La révolution sociétale par la nutrition. Pourquoi les restaurateurs traditionnels doivent disparaître.

Avec Codex Alimentarius, on a le complet…. Partagez ! Volti

******

Par Liliane Held Khawam

Le World Economic Forum lie la santé & bien-être au vieillissement, au développement durable , aux services de soins, à la santé globale, mais aussi à la fameuse 4ème révolution (le tout-connecté et monitoré en temps réel) et à l’avenir de l’alimentation.

Fondue, raclette, choucroute, et autre charcuterie pourraient bien passer à la trappe dans le cadre du voyage vers le Nouveau Monde.

L’alimentation, ses lieux de production, ainsi que ses lieux de consommation,  pourraient bien devenir une pierre angulaire de la Santé globale de la Nouvelle Société qui sera mise en place ces prochains mois/prochaines années. Ainsi l’acharnement contre les acteurs traditionnels trouvent une explication rationnelle.

https://lilianeheldkhawam.com/2020/08/02/notre-sante-livree-aux-ingenieurs/

https://www.myrecipes.com/extracrispy/what-to-eat-for-breakfast-if-you-want-to-live-forever

La longévité par une alimentation ciblée

La longévité appartient à la logique de l’élite émergente. Nous avons vu diverses personnalités en vue – Ray Kurzweil et Luc Ferry- la célébrer.

https://lilianeheldkhawam.com/2020/10/03/la-longevite-au-coeur-du-transhumanisme-2-videos-pour-le-week-end/

Telle que prônée aujourd’huila longévité ne consiste pas en une simple augmentation de la durée de la vie. Il s’agit de vivre longtemps (idéalement éternellement) en très bonne santé. Afin de la réaliser, certains experts invitent la science et la technologie pour atteindre cet objectif très ambitieux.

La longévité fait appel à de multiples facteurs pour combattre le vieillissement. La nutrition y tient un rôle central aux côtés de la science et la technologie.

Dans une conférence, Astrid Stuckelberger présente aux étudiants de l’Ecole hôtelière de Lausanne comment la technologie peut intervenir au quotidien pour modifier de manière déterminante les habitudes alimentaires, cibler les besoins alimentaires, et faire de la nutrition un outil au service de la santé, et donc de la longévité. Evidemment, dans ce contexte, la liberté alimentaire ne fait plus partie du menu.

Astrid donne un aperçu de la science et de la technologie qui contribuent à faire de grands progrès vers une longévité heureuse et saine, ainsi que sur les opportunités futures pour les entreprises de l’alimentation, de la nutrition et de l’hôtellerie. «Militante universitaire», la Dre Astrid Stuckelberger est une spécialiste du vieillissement de renommée internationale. Maître de conférences et chercheuse à l’École de santé publique de l’Université de Genève, Astrid possède une expertise éclectique et multidisciplinaire – de la biologie à la psychologie et à la santé publique – qu’elle a appliqué au cours de la dernière décennie à se concentrer sur le développement de la longévité. révolution, médecine anti-âge et innovation. Elle a publié plusieurs livres et plus de 100 articles scientifiques, documents de politique générale, rapports gouvernementaux et de l’ONU. Parmi les postes internationaux d’Astrid figurent le président du Réseau international de Genève sur le vieillissement et représentant permanent de l’Association internationale de gérontologie et gériatrie. TEDx

Les investissements de Bill Gates pour modifier la production alimentaire

Bill Gates est le chef d’orchestre de la santé du Nouveau Monde. Vous le connaissez pour sa promotion des vaccins. Mais son mandat semble aller bien au-delà puisque c’est un fervent révolutionnaire de l’alimentation. Il prône une approche qui souhaite mettre un terme à l’agriculture traditionnelle pour imposer une alimentation de substitution sortie des laboratoires/usines qu’il finance.

Important à découvrir https://www.livekindly.co/how-bill-gates-making-world-vegan/

On substitue les protéines animales dans des laboratoires et usines par des composants « végétaux ». Toutes ces productions sont labellisées et appartiennent à la microélite de la haute finance. https://www.gatesnotes.com/about-bill-gates/future-of-food

Les 2 vidéos ci-dessous ont été publiées par Bill Gates dans le cadre d’une thématique sur le Futur of food (facteur en bleu ci-dessus). Nous comprenons bien que le paradigme alimentaire doit changer dans le cadre du Big reset.

Fabriquer des œufs à partir de plantes. Les technoscientifiques de Bill Gates ont la réponse.

Remplacer les protéines animales par des substituts végétales

Agriculteurs et restaurateurs traditionnels doivent mourir

Côté agriculteurs, ils ont déjà dû renoncer à leur exploitation sous un fardeau intenable constitué de normes, d’obligatoires, de pénalités, de fiscalité, etc. Le nombre effrayant de suicides, les faillites, ou les ventes des patrimoines à des financiers ont permis de faire place nette et irréversible au profit du bétonnage.

https://lilianeheldkhawam.com/2018/03/23/agriculture-le-harcelement-de-nos-paysans-profite-a-la-mafia-lhk/
https://lilianeheldkhawam.com/2018/11/09/delocaliser-lagriculture-la-commission-europeenne-est-pour-lhk/

En plus de la juteuse opération financière, la microélite va pouvoir vendre ses produits industriels de substitution à qui elle veut, quand elle le veut, et au prix que elle seule fixe (puisque nous avons vu que le marché n’existait plus).

