Quand le sacrifice des plus jeunes devient une évidence

Comment est-ce possible ? Comment ces hommes, pères de famille, peuvent-ils se regarder encore dans une glace ? Jean-Michel Blanquer l’a dit lui-même, il n’y a pas d’explosion de cas à l’école mais des campagnes massives de tests. Les plus jeunes ne font pas de formes graves et les décès sont extrêmement rares et ne concernent que des enfants ayant des facteurs de risques très élevés. Les vaccins ne stoppant pas la propagation du virus, à quoi bon vacciner les enfants de 5 à 11 ans ? Mais cela ne freine toujours pas notre premier ministre Jean Castex qui affirme encore que « la vaccination des enfants est une nécessité ». Pour quelle raison ? Parce qu’il le dit également de la façon la plus abjecte possible « j’en suis la preuve vivante, c’est ma fille de 11 ans qui m’a donné le virus il y a quelques semaines ».

J’espère que sa fille, à sa majorité, déposera plainte contre lui. Comment affirmer qu’elle est la cause de cette transmission et non son serrage de main sans masque ni distanciation au congrès des maires ou je ne sais quelle occasion sans aucun geste barrière comme en ont l’habitude les membres de ce Gouvernement ? Se servir de sa propre fille pour justifier une campagne de vaccination que le Japon, par exemple, refuse aujourd’hui en raison des effets secondaires trop graves et trop nombreux est vraiment le comble de l’horreur. De même, le professeur Gilles Deray (allez-voir sa déclaration de conflits d’intérêts) qui fait le tour des plateaux de télévision pour faire la promotion de cette vaccination des plus jeunes n’hésite pas à mentir ouvertement tout en se rétractant sans faire de bruit, sordide au possible.

En effet, ce professeur annonçait que les enfants atteints du Covid avaient des lésions cérébrales proches de celles de patients Alzheimer avant d’admettre au service CheckNews de Libération (disons un journal tout sauf complotiste pour être poli…) qu’il s’agissait d’une confusion dans les études, bref un mensonge éhonté une fois de plus, destiné à effrayer. Il a aussi déclaré que la moitié de la planète vaccinait les enfants, or ils ne sont que 9 sur 195, encore un mensonge de plus, mais rien ne semble l’arrêter. Mentez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. Et il n’en faut sans doute pas plus pour faire peur aux parents et les amener à accepter l’inacceptable. Il n’y a aucun bénéfice à lancer cette vaccination, alors même que la haine envers les non-vaccinés s’intensifie chaque jour, poussée par une peur devenue irrationnelle et absurde.

Sylvain Devaux

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

9 commentaires

Laisser un commentaire