CETA – L’imposture expliquée à ceux qui l’ont votée (et aux autres..) ..

Quand ça fait des années qu’on dénonce ces traités aux acronymes obscurs, quand en regard des 500 millions d’européens, à peine 3 millions ont signé contre TAFTA/TIPP En 2015. CETA : une pétition forte de 3,5 millions de signatures déposée au Parlement européen en 2017. On a compris que ces connivences entre l’Europe le Canada et les USA n’attirent pas les foules. Foules qui viendront chouiner, n’en doutons pas, quand la dégradation de ce qu’ils consomment sera dans leur assiette, leur santé impactée, le principe de précaution envoyé par dessus les moulins, que l’environnement sera encore plus dégradé (ce dont on ne parle pas dans ce traité), que le trafic des marchandises générera encore plus de Co² et qu’on leur dira que c’est de leur faute. C’est notre porte monnaie qui fait la richesse des multis, le seul moyen disponible et à notre portée pour sauver notre économie, nos produits français, notre agriculture, nos élevages, notre santé et accessoirement notre pays vendu par les traîtres au pouvoir, c’est de bien choisir ce que l’on achète, lire les étiquettes, les codes barre et privilégier ce qui est produit en France. C’est un énième appel dans le désert, mais qui sait.. L’espoir fait vivre ! Après des dizaines d’articles sur le sujet, vous allez tout comprendre en 22’35mn Merci Thibaultraa ! Partagez ! Volti

******

Tatiana Ventôse

Lire la suite

« Le CETA ne met personne en danger » : c’est FAUX et voici pourquoi. Vidéo Foodwatch..

Ceux qui ont signé ce traité sont-ils inconscients des conséquences ? Ils sont censés savoir ce qu’un tel traité va apporter comme contraintes et pourtant.. Malgré l’opposition de la population, ils sont passés outre, le résultât ne se fera pas attendre. Comment peut-on encore cautionner un gouvernement qui dit des mensonges pour rassurer, en occultant la vérité qui dérange, fait tout avec un mépris absolu pour notre avis ? Il est dommage qu’en France, les appels à « faire des choix éclairés » en matière d’achats, ne soient pas suivis d’action, comme aux USA, les multinationales trembleraient pour leur chiffre d’affaire et reverraient leurs pratiques totalitaires. On ne fabrique pas ce qui ne se vend pas!! Qu’est devenue la France ? Le pays de la « révolution » de carton, de l’insurrection de façade, de la soumission intégrale ? Un peuple de moutons engendre toujours un gouvernement de loups qui se fiche éperdument de la santé et des intérêts des moutons et de leur bergerie. La macronie n’a pas demandé d’étude sur le bilan carbone de ces futurs échanges, elle qui se targue d’être leader pour agir pour le climat ? Partagez ! Volti

Par Liliane Held Khawam

Les députés français ont ratifié l’accord de libre-échange avec le Canada: le CETA.

Cette signature symbolique, puisque le parlement français est condamné à suivre la Commission européenne, a tout de même acté la fin de la prise en compte du principe de précaution. Cela revient à dire que les parlementaires ont admis que la santé des citoyens passaient après le business…

Le CETA va encore plus loin puisqu’il engage l’Etat à garantir les investissements privés et tout manque à gagner généré par le principe de précaution. Les investisseurs, ainsi que leurs projets sont ainsi garantis par l’Etat au mépris de l’intérêt public.

Lire la suite

Greta invitée le même jour que la ratification du CETA. Enjeux et manipulation. par LHK…

Pour tous ceux qui s’intéressent au CETA, TAFTA, MERCOSUR, qui se posent des questions, quelques réflexions et analyses pour cerner le problème de ces traités signés malgré l’opposition du peuple. Le temps nous dira si nous avions raison de nous inquiéter de ces échanges pollueurs de marchandises, que nous avons déjà chez nous et qui risquent de perturber notre économie, pour la viande entre autres. C’est aussi la porte ouverte au gaz de schiste, cette horreur environnementale dévastatrice, qui est compris dans ce traité et dont on se garde bien de nous parler. Partagez ! Volti

******

Par Liliane Held Khawam

Canada : Alberta exploitation de sables bitumineux. Désastre environnemental

Deux évènements ont eu lieu ce mardi 23 juillet 2019. En pleine canicule. En pleines vacances. Deux évènements dont la couverture médiatique a été inversement proportionnelle aux enjeux réels, voire existentiels, de la société. Ces deux rendez-vous doivent être analysés simultanément.