La question des agriculteurs traditionnels réglée, sous la bannière de motifs fallacieux (pets de vache polluants) contestés en son temps par des chercheurs de l’Ecole Polytechnique de Zurich, il est temps de s’occuper des restaurateurs, commerces d’alimentation, maraîchers, etc. Ces gens doivent fermer boutique pour laisser la place à une alimentation « saine », « durable », et « ciblée ».

Ainsi, vous comprenez pourquoi il faut boucler les restaurants et casser les habitudes alimentaires traditionnelles. Foie gras et autres dindes farcies ne devraient plus avoir leur place sur les tables de la Nouvelle Société.

LHK

Complément de lecture indispensable

« Corpus delicti. Un procès », de Juli Zeh : le théâtre gracieux et grinçant de Juli Zeh

L’auteure ne parvient pas toujours à échapper à la tentation de la démonstration. Mais, par une sorte de miracle, son roman reste un vrai roman, pas une thèse.

Par Raphaëlle Rérolle Publié le 30 septembre 2010

Le DAM, ça ne vous dit rien ? « Droit à la maladie » : un mouvement excessivement dangereux. Ses membres, tous des hors-la-loi, réclament la liberté, pour un individu mal portant, de ne pas se faire soigner. Et pour les autres, ceux qui sont en bonne santé, le droit de se soustraire à toutes sortes d’obligations égales : ne pas accepter les tests de dépistage systématiques, ne pas transmettre aux autorités la « concentration de bactéries » dans leur appartement ni les données relatives à leur sommeil et à leur alimentation, pas plus que leurs performances sportives hebdomadaires.

Impensable ! Naturellement, les adeptes du DAM sont considérés comme des « terroristes ». Nous sommes en 2057 et l’asepsie a force de loi. La « Méthode », une doctrine en vigueur depuis quelques décennies, impose à tous les citoyens de tendre vers la santé, valeur supérieure d’une civilisation « parvenue au terme de l’évolution ». Fini les bacilles, virus et autres métastases : un éternuement dans une cour d’école et hop ! branle-bas de combat. Le rhume est aussi redouté qu’un braquage de banque au XXe siècle – et combattu avec la même vigueur.

Pour son troisième roman, la jeune Juli Zeh (elle est née en 1974) n’a pas opté pour un thème particulièrement original : la mise en scène d’un totalitarisme hygiéniste, régulant le corps dans ses moindres pulsations, a déjà inspiré des auteurs de science-fiction. On pense, par exemple, à Un bonheur insoutenable, roman très frappant d’Ira Levin, paru en 1970. Mais la brillante romancière, très en vueoutre-Rhin, fait preuve d’imagination dans son approche de ce cauchemar. Sans être répertoriée comme un écrivain de science-fiction, elle a utilisé les codes du genre à sa manière, en les incorporant à un texte plus surprenant dans sa forme que dans son contenu.

Juriste de formation, Juli Zeh a enchâssé son histoire dans le cours d’une procédure judiciaire. Car tout est soumis au droit, dans ce monde où « il suffit d’une pichenette pour se retrouver en dehors de la normalité ». Biologiste de son état, Mia Holl va en faire les frais. La jeune femme ne se remet pas de la mort de son frère, l’intraitable et délicieux Moritz, qui faisait partie du DAM. Au premier faux pas, elle est soupçonnée d’accointances avec les « terroristes » : une défaillance dans les contrôles, un manque d’entrain pour la gymnastique et la voilà devant un juge…

Alternant les scènes de prétoire et celles où Mia se retrouve chez elle, avec ses souvenirs et ses fantasmes, Juli Zeh a imprimé au roman un ton théâtral qui fonctionne à merveille. Dans ce meilleur des mondes très huxleyien, Mia n’obtient jamais la « sphère privée » dont elle réclame humblement la jouissance. Au tribunal, elle est examinée, questionnée, grondée, tandis que chez elle, jour et nuit, la « fiancée idéale » l’accable de ses commentaires. Allongée nue sur un divan, cette créature fantomatique est un produit de l’imagination de Moritz, qui l’a « léguée » à Mia peu avant de mourir. Sans cesse, donc, Mia est épiée, y compris par la romancière, qui glisse des notations semblables à des didascalies : « Nous la voyons traverser l’entrée », « Un long silence s’installe ».

