Tuto: comment neutraliser une puce RFID

La puce RFID est un réel danger en devenir, notamment quand au respect de notre vie privée. Celle-ci commence à se trouver de partout, toujours pour une utilisation « géniale » qui va vous aider dans la vie de tous les jours, que cela soit la surveillance de votre état de santé, payer sans avoir d’argent sur soi, surveiller vos enfants ou faire partie des membres privilégiés dans des boites de nuit, sauf lorsque celle-ci est incluse dans des documents officiels comme la carte d’identité, pour l’heure, personne ne sait réellement à quoi elle sert. Maintenant, il y a moyen de désactiver les puces RFID, et ces moyens ne sont pas très compliqués.

puce-rfid-implantation-dans-les-mains

Première méthode:

  • Mettre la puce au micro-onde durant 5 secondes, le temps que l’antenne chauffe et que la puce en devienne inutilisable. Attention aux risque qu’il pourrait y avoir au niveau incendie puisque cette méthode comporte néanmoins quelques risques. Cette méthode ne convient pas par contre aux documents officiels tels que les cartes d’identités puisque cela peut laisser traces visibles. Une méthode à éviter également sur les cartes de crédit pûisque la bande magnétique reste sensible.

Seconde méthode:

  • S’attaquer à la puce RFID avec une pointe, une aiguille ou le bout du couteau. Bien évidement, cela laisse là aussi des traces visibles et détériore autant le contenant que le contenu, toujours un souci avec les documents officiels. Le but est de couper l’antenne de la puce RFID l’empêchant de recevoir/émettre ainsi que de se recharger le cas échéant. Lire la suite

Sécurité sociale: Cri d’alarme de la Fédération hospitalière de France

Ce que je redoute se rapproche! 20 000 emplois en moins dans les hôpitaux français, et moi avec mon poste qui n’est pas indispensable, cela risque de faire couic comme je le redoutais dans les mois à venir… Il me faut vraiment préparer cela, optimiser la rentabilisation du blog pour que cela en devienne mon salaire principal, et déménager dans une petite maison loin d’ici!

20 000 emplois supprimés ! C’est la menace brandie par le président des hôpitaux publics, Frédéric Valletoux. Ce n’est encore qu’une menace, justifiée par « l’impasse » budgétaire. Mais la réduction des déficits ne pourra pas ignorer les établissements.

« Les hôpitaux sont dans une impasse ! » Le président de la Fédération hospitalière de France (FHF) Frédéric Valletoux tire la sonnette d’alarme : « Les charges augmentent, les revenus diminuent… C’est devenu impossible ».

La FHF, qui regroupe l’ensemble des établissements publics, a fait ses comptes. D’un côté, des charges en hausse mécanique de 3,5 %, notamment avec l’ancienneté des personnels. De l’autre, une tarification que le ministère de la Santé veut diminuer de 1,7 %. Au total, estime Frédéric Valletoux, « cela fait 900 millions d’euros qui vont manquer dans les caisses. Ce qui représente 20 000 emplois ! »

Le chiffre a semé l’émoi, surtout accompagné de la promesse de la ministre de la Santé, Marisol Touraine : « Ne plus supprimer d’emplois dans les hôpitaux publics ». Car l’emploi avait commencé à diminuer sous la présidence de Nicolas Sarkozy : après des décennies de hausse régulière, et un bond de plus de 40 000 emplois avec l’instauration de la RTT dans les hôpitaux, les effectifs se sont tassés. Lire la suite

Les villes organisent leur survie alimentaire

Moi qui pensait l’Australie plutôt isolée et plus à l’abri en cas de krach alimentaire sur la planète… Ils se préparent donc eux aussi pendant que l’on nous répète de continuer à consommer puisque tout va bien! Cherchez l’erreur…

Les petits jardins citadins et autres potagers de poche ont la cote dans les banlieues australiennes. Mais suffiront-ils pour répondre aux besoins des villes en cas de crise alimentaire?

