Ils ont DÉJÀ confisqué votre épargne : La méchante gaffe de la chef-économiste du Trésor

Source L’investisseur sans costume

Ma chère lectrice, mon cher lecteur, 

Ainsi votre épargne en banque est-elle déjà confisquée pour payer la crise. 

C’est ce que vient d’avouer, au détour d’une énorme gaffe, la chef économiste du Trésor Agnès Benassy-Quéré dans une note sobrement intitulée : « D’où vient l’argent ? ».

[1] D’où ? Eh beh, de votre compte courant nous explique-t-elle en toute décontraction. 

Il est toujours instructif de lire les hauts fonctionnaires de Bercy quand ils s’abaissent à faire de la vulgarisation et à enseigner le bas peuple à qui ils prêtent des réflexions qui ne sont pas les nôtres et auxquelles ils répondent avec des dessins de loups de leurs enfants et des erreurs qui seraient éventuellement excusables pour un élève de Terminale. 

Vous n’apprendrez rien sur le fond, mais énormément sur leur état d’esprit et leur psychologie, en l’occurrence : Votre argent, c’est le leur

Et ils l’utilisent pour solvabiliser un système bancaire en faillite…

Voilà comment le Trésor sacrifie les intérêts des déposants à l’autel des banques. 

S’il vous plaît partagez cette lettre autant que vous pouvez : Plus nous serons nombreux à nous opposer, plus nous serons forts.

Les dépôts NE font PAS les crédits : C’est l’inverse !

Madame Bénassy-Quéré nous rappelle qu’en 2020 l’État a creusé sa dette de 210 milliards et les entreprises de 30 milliards, c’est-à-dire la bagatelle de 8 300 € par ménage ! 

Et voici comment cet abysse de dettes aurait été comblé : 

« L’ensemble constitué des banques commerciales et de la banque centrale a donc recyclé l’épargne des ménages pour prêter à l’État. »

Graphique 5 : le circuit de l’argent dans l’économie Covid

Il y a deux énormités dans ces quelques lignes :

De manière anecdotique, ainsi la BCE prête-t-elle aux États : C’est interdit par les traités et si nous savons bien que le respect des traités est à géométrie variable, pour un gardien du Temple, cela témoigne d’un mépris total de la loi et Madame Bénassy-Quéré ne fait même plus l’effort de conserver l’apparence de la légalité.

Bien plus grave est le lien que fait Madame Bénassy-Quéré entre les dépôts et les crédits.

Comme les dépôts augmentent, la banque pourrait ainsi faire davantage crédit nous dit-elle.

C’est grossier : Si les dépôts augmentent, c’est parce que la BCE a fait chauffer la planche à billets du crédit illimité et que l’État et les entreprises ont ensuite redistribué une partie de cette création monétaire venue se loger dans les dépôts des clients.

Elle inverse fautivement la formule consacrée « les crédits font les dépôts » qui est le fonctionnement du système financier depuis l’abandon de l’étalon de change or en 1971 et même depuis 1922 et les accords de Gênes pour les esprits chagrins comme moi. 

Dans un système de monnaie crédit, la banque ne prend pas les dépôts de ses clients pour les prêter à d’autres.

Elle crée la monnaie à chaque fois qu’elle fait crédit… Et plus elle fait crédit, plus elle créera de monnaie qui sera déposée sur les comptes de ses clients d’où la formule : Les crédits font les dépôts.

Les fonds propres font les crédits

Le risque bien entendu est que le crédit ne soit pas remboursé et que la banque perde cette créance à son actif. Dans ce cas, elle doit équilibrer son bilan et combler la perte de créance, en l’occurrence avec ses fonds propres, c’est justement à cela qu’ils servent : Couvrir les risques de la banque. 

Et c’est logique, si la banque fait un mauvais placement, ce sont ses actionnaires qui doivent prendre la perte, pas ses clients qui n’ont rien demandé.

C’est d’ailleurs pour cela que les critères de Bâle III imposent des réglementations sur les fonds propres des banques pour maîtriser leur solvabilité et leur résistance (théorique) aux crises… Pas sur leurs dépôts ! 

Pour qu’une banque puisse faire crédit, il faut qu’elle ait suffisamment de fonds propres pour couvrir ses risques, pas de dépôts !

A priori, c’est une erreur de débutant que vient de commettre Madame Bénassy-Quéré et il nous est impossible de lui prêter une telle ignorance.

Et au fond, notre chef économiste a raison.

Les banques en faillite : Votre épargne en ôtage

Cela fait une décennie que le système bancaire européen est en faillite. 

La raison est simple : le coût des fonds propres bancaires en Zone Euro (cost of Equity) tourne autour de 8-9 % quand sa rentabilité est à peine de 4-5 %. [2] 

Cela signifie que le secteur bancaire dans son ensemble doit dépenser 100 € pour en gagner 50… Et depuis des années.

Et pourtant il tourne !

Et il tourne sur cette évidence implicite : Ce ne sont pas les fonds propres qui solvabilisent les banques, ce sont bien les dépôts de leurs clients qui sont pris en otage. 

Cela signifie qu’en cas de crise, faillites et défauts de paiement, ce sont vos comptes courants qui couvrent, ce sont eux que l’on ampute.

Plus jamais ça ! L’enfer des bonnes intentions après 2008

Oh après 2008, les rapports de la Banque des Règlements Internationaux, du FMI, de grands cabinets de conseil comme le BCG, préconisaient d’apurer le système en amputant une bonne fois les avoirs des clients pour apurer les comptes et faire ménage dans toute cette pourriture. 

