Guerre Ukraine-Russie : un scénario apocalyptique se profile-t-il ? Ou y a-t-il une raison d’espérer ?

Par Peter Koenig pour GlobalResearch

Article traduit

Tout le monde prédit que nous allons faire face à un hiver glacial dans le Nord, en particulier en Europe et particulièrement en Ukraine. Entre-temps, la Russie rassemble le long de la frontière nord de l’Ukraine plus d’un demi-million de soldats et environ 1 500 chars et une artillerie massive-massive.

L’Ukraine est déjà dévastée par des pannes d’électricité, provoquant des coupures de courant dans environ 60 % du pays, pas de chauffage, en raison du manque d’approvisionnement en gaz et en essence de la Russie et / ou des systèmes de distribution internes (auto-) détruits, avec un faible sous-gel prévu des températures de -15 degrés C et plus, transformant littéralement des millions de personnes en réfugiés – vers l’Europe occidentale.

La situation est déjà désespérée. Pas de chaleur. Pas de nourriture. Pas d’Energie. Pas de lumière. Obscurité et froid. La misère pure et simple.

On dit que le président Poutine attend juste que le sol gèle pour que les chars et les troupes russes ne restent pas coincés dans la boue. Une fois que cela se produira, il commandera Endgame.

C’est la dernière option de Poutine. Ainsi, pense l’ancien conseiller principal du secrétaire américain à la Défense, le colonel Doug  Macgregor – voir cette interview avec Max Blumenthal et Aaron Mate.

L’ancien officier du renseignement du Corps des Marines des États-Unis et inspecteur en armement des Nations Unies, Scott Ritter, prévoit une situation similaire. Les Russes n’ont pas changé d’objectifs depuis le début de la guerre – la dénazification et la démilitarisation de l’Ukraine, ainsi que la protection de la région du Donbass à prédominance russe et d’autres populations d’origine russe.

Peu importe ce que mentent les grands médias occidentaux, le président Poutine a toujours demandé à ses généraux d’éviter de prendre pour cible des civils, de minimiser les pertes civiles et, dans la mesure du possible, de protéger les infrastructures civiles. Sachant comment l’Occident réagirait et ce que diraient les médias occidentaux corrompus, le président Zelensky a lancé un programme d’autodestruction de tout, y compris le meurtre de ses compatriotes ukrainiens, accusant la Russie. Les médias occidentaux se sont conformés. Tout est permis, si cela aide à blâmer et à détruire Poutine et la Russie.

L’objectif russe déclaré de dénazification et de démilitarisation est raisonnable et serait réalisable sans l’ingérence constante de l’OTAN et l’armement de l’Ukraine, sans le dynamitage incessant de Russie-Russie-Russie ; et sans faire exploser l’ego de Zelenskyy hors de toute proportion humaine.

Les propositions de négociations de M. Poutine ont été ignorées ou catégoriquement refusées par Zelenskyy, le groom occidental, car l’Occident est déterminé à détruire la Russie et Poutine de toutes les manières possibles. Voyez ceci, Scott Ritter : « L’Ukraine ne peut pas gagner cette guerre. C’est un fantasme ».

Puisqu’il s’agit d’une guerre de propagande occidentale (John Pilger), propageant l’idée odieusement stupide que l’Ukraine gagnera cette guerre, il n’y a aucune pression de la part d’Occidentaux même raisonnables (sic) pour amener le conflit à la table des négociations.

Par conséquent, selon les journalistes occidentaux soucieux de la guerre – principaux et non traditionnels – sans grande différence, Poutine montre avec les troupes russes et l’accumulation de matériel de guerre le long de la frontière nord de l’Ukraine, sa volonté d’une frappe finale pour mettre fin à cette guerre.

D’autres journalistes et sommités de la guerre orientent leurs pensées et leurs prédictions dans la même direction.

Le récit en cours est que l’ouest / l’OTAN ne laisse à Poutine d’autre choix que cette situation dévastatrice de fin de partie.

