Voiture « propre »…

Texte trouvé en commentaire par Foulk, que je remercie..


Un article au vitriol sur l’absurdité de la stratégie de la voiture électrique engagée par la France.
En ligne de mire, la voiture électrique censée être la solution d’avenir pour sauver la planète prétendument en danger.

On ne cesse de nous rabâcher que la voiture électrique, c’est la solution d’avenir et surtout la seule voie pour sauver la planète

La sauver de quoi ?

On ne sait pas trop, mais il faut la sauver, nous serine-t-on !

À cette fin, la France s’est engouffrée tête baissée dans le tout électrique mais sans aucun discernement.
Partant, nos gouvernants ont enjoint les constructeurs automobiles de tout miser sur l’électrique. Soit !
Mais qu’est-ce que cela signifie ?

D’abord, l’installation de multiples bornes de recharge le long de nos routes, car les véhicules les plus performants à l’heure actuelle, ne peuvent prétendre à une autonomie supérieure à 500 km
Et encore sans faire usage des phares, du chauffage, des essuie-glaces, du dégivrage ou de la climatisation…

Ensuite, cela implique la conception de batteries capables de stocker cette énergie. Et là, il faut s’attarder un instant.
À l’heure actuelle, les batteries équipant les véhicules sont très lourdes, très coûteuses et bourrées de métaux rares.

Dans celle de la Tesla Model S par exemple, la plus performante du marché, on ne trouve pas moins de 16 kg de nickel. Or le nickel est plutôt rare sur notre terre.

Ce qui fait dire au patron de Tesla France que « le goulet d’étranglement de la transition énergétique se fera sur le nickel » Extraction du nickel à Goro en Nouvelle Calédonie. Il sait parfaitement que le nickel est très difficile à trouver.

Il faut aller le chercher en Indonésie ou en Nouvelle Calédonie et son extraction est une vraie galère car on ne le trouve jamais à l’état pur.

Dans les minerais, il n’existe qu’en très faible proportion .Par conséquent, il faut creuser et creuser encore, broyer, cribler, hyrocycloner pour un résultat tout juste à la hauteur des besoins.

Or tout cela entraîne de colossales montagnes de résidus que l’on déverse la plupart du temps dans la mer !

Mais qu’importe la biodiversité pour les Khmers verts qui ne jurent que par la « mobilité verte », laquelle n’a pas de prix pour eux.

Extraction du lithium en Bolivie. Il n’y a pas que le nickel en jeu, il y a aussi le lithium.

Il en faut 15 kg par batterie (toujours pour la Tesla Model S). Celui-ci provient des hauts plateaux des Andes. Pour l’extraire, on pompe sous les salars (lacs salés asséchés) ce qui entraîne une migration de l’eau douce vers les profondeurs.

Une catastrophe écologique selon les autochtones qui souffrent déjà du manque d’eau.

Et puis, il y a le cobalt : 10 kg par batterie qu’on va chercher au Congo. Et là, on touche au travail des enfants qui creusent à mains nues dans des mines artisanales pour seulement 2 dollars par jour (Les Échos du 23/09/2020).

Ça gêne un peu aux entournures nos constructeurs qui, néanmoins, veulent à tout prix rattraper la Chine, déjà championne du monde dans ce secteur. Alors, le travail des enfants, ça reste un détail.

Pour couronner le tout, les batteries étant terriblement lourdes (1/4 du poids de la Tesla Model S), il faut alléger au maximum le véhicule.

On fait donc des carrosseries en aluminium dont l’extraction génère ces terribles boues rouges, déchets insolubles issus du traitement de l’alumine avec de la soude et qui sont composées de plusieurs métaux lourds tels que l’arsenic, le fer, le mercure, la silice et le titane, que l’on déverse aussi dans la mer au mépris des questions d’environnement, comme à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

Voilà ce qu’est le développement « durable » selon nos écologistes. Un dogme qui ne laisse aucune place à la raison..