Le premier concerne la ratification du traité de libre-échange entre le Canada et l’UE par l’Assemblée nationale française. Cette ratification n’a qu’une valeur symbolique. La France comme ses collègues de l’UE avait délégué la gestion du traité à la Commission européenne. Par conséquent, la seule et unique signature qui compte dans ce dossier est celle que Donald Tusk a apposé sur le document, le 30 octobre 2016, au nom de l’Union européenne. Tout le reste n’est que mise en scène.

Lire la suite

CETA : « Il n’y aura ni commerce ni parts de marché sur une planète morte »..

L’accord a été signé pendant la visite de Greta Thunberg. Pendant que certains se pâmaient devant la jeune suédoise, d’autres ratifiaient ce traité de libre échange qui est tout, sauf écologique et présente des dangers certains pour la santé entre autre, pour nos agriculteurs et éleveurs. Nous n’en voulions pas et on nous l’impose comme d’habitude. Et après on viendra nous culpabiliser avec le réchauffement climatique. Partagez ! Volti

******

par Amélie Canonne, Maxime Combes pour BastaMag

Img/Basta

L’écologiste suédoise Greta Thunberg s’exprimera à l’Assemblée nationale ce 23 juillet pour dénoncer l’insuffisance des politiques climatiques. Le même jour, le gouvernement français appelle les députés à voter en faveur de la ratification du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada (CETA). Un « terrible symbole de l’aveuglement climatique », selon les opposants à ce traité. Tribune.

Lire la suite

CETA : dernière chance pour préserver les intérêts des citoyens européens face aux intérêts du privé…

Tout se décide sans l’avis des peuples, mis devant le fait accompli. Avec CETA, la concurrence entre nos produits et ceux venus d’ailleurs va être rude. Qui cet accord va-t-il avantager ? Pas les agriculteurs français, ni les éleveurs mais les multinationales et, avec les lois d’arbitrage, bonjour ! les amendes faramineuses. Nous avons des normes spécifiques qui seront balayées, au profit des marchandises venues de l’autre côté de l’Atlantique. C’est suffisamment grave pour que tous les européens se mobilisent. Arrêtons de subir et exigeons comme nous en avons le droit, que ceux qui sont censés nous représenter, nous représentent VRAIMENT. Les 510 millions d’européens, pourront-ils faire entendre leurs voix contre les 35 millions de canadiens ? N’oublions pas que c’est la porte ouverte pour que les entreprises américaines, installées au Canada, nous inondent de leur viande hormonée, traitée aux antibiotiques, nourrie aux farines animales, et de leurs poulets javellisés etc.. Partagez ! Volti

******

Merci à Laurie Debove pour La Relève et la Peste

Ce texte est une véritable bombe politique et cristallise d’énormes tensions car son application est une menace directe pour la souveraineté des pays européens. Sur les 1 596 pages du CETA, seulement 13 concernent l’environnement et ce sont les seules, avec celles sur les droits sociaux, à ne pas être contraignantes.

L’Assemblée nationale française s’apprête à ratifier, mardi 23 juillet, le CETA : un projet d’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada. 72 organisations mobilisent la société civile et demandent aux Députés et aux Sénateurs français de dire « non » à ce projet dont les conséquences sociales, écologiques, agricoles et économiques pourraient être dévastatrices.

Les intérêts publics bafoués pour les intérêts privés

Lire la suite

CETA : Macron passe en force ! .. Par Foodwash..

Toujours en totale contradiction entre ses paroles et ses actes le « monarque élyséen ». Les arracheurs de dents sont de petits plaisantins en comparaison. Partagez ! Volti

******

Source FoodWash

Pétition : Ni TAFTA, ni CETA, ni MERCOSUR, ni JEFTA !

