Vous n’avez aucune idée de ce que la Russie peut avoir en stock.

Bouclier spatial de la Patrie : l’Occident n’a pas en vain peur des satellites inspecteurs russes

Récemment, un nano-figure qui s’est vanté que l’État lui donne tellement d’argent qu’il n’a pas de temps à dépenser, a été retiré d’un nano-poste sans bruit ni poussière (cependant, il a été immédiatement nommé à un autre, non moins important maintenant il surveille nos relations avec l’Occident et, de plus, n’est pas responsable de nous, mais de l’Occident). Mais aujourd’hui, on ne parle pas de lui. Aujourd’hui nous allons parler des vrais conquérants du nano-espace, qui pour les salaires très symboliques des MNS (juniors scientifiques) et des chefs d’entreprise se forgent un véritable bouclier de la Patrie, sans échanger contre des RP bon marché et sans dépenser des fonds budgétaires lors d’événements d’entreprise pompeux (je n’ai même pas de fêtes d’entreprise, alors ils s’assoient avant les vacances quelque part dans leur laboratoire, se souviennent du vieux Mendeleev et se dispersent).

Il existe des centaines d’instituts de recherche scientifique et de bureaux d’études à Moscou et dans la région de Moscou. Vous ne savez rien sur la moitié, vous avez entendu parler de l’autre moitié, mais vous n’avez aucune idée de ce qu’ils font là-bas. C’est généralement un mystère pour vous comment vous pouvez vivre du salaire d’un chercheur et pourquoi vont-ils là-bas ? Des imbéciles, je suppose ?! Quelque chose comme un imbécile-Perelman, qui a refusé un million de dollars. Qu’il s’agisse de banquiers ou de show-men, ici les gens se sont retrouvés, ils n’ont pas le temps de changer leurs pellès pour ramer des « babos ». Mais aujourd’hui, on ne parle pas d’eux. Aujourd’hui, nous allons parler des humbles travailleurs de la science. D’ailleurs, je ne citerai pas nos sources, mais celles de l’ennemi (ils savent tout de nos instituts de recherche « fermés »).

Arrière-petits-enfants de « Katyusha »

À environ 10 kilomètres au sud de la Place Rouge, dans le quartier Nagatino-Sadovniki de Moscou, se trouve un bâtiment terne de dix étages qui n’attirera probablement pas l’attention des passants. Quiconque s’intéresse à ce qui se passe à l’intérieur apprendra peu du nom inscrit sur une plaque dorée à l’entrée : D. I. Mendeleev (TsNIIHM). À première vue, il n’y a aucune raison de croire que cela a quelque chose à voir avec le programme spatial russe. Néanmoins, il existe de nombreuses preuves dans les sources ouvertes que TsNIIHM est devenu l’un des fabricants de satellites les plus importants en dehors de la structure de Roscosmos, spécialisé dans le développement de petits tellites satellites à des fins militaires.

L’histoire de TsNIIHM remonte à 1894, lorsqu’un laboratoire chimique a été fondé à Saint-Pétersbourg, qui, entre autres, a étudié les possibilités d’utiliser un nouveau type de poudre sans fumée, inventé par Dimitri Mendeleev, un chimiste russe mieux connu sous le nom de créateur du tableau périodique des éléments (enfin, c’est pour nos ennemis, Mendeleev est connu comme le créateur du tableau des éléments du même nom, mais nous le connaissons aussi comme le créateur de la vodka russe).En 1931, le laboratoire s’installe à Moscou et acquiert le statut d’institut de recherche, qui en 1937 prend le nom de NII-6. Parmi les produits de l’institut figurait un combustible solide à base de nitrocellulose, qui propulsait les infâmes missiles Katyusha montés sur des camions utilisés par l’armée soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale (vous savez, puisque les sources sont d’ennemis, pour eux notre légendaire Katyusha infâme, et le L’armée soviétique n’existait pas alors il y avait l’Armée rouge).Parce que les lanceurs ressemblaient à un tuyau d’orgue et que les roquettes faisaient un hurlement lorsqu’elles étaient tirées. Les Allemands les surnommaient « l’Orgue de Staline » (les Allemands étaient horrifiés par ce seul son, ils savaient que la mort suivrait, terrible et inévitable, mais je m’écarte).