Juli Zeh ne parvient pas toujours à échapper à la tentation de la démonstration. Mais, par une sorte de miracle, son roman reste un vrai roman, pas une thèse. Dans le petit théâtre créé autour de son héroïne, les maux de la société moderne apparaissent avec une grâce et un humour assez réjouissants. De l’obsession sanitaire au contrôle social, de la toute-puissance médiatique à l’hystérie normative, l’écrivain (qui vient de publier un essai sur la société de surveillance, Atteinte à la liberté, chez Actes Sud) a finalement pointé bien des dérives contemporaines, dans un livre à la fois poétique et politique – ce qui n’est pas rien.


CORPUS DELICTI. UN PROCÈS (CORPUS DELICTI. EIN PROZESS)

de Juli Zeh. Traduit de l’allemand par Brigitte Hébert et Jean-Claude Colbus. Actes Sud, 240 p., 20 €.

Raphaëlle Rérolle

https://www.lemonde.fr/livres/article/2010/09/30/corpus-delicti-un-proces-de-juli-zeh_1418094_3260.html

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des moutonsenragés. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs.

7 commentaires

  • Avatar predateur

    ouais on va coller sur le dos à bill tous les meaux des biens pensants ……lu hier ici  » boire beaucoup d’eau, jeûner si on le peut ou manger sain, bio, sans viande (ou très peu), arrêter tabac et alcool, ainsi que les pensées sombres, critiques non constructives… qui freinent l’augmentation du taux vibratoire…
    alors les pets foireux de notre société , sont peut être en premier lieu la responsabilité des consommateurs ….les industriels s adaptent à la demande du bon peuple et imposent aux agriculteurs des conditions de productions de plus en plus drastiques ,avec des cahiers des charges ,qui , souvent sont du copier coller des revendications d associations de défense de la condition animal ……….

  • Avatar osdeseiche

    tout cela est une conséquence du Codex Alimentarius, créé sous le prétexte d’une alimentation saine, par un ex de Inge Farben (la société de chimie dont des médecins ont fait des expériences sur les humains dans les camps de concentration), et qui, après 10 ans en prison après un procès au tribunal de Nuremberg, a repris ses fonctions dans l’entreprise. L’idée lui est venue de contrôler l’alimentation pour contrôler les gens… et donc de faire disparaître progressivement les aliments naturels… l’idée a plu autour de lui, et le codex alimentarius a été créé dans ce but en fait… La société Bayer est issue avec BASF (et une autre dont j’ai oublié le nom) de cette société IG quand elle s’est divisée en trois…
    Voilà pourquoi on en arriverai à créer une alimentation soit disant saine et durable sans aliment de base cultivé, et surtout, sans éduquer nos sens, nos ressentis, pour déterminer nous même ce qui est bon pour nous… sans oublier le plaisir de manger, après celui de cuisiner, et parfois même, celui de produire nos aliments dans notre jardin!
    le maître mot est contrôler… et pour nous des peuples, être contrôlés!

  • Avatar CryptoKrom

    Pfouhaaaa…. c’est quoi cette planéte de fous !

    Les Donneurs de leçons , nous apprendre a  » manger sain  » ?

    Vivre plus longtemps ? Avec ses fous psychopathes drogués du pognon génocidaire ?

    Pas question, plutot crever de faim et allez me réincarner sur une autre planéte.

    J’ai d’ailleurs remarquer qu’un certain type de jeun suivis de certains types d’aliments permet de mieux accéder au Subconscient et ses capacités, donc d’Evolution Spirituelle Naturelle.

    « Manger sain  » ?
    Tel que cité ici ? …..BEUUUUURK !

    Conclusion perso: « Qu’ils aillent se faire F…  »
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  • Avatar carl54

    « Manger sain » ? Le métier conseiller mutualiste fait partie du domaine Assurance (Plif ! Plaf ! Plouf ! )

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_scandales_sanitaires#Scandales_alimentaires_r%C3%A9cents

    On a tellement de règles que l’on ne sait plus quoi en faire, ben voyons bouffer de la Merde

  • Avatar behappy

    Compter sur le fait que les industriels vont changer par souci planétaire ou santé public, c’est du rêve https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif
    C’est Toujours le consommateur qui fait changer les ingrédients des produits industriels
    Il y a même une pub Liebig qui dit qu’ils ont changé leur ingrédients en retirant pas mal de chimie grâce aux avis des consommateurs.
    Pourquoi ?
    Pacque certains consommateurs faisant plus attention au contenu de leur soupes, n’achetaient plus leur soupe dont les ventes chutaient

    Et il est connu depuis des décennies le type d’aliment qui fait des centenaires en bonne santé => regime cretois https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif
    C’est au consommateur de s’informer au lieu de faire confiance aux industriel

    https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Regimes/Fiche.aspx?doc=mediterraneen_regime
    Et le régime crétois c’est juste une manière saine de s’alimenter, ce n’est pas un régime a suivre…

    Par contre un produit bio au ressenti énergétique a une énergie vitale considérablement plus élevée
    Pas un petit peu plus, mais considérablement plus élevé
    Je pourrais donner un exemple a ce sujet vraiment étonnant https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

Laisser un commentaire