BLACKOUT? MYTHE OU RÉALITÉ?

Les blackouts ne sont pas un mythe. Ils ont déjà eu lieu, et peuvent revenir  sans prévenir.

Chose certaine, peu de gens en ont conscience et ont prévu quelque chose dans le cas ou cela se passe.

Source Association Adrastia

Le blackout désigne l’interruption d’une région en courant électrique. C’est un risque généralement méconnu du grand public. Les conséquences d’une telle interruption sont variables en fonction de l’aire touchée, de la durée de l’interruption, des capacités de résilience de la zone affectée. Plus la zone affectée est grande et la durée importante, plus l’interruption accroît ses effets. De la perturbation et du choc des premiers temps, le manque d’électricité peut rapidement se transformer en risque dangereux tant au niveau alimentaire, sanitaire, économique que sociétal. Parler de ce risque, c’est reconnaître la dépendance vitale de nos sociétés à un approvisionnement électrique ininterrompu. Cela indique aussi la vulnérabilité croissante de nos activités et infrastructures… Face au risque de blackout, nos sociétés sont-elles résilientes, durables même ?

Présentation Géographe spécialisé dans la durabilité, Grégoire Chambaz est assistant diplômé à Unisanté (Lausanne, Suisse), où il étudie les risques systémiques pour le secteur de la santé. Parallèlement, il est également rédacteur adjoint pour la Revue militaire suisse (RMS) et officier d’état-major dans l’armée suisse (réserve). Il est l’auteur de plus de 75 articles et interviews pour la RMS, dont une partie importante consacrée aux conséquences sécuritaires des trajectoires futures et des vulnérabilités critiques propres aux sociétés modernes. Il est en outre l’auteur d’une synthèse critique des travaux de Joseph Tainter sur l’évolution et l’effondrement des sociétés complexes. Grégoire Chambaz est également membre du Centre d’histoire et de prospectives militaires de Pully (CHPM) et de l’International Military Council on Climate and Security (IMCCS). Il a participé à ce live de manière personnelle et les opinions exprimées ici n’engage que lui.

COMPLÉMENT

Pourquoi la France se prépare à faire tourner ses centrales à charbon à plein régime. Le gouvernement français a préparé un décret qui permettra, d’ici fin janvier, aux deux centrales à charbon encore en activité sur le territoire de produire au-delà du seuil qui avait été fixé pour limiter les émissions polluantes. Dans le contexte de passe d’armes entre Berlin et Paris au sujet de leurs politiques énergétiques respectives, certaines voix outre-Rhin soulignent avec malice le paradoxe de la situation. La France qui vante les bienfaits “écolo” de sa sacro-sainte énergie nucléaire – honnie en Allemagne – se retrouverait obligée de remettre du très polluant charbon dans son mix énergétique.

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

Un commentaire

  • Très intéressant, merci. A nous ensuite de prendre nos précautions, si ce n’est pas déjà fait !
    Il soulève un point important: qu’en sera-t-il si certains s’en sortent plutôt bien et que d’autres les voient en bonne forme, pas faméliques, pas malades, pas en recherche de nourriture, bref, ne hurlant pas avec les loups ?
    C’est ce dont parlait un survivant de Sarajevo: quand on doit sortir – attention aux snipers – ne pas s’habiller dernier cri et avoir un comportement adéquat.

Laisser un commentaire