L’Ukraine est poussée vers une guerre suicidaire (et en plus ses dirigeants sont grotesques)

Source Réseau-International

Écrit exclusivement pour le site Web de la NCW par l’expert ukrainien Dmitriy Kovalevich, C’est une enquête ce mois-ci sur les rumeurs et les raisons qui les sous-tendent qui circulent actuellement en Ukraine et dans certains médias occidentaux d’une menace imminente d’invasion par la Russie ~ Danielle Bleitrach

*******

par Dmitriy Kovalevich.

Tout au long du mois de novembre, les Ukrainiens ont été régulièrement effrayés par la possibilité d’une invasion russe. Presque tous les médias ukrainiens ont une fois de plus commencé à prédire une guerre imminente avec la Fédération de Russie. Cela se produit continuellement en Ukraine depuis 2014, c’est-à-dire depuis le coup d’État pro-américain. Le paradoxe de cette situation est que depuis sept ans, le pays déclare qu’il est déjà en guerre avec la Russie, tout en attisant la peur avec la perspective d’une invasion russe à un moment donné dans le futur.

Des tactiques de diversion ?

Cette tactique a généralement été utilisée pour détourner l’attention des problèmes économiques, réprimer l’opposition politique et mener des réformes néolibérales impopulaires. Chaque fois, avant la prochaine augmentation des prix et des droits de douane, faite à la demande du FMI, les autorités ukrainiennes ont exigé que les citoyens ne s’indignent pas, car il y aurait une forte probabilité que la Russie attaque, profitant de l’instabilité interne de l’Ukraine. Cela a continué pendant sept ans, et c’est désormais de l’ordre de la routine.

Cependant, la différence actuelle est que les publications américaines et britanniques sont devenues la principale source des prédictions alarmistes de novembre (ou plutôt une source de sa nouvelle vague). Pendant les deux premières semaines de novembre, les autorités ukrainiennes ont nié la probabilité d’une invasion russe. Au début, ils ont même appelé les prédictions les « rumeurs de panique pro-russes », mais après des visites à Kiev par les ministres militaires des pays occidentaux, les autorités ukrainiennes ont été forcées d’accepter et ont docilement commencé à faire écho aux prédictions occidentales.

De fausses rumeurs ?

Dans les premiers jours de novembre, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a exprimé son inquiétude quant à la relocalisation de l’armée russe. Peu de temps avant, le 2 novembre, le département américain de la Défense avait annoncé le déploiement de 90 000 soldats russes près de la frontière ukrainienne. Ces chiffres ont également été rapportés par le Politico1 et le Washington Post2. À Kiev, ils ont dit qu’ils étaient au courant de cela et que ces troupes avaient toujours été là.

Malgré le fait que cette information ait été rendue publique par le Pentagone, les autorités ukrainiennes ont commencé à reprocher aux médias américains de diffuser de fausses rumeurs. Le 7 novembre, l’attaché de presse présidentiel ukrainien, Sergei Nikiforov, a déclaré que le bureau du président du pays n’avait aucune information sur l’augmentation du nombre de militaires russes, et que le ministère ukrainien de la Défense n’avait pas réellement confirmé les informations que le service de presse du département américain avait précédemment publiées3.

En effet, S. Nikiforov a qualifié la diffusion de cette nouvelle d’« éléments de pression psychologique ou de propagande ». Par ailleurs, il a noté que les officiers des forces armées ukrainiennes et les services de renseignement ukrainiens avaient effectivement fait état de l’absence de tensions à la frontière. Oleksiy Danilov, secrétaire en chef du Conseil de Sécurité nationale et de Défense de l’Ukraine, ainsi qu’Andriy Demchenko, secrétaire de presse du Service national des Frontières de l’Ukraine, ont également déclaré qu’il n’y avait pas de mouvements de troupes russes près de la frontière ukrainienne4.