14 commentaires

  • kalon

    L’écologie est l’excuse, le rendement de l’industrie automobile est la cause !
    Outre que toutes ces voitures déclassées iront polluer en Afrique ou ailleurs !
    Mais comme pour Tchernobyl, le changement climatique s’arrête à nos frontières ! lol https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

    • kalon

      Et l’électricité supplémentaire, on va la produire en pédalant ? ;-)

      • userseb

        Si on part du principe que 1 voiture « chimique » soit remplacée par une voiture « électrique ».
        Mais si on supprime 80% des voitures privées (pareto)… les 20% restant auront assez d’électricité :)
        Un pays dit « civilisé » doit garantir a sa population les besoins de transport.
        Si vous souhaitez une voiture perso, c’est un luxe…. ce luxe « ils » vont le rendre innacessible pour l’ensemble de la population.
        Un peu comme « avant »… les privilégiés en calèches & à cheval et les gueux a pied.

  • Chegoku

    Loin de moi l’idée de défendre la voiture électrique mais certains arguments ici ne sont pas corrects.
    Il y a eu un très bon documentaire à ce sujet.

    Le travail des enfants dans les mines a toujours existé et existera toujours. Mais il est marginal par rapport à la production industrielle. Donc, les voitures électriques ou autres ne sont pas produites par des enfants. 98% de la production mondiale vient de mines industrialisées et mécanisées. Cet argument du travail des enfants est un faux argument qui n’est pas propre aux batteries et marginal dans le bilan productif.

    Le lithium est assez abondant sur terre. On en trouve ailleurs que dans le salar. Ceci dit, rien ne prouve le lien actuellement entre le salar et les nappes d’eau douces.
    On progresse très fort sur le recyclage. Les coûts diminuent et il deviendra bientôt plus rentable que l’extraction primaire. (ils resteront complémentaires pour alimenter le marché)

    Le véritable problème se situe plus sur le cobalt mais on commence à trouver des substitut de synthèse.
    Il faut une production primaire d’électricité propre. On y est pas du tout.
    Il faut augmenter la capacité des lignes de transport pour assurer le surplus de consommation. (ligne THT…)

    L’avenir c’est pas la batterie. C’est le supercondensateur. Le must actuellement propose 73 Wh/kg. Et on est qu’au début.
    Dans quelque années, avec 4 kg de super-condensateur vous ferez 1000km et vous chargerez en 5 minutes.

    Mais avant tout changement, il faut moderniser la production primaire.

    • Sully-Morlandimus

      Et le cuivre des moteurs, on le remplacera par du caca d’oie ?
      Avec seulement la moitié du parc mondial automobile comprenant les VU légers, c’est autant de cuivre à extraire que l’humanité n’en a extrait depuis que le cuivre est exploité par l’homme…… Avec donc à court-terme des tarifs du cuivre dépassant ceux de l’or et du platine, le coût de la boîte de conserve sur roues va devenir astronomique.
      C’est de la très très grosse merde cette voie-là !
      Une voie sans issue, ni écologique ni économique.

  • Pimpin

    Il faut ajouter le problème de l’alimentation des bornes !

    Estimation rapide de la puissance nécessaire si tout le parc automobile était électrique.

    Je prends comme point de départ les stations de carburant.
    Il y a 11 000 stations service en France. Aux heures de forte circulation, on peut estimer qu’il y a en moyenne 4 voitures qui font le plein par stations.
    Ce qui fait 44 000 voitures « en charge ».

    Mais un VE a en gros une autonomie 3 fois plus faible, ce qui signifie qu’il y aura 3 fois plus de voitures en charge, soit 132 000.

    La tendance c’est une charge à 100 kW. Si on veut charger 50 kWh (en général les gens chargent bien avant la panne et pas au max parce que la fin de charge est moins rapide) il faut 30 minutes. Soit 10 fois plus que le plein d’une voiture à carburant. Donc 10 fois plus de voitures en charge en même temps.
    Donc 1 320 000 VE vont charger en même temps à 100 kW ce qui fait une puissance totale appelée de 132 000 000 000 W soit 132 GW soit 82 EPR à 1,6 GW.