Dans des circonstances normales, cela pourrait être une conclusion logique. Mais nous ne vivons pas dans un monde de circonstances normales. Nous vivons dans un monde dystopique, avec des gens dystopiques qui, dans leur pensée dystopique, préfèrent de loin la guerre à la paix. Non seulement pour les profits de guerre de plusieurs milliards de dollars, mais aussi – et peut-être avant tout – pour la flexion musculaire de type macho vis-à-vis de la Russie et de toutes ces nations bandido-bons à rien, qui soutiennent toujours Poutine et la Russie.

Ces experts pensent-ils vraiment à l’image complète ? On peut s’interroger sur les conséquences potentielles d’un scénario de la Troisième Guerre mondiale d’une telle attaque, nucléaire ou non nucléaire ; mais, peut-être plus important encore, qu’est-ce que l’Ukraine pour la Russie ?

Au cours des 300 dernières années, au moins, l’Ukraine a fait partie intégrante de la Russie , de l’Empire russe, de l’Union soviétique. Même après la chute de l’Union soviétique en 1991, l’Ukraine indépendante était toujours un allié proche de la nouvelle Russie – jusqu’à ce que la « putain d’Europe » (Victoria Nuland) de février 2014, le coup d’État de Maïdan inspiré par les États-Unis, l’UE et l’OTAN. C’était un changeur de jeu contre nature.

Permettez-moi de demander au président Poutine, sans doute l’un des rares, s’il n’est pas le seul dirigeant mondial lucide, éradiquerait-il une partie historique et culturelle de la Grande Russie ? Ce qui, en fin de compte, ne profiterait qu’à la machine de guerre occidentale ivre de profit ? – Et bien sûr, le WEF promu et orchestré par des géants financiers invisibles Great Reset avec son parallèle ultra-trompeur UN Agenda 2030 ? – Le ferait-il ?

Ne pense pas.

M. Poutine est un homme d’éthique et de valeurs traditionnelles, y compris les valeurs familiales. Presque tous les citoyens ukrainiens ont quelque part de la famille ou d’autres liens étroits avec des personnes en Russie.

M. Poutine, un homme qui n’a pas oublié le rôle de l’Ukraine dans les succès de l’Union soviétique, de la Russie, dans la fabrication, le développement technologique ; L’Ukraine, source d’une multitude de minerais et autres matières premières, et pas des moindres – le grenier, non seulement pour la Russie mais pour le monde – M. Poutine, un homme de cette trempe n’anéantirait pas une partie essentielle du Corps de la Russie – et cela pour des raisons bien au-delà des crocs occidentaux actuels autour de l’Ukraine.

Le président Poutine ne veut pas d’une Troisième Guerre mondiale, même si beaucoup disent que nous sommes déjà dans une « nouvelle » forme de Troisième Guerre mondiale. Peut-être. Mais pas nucléaire ; et pas (encore) tout destructeur.

Pensez-y.

Il existe d’autres moyens.

Pourquoi ne pas simplement capturer Zelenskyy et son gang nazi d’élite corrompu du cercle restreint, les remplacer par une « vraie » direction démocratiquement élue, avec un programme de relance et de reconstruction financé par l’Occident et y aller sans délai – une sorte de coup d’État de Maïdan à l’envers . En peu de temps, l’efficacité russe reconstruirait les infrastructures ukrainiennes, rétablirait la circulation de l’énergie, de l’électricité, de la chaleur, de la nourriture, un confort relatif pour une société dévastée. – Imaginez, à quel point les Ukrainiens seraient heureux si la Russie prenait le relais ?!?

« Financé par l’Occident », cela signifie reconstruire l’Ukraine physiquement et moralement avec les revenus des ventes de gaz russe et d’autres hydrocarbures à une Europe désespérée – dont l’Europe a cruellement besoin – à moins qu’elle ne risque d’ici quelques années une désindustrialisation à grande échelle, ne glisse dans une pauvreté abjecte , sinon de retour à l’âge de pierre.

L’Europe s’en est déjà rendu compte, car leurs réservoirs de stockage de gaz sont pleins à ras bord dans toute l’UE, clandestinement remplis de gaz russe au cours des derniers mois, alors que le récit officiel était « sanctionner la Russie – jamais d’énergie russe »  voir ceci .