Dans les décennies qui ont suivi la guerre, le NII-6 a produit divers types d’explosifs, ainsi que des propergols solides et des ogives pour divers missiles, y compris le missile sol-air qui a abattu l’avion de reconnaissance U-2 piloté par Gary Powers en mai. 1960. … Rebaptisé TsNIIHM en 1969, l’institut a également participé au programme spatial militaire soviétique, produisant des charges explosives pour un système anti-satellite co-orbital connu sous le nom de IS (« Destructeur de satellites).Des charges explosives étaient montées sur de courtes flèches s’étendant de chaque côté du satellite intercepteur. Entre 1968 et 1982, l’Union soviétique a lancé environ 20 intercepteurs dans le cadre du programme IS, plusieurs d’entre eux détruisant avec succès des satellites cibles spécialement lancés.

Comme beaucoup d’autres entreprises russes, TsNIIHM a traversé des moments difficiles après l’effondrement de l’Union soviétique, passant principalement à la production civile. Un nouveau chapitre de l’histoire de l’institut a commencé en 2005, lorsque le TsNIIHM est devenu subordonné au Service fédéral de contrôle technique et des exportations (FSTEC), un département du ministère de la Défense chargé de « protéger les secrets d’État et de lutter contre le cyberespionnage ». Cela a permis à TsNIIHM d’entrer dans de nouveaux domaines non directement liés à la chimie. On en sait peu sur eux, mais ils peuvent être liés au programme russe de cyberguerre.En octobre 2019, la société de cybersécurité FireEye a déclaré avoir trouvé des preuves de la connexion de CNIIHM avec un logiciel malveillant connu sous le nom de TRITON pour perturber les logiciels de systèmes de contrôle industriels qui permettent aux usines industrielles de s’arrêter en toute sécurité.

Les responsabilités de l’institut ont été encore élargies en 2009 lorsque, selon son site Internet, il est devenu le principal institut du ministère de la Défense pour le développement d’armes avancées, y compris de nouveaux types de munitions, de propulseurs et d’engins explosifs » et a commencé des recherches dans des domaines clés de la modernisation des armes ». .De toute évidence, cette extension de la responsabilité comprenait également un rôle clé dans les projets spatiaux militaires top-secrets pour l’inspection orbitale, le refus de satellites et, éventuellement, dans d’autres domaines (par le mot « refus », les ennemis entendent, probablement, la destruction / le blocage de leurs satellites, ou se cacher de la destruction / bloquer notre travail). Le 23 août 2010, la société a reçu une licence (n° 1373K) de l’Agence spatiale russe pour la production d’espace technologies .

Garder les frontières cosmiques de la Patrie

De plus, les ennemis devinent déjà sur le marc de café. Ils supposent que l’essentiel des travaux de l’institut liés à l’espace est réalisé dans une subdivision portant un nom incompréhensible « Design Bureau of Applied Mechanics » (KBPM). Il est dirigé par Vladimir Verkhoturov, qui a précédemment occupé des postes de direction chez RSC Energia et OJSC Gazkom (aujourd’hui Gazprom Space Systems), où il a supervisé le développement des satellites de communication Yamal. KBPM est engagé dans ce que le site décrit littéralement comme :

– Le développement et la production de technologies spatiales et de matériaux spatiaux.
– Développement et construction d’infrastructures au sol pour la réception, le traitement et le stockage des informations reçues des satellites.
– Participation aux essais au sol, préparation au lancement, contrôle de vol et utilisation des satellites.

Une autre subdivision de TsNIIHM est le Centre de recherche pour les nanotechnologies (Centre de recherche en nanotechnologie), dirigé par Vladimir Turkov. Elle a été fondée en 2008 dans le cadre du programme fédéral « Développement de l’infrastructure de la nano-industrie de la Fédération de Russie pour 2008-2011 ». L’un de ses domaines de recherche serait la « technologie avancée des fusées et de l’espace », mais aucun autre détail n’est fourni sur le site Web.