Les autorités russes ont également nié tout projet d’invasion de l’Ukraine et de déplacement de troupes vers ses frontières. Les États-Unis ont ensuite annoncé un appel sans précédent mais secret pour les réservistes en Russie, citant deux personnes anonymes. Cependant, il est impossible de mener une telle mobilisation en secret. De nos jours, tout le monde a un téléphone et un accès à Internet, il est donc impossible d’appeler secrètement des dizaines ou des centaines de milliers de personnes en service. Cependant, les États-Unis ont insisté là-dessus.

« Possible invasion russe » et « opérations psychologiques » ?

Et à peine deux semaines plus tard, les autorités ukrainiennes ont convenu que la Russie envahirait bientôt l’Ukraine, mais aucune action pratique ou préparation n’a été faite dans le pays contre une éventuelle invasion russe. « Sur toute la longueur de la frontière entre l’Ukraine et la Fédération de Russie, qui s’étend sur plus de 2000 km, la vie normale se poursuit. Les gens et les biens se déplacent, il n’y a pas deux armées qui se regardent avec haine, il n’y a pas de défense profondément échelonnée qui devrait être construite si vous vous attendez vraiment à une attaque », écrit l’édition ukrainienne Focus5.

Cependant, après des pourparlers avec les États-Unis, certains des plus hauts responsables militaires ukrainiens ont tenté de confirmer les allégations américaines. Selon le chef de la Direction principale du Renseignement du Ministère de la Défense de l’Ukraine (GUR) Kirill Budanov, la Fédération de Russie a concentré plus de 92 000 soldats près de la frontière avec l’Ukraine et se prépare à attaquer d’ici fin janvier ou début février 2022.

Le chef du GUR a ajouté que l’attaque, qui serait probablement initiée par la Fédération de Russie, comprendra des frappes aériennes, des attaques d’artillerie et des attaques blindées, suivies de frappes à l’est de l’Ukraine, d’attaques à Odessa et à Marioupol, et d’une invasion plus petite à travers la Biélorussie.

Dans le même temps, il a ajouté séparément que toute attaque militaire suivrait après les « opérations psychologiques » que Moscou est en train de mener. Il a déclaré qu’ils « échelonneraient » la stabilité en Ukraine avec l’aide de manifestations anti-vaccination, de troubles associés aux troubles économiques et du « lancement de sentiments anti-gouvernementaux »6. En d’autres termes, bien qu’ils aient d’abord nié la probabilité d’une telle invasion, ils ont ensuite réalisé comment les allégations américaines pouvaient être utilisées pour réprimer toute opposition interne.

Bloomberg, les déclarations alarmistes de l’ambassade des États-Unis

Puis Bloomberg7 a commencé à diffuser des informations similaires en affirmant que les Russes préparaient une attaque de trois côtés – de la péninsule de Crimée, de la frontière russo-ukrainienne et du territoire de la Biélorussie. Selon Bloomberg, la Russie prépare 100 000 soldats à une attaque. L’attention a été attirée sur la préparation présumée d’une invasion de la Crimée. Mais si vous regardez la carte, il n’y a rien de plus stupide d’un point de vue militaire que d’attaquer à travers un isthme étroit, qui est également miné, lorsque vous avez des milliers de kilomètres de frontière terrestre commune non défendue.

Le 24 novembre, l’Ambassade des États-Unis a lancé un avertissement aux citoyens américains8, à qui il est conseillé de ne pas se rendre en Crimée et dans les régions orientales du Donbass en raison de « l’activité militaire russe ». On ne sait pas pourquoi ils parlent de ces domaines. La Russie a des milliers de kilomètres de frontière commune, et si elle voulait envahir, elle ne passerait évidemment pas par ces petites sections de la frontière où se concentrent les troupes ukrainiennes et les champs de mines. Sur le reste de la frontière russo-ukrainienne, il n’y a pas de fortifications du tout, ni même de clôture métallique – des centaines de passeurs les traversent facilement, chaque jour.

