Théorie de l’équilibre des pouvoirs : points communs entre le contrôle des armes à feu, la « désinformation » et la dénucléarisation

Par Ben Bartee pour GlobalResearch

À des égards clés, bien que dans des contextes radicalement différents, l’activisme du « contrôle des armes » tombe dans le même angle mort logique que la guerre orwellienne du gouvernement contre la « désinformation » ainsi que les efforts mondiaux de dénucléarisation. 

Personne, à l’exception des nihilistes endurcis, n’aime la désinformation – un terme médiatique manufacturé qui revient essentiellement à des mensonges diffusés à grande échelle – pas plus que quiconque ne veut plus de morts par arme à feu ou de guerre nucléaire.

Cependant, l’idée que la censure pourrait jamais éliminer la désinformation est épiquement erronée – ironiquement, un mensonge inventé par ceux qui détiennent le pouvoir. En plus d’aller à l’encontre de toutes les traditions occidentales décentes qui valorisent la liberté individuelle, les campagnes de censure servent invariablement les intérêts de ceux qui assument le rôle de censeurs. Le résultat inévitable est que les élites diffusent leurs propres mensonges préférés tout en supprimant les mensonges concurrents ainsi que la vérité objective.

La véritable vérité non filtrée provient rarement, voire jamais, d’un bureau politique gouvernemental ou de médias sanctionnés par l’État. C’est maintenant ainsi que fonctionne la réalité. Une paix stable ne résulte pas non plus d’un monopole étatique sur la force.

Cependant, même si l’on devait admettre, pour les besoins de l’argumentation, la prémisse contrefactuelle selon laquelle la lutte contre la désinformation par la censure fonctionne, le gouvernement américain serait littéralement l’ institution la moins méritante de l’histoire du monde à se voir confier cette tâche .

En 2003, alors que dire la vérité aurait compté, aucun média d’entreprise – pas le néolibéral New York Times ou le néoconservateur Fox News – n’a sérieusement enquêté ou contesté les fausses affirmations de Powell selon lesquelles Saddam Hussein développait des ADM . Ils servaient alors les mêmes intérêts du complexe militaro-industriel de l’État profond que les néoconservateurs de l’administration Bush.

Si l’acte de l’ONU de Colin Powell s’était produit en 2022 au lieu de 2003, Twitter aurait sans aucun doute suspendu quiconque aurait mis en doute son compte comme étant de la « désinformation » à la demande du gouvernement américain, tout comme il ne le fait pas pour lutter contre la « désinformation » COVID (dont une grande partie s’est depuis avéré vrai).

À l’époque, tout comme aujourd’hui avec les « anti-vaxxers » (un terme fourre-tout pour diaboliser quiconque remet en question le confinement), toute personnalité publique qui parlait des mensonges des ADM en Irak risquait de devenir un paria social dans les couloirs du pouvoir.

Les armes à feu, les armes nucléaires et la désinformation existent déjà. Ils ont proliféré et sont possédés par de nombreux acteurs – et en plus grande abondance par les États. Se débarrasser d’eux est une impossibilité.

La seule véritable réponse offerte – par le biais de régimes de non-prolifération nucléaire ou de contrôle ou de censure des armes à feu – est de limiter la capacité de la personne moyenne à les posséder afin de concentrer les capacités au sein d’une autorité centralisée.

Mais la raison pour laquelle les États-Unis n’ont pas bombardé l’URSS – et vice versa – pendant la guerre froide, c’est parce que chacun avait des bombes nucléaires prêtes à être lancées pointées l’une sur l’autre à flanc de montagne, dans des sous-marins, partout. Tirer sur l’ennemi aurait assuré la destruction de l’autre (un concept appelé destruction mutuelle assurée, ou MAD).

Dans le contexte de la lutte contre le totalitarisme national, le deuxième amendement à la Constitution remplit la même fonction que le MAD dans le contexte de la dissuasion nucléaire internationale – à savoir, comme un contrôle des abus de pouvoir.

Permettre au gouvernement de confisquer les armes des citoyens tout en conservant son propre arsenal serait absurde à première vue – une reddition unilatérale du seul véritable moyen pour un peuple libre de contrôler l’État.

Le Département de la sécurité intérieure – le plus grand organisme national d’application de la loi dans tout le pays – achète des balles par milliards . Et il a récemment déclaré un jihad sur un pays survolé dans une « guerre contre le terrorisme intérieur » – un «terroriste intérieur» étant toute personne qui revendique une fraude électorale ou s’oppose aux verrouillages COVID.

Pourquoi une personne soucieuse de sa liberté personnelle accepterait-elle de remettre ses armes à une entité qui a déclaré de mauvaises intentions à son encontre ?

De la même manière, pourquoi un État-nation accepterait-il d’abandonner unilatéralement un projet nucléaire à la demande de son adversaire qui possède déjà des armes nucléaires et le menace implicitement avec ?

De même, pourquoi une personne libre permettrait-elle au gouvernement – ​​lui-même le plus grand pourvoyeur de « désinformation » – de surveiller et de contrôler le discours public ?

La désinformation est évidemment un poison social potentiel. Peut-être que le monde serait mieux sans armes. Ce serait certainement mieux sans armes nucléaires. Mais tous les trois sont ici maintenant, et ils sont là pour rester. La seule façon de maintenir l’équilibre des forces est de décentraliser leur répartition au sein de la population.

L’effet inévitable de la censure, de la dénucléarisation ou du contrôle des armes à feu est de monopoliser les moyens de diffusion de la force et de l’information dans l’État, d’être armé contre une population sans défense et sans défense, si nécessaire pour maintenir son pouvoir.

Cela se termine toujours mal pour les canards assis désarmés. On pourrait demander aux paysans cambodgiens massacrés par Pol Pot ou aux esclaves chinois tués par Mao un point de vue sur la question, mais ce n’est pas possible car ils sont tous morts.

Ben Bartee est un journaliste américain indépendant basé à Bangkok avec des pouces opposables. Suivez ses trucs via Armageddon Prose et/ou  Substack , Patreon , Gab et Twitter . Il contribue régulièrement à Global Research.

L’image en vedette est de Kurt Nimmo sur la géopolitique

La source originale de cet article est Global Research

Copyright © Ben Bartee , Recherche mondiale, 2022

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

Laisser un commentaire