Compte tenu de la solide expérience de M. Poutine en matière de renseignement et de son savoir-faire en tant que stratège, « éliminer » le président Zelensky et son clan criminel et les traduire devant un tribunal russe chargé des crimes de guerre ne serait peut-être pas si difficile. Cela pourrait probablement être fait sans détruire un seul bâtiment.

En fait, vous ne serez peut-être pas surpris, une grande, très grande majorité d’Ukrainiens seraient reconnaissants à M. Poutine et pourraient même demander au Kremlin de s’intégrer à la Russie. Cela pourrait ne pas arriver. Du moins pas immédiatement. Mais l’Ukraine pourrait en effet redevenir un allié et un partenaire proche de la Russie – le statut qu’elle avait avant le coup d’État de Maidan planifié par les États-Unis et l’OTAN en 2014 et le « secteur droit » néonazi ukrainien.

Est-ce que l’Occident se contenterait de regarder et de ne rien faire ?

Probablement pas.

Mais risqueraient-ils une guerre nucléaire contre l’Ukraine ? – Nous ne savons pas. Bien sûr, il existe des risques élevés de fausses bannières, indiquant que la Russie a fait des choses terribles au peuple ukrainien et à l’ouest, propagées comme nous le savons par les médias occidentaux de propagande mensongère – cela nécessiterait de terribles représailles. Tout cela est possible, et la Russie pourrait y être préparée.

C’est peut-être la raison du renforcement militaire entièrement armé et prêt à la guerre le long des frontières nord de l’Ukraine.

Au final, les puissances occidentales, ou celles qui pensent représenter ces puissances, ont largement atteint leur objectif, à savoir la guerre comme manœuvre de détournement de l’attention publique d’un agenda plus large : The fast-advancing Great Reset, alias , UN Agenda 2030 – et la 4 e révolution industrielle, la numérisation de tout. L’assaut tyrannique contre l’humanité pour un contrôle total. Selon leur plan, il leur reste environ huit ans pour atteindre leurs objectifs criminels.

Alors que nous tombons sous le charme des multiples déviations de la guerre, des nouvelles variantes de Covid, des nouvelles menaces plandémiques, de l’inflation, du changement climatique, de la crise énergétique, des pénuries alimentaires, – et ainsi de suite – ILS avancent à pas de géant vers leurs objectifs de réinitialisation, y compris Yuval Le rêve de Noah Harari, d’un monde sans « mangeurs inutiles » et sans survivants transhumanisés robotisés et implantés de puces. Harari, un défenseur du dépeuplement, est le copain et proche associé de Klaus Schwab.

*

Nous, le peuple, sommes seuls

Nous ne devons jamais oublier que nous sommes seuls. Dans toutes ces atrocités, plandémies, vaxx-coercitions mortelles, famine, fausses crises énergétiques, inflation fabriquée et « changement climatique » fabriqué, alias géo-ingénierie, contrôle de la météo, militarisation de la météo dans le monde entier (voir ceci ) , et peut-être pire que tout, imposant monnaies de banque centrale entièrement numérisées (DCBC) pour nous asservir et nous priver de notre dernière parcelle de liberté – plus, l’exercice quotidien de mensonges, après les mensonges, après les mensonges de nos gouvernements, des autorités sanitaires, des instituts météorologiques – oui, n’oublions jamais, Nous, le peuple, sommes seuls.

Nous ne pouvons compter ni faire confiance à aucune autorité, telle que nous la connaissons. Toutes ces illusions, de la démocratie et « en notre gouvernement, nous avons confiance » sont des mensonges, l’ont toujours été. Nous devons nous préparer à être seuls, à démarrer par nous-mêmes une nouvelle société, un nouveau mode de vie.

Ne pensez pas que «l’ancienne façon» – l’ancienne société – pourrait être réformée et redémarrée. La réforme n’existe pas. Ne pensez jamais à la réforme. Pensez NOUVEAU. Nouveau dans le sens de personnes locales, familiales, partageant les mêmes idées, basées sur la communauté, construisant progressivement une société pacifique et équitable, en dehors du courant dominant dystopique corrompu actuel. Oubliez le grand public. Laissez-le pourrir tout seul.

