« La Chine choisit la pollution pour notre plus grand bonheur !! Greta s’étouffe… » L’édito de Charles SANNAT

Par Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Je déclare ouvert le procès des faux-culs planétaires.

Nous jugeons aujourd’hui la Chine.

Faites entrer l’accusée, la Chine représentée par son président Xi Jinping…

« Haaa, il n’est pas là et ne veut pas venir », oui Monsieur le Juge, un peu comme à la COP 26.

Bon faites entrer le premier témoin, Joe Bidon, le Président des Zétatzunis d’Amériques.

Il n’est pas là non plus, il dort me dit-on, bon rapportez moi ses propos alors…

« C’est une grosse erreur, franchement, de la part de la Chine », a fustigé Joe Biden mardi 3 novembre lors d’une conférence de presse, dans un climat tendu entre Washington et Pékin. Selon lui, la Chine ne peut « prétendre à un quelconque leadership » en « tournant le dos » à la crise climatique.

Oulalala, il n’est pas content Joe…

C’est vrai qu’aux Etats-Unis, côté protection de l’environnement, on est tout de même au pays du gaz de schiste et des petits trous (sous forme de forage) partout des champions du monde. Entre l’URSS qui asséchait des lacs intérieurs pour ses besoins industriels, la Chine qui fait pareil et les Etats-Unis qui polluent comme des cochonnets depuis des lustres, nous avons les trois pays les plus faux-culs au monde et le tiercé de tête.

Mais, les autres ne valent pas mieux !!

Bon que dit l’accusé pour sa défense ?

« Dès mercredi, Wang Wenbin, un porte-parole de la diplomatie chinoise, a répliqué, dénonçant les « mots creux » du président américain. « Les actes parlent plus que les mots », a-t-il assuré, rappelant les engagements « concrets » de son pays contre le réchauffement climatique. Parmi eux figurent la volonté d’atteindre un pic d’émissions de CO2 avant 2030 et l’objectif de la neutralité carbone d’ici 2060, soit dix ans après l’Union européenne, le Royaume-Uni ou encore les États-Unis ».

Bon rien à dire quoi…

Je rappelle que le délit est le suivant: « la Chine brûle à peu près quatre milliards de tonnes de charbon par an [3,9 milliards en 2020]. C’est l’équivalent de ce qui est brûlé dans le reste du monde« .

On pourrait supprimer la France que cela ne changerait strictement rien au triste sort de la planète. Nos jeunes éco-anxieux gretarisés feraient mieux d’aller faire la guerre à la Chine plutôt que de rester ici à stresser et culpabiliser sur leur dernière assiette à base de poulet élevé en batterie…

Bon, bref tout cela pour vous dire que la COP 26 est une vaste fumisterie fumante de nuages polluants à base de charbon.

Mais… cela arrange bien évidemment tout le monde.

La Chine est l’usine du monde et quand la Chine coupe ses centrales à charbon les magasins partout dans le monde se vident.

Quand la Chine rallume ses centrales à charbon, les rayons se remplissent et les affaires de tous reprennent.

Et puis de vous à moi, Xi Jinping, il n’est pas prêt de subir la pression « médiatique » de la petite Greta et des éco-anxieux dépressifs un aie-phone à la main occidentaux. Allez les petits, triez les bouchons en plastique et laissez faire les grands !

Du coup la petit Greta est dans son coin à piétiner comme une folle en répétant en boucle blablablabalbla, cela dit elle n’a pas tort. Tout cela est du blablablabla.

C’est juste que personne n’en a rien à foutre en réalité de la transition et de la planète. Ils veulent tous consommer, partir en voyage, prendre l’avion, bouffer des burgers dégueux avec plein d’outils numériques ultra-polluants à la main en faisant de la trottinette électrique made in China ce qui veut dire made in Charbon. Personne ne veut être décroissant, prévoyant, et frugal. Ils veulent bouffer des chips devant Netflix, ce qui me fait dire que Greta est « soutenue » par la génération « NetChips », ce qui me fait bien rire sur la solidité du mouvement.

