Quand le sacrifice des plus jeunes devient une évidence

Comment est-ce possible ? Comment ces hommes, pères de famille, peuvent-ils se regarder encore dans une glace ? Jean-Michel Blanquer l’a dit lui-même, il n’y a pas d’explosion de cas à l’école mais des campagnes massives de tests. Les plus jeunes ne font pas de formes graves et les décès sont extrêmement rares et ne concernent que des enfants ayant des facteurs de risques très élevés. Les vaccins ne stoppant pas la propagation du virus, à quoi bon vacciner les enfants de 5 à 11 ans ? Mais cela ne freine toujours pas notre premier ministre Jean Castex qui affirme encore que « la vaccination des enfants est une nécessité ». Pour quelle raison ? Parce qu’il le dit également de la façon la plus abjecte possible « j’en suis la preuve vivante, c’est ma fille de 11 ans qui m’a donné le virus il y a quelques semaines ».

J’espère que sa fille, à sa majorité, déposera plainte contre lui. Comment affirmer qu’elle est la cause de cette transmission et non son serrage de main sans masque ni distanciation au congrès des maires ou je ne sais quelle occasion sans aucun geste barrière comme en ont l’habitude les membres de ce Gouvernement ? Se servir de sa propre fille pour justifier une campagne de vaccination que le Japon, par exemple, refuse aujourd’hui en raison des effets secondaires trop graves et trop nombreux est vraiment le comble de l’horreur. De même, le professeur Gilles Deray (allez-voir sa déclaration de conflits d’intérêts) qui fait le tour des plateaux de télévision pour faire la promotion de cette vaccination des plus jeunes n’hésite pas à mentir ouvertement tout en se rétractant sans faire de bruit, sordide au possible.

En effet, ce professeur annonçait que les enfants atteints du Covid avaient des lésions cérébrales proches de celles de patients Alzheimer avant d’admettre au service CheckNews de Libération (disons un journal tout sauf complotiste pour être poli…) qu’il s’agissait d’une confusion dans les études, bref un mensonge éhonté une fois de plus, destiné à effrayer. Il a aussi déclaré que la moitié de la planète vaccinait les enfants, or ils ne sont que 9 sur 195, encore un mensonge de plus, mais rien ne semble l’arrêter. Mentez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. Et il n’en faut sans doute pas plus pour faire peur aux parents et les amener à accepter l’inacceptable. Il n’y a aucun bénéfice à lancer cette vaccination, alors même que la haine envers les non-vaccinés s’intensifie chaque jour, poussée par une peur devenue irrationnelle et absurde.

Sylvain Devaux

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

A propos Sylvain Devaux

Universitaire de formation (Géographie et histoire), responsable d'archives après une carrière dans le tourisme, mais aussi correspondant de presse et ancien rédacteur en chef de la Robolution (Insolentiae).

9 Commentaires

  1. Si la vaccination des enfants devient un succès, c’est qu’il n’y aura plus de limites, et que même les évidences ne suffiront plus à convaincre. Faut se faire à l’idée que la discrimination puisse se changer en réelle persécution dans un avenir pas trop lointain.

    • Qu’en penser avec tout ce qui déboulent journellement?
      Le Docteur Ariyana Love donne la composition de la soupe que l’on injecte au monde et C’EST L’HORREUR.
      https://qactus.fr/2021/12/12/usa-le-docteur-ariyana-love-donne-la-composition-de-la-soupe-que-lon-injecte-au-monde-et-cest-lhorreur/

    • C’est un step de « plus »… le « rubicon » 😉
      Et je pense qu’il faut s’inquiéter d’une suite possible pour les personnes qui seraient déclarées infectées, non vaxx, …
      Cela à beau faire 70ans de paix, on s’aperçoit que couvait certaines idéologies qui tentent de refaire surface.
      On risque cet hiver d’être le témoin de beaucoup de retentissements, peut être est il important de se mettre des jalons, des « triggers » pour prendre des décisions importantes.

    • Les limites ont été franchies depuis bien longtemps déjà, si bien que plus personne ne sait exactement où elles se situent aujourd’hui. Même un esprit encore intact est contraint de naviguer à vue pour tenter de garder un cap cohérent dans un monde déchaîné …

      M.G.

      • Joliment dit.

        • Merci Volti, encore une vidéo très intéressante et qui fait froid dans le dos. Mais peu à peu, on comprend mieux les ravages que font ces soupes dans l’organisme, et la stupeur des biologistes quand ils se demandent comment les gens peuvent encore vivre avec un sang comme cela ?
          Ce sera une mort lente et souffrante pour celles et ceux qui auront survécu aux accidents anaphylactiques (et autres) à court terme.

          Oui, on navigue à vue !

  2. Ah ils étaient FIERS les parents des Enfants sacrifiés aux tests des Vaxxins….

  3. Leurs limites sont conditionnées au degré d’acceptation des mesures débiles par la population.
    Visiblement, ils vont pouvoir aller encore très loin.

    • C’est surtout que les parents qui vont laisser leurs gosses se faire empoisonner avec le vaccin ne pourront plus reconnaitre que ce vaccin est mauvais sans réaliser qu’ils ont eux-mêmes été ceux qui leur on fait du mal. Du coup, ils se raccrocheront désespérément à la propagande officielle, aussi médiocre ou « maléfique » soit-elle. Ce sera plus facile de dire que c’est la faute des non-vaccinés.

Les commentaires sont clos.