Sans changement radical imposé d’ici 2030, 30 millions de citadins seront dépendants d’une chaîne d’avions et de camions pour leur survie alimentaire, à la merci du moindre choc pétrolier. Certains ont décidé de ne pas attendre que les gouvernements réagissent, comme Michael Mobbs, dans la banlieue de Chippendale à Sydney.

Michael Mobbs vit dans une maison qui économise environ 100 000 litres d’eau par an. Mais le régime moyen d’un Australien implique le même volume utilisé pour la nourriture consommée en 10 jours. Pour résoudre le problème, il a décidé d’acheter local et de produire une partie de son alimentation, malgré le fait de vivre en hyper-centre.

Heureusement pour lui, ses voisins ont répondu à l’appel et l’ont aidé à transformer le quartier en potager. Dans sa banlieue, ils ont planté 200 arbres fruitiers et plantes sur 32 hectares, et ce n’est qu’un début. Lire la suite

Soigner les maux de l’hiver avec les plantes sans se ruiner

Chaque année, c’est la même chose. Avec la chute des températures, les effets désagréables reviennent nous enquiquiner. Fièvre, toux, lèvres gercées, nez qui coule… Nul besoin de te faire un dessin ! Heureusement, pas besoin d’attendre le retour du printemps pour soigner ces petits bobos de l’hiver, naturellement et à moindre frais !

Affronter l’hiver sans se ruiner

Il n’existe pas de médecine plus naturelle que celle des plantes. Utilisées depuis des centaines d’années, elles ont fait leurs preuves et s’illustrent dans les précieuses astuces de nos grands-mères.

La médecine par les plantes pour soigner les maux de l’hiver

Utilisées depuis la nuit des temps, les plantes sont le remède naturel par excellence. Un rhume ? Une toux qui irrite ? Le nez qui coule ? Et si, plutôt que de dépenser une fortune dans des médicaments aux effets souvent indésirables, se soigner par les plantes pouvait t’aider à combattre les maux de l’hiver ?
Tu peux les trouver sous différentes formes : feuilles, plantes séchées, huiles essentielles ou écorces. Les feuilles sont en général fraîchement cueillies, tandis que les plantes séchées se conservent plus longtemps. A utiliser surtout en prévention, elles permettent d’éviter de subir les petits désagréments de l’hiver.

Les plantes à utiliser pour se soigner cet hiver

La camomille romaine : elle possède tout particulièrement les facultés d’adoucir et de calmer. Utilisée en compresses, adieu petit coup de fatigue, yeux irrités, poches sous les yeux…
La grande camomille : ses feuilles utilisées en tisane te permettront de dire « Stop ! » aux migraines. Cette fameuse décoction aura en plus l’avantage de calmer les maux de gorge.
La valériane : utilisée en tisane, elle a pour propriété de traiter les troubles du sommeil et l’anxiété. Intéressant, car il n’ y a rien de plus énervant que de tourner dans son lit pendant des heures en regardant les heures défiler sur le radio réveil !
Le thym : utilisé en tisane, il soigne les voies respiratoires et la toux.
La sauge : elle aide à faire chuter la fièvre et atténue la fatigue.
Le saule : consommé en infusion, il traite les maux de tête et la fièvre.
L’eucalyptus : il aide à dégager les voies respiratoires. Que ce soit en tisane ou en huile essentielle, il est tout aussi efficace pour apaiser les maux de gorge et les angines.
L’échinacée : cette plante protège l’organisme et favorise la convalescence. Lire la suite

Alimentation, auto-partage, troc… voici une liste d’initiatives françaises de consommation collaborative

Le genre de liste à utiliser sans aucune modération!!!

Voici une première tentative (à ma connaissance) de création d’une liste d’initiatives françaises (ou ayant des activités en France) sur la consommation collaborative (voir la définition au bas de cet article). Dans cette liste, le parti pris a été d’indiquer les initiatives relevant des formes nouvelles d’échange entre particuliers (partage, troc, échange, location) ainsi que les nouveaux styles de vie collaboratifs (crowdfunding, coworking, colunching …) mais aussi des initiatives se situant aux limites du sujet mais qui méritaient d’être mises en avant pour l’innovation sociale qu’elles représentent. N’hésitez pas à apporter vos contributions à cette liste collaborative !