Dans le contexte de ces déclarations alarmistes, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont augmenté l’approvisionnement en armes de Kiev. Chaque semaine, des avions transportant des cargaisons militaires atterrissent à Kiev. Et fin novembre, pour la première fois, des systèmes antichars américains Javelin ont été utilisés contre les milices du Donbass9, où la situation s’est considérablement aggravée en novembre.

Le Canada envisagerait d’augmenter le nombre de ses troupes en Ukraine10.

Le ministre suédois de la Défense a déclaré qu’il était prêt à envoyer des troupes en Ukraine pour aider à former les soldats du pays. Le Royaume-Uni a également déclaré qu’il était prêt à envoyer 600 marines en Ukraine à tout moment. De toute évidence, 600 militaires ne sont pas des forces suffisantes pour résister à une invasion russe au cas où elle se produirait, mais l’objectif est évidemment différent.

Kiev sera-t-il l’agneau sacrificiel des États-Unis et de la Grande-Bretagne ?

Les experts militaires ukrainiens estiment que les États-Unis et la Grande-Bretagne poussent Kiev dans une aventure militaire contre la Fédération de Russie ou les républiques du Donbass, annonçant à l’avance des « plans pour une invasion russe ». Kiev est bien conscient de la nature suicidaire d’une telle provocation, de sorte qu’il a longtemps refusé de reconnaître l’existence des « plans d’invasion » russes. Les commentateurs de l’Ukraine ont même comparé les autorités ukrainiennes à un âne têtu qui ne veut pas aller à l’abattoir notoire et devenir une victime. Kiev, bien sûr, a répété ces dernières années qu’il combattait la Russie, mais ce n’était qu’une simulation et une raison de demander de l’argent aux pays de l’OTAN.

Par conséquent, en Ukraine, on soupçonne maintenant que des contingents insignifiants de troupes de Grande-Bretagne, des États-Unis, du Canada et de Suède ne devraient que forcer les autorités ukrainiennes à faire face à une provocation armée, c’est-à-dire servir de détachement de barrage derrière l’armée ukrainienne. Une situation similaire s’est produite en août 2008 lorsque les troupes géorgiennes poussées par des instructeurs américains et britanniques ont attaqué l’Ossétie du Sud, provoquant l’implication de la Russie. Actuellement, l’ancien président géorgien Mikhaïl Saakachvili (maintenant citoyen ukrainien) est emprisonné dans son pays d’origine, la Géorgie, pour corruption.

Fin novembre, les publications dans les médias occidentaux et l’alarmisme militaire avaient déjà provoqué une chute de la valeur de la monnaie ukrainienne11. Le fait est que ces dernières années, sur les conseils des États-Unis et du FMI, l’Ukraine a augmenté la pyramide financière des obligations d’État nationales, vendant ces obligations à court terme à des étrangers à 12%. L’argent de leur vente a couvert des dettes envers le FMI et d’autres banques internationales. Maintenant, les étrangers se sont précipités en masse pour se débarrasser de leurs titres ukrainiens, acheter des USD et les sortir du pays.

Kiev a été préparé au rôle d’agneau sacrificiel, qui doit se rendre à l’abattoir, mais il lui reste encore un petit instinct d’auto-préservation, de sorte que l’Ukraine continuera, dans la mesure du possible, à simuler simplement une guerre avec la Russie. Mais alors, les méthodes de pression économiques entreront en jeu : soit un effondrement économique dû à la dépendance de l’Ukraine à l’aide financière occidentale, soit une provocation militaire avec la défaite subséquente pour une nouvelle série d’hystérie anti-russe en Occident au prix de centaines, voire de milliers de vies.

source : http://www.defenddemocracy.press
traduction de Danielle Bleitrach
via https://histoireetsociete.com

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

3 commentaires

Laisser un commentaire