Big Pharma: Comment ils ont intoxiqué les Américains à l’opium – 500 000 morts

Par Patrice Gibertie pour Le blog de Patrice Gibertie via Mondialisation.ca

Les opiacés ont tué 500 000 Américains dont beaucoup après prescription médicale et autorisation de la Food and Drug. On vient d’apprendre que la famille  propriétaire de PURDUE avait plaidé coupable et soldé ses comptes avec la justice  pour 4,5 MILLIARDS DE $ ; le cabinet MC KINSEY qui conseille Macron a fait de même il y a quelques mois. Pour Johnson et trois autres ce sera 21 milliards sur trois ans.

En 1995, l’OxyContin de Purdue Pharma arrive sur le marché. Ce médicament est proposé non seulement pour remédier aux douleurs sévères, comme celles liées au cancer, mais également à un panel plus large de douleurs, avec l’approbation de la Food and Drug Administration. Purdue lance alors une campagne de communication à grande échelle. Elle paye certains scientifiques renommés pour faire croire à la faible dangerosité du produit, ment sur les chiffres d’addiction et a recours à une campagne commerciale agressive (vidéos, brochures, visiteurs médicaux). Purdue donne ainsi des formations encourageant la prescription d’OxyContin et minimisant les risques d’addiction aux médecins.

Purdue met en avant un étalement de l’action de l’OxyContin sur douze heures, limitant de ce fait les risques de dépendance, alors qu’elle sait que les effets durent moins longtemps que cela, sans compter l’utilisation détournée du produit qui est possible. La douleur n’est apaisée que pendant sept à huit heures, ce qui pousse à la surconsommation et augmente l’addiction. C’est vers cette époque que les prescriptions pour des antidouleurs opioïdes augmentent fortement.

Un marché noir d’OxyContin se développe très vite, et le médicament est rapidement détourné pour ses effets euphorisants. Les campagnes promotionnelles rencontrent un grand succès commercial et éveillent peu de soupçons.

Des méthodes malhonnêtes ont souvent été utilisées pour vendre plus d’opioïdes. Un laboratoire américain a ainsi fourni aux médecins des logiciels médicaux truqués afin de favoriser la prescription d’antidouleurs.

Tout a commencé en 1980 par une brève lettre publiée dans la très prestigieuse revue New England Journal of Medicine. Onze lignes présentent les résultats d’une étude évaluant l’effet des médicaments opiacés sur 11 882 patients hospitalisés.

Les deux auteurs constatent que seuls quatre d’entre eux présentent des signes de dépendance, avant de conclure que le phénomène est « rare ». Aucun détail n’est donné sur les molécules utilisées, leurs dosages ou la durée du traitement, et pourtant ces quelques phrases ont changé le cours de l’histoire aux États-Unis.

Pendant vingt-cinq ans, elles ont été au cœur de l’argumentaire des fabricants d’opioïdes, avec cette statistique reprise en boucle dans les brochures, les conférences et les échanges avec les docteurs : « Le risque d’addiction concerne moins de 1% des patients ».

• francetvinfo.fr/video-ce-sont-des-dealers-de-drogue-legaux

La « pandémie de Covid-19″ a renforcé la crise des opioïdes : en raison du confinement, les victimes restent chez elles, diminuant d’une part les chances d’être secourues en cas de surdose, et freinant d’autre part l’accès aux dispositifs de désintoxication et aux groupes de parole. Par ailleurs, cette période d’anxiété pousse à une hausse de la consommation de médicaments ou de drogues, et la désorganisation des réseaux de trafic de drogue conduit à la consommation de produits de mauvaise qualité, plus dangereux.

En février 2021, le cabinet de conseil McKinsey & Company accepte de verser 573 millions de dollars pour solder des poursuites judiciaires lancées par des États américains qui l’accusaient d’avoir contribué à la crise des opiacés par ses conseils aux groupes pharmaceutiques dont Purdue Pharma, le fabricant de l’Oxycontin. Environ 650 000 prescriptions d’opioïdes sont faites par jour aux États-Unis mais … L’ivermectine sans danger et efficace contre la Covid est interdite.