Comme vous pouvez le constater, les ennemis puisent leurs connaissances dans des sources ouvertes, ne reculent même pas devant les chantiers, surveillent les postes vacants de l’institut dans les industries spatiales. Ils savent que le TsNIIHM entretient des liens étroits avec une université appelée Institut de physique et de technologie de Moscou (MIPT), largement connue sous le nom de Phystech. En 2005, une subdivision « Systèmes biotechniques automatisés » a été créée au MIPT, qui a été rebaptisée en 2016 « Technologies avancées pour les systèmes de sécurité ». Il était dirigé par Sergei Grigorov, qui a été directeur du FSTEC de 2004 à 2011.Bien que ces noms n’impliquent aucun lien avec le programme spatial, le département fait en réalité partie de la Faculté d’aérophysique et de recherche spatiale (FAKI) de l’Université et propose plusieurs cours liés à l’espace. Le département, entre autres, est engagé dans des recherches sur les « technologies avancées des fusées et de l’espace », ainsi que sur la nanotechnologie, en soutenant les activités du centre de nanotechnologie TsNIIHM. De nombreux étudiants du département effectuent un stage au TsNIIHM et continuent à travailler à l’institut ou dans d’autres organisations du FSTEC. Une autre composante du FAKI est le département de mécanique appliquée, qui comprend le laboratoire de nanotechnologie appliquée (dirigé par Mikhail Ryazhakov), qui a été fondé en même temps que le centre de nanotechnologie TsNIIHM et coopère étroitement avec lui.

Ils tirent le reste de leurs connaissances des sites d’approvisionnement du gouvernement. De là, ils ont appris que l’institut travaillait sur plusieurs types de microsatellites et de nanosatellites à des fins militaires, agissant en tant qu’intégrateur de systèmes, assemblant des composants fournis par divers sous-traitants en un seul nœud. Vient ensuite une liste de projets.

« Niveau »

Un projet spatial dans lequel TsNIIHM agit en tant qu’entrepreneur général s’appelle Nivelir (« Dull Level »), également connu sous la désignation militaire 14K167. Le projet a officiellement commencé le 30 septembre 2011, lorsque TsNIIHM a reçu un contrat pour « Level » d’une mystérieuse organisation appelée Centre scientifique et technique d’État de « Garant » (SSTC « Garant »). Les sources sur Internet ne révèlent pratiquement rien sur cette organisation, si ce n’est qu’elle a été créée en 1995 et appartient au ministère du Développement économique de la Russie. Cela montre que Nivelir a une base organisationnelle complètement différente de la plupart des projets spatiaux militaires russes traditionnels, qui commencent par la signature d’un contrat par le ministère de la Défense avec une société opérant sous l’aile de Roscosmos.

Les ennemis spéculent que Nivelir est un projet de construction de petits satellites conçus pour inspecter d’autres satellites dans l’espace. Jusqu’à présent, la Russie a lancé 4 de ces satellites. Les trois premiers (annoncés comme Kosmos-2491, 2499 et 2504) ont été lancés en tant que compagnons de voyage avec trois satellites de communication sur le lanceur Rokot les 25/12/2013, 23/05/2014 et le 31/03/2015. Les deux derniers d’entre eux ont rencontré de RB « Breeze-KM », qui les a mis en orbite. Le quatrième a été lancé avec le satellite Kosmos-2519, qui a été lancé sur la fusée Soyouz-2-1V le 23 juin 2017.Cosmos-2519″ avec l’indice militaire 14F150 est un produit du Design Bureau NPO im. Lavochkin, connu comme un fabricant de satellites scientifiques et de sondes spatiales lointaines. Il peut être utilisé pour la télédétection de la Terre et/ou des observations à longue distance d’autres objets en orbite. Le satellite inspecteur a a été libéré du satellite parent le 23 août 2017 et a été nommé Kosmos-2521. Par la suite, il a mené à plusieurs reprises des opérations de rapprochement avec Kosmos-2519 jusqu’en avril 2018.

L’inquiétude de nos ennemis est causée par le fait que Kosmos-2521 lui-même, le 30 octobre 2017, a libéré un sous-satellite (Kosmos-2523), qui, selon le ministère russe de la Défense, « diagnostique l’état technique du satellite russe » et « détermine s’il peut être restitué en état de fonctionnement ». Cependant, peu de temps après s’être séparé de Kosmos 2521, il a abaissé son périgée d’environ 100 kilomètres et ne s’est approché d’aucun autre satellite depuis lors, suggérant qu’il n’a peut-être pas été utilisé pour son objectif officiellement déclaré.En août 2018 programme de développement d’armes spatiales.