    Et bien sûr il faudra les réseaux de transport et de distribution adaptés.
    Je rappelle qu’on n’a plus que 56 réacteurs dont une bonne partie à 0,9 GW seulement, qu’il est prévu d’en arrêter et que d’autre part on prétend remplacer fuel et gaz par les pompes à chaleur électrique pour le chauffage …

  • Radagast

    La voiture, voilà bien l’exemple le plus frappant et amusant qui soit. 38 millions de voitures en France.

    Tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut faire quelque chose contre la pollution. Voilà une proposition : plus de voitures individuelles, sauf pour les services d’urgence. Bien sur, il faudrait développer des solutions de transports en commun, Mais ce serait une bonne chose, non ?

    Le bruit de la circulation, la pollution, les accidents de la route, plus d’amende pour ceux qui ont bu 2 bières avant de conduire, plus de bouchons à l’heure de pointe, ce serait génial.

    Mais non, le français moyen, aussi écolo soit-il, veut garder sa belle bagnole. Il veut rêver sur des Porsche et autres Lamborghini qu’il ne pourra jamais se payer.

    On peut enfermer chez lui le français moyen, lui interdire de sortir sans qu’il ait à se faire une attestation pour justifier ses moindres déplacements, ce qu’on appelle en droit une assignation à résidence. De la prison à domicile, ça ne pose pas grand soucis.

    Mais ne plus avoir de voiture, là non. Une pénurie d’essence, et le pays flambe, il est au bord de l’insurrection. On parle de révolution, on fait des manifs monstre, on est prêts à se battre, et tant pis pour la pollution, tant pis pour les morts, tant pis pour le bruit…

    Ils peuvent nous ôter la vie, ils peuvent nous ôter notre liberté, mais ils ne nous ôteront jamais notre bagnole !

    • Lilith

      Le but n’est pas que tout les citoyens possède un véhicule mais bien de réduire l’utilisation privée et de favorisé l’utilisation de véhicule partagés, après la voiture ce sera l’habitat on en parle déjà! Nous vivons l’ère de l’abolition de la propriété privée pour le plus grand nombre.

      https://geopolitique-profonde.com/2021/01/03/2021-grand-reset-et-fin-de-la-propriete-privee/

      Extrait choisi de l’article:
      En réalité, par la fin de la propriété pour le plus grand nombre, l’Oligarchie veut tout simplement liquider ce qu’il nous reste de liberté, mais aussi nous déraciner définitivement (nous les peuples et Nations) de nos terres. Ainsi, à l’heure où les fortunes des milliardaires explosent à travers le monde à l’occasion de la crise du Covid. La question de la conservation des richesses pour la majorité de la population va littéralement se poser dans quelques mois/semaines. Plus concrètement, par leur projet, nos élites semblent vouloir faire de nous des locataires dans la perspective de la future grande économie verte. Ce Green New Deal que nos dirigeants brandissent comme un étendard leur permettant de cacher leur abyssale incapacité politique ou dissimuler leur véritable mission (servir les intérêts de l’hyperclasse cosmopolite) va en effet leur permettre de faire muter nos systèmes politico-économiques… Entendons-nous bien et répétons-le, la fin de la propriété privée pour les Bezos, Gates, Zuckerberg and cie, n’est pas au programme. Ce qui est planifié c’est bien la fin de la propriété pour vous et moi (classe moyenne, classe populaire…). Dans ce grand jeu de Monopoly, il ne restera plus que de grands Hôtels et croyez-moi, vous devrez payer pour avoir le droit d’y séjourner…