Bonjour,
Nous venons de l’apprendre : Emmanuel Macron a subitement décidé de précipiter la ratification du CETA en France. Un vrai passage en force, puisque cet accord de commerce Europe-Canada pourrait être voté à l’Assemblée nationale dès le mois de juillet.
C’est scandaleux, car c’est complètement contraire à la transparence et aux débats démocratiques dont nous avons cruellement besoin pour regarder en face les risques de tels accords de libre-échange. Le CETA est le premier d’une (trop) longue liste d’accords de commerce dits « de nouvelle génération ».

Ces accords ne se contentent plus de réduire les droits de douane, mais visent bel et bien à s’attaquer aussi à toutes les normes, y compris sociales et environnementales. Agriculture, OGM, pesticides, droits des travailleurs, protection de la planète, tout est concerné ! 

Nous ne voulons pas des accords de libre-échange qui mettent les droits des multinationales au-dessus de celui des populations et de l’environnement.
Ensemble, continuons à faire entendre notre voix !

L’équipe de foodwatch France
Lire la suite

CETA : Macron souhaite que la France adopte le traité de libre-échange «dans les meilleurs délais»…

Avec un peu plus de 37 millions d’habitants, le Canada voit la porte ouverte par l’initiateur de « la grande braderie Macron », au libre échange avec 500 millions d’Européens. Il y a comme un défaut dans ce traité qui ne va profiter unilatéralement qu’aux canadiens, dans un premier temps.

En effet, souvenez vous du TAFTA bloqué par la forte mobilisation des européens en 2015 ? FoodWash a lancé une pétition en février 2018, Ni TAFTA, ni CETA, ni MERCOSUR, ni JEFTA ! En février 2019 ATTAC s’interrogeait  » Vers un retour du TAFTA et des négociations commerciales avec les Etats-Unis de Trump ?  » et, le lundi 15 avril 2019, le Conseil des ministres européen de l’agriculture et de la pêche a approuvé l’ouverture des négociations commerciales entre l’UE et les États-Unis ainsi que le contenu des mandats de négociation.

La France a voté “NON”, mais le processus et le résultat de ces négociations engageront l’ensemble des États-membres de l’UE, sans qu’Emmanuel Macron ne se soit réellement donné les moyens d’empêcher qu’elles aient lieu. VOIR : Ouverture de négociations commerciales avec les Etats-Unis : un mauvais coup pour la démocratie, le climat et la justice sociale – Les multinationales se frottent les mains.

Si tollé il y a de la part des peuples européens comme en 2015 et que le TAFTA est une nouvelle fois bloqué, rien ne nous dit que le Canada ne sera pas la voie de contournement pour envahir l’Europe de « produits » américains, dont les normes sont loin d’être aussi drastiques que les nôtres, sans compter la concurrence avec nos propres productions et Trump, qui se moque du climat comme de son premier dollar, est venu faire un petit coucou à son valet lors des commémorations du 6 juin. On va nous refaire le coup de Maastricht on dit NON mais avec leurs manigances, ça se transformera en OUI. Quant à demander un référendum, ils les arrangent à leur sauce ou les ignorent. Ce ne sont que mes propres réflexions, elles n’engagent que moi, en regard de tous nos articles sur le sujet.. Merci Conscience U12. Partagez ! Volti

******

Source RT-France

Le chef de l’Etat français a exprimé son souhait de faire adopter le CETA «dans les meilleurs délais», appelant l’Assemblée nationale à examiner le texte dans les prochaines semaines «pour lecture et adoption en première lecture».

Après avoir reçu le Premier ministre canadien Justin Trudeau à l’Elysée ce 7 juin, Emmanuel Macron s’est exprimé en conférence de presse sur le CETA, traité de libre-échange entre le Canada et l’UE signé en novembre 2016 et, dans l’attente de son approbation par les parlements nationaux, appliqué provisoirement depuis le 21 septembre 2017.

Les députés appelés à adopter le CETA en «première lecture»

Le président de la République a ainsi annoncé que le texte de ratification serait transmis dans la journée au Conseil d’Etat, souhaitant au passage que le processus de ratification soit lancé «dans les meilleurs délais» et précisant qu’il souhaitait que l’Assemblée nationale examine le texte dans les prochaines semaines «pour lecture et adoption en première lecture».