Johnson & Johnson a contribué à alimenter cette crise, mais aujourd’hui, il s’engage à quitter le secteur des opiacés, à New York, et à payer 230 millions de $.

Le laboratoire Johnson & Johnson a accepté de payer 5 milliards sur neuf ans, et les distributeurs McKesson, Cardinal Health et AmerisourceBergen – qui fournissent à eux trois 90% des médicaments aux États-Unis –, 21 milliards sur dix-huit ans, avec l’espoir de solder près de 4 000 actions en justice intentées par des dizaines d’États américains et collectivités locales, dans le cadre d’une proposition d’accord à l’amiable « historique », a annoncé, mercredi 21 juillet, Letitia James, procureure générale de l’État de New York.

Douze millions de Français utilisent des médicaments opiacés, sans être alertés sur leur potentiel addictif et sur les risques d’overdose. Les hospitalisations pour ce motif ont doublé, les décès triplé. Il existe pourtant un antidote, à base de naloxone, que la personne concernée ou son entourage peuvent administrer « facilement ». Mais il est réservé aux acteurs du soin en addictologie, sans diffusion ni information large aux différents acteurs de la santé.

Patrice Gibertie

La source originale de cet article est Le blog de Patrice Gibertie

Copyright © Patrice GibertieLe blog de Patrice Gibertie, 2021

Les commentaires et les articles y compris ceux en « tribune libre » sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation

2 commentaires

  • En 2018, voyant un toubib pour la 1ère (et dernière fois) suite à un déménagement celui m’a établie une prescription d’oxycodon combiner pour assommer une vache…
    Je n’ai rien acheter, rien pris…
    Une personne qui a consulté le même médecin, et qui se trouve avoir la même pathologie que moi, enfin on nous a diagnostiquées la même chose, et qui a pris son traitement, s’est retrouvé à l’hosto…

    Août 2020 un médecin hospitalier spécialisé dans la douleur que je revoyais pour la dernière fois après qu’il m’ait refilée moult traitements & appareils totalement inefficaces, voulait me faire intégrer un nouveau programme de perfusion à la KETAMINE… Alors que j’ai un glaucome, mais surtout une dyspepsie sévère !
    Renseignements pris, j’ai annulé le RDV et ne l’ai plus jamais revu…

    Je souffre toujours ma race d’une dysarthrose généralisée et dégénérative… Cependant je pense que le diagnostic n’est pas posé, concernant ma dyspepsie y’a du mieux en suivant les conseils d’un presque RIEN… Tant que le CORONACIRCUS durera je continuerai de ne rien faire vue que les gonzes et les gonzesses n’ont qu’une obsession = nous vaxxiner…

    Ni mon époux ni moi, ni mon plus jeune fils (qui a eu le COVID au 1er jour du 1er confinement) n’avons pris un écouvillon dans le pif, et donc 0 piqouze à l’horizon… En plus dans une région peu touchée par le couillonavirus, nous connaissons plus de personnes décédées après injection que du COnVIDe…

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

    • Coucou Jo :)

      De la Kétamine ? ? Ben ? C’est pour les chevaux !! Les seules humains qui en prennent c’est dans l’optique récréative pour planer dans les raves party, et beaucoup se sont endormis pour toujours.. C’est tellement fort que tu oublies de respirer sans second degrés ici…

      Au fait pour les douleurs qui résistent même aux opioïdes puissant comme le Oxycodon, on prescrit le Fantanil justement le truc qui parles sans doute dans l’article (j’ai pas encore lu, mais je connais le sujet). C’est de fabrication belge à la base, dans les années cinquante de mémoire. Mais Kétamine, je ne comprends pas c’est trop difficile à doser, quand le Fantanil lui est archi connu en dosage, sauf si bien sûr c’est prescrit à tout va hors milieu hospitalier justement. De plus les dosages ne sont pas les mêmes à la base, qu’en pharmacie ou milieu hospitalier ou infirmière à domicile (ma source feu mère de Orné).

      Akasha.

Laisser un commentaire