      • Lilith

        extrait de l’article
        En réalité, par la fin de la propriété pour le plus grand nombre, l’Oligarchie veut tout simplement liquider ce qu’il nous reste de liberté, mais aussi nous déraciner définitivement (nous les peuples et Nations) de nos terres. Ainsi, à l’heure où les fortunes des milliardaires explosent à travers le monde à l’occasion de la crise du Covid. La question de la conservation des richesses pour la majorité de la population va littéralement se poser dans quelques mois/semaines. Plus concrètement, par leur projet, nos élites semblent vouloir faire de nous des locataires dans la perspective de la future grande économie verte. Ce Green New Deal que nos dirigeants brandissent comme un étendard leur permettant de cacher leur abyssale incapacité politique ou dissimuler leur véritable mission (servir les intérêts de l’hyperclasse cosmopolite) va en effet leur permettre de faire muter nos systèmes politico-économiques… Entendons-nous bien et répétons-le, la fin de la propriété privée pour les Bezos, Gates, Zuckerberg and cie, n’est pas au programme. Ce qui est planifié c’est bien la fin de la propriété pour vous et moi (classe moyenne, classe populaire…). Dans ce grand jeu de Monopoly, il ne restera plus que de grands Hôtels et croyez-moi, vous devrez payer pour avoir le droit d’y séjourner…

    • Pimpin

      Parce que la bagnole c’est la liberté !

      • Radagast

        « Parce que la bagnole c’est la liberté ! »

        Quelle liberté ? Tu crois que la liberté se résume à pouvoir faire 200km quand tu veux ? Tu peux sans, il y a le train, l’avion, le vélo, la marche. C’est sur, 200km à pied, ça prend une semaine. Mais si t’es libre, tu peux la prendre, cette semaine. Si tu as besoin de le faire en 2 heures parce que tu n’as pas une semaine, c’est bien parce que tu n’es pas libre.

        La voiture ne rend pas libre, au contraire. Tu dois payer pour l’entretenir, pour y mettre de l’essence, pour stationner. Tu dois en avoir une pour pouvoir aller bosser à 50km de chez toi, pour pouvoir aller à la campagne le week-end avec ta petite famille. Pour aller faire tes courses.
        Toutes ces choses, tu peux quand même les faire même sans voiture. C’est plus compliqué, ça prend plus de temps, mais tu peux. Ce n’est pas la liberté que ça t’apporte, seulement du confort.

        Tu arrives donc à confondre liberté et confort. Tout ce que ça montre, c’est que les gens qui parlent de liberté, qui brandissent de grands idéaux, préfèrent généralement une cage dorée à une pénible liberté. Mais ça, ils n’ont pas trop envie de l’admettre.

        • Pimpin

          Oui, j’insiste, la voiture c’est la liberté ! Désolé, mais je la prends quand je veux pour aller où je veux, ce qui n’est pas le cas des transports collectifs. A partir du moment où on dépend d’horaires, de disponibilités, la liberté est fortement réduite.
          A pied ? Vous n’avez rien de plus ridicule ? Oui, je vais chercher mon pain à pied. L’objectif quand on se déplace c’est de passer le moins de temps dans le déplacement, sinon, c’est effectivement un gros frein à la liberté de déplacement.
          Ce n’est pas un hasard si dans tous les pays, les gens sont passés du cheval au vélo, à la moto et enfin à la voiture dès qu’ils le peuvent.
          Oui, la liberté ce n’est pas gratuit !

  • SANTE

    Le débat sur la voiture électrique est faussée car il n’est pas fait mention des anciens véhicules électriques.
    ceux ci roulaient à l’électrique sans toutes les innovations d’aujourd’hui. Pourquoi les avoir supprimer.
    idem pour le tramway.
    Je ne parle même pas des camions qui ont remplacé le train.
    En même temps, il vaudrait mieux faire du rétrofit.
    Pour finir, tout le monde n’ a pas besoin de 500 km d’autonomie surtout si ‘l’auto train est remis en état.

Laisser un commentaire