«Après presque deux ans de mise en œuvre provisoire, le bilan du CETA est positif, la déstabilisation économique qui avait été crainte par certaines filières agricoles sensibles n’a pas eu lieu, en particulier les importations de viande bovine», a estimé Emmanuel Macron, selon qui «une application définitive du CETA peut se faire en totale cohérence avec les exigences nationales en matière de santé et d’environnement».

Affichant l’objectif de délivrer le monde des frontières économiques, les accords de libre-échange dont fait partie le CETA font l’objet de controverses, tant sur les conséquences sociales, économiques et environnementales de leur mise en place, qu’en ce qui concerne leur processus de négociation, souvent jugé opaque.

#Tisa, #Tpp, #Tafta, #Ceta, #Jefta : le libre-échange en quelques acronymes
➡️ https://t.co/AL4TXyshmypic.twitter.com/VOfFzLP8SK— RT France (@RTenfrancais) 2 août 2017

Au mois de février 2017, 106 députés français avaient saisi le Conseil constitutionnel à propos du CETA, le jugeant incompatible avec la Constitution française.

Cinq mois plus tard, l’institution avait pour sa part estimé que l’accord commercial de libre-échange entre l’UE et le Canada n’impliquait pas une révision de la Constitution. «Au terme de son analyse, et dans le strict cadre de son examen de constitutionnalité d’un accord qui, pour une large partie, relève de la compétence exclusive de l’Union européenne, le Conseil constitutionnel a jugé que celui-ci n’implique pas de révision de la Constitution», précisait alors le communiqué.

Source RT-France

CETA : la cour de justice européenne permet aux multinationales d’attaquer les États. Par La Relève et La Peste..

Depuis 2015 nous dénonçons ces accords de libres échanges, avec de très nombreux articles et malgré les 3 millions de signatures pour dire NON avec une ICE (initiative citoyenne européenne), ces accords nous ont été imposés (comme d’habitude). Il était question des tribunaux d’arbitrages, ces entités obscures et intouchables, composées d’avocats qui défendent les intérêts des multinationales avec des milliards qui peuvent être demandés aux états qui voudrait protéger leurs pays et donc à nous citoyens, de payer la facture. Partagez ! Volti

******

Par Laurie Debove pour La Relève et la Peste via Liliane Held Khawam

« Le fait que les tribunaux d’arbitrage soient jugés compatibles avec le droit européen ne rend pas moins illégitime la possibilité pour un investisseur étranger d’attaquer un État pour expropriation indirecte, en vue de contester des législations sociales, environnementales ou sanitaires adoptées démocratiquement dans l’intérêt général ».

Lire la suite

Pétition : Ni TAFTA, ni CETA, ni MERCOSUR !..

Imaginez un accord international de libre-échange négocié par l’Union européenne depuis 1999.
Imaginez maintenant que cet accord est élaboré dans l’opacité la plus totale et que vous n’en ayez quasiment pas entendu parler.
Imaginez que pourtant, cet accord aurait des répercussions considérables sur vos droits, l’environnement, l’agriculture et votre alimentation. Lire la suite

Sur le CETA, le gouvernement a choisi les affaires contre l’environnement….

Pendant que l’on s’interroge sur notre niveau de conscience, la graduation proposée sur une échelle de un à cinq, vous a fait beaucoup réfléchir. Il n’y avait pas de degré zéro et c’est dommage, tant ce qui se passe autour de nous, n’interpelle grand monde. A quoi servira d’être « conscient » à un haut niveau dans un monde invivable ou détruit ? Donc, la question de niveau n’a qu’une valeur « spirituelle ». S’il en était autrement, les actions pour les changements seraient beaucoup plus présentes. Mais il est plus facile d’accuser autrui de toutes les misères, que de se remettre en question. L’éveil passe aussi par l’observation sans concession et l’action pour changer ce qui nuit à tous et CETA va nous nuire et pas qu’un peu. Ça n’élèverait pas le niveau de conscience, de combattre ce traité capitalo-mondialiste qui ressemble comme un « jumeau » à TAFTA ?

Malgré les promesses du candidat Macron et les conclusions négatives d’une commission créée pour l’occasion, le gouvernement français a validé l’accord de libre-échange avec le Canada. Pour l’auteur de cette tribune, la France a renoncé aux objectifs de la COP21 en lui préférant « les intérêts du commerce et de l’investissement ». Lire la suite

1 2 3 31