Phœnix, poème de Zénon..

Un poème bien d’actualité. Merci Zénon

Illustration/123.RF

À toi l’Enfant qui grandiras dans ce probable monde futur,
Garde l’attention et la foi en ta petite voix intérieure :
Celle qui te dit avant les autres quel choix est le meilleur.
La vérité des foules est le plus grand danger pour l’individu.

Peu d’entre tes aînés, hélas, auront connu la liberté.
Mais nul ne pût imaginer quel enfer serait l’avenir
En bradant jour après jour notre intime souveraineté
À quelques tyrans décidés à faire de nous des souvenirs.

Les écrans étaient aux anciens une autre façon de se fuir ;
Ils sont au fil du temps devenus les barreaux de nos solitudes.
Ce projet était dès l’origine de nature à nous nuire :
L’espèce humaine est trop souvent victime de ses habitudes.

Tu aurais dû t’élever sur tes jambes jusqu’à tutoyer les étoiles,
Mais d’obscures forces ont voulu que tu demeures ventre à terre.
Il ne tient qu’à toi cependant d’oser déchirer le voile
Et tu connaîtras la condition Humaine pleine et entière.

Tu entonneras un chant créateur au sein de la marche funèbre.
Tu marcheras la tête haute loin des fourches caudines.
Tu seras ton propre éclaireur au plus profond des ténèbres
Et resteras indépendant de leur société anonyme.

Car il est un instinct de l’Homme que nul ne peut éteindre :
Celui de chercher l’amour, la communion, l’esprit et la joie.
Il n’est aucun bonheur ici-bas que l’on ne puisse étreindre,
La chute ou l’élévation est à chacun une question de choix.

Certains ont joué à une roulette russe à débit différé.
Que cela ne t’empêche ô grand jamais de vivre ni d’aimer.
Rien ne t’oblige à suivre le rythme de la course effrénée
À l’autodestruction globale depuis longtemps programmée.

Le nouvel ordre mondial est en déclin depuis qu’il est né.
L’incarnation t’a déjà enseigné qu’il faut savoir descendre
Jusqu’au fond de soi-même avant de renaître de ses cendres.
Contemple donc l’abîme et vois la grandeur de ta destinée.

 © Zénon – 20 mai 2021

En cas de copie n’oubliez pas l’auteur et la source. Merci

2 commentaires