L’Union européenne sacrifie ses avantages au profit des États-Unis

Par Fiodor Loukianov pour Observateur- Continental

Un vote important est attendu cette semaine en Europe: tous les pays membres de l’UE élisent les députés du Parlement européen. Ce dernier est une structure prestigieuse, mais peu décisive. À la suite d’une réforme il y a quelques années, on a cherché à lui donner plus de poids en ajoutant de la démocratie aux institutions européennes, mais en substance, peu de choses ont changé. Certes, le forum reflète les humeurs générales et influence l’atmosphère politique, mais les décisions qui y sont prises ne sont pas contraignantes. 

C’est précisément en raison de l’influence relativement limitée du Parlement européen sur la politique réelle que les élections y sont remarquables. 

Les politiciens soutenus aux élections européennes n’ont pas d’influence sur la vie d’un Français, d’un Allemand, d’un Bulgare ou d’un Maltais. Ainsi, il est simplement possible d’exprimer son opinion sur l’establishment en votant pour des forces alternatives qui, généralement, en raison de leur caractère alternatif, n’ont pas d’expérience en gestion étatique. Par conséquent, les résultats des élections deviennent un baromètre intéressant des sentiments publics. 

Ce baromètre, à en croire les sondages, indique aujourd’hui, à défaut d’une tempête, une atmosphère très agitée. Des gains notables sont promis aux forces de droite, en particulier à celles que l’on considère en Europe comme étant d’extrême droite ou populistes. Si les résultats sont tels qu’attendus, le Parlement européen deviendra sensiblement plus coloré et diversifié. 

Le principal paradoxe est le suivant. Dans les années 1950, lorsque la construction active de l’Europe unie a commencé, le projet avait deux grands objectifs politiques. Le premier était de prévenir les grandes guerres européennes qui ont ravagé le continent dans la première moitié du siècle. Le second, apparu un peu plus tard, était de préserver l’importance internationale de l’Europe, qui a rapidement commencé à la perdre face à la montée des États-Unis, de l’URSS, puis de la Chine. L’unification des intérêts économiques et des potentiels devait faire d’une pierre deux coups. En grande partie, cela s’est réalisé, l’intégration européenne est devenue probablement l’un des projets politiques les plus réussis et élégants de l’histoire du Vieux Continent. 

Que se passe-t-il maintenant? Si l’on part des deux objectifs principaux, le résultat est inverse. Premièrement, l’Europe est secouée par une sorte de fièvre de pré-guerre. C’est le résultat de l’expansion euro-atlantique précédente, dont l’élargissement de l’UE faisait partie. Cela a atteint les limites au-delà desquelles l’expansion de la zone de stabilité s’est transformée en extension de la zone de perturbations, tant externes qu’internes. Deuxièmement, l’indépendance de l’Europe dans les affaires internationales n’a probablement jamais été aussi limitée (en grande partie de son propre gré) qu’aujourd’hui. L’UE sacrifie sans hésitation ses propres avantages en adoptant la vision américaine du devoir. Cela n’était même pas le cas au plus fort de la guerre froide. Naturellement, cela impacte la situation économique. Pourtant, l’intégration a toujours été “vendue” comme un produit extrêmement bénéfique pour chaque citoyen. 

Quelle que soit l’issue des législatives européennes, il ne faut pas s’attendre à un changement de cap de l’UE pour le moment. Mais, compte tenu des contradictions décrites, il sera intéressant de voir à quel point les résultats résonneront comme un signal d’alarme pour l’establishment. 

Fiodor Loukianov

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur contenu ou orientation.

Volti

Un Commentaire

  1. J’ai toujours voté … mais la j’en ai ras le bol. Les 2 seuls partis politiques vraiment intéressants feront un score lilliputiens. Le reste est de l’enfumage et les Français sont des veaux que l’on mène a l’abattoir. Si je dis chair a canon cela parlera t-il a quelqu’un ? Et pourtant c’est bien de cela qu’il s’agit. Moi a mon âge a part recevoir qq bombes je ne risque rien, mais les jeunes vont rien y comprendre. Passer d’un smartphone a la main a un fusil, cela va leur faire drôle.

Laisser un commentaire