qu’une poignée de mégacorporations numériques contrôlent tout. Bayer, Corteva, Syngenta, Cargill et autres travailleront avec Microsoft, Google et les géants de la grande technologie pour faciliter les fermes sans agriculteurs axées sur l’IA et le commerce de détail en ligne dominé par Amazon et Walmart. Un cartel de propriétaires de données, de fournisseurs d’intrants exclusifs et de détaillants aux sommets de l’économie, colportant des (faux) aliments industriels toxiques.

Et quid des élus (s’ils existent encore dans cette vision dystopique) ? Leur rôle sera très limité aux surveillants technocratiques de ces plateformes.

C’est là que la classe hégémonique imbriquée dirigée par des personnalités telles que la Fondation Gates, Big (Agri)Tech, Big (digital) Finance, Big Pharma et les « écologistes » comme le journaliste George Monbiot qui colportent cette vision veulent nous emmener.

Et ils vous diront que c’est pour votre propre bien – pour éviter la faim et la famine et pour s’assurer que la faune est protégée, la planète est «sauvée», les pandémies zoonotiques sont évitées ou qu’un autre scénario apocalyptique est évité.

Le système alimentaire actuel est en crise. Mais bon nombre de ses problèmes ont été provoqués par les mêmes intérêts commerciaux qui sont derrière ce qui est décrit ci-dessus. Ils sont responsables d’un régime alimentaire intrinsèquement injuste régi par les politiques de la Banque mondiale, de l’OMC et du FMI qui agissent en leur nom.

Ces corporations sont responsables de la dégradation des sols, du ruissellement des engrais de synthèse dans les cours d’eau, du déplacement des populations rurales et de l’appropriation des terres, de la fuite vers les villes surpeuplées et de la prolétarisation (anciens producteurs indépendants réduits au salariat/chômage), du déclin massif de l’avifaune et le nombre d’insectes, des régimes alimentaires moins diversifiés, une crise de santé publique en spirale due à l’agriculture intensive en produits chimiques, etc.

Et pourtant, malgré les énormes problèmes causés par ce modèle d’agriculture, c’est  une vérité qui dérange que le réseau trophique paysan (faible apport/faible énergie) – et non l’agriculture industrielle – nourrit toujours la majeure partie du monde,  même si le modèle industriel aspire d’énormes quantités de subventions et de ressources.

Ceux qui promeuvent la vision écomoderniste utilisent de véritables préoccupations environnementales pour faire passer un programme. Mais où commence le véritable environnementalisme ?

Cela ne commence pas par une démocratie achetée (voir l’article  Comment les grandes entreprises obtiennent le contrôle de notre alimentation)  ou la coercition de l’État (voir  WikiLeaks : les États-Unis ciblent l’UE sur les cultures GM)  pour mettre les cultures et les aliments GM sur le marché.

Cela ne commence pas avec l’agriculture « de précision » dans laquelle l’édition de gènes et autres s’apparentent à l’utilisation d’une  hache émoussée et constituent du vandalisme génomique  (selon le professeur de Harvard George Church).

Et cela ne commence pas et ne se termine pas avec des cultures génétiquement modifiées qui  n’ont pas tenu leurs promesses  et des plantes aspergées chimiquement pour être utilisées comme «aliments» pour les cuves énergivores qui transforment la matière en nourriture.

Cela ne commence pas et ne se termine pas non plus avec l’utilisation de la dette par la Banque mondiale/le FMI (voir l’article La  loi sur les produits agricoles de Modi a été rédigée il y a trente ans)  pour imposer la dépendance, déplacer des populations, entasser les gens dans des gratte-ciel densément peuplés et dépouiller l’humanité de son lien inhérent à la terre.

Bon nombre des problèmes mentionnés ci-dessus pourraient être surmontés à long terme en donnant la priorité à la souveraineté alimentaire et semencière, à la production localisée et aux économies locales et à l’agriculture agroécologique. Mais cela n’intéresse pas Bayer, Microsoft, Cargill et autres car rien de tout cela ne correspond à leur modèle commercial – en effet, cela représente une menace existentielle.

Plutôt que de forcer les agriculteurs à quitter l’agriculture, le gouvernement néerlandais pourrait les encourager à cultiver différemment.

Mais cela nécessite un état d’esprit différent de celui qui dépeint les agriculteurs et l’agriculture comme un problème afin de faire passer à toute vitesse un programme basé sur une vision techno utopique du conte de fées de l’avenir.

Le système mondialisé de production alimentaire basé sur un modèle industrialisé, à haut niveau d’intrants, dépendant des produits chimiques et dépendant des entreprises, soutenu par des intérêts géopolitiques, est le véritable problème.

Hans Herren, lauréat du Prix mondial de l’alimentation, déclare :

« Nous devons mettre de côté les intérêts acquis qui bloquent la transformation avec les arguments sans fondement du « le monde a besoin de plus de nourriture » ​​et concevoir et mettre en œuvre des politiques tournées vers l’avenir… Nous avons toutes les preuves scientifiques et pratiques nécessaires que les approches agroécologiques de l’alimentation et la sécurité nutritionnelle fonctionnent avec succès.

Ces politiques faciliteraient des systèmes alimentaires démocratiques localisés et un concept de souveraineté alimentaire, fondé sur une autosuffisance optimale, des principes agroécologiques, le droit à une alimentation culturellement appropriée et la propriété locale (commune) et la gestion des ressources communes, notamment la terre, l’eau, terre et graines.

Parce que lorsque l’on parle d’alimentation et d’agriculture, c’est là que commence le véritable environnementalisme.

*

L’auteur renommé Colin Todhunter est spécialisé dans le développement, l’alimentation et l’agriculture. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur la mondialisation (CRG) à Montréal. 

Image en vedette : drapeau néerlandais affiché dans la fenêtre d’une habitation de ferme. Crédit photo : Ewien van Bergeijk – Kwant

Lisez le livre électronique de Colin Todhunter intitulé

Nourriture, dépossession et dépendance. Résister au Nouvel Ordre Mondial

Nous assistons actuellement à une accélération de la consolidation des entreprises sur l’ensemble de la chaîne agroalimentaire mondiale. Les conglomérats de haute technologie/big data, dont Amazon, Microsoft, Facebook et Google,  ont rejoint les géants traditionnels de l’agro-industrie , tels que Corteva, Bayer, Cargill et Syngenta, dans une quête pour imposer leur modèle d’alimentation et d’agriculture au monde.

La Fondation Bill et Melinda Gates est également impliquée (documentée dans ‘ Gates to a Global Empire ‘ par Navdanya International), que ce soit en  achetant d’immenses étendues de terres agricoles , en promouvant une ‘ révolution verte ‘ tant annoncée  (mais ratée) pour l’Afrique , en poussant  technologies alimentaires biosynthétiques  et  de génie génétique  ou plus généralement  facilitant les objectifs des méga-entreprises agroalimentaires .

Cliquez ici pour lire .

La source originale de cet article est Global ResearchCopyright © 

Colin Todhunter , Recherche mondiale, 2022

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

Laisser un commentaire