Le 2 novembre 2016, TsNIIHM a signé un contrat pour le projet « Level » avec la société de Saint-Pétersbourg NII « Ferrit-Domen ». La documentation liée à ce contrat ne mentionne que le test du « revêtement de protection » sans préciser à quoi il servira. Cependant, il est connu que l’Institut de Recherche « Ferrit-Domen » produit des matériaux radio-absorbants utilisant des films minces de carbone hydrogéné avec des nanoparticules ferromagnétiques.Le site Web de la société indique que le matériau est destiné à « réduire la visibilité radio des technologies terrestres, maritimes, aéroportées et spatiales », et mentionne sa capacité à absorber le rayonnement dans les régions optiques et infrarouges du spectre. Le travail réalisé par Ferrit-Domain pour TsNIIHM s’appelle Levelir-RP, où RP signifie « revêtement radio-absorbant ». Une preuve supplémentaire que ces travaux sont liés à des matériaux cachés sont les rassemblements annuels des rapports de l’Institut de recherche « Ferrit-Domen » pour 2012 et 2013, qui mentionnent le travail conjoint sur les matériaux radio-absorbants avec TsNIIHM dans le cadre du projet de recherche Nota-D . Le TsNIIHM Nanotechnology Research Center a également mené des recherches sur les matériaux radio-absorbants, comme en témoigne un brevet publié en 2014.

La conclusion est que les futurs satellites lancés par le projet Nivelir sont susceptibles d’être recouverts de matériaux cachés, leur permettant potentiellement de se faufiler sur d’autres satellites sans se faire remarquer.

« Pétrel »

La documentation d’approvisionnement a également révélé l’implication de TsNIIHM dans un autre projet spatial top secret connu sous le nom de Burevestnik, qui a un indice militaire de 14K168. Il y a des indications que le projet a démarré le 1er septembre 2011, avec la signature d’un contrat entre l’organisation énigmatique SSTC Garant et le Design Bureau of Mechanical Engineering (NPK KBM), basé à Kolomna, au sud de Moscou. NPK KBM est un armurier qui produit notamment des missiles balistiques tactiques, des missiles antichars et des systèmes de missiles antiaériens portables.On ne sait pas qu’il a travaillé sur des projets spatiaux dans le passé, ce qui rend son rôle principal dans ce projet quelque peu mystérieux. TsNIIHM a rejoint le projet, ayant reçu un contrat de NPK KBM le 30 septembre 2011, exactement le même jour où le contrat pour Nivelir a été signé.

De plus, les ennemis arrivent à la conclusion que le « Level » et le « Petrel » sont en quelque sorte liés l’un à l’autre, car ils ont un seul bus satellite et utilisent la même centrale électrique mono-carburant. J’ai déjà écrit en détail sur « Petrel » ici , je ne me répéterai pas. Je dirai seulement que les ennemis ne sont pas du tout inquiets en vain. Voici leurs conclusions :

« L’étude des entrepreneurs et sous-traitants pour le projet Burevestnik donne tout lieu de supposer qu’il s’agit d’un nouveau système anti-satellite co-orbital des Russes. Avant cela, ils ont développé divers systèmes anti-satellites au sol et aéroportés pour désactiver les satellites en orbite terrestre basse, mais les principales cibles du Burevestnik pourraient être des satellites sur des orbites beaucoup plus hautes (comme la ceinture géostationnaire). Compte tenu de leur petite taille, un ou plusieurs satellites Burevestnik peuvent être secrètement lancés en orbite géostationnaire avec une charge utile plus importante sur des fusées Angara-5 lancées depuis Plesetsk. À une altitude de 36 000 km et utilisant peut-être le même matériau caché que les satellites Nivelir, ils seront impossibles (ou très difficiles) à détecter depuis la Terre.Rien ne peut être dit avec certitude sur la manière exacte dont Burevestnik détruira d’autres satellites, mais l’histoire de sociétés telles que TsNIIHM et KB Tochmash indique l’utilisation présumée d’une charge explosive ou d’une arme cinétique, malgré le fait que les débris spatiaux, qu’elles créent constituera une menace pour les propres satellites de la Russie.

Un autre sous-traitant du projet est le Precision Engineering Design Bureau nommé d’après Nudelman (KB Tochmash) est connu comme un fabricant de missiles sol-air tactiques, ainsi que de missiles espace-espace, un canon à tir rapide pour la station militaire de Salyut et une tête autodirectrice pour l’anti-sol Nudol -système satellitaire d’ascension droite. Il travaille dans cette direction depuis l’époque soviétique dense. Par conséquent, les ennemis ne soufflent pas du tout froid.