-  Alimentation

Achat groupé direct au producteur

http://www.laruchequiditoui.fr/

http://www.reseau-amap.org/

http://www.reseaucocagne.asso.fr/

http://www.chouxfleursetpissenlits.com/

Don / Vente de produits issus de son jardin

http://www.cavientdujardin.com/

http://www.les-ptits-fruits-solidai…

Colunching

http://colunching.fr/ Lire la suite

L’ail s’avère 100 fois plus efficace que les antibiotiques et agit en un temps record

Toujours mieux pour se soigner, les méthodes naturelles!

Une découverte significative de l’Université de l’État de Washington montre que l’ail est 100 fois plus    efficace que deux antibiotiques populaires pour combattre des maladies causées par des bactéries responsables de toxi-infections alimentaires.
Leur travail a été publié récemment dans le Journal de Chimiothérapie Antimicrobienne, une suite des précédentes recherches de l’auteur dans Microbiologie Appliquée à l’Environnement qui a    démontré de manière concluante qu’un concentré d’ail était efficace pour inhiber la croissance de la bactérie Campylobacter jejuni.
L’ail est probablement l’un des plus puissants aliments naturels. C’est l’une des raisons pour laquelle les gens qui suivent un régime méditerranéen ont des vies aussi saines et longues. L’ail    est aussi très performant en laboratoire de recherche.
« Ce travail me passionne beaucoup parce qu’il montre que ce composé a le potentiel de réduire des bactéries pathogènes de l’environnement et de nos aliments » a dit Xiaonan Lu un    chercheur docteur en sciences et auteur principal de l’article.
L’une des découvertes les plus intéressantes est que l’ail augmente le niveau global d’antioxydants dans le corps. Scientifiquement connu sous le nom d’Allium sativa, l’ail est célèbre dans    l’histoire pour sa capacité à combattre les virus et les bactéries. Louis Pasteur a remarqué en 1858 que les bactéries mourraient quand elles étaient arrosées d’ail. Depuis le Moyen-Âge, l’ail a    été utilisé pour guérir les blessures, broyé ou en tranches et appliqué directement sur les blessures pour inhiber la propagation de l’infection. Les russes nomment l’ail, la pénicilline    russe. Lire la suite

Un jardin qui bouleverse toute les règles de l’agronomie

Philippe cultive des légumes dont certains sont géants (pomme de terre de 500 grammes, brocolis de 2 mètres de haut, des choux fleurs de 40 cm de diamètre, des betteraves et radis de 5 kg, des panais de 40 cm de long).

Et tout cela : dans pratiquement 100% de résineux, sans travail du sol, sans arrosage, sans traitement, sans engrais, sans semis (pour certains légumes, tomate, pomme de terre, courge, salade).

Son secret: la combinaison de l’électro-culture et des buttes à humus avec 40 ans de tests.


Economie Autonomisante, Activité, Autogestion… par Darwin_Kayser

Trouvé sur Fortune de souche

Consommer en temps de crise

C’est avant tout du bon sens, consommer moins voire arrêter la consommation puisque de toute manière, ce n’est plus cela qui relancera la machine en France. Les citoyens auraient beau acheter, si derrière il n’y a pas de VÉRITABLES décisions politiques et qui soient un tant soit peu courageuses, la pseudo-relance de l’économie par les citoyens resterait vaine. Maintenant, nous nous avons atteint un stade où la débrouille prime sur tout: récupe, réparation, économies, intelligence, et CELA DEPEND DE VOUS, et non pas d’un méprisant assis dans un fauteuil avec un salaire non mérité.

Consultez le sommaire du magazine Vivre en temps de criseLow cost, achats d’occasion ou groupés, location, troc… 
Les consommateurs développent de nouvelles stratégies auxquelles 
les industriels cherchent à s’adapter. Ce faisant, une modification
 durable des modes de consommation s’opère.

Baisse du pouvoir d’achat, crainte du chômage, incertitudes quant à l’avenir… Les Français n’ont d’autre choix que de s’adapter. Différentes « solutions » s’offrent – ou s’imposent – à eux : consommer moins, moins cher, « mettre la main à la pâte » ou encore partager.