Si nous parvenons à nous détacher physiquement, intellectuellement et spirituellement des anciennes voies corrompues et à construire de nouvelles voies par le peuple pour le peuple – production locale pour la consommation locale, avec des moyens d’échange locaux, devenant progressivement autosuffisants, rejoignant d’autres communautés , en créant des réseaux de personnes qui pensent et agissent de manière nouvelle – nous sommes à mi-chemin.

Notre conviction et notre persévérance sans faille plus une dynamique imprévisible prendront le dessus, nous emmèneront plus loin vers une nouvelle conscience. Avec un état d’esprit positif, nous entrerons dans un nouveau lever de soleil.

*

Peter Koenig  est analyste géopolitique et ancien économiste principal à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), où il a travaillé pendant plus de 30 ans à travers le monde. Il enseigne dans des universités aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Il écrit régulièrement pour des revues en ligne et est l’auteur de  Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed; et  co-auteur du livre de Cynthia McKinney « When China Sneezes:  From the Coronavirus Lockdown to the Global Politico-Economic Crisis » ( Clarity Press – 1er novembre 2020).

Peter est chercheur associé au Centre de recherche sur la mondialisation (CRG). Il est également chercheur principal non résident de l’Institut Chongyang de l’Université Renmin de Pékin.

La source originale de cet article est Global Research

Copyright © Peter Koenig , Recherche mondiale, 2022

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

3 Commentaires

  1. Depuis la déclaration récente de MERKEL la réalité indiscutable aujourd’hui, et qu’il faut faire savoir autour de vous, c’est que MERKEL et probablement HOLLANDE, suivi en cela par MACRON est que les accords de MINSK n’ont été garantis par l’ALLEMAGNE et la FRANCE que pour laisser le temps à l’UKRAINE de s’armer, pour le seul bénéfice de la maffia mondialiste à laquelle importe peu la mort de tous ces jeunes massacrés pour le bénéfice de « l’état profond » yankee

    * POROCHENKO, cette canaille corrompue avait déjà reconnu ce qu’avoue MERKEL aujourd’hui .

    https://www.rnd.de/politik/absolut-unerwartet-putin-zeigt-sich-enttaeuscht-von-merkel-wegen-ihren-aeusserungen-zur-ukraine-VYEHHWXLHBBSJCU4CQVLGP7HJ4.html

  2. Nous le Peuple, sommes seuls. Oui, c’est sûr. Mais nous sommes aussi les plus nombreux. Sauf que…
    Pour le moment, Poutine passe à la vitesse supérieure et le peuple ukrainien est plus seul que jamais, à se démm… comme il peut pour tenter de survivre. Pas plus que nous par manque de moyens je suppose, il n’a les ressources pour se battre, non pas contre « l’envahisseur » mais contre son propre gouvernement. Les soldats uk n’en peuvent plus, les chefs se barrent et les envoient en première ligne sans moyens. Probablement une poignée qui commande et les autres qui subissent.
    J’ose faire le parallèle avec l’UE: une poignée qui mène la danse et les Peuples qui subissent.
    Triste ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

    • Non, nous ne sommes pas seuls, nous sommes simplement des lâches.
      Nous « choisissons » le camp que nos traîtres de dirigeants ont choisi pour nous, parce qu’ils sont complètement corrompus. Et nous ne sommes même pas capables de les abattre, parce que nous manquons du courage nécessaire.

      Ce n’est pas de la solitude. Nous somme des jouisseurs, incapables de simplement penser à prendre les armes et de nous révolter.
      Les Ukrainiens et les Russes peuvent crever sous les bombes, chez nous tout le monde s’en fout, si demain le gaz revenait personne ne s’inquièterait de qui a perdu la guerre.

      En fait, nous ne méritons pas de survivre. Nous n’avons jamais rien fait qui nous en donne le droit.
      En 1945, les collaborateurs ont été pardonnés, mais c’était une erreur et cela ne se reproduira pas.

Laisser un commentaire