« Numismate »

Un autre projet dans lequel TsNIIHM est un acteur clé s’appelle « Numismatist » (collectionneur de pièces). Officiellement, cela a commencé par la signature d’un contrat d’État le 1er juillet 2014 entre le TsNIIHM et le ministère de la Défense. Les sous-traitants du projet sont le Scientific Research Institute of Television (NIIT) de St. Sedakov à Nijni Novgorod. Le premier développe un certain type de caméra de télévision pour le projet, le second est un radar spatial à ultra-large bande (UWB). Le radar UWB est probablement ce qu’on appelle un radar de bruit. Le principal avantage de ces radars par rapport aux radars conventionnels est leur immunité intrinsèque aux interférences, à la détection et aux interférences externes, ainsi que leur capacité à effectuer des mesures de distance sans ambiguïté vers des objets relativement proches dans l’espace (de 600 à 6000 mètres).

Certains éléments indiquent qu’en plus d’une caméra de télévision et d’un radar UWB, les satellites seront équipés d’une caméra infrarouge développée par l’Institut national d’optique appliquée (GIPO) de Kazan, dont on sait qu’il a obtenu au moins un contrat pour le Burevestnik. Les types de charges utiles développés pour le projet ne laissent aucun doute sur le fait que les satellites Numizmat effectueront des opérations de rendez-vous en orbite, mais on ne sait toujours pas si ce sera pour tester des satellites, refuser des satellites ou à d’autres fins.

Nanosatellites

Nivelir, Petrel et Numismatus sont vraisemblablement des satellites pesant entre 50 et 100 kg, communément  » appelés microsatellites. De plus, TsNIIHM semble travailler sur des nanosatellites, qui pèsent environ un à dix kilogrammes. Les détails sont très sommaires. Certains travaux semblent avoir été réalisés dans le cadre du projet de recherche Naveska (charnière), qui comporte au moins trois volets.

Naveska-N : un projet initié le 30 décembre 2016 conformément à un contrat signé entre TsNIIHM et MIPT University, selon lequel MIPT a commandé des composants pour satellites de classe Cubesat à Sputnix, lui-même fabricant de nanosatellites.

« Charnière-X »: projet en collaboration avec l’Université Chimique-Technologique. Mendeleev (2016-2017), visant à développer des systèmes miniatures de propulsion à propergol solide pour les satellites de la classe Cubesat.

« Naveska-Ya » : joint-venture avec l’Institut de Physique Nucléaire. Skobeltsyn de l’Université d’État de Moscou (2017), décrit uniquement comme destiné à « étudier l’interaction du rayonnement avec la matière ». L’Institut Skobeltsyn est spécialisé dans l’étude de l’impact de l’environnement spatial sur les matériaux des satellites.

On ne sait pas quels sont les liens entre ces efforts de recherche séparés et s’ils conduiront à la production de vrais satellites. Le but de ces projets de nanosatellites ne peut pas encore être déterminé, mais la nature secrète de la recherche indique des objectifs militaires. Les nanosatellites peuvent être utilisés pour une grande variété de missions militaires, y compris les opérations de rendezvous.

Conclusion

Les preuves disponibles suggèrent que TsNIIHM s’est vu confier un rôle clé dans les inspections orbitales et les projets de défense anti-satellite au début de cette décennie. Depuis 2013, les quatre satellites de sondage LEO ont été lancés, avec au moins un autre en préparation pour le lancement. Malgré certains rapports inquiétants en Occident sur le but de ces satellites, ils n’ont essentiellement rien fait d’autre que de démontrer exactement les mêmes capacités qu’un nombre beaucoup plus important de satellites de sondage américains et chinois ont démontré depuis le milieu des années 2000.

Le développement apparent d’un nouveau système antisatellite co-orbital (Burevestnik) est très préoccupant, qui rétablira les contre-mesures de la Fédération de Russie dans l’espace extra-atmosphérique dont disposait l’URSS et qu’aucune autre puissance spatiale n’a jamais eu et ne semble pas être utiliser à l’heure actuelle. Ceci, ainsi que le développement probable de nombreux systèmes anti-satellites russes basés au sol, est un signe clair que la Russie se prépare agressivement à une nouvelle course aux armements dans l’espace.

 

 
 

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

Note: J’ai hésité avec ce long article assez technique proposé par Robert du 09 (« spécialiste » de la Russie). Mais il complète le précédent sur une possible guerre ultime, (quitte à tout vitrifier). En prenant en compte les forces destructrices en présence. « On a pas le cul sorti des ronces » dirait JBL1960 . Que de belles choses pourraient être réalisées pour l’humanité, avec les milliards investit dans ces technologies………

Laisser un commentaire