Cela n’a jamais été fait. 

Après 2008 on avait bien promis de ne plus jamais se laisser avoir par les Too Big To Fail, et cette manière de privatiser les gains et mutualiser les bénéfices, ou dit autrement de faire porter aux autres le poids des vices des uns.

On avait promis de revenir à la séparation des banques d’affaires et de détail, comme après 1929 : Souvenez-vous de l’ignoble mascarade de loi de séparation portée par Michel Sapin et François Hollande qui s’étaient docilement couchés devant leur ennemi de la veille. 

Dix ans plus tard, la chef économiste du Trésor trouve normal et évident que les dépôts de la banque de détail couvrent les crédits de la banque d’affaires et se substituent aux fonds propres des actionnaires dans ce jeu de pile, je gagne, face, tu perds.

Le retour des Zombies

Dans une étude remarquable publiée il y a quelques jours, le cabinet Bain & Cie a retracé le calvaire des banques qui étaient déjà « en difficulté avant la tempête ». 

[2] Ils prévoient, à mon avis à raison, le grand retour des Zombies, ces entreprises qui doivent emprunter pour payer les intérêts de leurs précédents crédits et qui ont déjà pourri la vie des banques au milieu des années 2010.

D’ici un an, les « crédits non performants » ou « pourris » devraient à nouveau passer la barre des 1 000 milliards €.

Et pourquoi ces zombies existent-ils ? Pourquoi ne pas les laisser faire faillite ?

Il n’y a pas de raison économique à maintenir artificiellement des entreprises qui consomment davantage de ressources qu’elles ne créent de richesses… En ces temps d’écologie apocalyptique cela devrait être considéré comme un crime contre les ours polaires. 

Même socialement, cela n’a pas de sens, il vaudrait bien mieux payer un chômage aux salariés de ces entreprises et les aider à retrouver une place saine et utile dans l’économie plutôt que de les payer à détruire de la valeur et des richesses.

Alors pourquoi ? La raison est simple : Les banques ne peuvent pas encaisser ces faillites, elles n’ont pas assez de fonds propres.

L’alternative temporaire aux faillites bancaires

L’investisseur sans Costume

L’alternative temporaire aux faillites bancaires 

Je m’appelle Guy de La Fortelle et je rédige le service d’information GRATUIT et INDÉPENDANT : L’Investisseur sans Costume. À partir d’aujourd’hui, je vais vous dire tous les secrets de l’économie et de la finance que les médias grands publics « oublient ». J’ai écrit un article complet sur Ils ont DÉJÀ confisqué votre épargne : La méchante gaffe de la chef-économiste du Trésor Cet article est le premier que vos recevrez, IMMÉDIATEMENT en vous inscrivant à L’investisseur sans Costume. Ce service est entièrement GRATUIT, il vous suffit d’inscrire votre adresse email ci-dessous et de cliquer sur Je m’inscris (cela marche aussi si vous êtes déjà inscrit mais souhaitez recevoir l’article) :   Je vous garantis la confidentialité complète de vos données personnelles. Elles ne seront jamais ni échangées avec des organismes tiers ni commercialisées à votre insu. L’Investisseur sans costume est un service proposé par Pando Éditions, maison d’édition indépendante spécialisée dans l’économie et la finance, que je dirige. À votre bonne fortune, Guy de La Fortelle

Lire aussi :

Pasteur rétracte son étude Puis la remet sous la pression : MERCI DE VOTRE MOBILISATION !

LA TV DEVENUE FOLLE : « On peut débattre de tout sauf des chiffres » ?!?

Les hospitalisations NE permettent PAS de conclure à l’efficacité des vaccins

Les commentaires et les articles y compris ceux en « tribune libre » sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation

Note : Vous pouvez vous inscrire sur le site de l’auteur pour recevoir cet article gratuitement.

4 commentaires

  • Y a juste une subtilité que l’auteur ne comprend pas, c’est que la volonté globale sur l’enjeu du siècle, c’est de ne pas effondrer le château de carte en faisant pourtant l’impossible, c’est-à-dire, découpler l’économie de l’énergie.

    C’est techniquement pourtant faisable, suffit de tricher avec le pognon…

  • Mario

    Christine Lagarde l’a annoncé octobre-novembre 2019, donc 4 ou 5 mois avant le début ‘officielle’ de la pandémie. Officieusement, c’est à la même date, d’après les récentes déclarations de certains pays.

    Est-ce que Christine Lagarde a donné le ‘go’ en disant que l’état ne pouvait pas protéger les économies banquaires des particuliers dans l’Union Européenne dorénavant ?

  • davidnovit

    Henry Ford a dit :Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin.

  • CORELIA

    Au risque de ne pas être comprise : l’argent a que la valeur que l’on veut bien lui donner. De fait celui qui ne dépend plus du système bancaire mondial est non seulement libre mais encore beaucoup plus riche en savoir et connaissances. En vulgarisant : la richesse de l’humanité n’a pas de prix, elle est bien au dessus du système qui voulait être mis en place par des mafieux pour nous contrôler notamment. Et c’est l’une des raisons qui fait qu’ils ont déjà perdu et que le prix à payer pour tous ces malfrats, ces êtres malveillants et criminels sera considérable.
    Ils ont pensé être les « maîtres », ils sont déjà plus rien…vous allez les voir tomber les uns après les autres…à commencer par les plus riches…patience…

Laisser un commentaire