1. Consommer moins

En temps de crise, dépenser moins se révèle un impératif pour beaucoup ; l’augmentation des dépenses dites « contraintes » ou « préengagées » limite les marges de manœuvre. Pour faire face à la baisse de leur pouvoir d’achat, les Français se voient donc dans l’obligation de faire des arbitrages ; certains achats s’en trouvent différés, voire supprimés.

Victimes de ces choix, les ventes de voitures neuves ont chuté de 14 % en 2012. Pour tenter d’inverser la tendance, les constructeurs multiplient les rabais sur les voitures neuves, de façon à dégonfler leurs stocks. Mais les particuliers recherchent avant tout des prix serrés et c’est l’occasion qui leur apporte actuellement la meilleure réponse. Autre donnée notable, même s’il a été éphémère, le monde a connu en 2008 un nouveau choc pétrolier qui a laissé des traces dans les ménages qui ont continué de réduire leur consommation lorsque les prix de l’essence ont baissé.

Autre poste de dépense directement menacé par la baisse du pouvoir d’achat : les vacances. Les Français continuent à partir, mais la crise impose de nouvelles contraintes ; ils partent moins loin, moins longtemps et pour moins cher. Dans ce domaine comme dans d’autres, toutes les catégories sociales ne sont pas logées à la même enseigne. Lire la suite

Potager : quand semer et planter région par région, selon le climat….

Il existe 11 zones climatiques. Celles-ci sont déterminées par les températures moyennes d’hiver et d’été.

Potager : quand semer et planter région par région, selon le climat

Carte de France des semis et de la plantation des légumes au potager en fonction de la zone climatique – Francès – Rustica

Ces zones ne permettent toutefois pas de prendre en compte les microclimats propres à votre localité et tous les paramètres de votre jardin (abrité ou non, murs, haies, etc.). Quand les Corses recommencent à semer, en février, les Alsaciens comme les Suisses doivent encore patienter quelques semaines pour ne pas risquer de tout perdre.

Climat océanique (bleu clair)

Hiver tempéré à doux et été frais à chaud.

Petites astuces en vrac

Ce n’est pas de l’actu mais juste quelques petites astuces en vrac choisie sur un site très sympathique qui ne paye pas de mine, et pourtant… Les sites et blogs comme Auguste.fr sont justement des sites qui permettent de retrouver des astuces et des techniques simples, économiques et écologiques qui permettent d’échapper aux produits commerciaux pas toujours très net et qui nous sont vendu une fortune, une richesse à consulter donc. Non seulement cela sera utile pour maintenant, mais également pour « après », car si en plus on peut améliorer son quotidien sans avoir à enrichir certains industriels peu scrupuleux, autant en profiter!

Nous avons trop tendance à oublier le passé pour regarder le commercial…
  • Accélérer la germination de manière naturelle

    . Graines fines : on les pose sur un lit de marc de café humide, on les recouvre de marc (humide) et on laisse toute la nuit. Le lendemain, on sème… La pousse sera plus rapide que si vous les aviez semées directement !

    . Grosses graines: cette très vieille astuce de jardinier consiste à aider les graines à se ramollir et donc leur permettre de germer  plus facilement et plus rapidement. On les laisse simplement tremper toute une nuit dans 1 bol d’eau.
    Le lendemain on sème !
  • Boutures: trucs et astuces

    – C’est juste pour remplacer efficacement les hormones de bouturage industrielles et chimiques !
    Placez votre plante dans un bocal rempli d’eau et dans lequel vous aurez déposé un morceau de charbon de bois. Prenez ensuite 4 ou 5 petites branches de saule pleureur; faites-les tremper 24 heures dans un bol d’eau de source… ! Cette recette sans âges a largement prouvé son efficacité.
    –  Certaines plantes se bouturent dans l’eau : mettre 1 morceau de charbon de bois dans l’eau (ou la changer tous les 4 ou 5 jours) Lire la suite
1 159 160 161 162 163 164