Davos prévoit la prochaine pandémie !

Davos suggère la mise en place d’infrastructures numériques nationales pour suivre les vaccinations

Les discussions du Forum économique mondial de Davos nécessitent souvent de « lire entre les lignes » pour comprendre ce que disent vraiment les participants mondialistes, mais il n’y a pas besoin de beaucoup d’interprétation ces jours-ci.

Depuis l’événement de la pandémie, les lockdowns et les tentatives d’introduction de passeports vaccinaux, les représentants de l’establishment sont beaucoup plus ouverts sur leur agenda et leurs intentions pour l’avenir.

Après tout, c’est Klaus Schwab qui a qualifié la covidie de « fenêtre d’opportunité rare mais étroite » pour mettre en œuvre la « grande réinitialisation » de l’ordre économique et politique actuel.

Ces dernières années ont montré que la foule de Davos s’accroche toujours à la panique de la pandémie en voie de disparition comme au « bon vieux temps » où ils auraient pu avoir tout ce qu’ils voulaient, y compris une centralisation totale.

« La pandémie représente une occasion rare mais étroite de réfléchir, de réimaginer et de réinitialiser notre monde.« 

Les mondialistes continuent de refuser d’aborder leurs nombreux échecs, mais des panneaux comme celui-ci disent tout – Ils se rendent compte que la vérité a atteint le grand public et que beaucoup trop de gens remettent maintenant en question la validité des restrictions, des mandats, des masques et des vaccins à ARNm. Toutes ces mesures se sont révélées pratiquement inutiles pour empêcher la propagation du virus, et les effets secondaires négatifs des vaccins sont maintenant admis, du moins jusqu’à un certain point.

En somme, la pandémie n’a pas été l’occasion en or que Klaus Schwab et le WEF attendaient.

Leurs espoirs et leurs rêves se tournent maintenant vers une future pandémie, peut-être une pandémie avec un taux de mortalité beaucoup plus élevé qui suscitera une peur publique plus exploitable.

 
« 100 jour pour devancer la prochaine pandémie »

Il est particulièrement intéressant de noter dans ce panel, qui comprend l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair et l’actuel directeur de Pfizer Albert Bourla, les commentaires faits sur l’absence d’accord unifié sur la réponse politique – Ils n’entrent pas dans les détails ici, mais ils font peut-être référence au refus de certains gouvernements de poursuivre les mandats en cours et les passeports vaccinaux.

La résistance de l’opinion publique à de telles actions a directement conduit les responsables gouvernementaux à se demander jusqu’où ils pouvaient pousser leur chance. Il est clair qu’ils ont décidé qu’ils jouaient avec le feu car beaucoup de ces dirigeants ont fait marche arrière.

C’est comme si quelqu’un avait appuyé sur un interrupteur et que les discours catastrophistes avaient soudainement ralenti pour ne plus représenter qu’une infime partie de leur intensité antérieure.

Le groupe conclut que les institutions mondiales devront à l’avenir exercer une pression constante sur les gouvernements et, ostensiblement, une pression constante sur les populations nationales afin d’obtenir les résultats qu’elles souhaitent.

Par extension, l’Afrique est mentionnée à plusieurs reprises au cours du panel comme un exemple de la nécessité d’une  » équité  » dans la réponse à la pandémie. Ce dont ils ne parlent pas, c’est de l’absence de décès dus à la coqueluche en Afrique, alors qu’environ 65 % du continent n’est pas vacciné, selon le World Vaccine Tracker du New York Times.

L’exemple de l’Afrique en tant que groupe de contrôle pour les non-vaccinés a été une épine dans le pied des mondialistes au cours des deux dernières années et il est évident qu’ils veulent changer cela.

Un autre commentaire très intéressant est fait par Tony Blair, qui appelle à une infrastructure numérique nationale pour le suivi des vaccinations. Blair suggère que pour que les différents gouvernements nationaux adhèrent à l’agenda, il faudrait les convaincre que les problèmes de pandémie sont des « problèmes permanents ».

Albert Bourla aborde la possibilité et les défis de la production de vaccins dans un délai encore plus rapide pour répondre aux nouveaux événements viraux.

Sa conclusion ? Les autorités de réglementation doivent continuer à laisser les portes ouvertes aux grandes entreprises pharmaceutiques pour des raisons de rapidité, même en l’absence de pandémie.

En moyenne, un vaccin nécessite au moins 10 ans d’études sur sa sécurité et ses effets secondaires à long terme ; les vaccins covidés ont été développés et administrés en moins d’un an dans le cadre d’une autorisation d’urgence. Cette nouvelle norme de réduction des obstacles à la sécurité est ce que Big Pharma et le WEF souhaitent pour tous les vaccins et médicaments à l’avenir.

Bourla admet ensuite, avec désinvolture, une chose que beaucoup de gens soupçonnaient : le scepticisme du public a été le principal obstacle à l’application des mandats et à la vaccination généralisée. Bourla et d’autres y font référence comme à la « politisation » des mandats, mais il s’agissait en réalité d’une simple résistance à l’autoritarisme, et c’est quelque chose qui a frustré la planification mondialiste à chaque étape. Cela ne peut être qu’une bonne chose.

À aucun moment les participants au panel ne reconnaissent les nombreuses études montrant l’inefficacité du masque l’inefficacité des confinements, l’inefficacité des vaccins et les risques qu’ils comportent.

Les raisons de la résistance du public ne leur importent pas, mais seulement les moyens d’obtenir une plus grande conformité lors du prochain événement viral.

Géopolitique-Profonde

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

5 Commentaires

  1. Davos prévoit la prochaine pandémie (traduisez : offensive sanito-médiatique).
    Normal : c’est LUI le virus (et non pas le vit rus, parce qu’un vit il ne sait pas ce que c’est., et que rus, cela lui donne de boutons mal placés)
    .
    Au fait, la nation rus a eu sa première capital à Kiev, non ? grrratt grratt gratt….

  2. La prochaine plandémie ? Couplée à la 5G, avec effets convulsions et crises cardiaques en pleine rue pour bien traumatiser le mougeon et le faire courir vers les vaccinodromes.
    On connaît la chanson..
    Nous mourrons tous un jour, alors pas de panique ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

  3. Dire que peut-être 99% des problèmes mondiaux disparaîtrait si un astéroïde tombait à Davos. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

    Tout petit l’astéroïde, calmez-vous !!!

Laisser un commentaire