La réalité c’est qu’un pays comme « la Chine ne peut pas se désengager des énergies fossiles du jour au lendemain. Par exemple, si la Chine a refusé de réduire drastiquement ses émissions de méthane, c’est parce qu’une telle décision remettrait en question des pans entiers de son économie. Elle n’est pas prête à renoncer à cela. La Chine continue à énormément polluer car elle a besoin de construire des logements, des voitures, de poursuivre son effort industriel. Sur cet aspect, elle n’est pas au même niveau que l’Europe. Une grosse partie de sa population vit à la campagne et les classes moyennes sont encore en train de se développer« . C’est vrai, mais ce qu’oublie France 24 dans son analyse, c’est qu’en délocalisant toutes nos productions occidentales en Chine nous avons aussi délocalisé toutes nos pollutions.

Tout le monde le sait pertinemment et personne, même pas nous, ne pouvons nous désengager des énergies fossiles en quelques jours.

C’est une transition, et une transition est un processus de longue durée.

Pour le reste, c’est le bal des faux-culs et nous sommes tous coupables. La principale c’est juste notre consommation qui est excessive puisque pour assurer des profits toujours plus élevés, il faut consommer toujours plus, même si nous n’en avons pas besoin.

Nous ne sommes pas trop nombreux sur la planète, c’est totalement faux de dire cela, nous consommons trop ce qui n’a rien à voir. Ceux qui vous disent que nous sommes trop nombreux veulent, en réalité, consommer et s’empiffrer toujours autant en imaginant un monde où les « autres » ne seraient plus là pour les forcer à être plus frugaux…

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

Articles récents

3 commentaires

  • Très juste, ton dernier paragraphe, Charles.
    Nous sommes dans une transition tout court, pas seulement écologique: spirituelle, économique, énergétique (au sens productif et au sens du passage de la 3D à la 5D)…

    Il faut voir la pollution de la Chine au regard du nombre d’habitants. Toutefois, la voir s’équiper du nucléaire – les producteurs s’en frotteraient les mains et s’en rempliraient les pochent un peu plus – ne serait pas bon non plus. Il faut arrêter de dire que le nucléaire est une énergie propre.

    Tu as raison d’insister sur le fait que nous dépensons trop, dans cette course à la consommation. Les Chinois sont arrivés en retard dans cette course, et ne veulent pas rater le «  »bonheur » » qu’engendre le fait de consommer. Cette … pathologie nous prend encore trop souvent, nous ne pouvons pas le leur reprocher.
    Alors que faire ? La seule solution est en effet de ne pas dépenser outre mesure. Et cela, c’est à chacune et à chacun d’appréhender la « simplicité volontaire ». Pas pour la planète* mais pour notre évolution personnelle, l’évolution en général, celle de tous les règnes, et celle de notre si belle Terre.

    *Je veux dire par là que notre impact est vraiment minime sur le réchauffement. Le mal que nous faisons à Pachamama est bien pire au plan énergétique, par notre manque de respect, d’amour envers elle, de relation à son Esprit…
    Quant au « réchauffement climatique », il faisait plus chaud au Moyen Age paraît-il, et il fut un temps où le Groenland était le pays vert. Alors qu’on arrête de se foutre de nous encore une fois.

  • Radagast

    « Nous ne sommes pas trop nombreux sur la planète, c’est totalement faux de dire cela, nous consommons trop ce qui n’a rien à voir.  »

    Tout a fait, si 8 milliards de personnes acceptaient de vivre dans des cavernes sans gaz, sans électricité, sans eau courante, sans véhicule motorisé, en mangeant un jour sur deux, en s’habillant de pagnes et en feuille de chêne, on ne serait pas trop nombreux.

    C’est vrai, notre impact est vraiment minime, c’est les méchants chinois qui brûlent du charbon, c’est pas moi. D’aucun dirait que si les chinois brûlent ce charbon, c’est parce que j’achète et que j’ai besoin de ce qu’ils produisent en le faisant, mais individuellement, mon impact est vraiment minime.

    C’est vrai aussi que ceux qui disent qu’on est trop nombreux veulent juste continuer à conserver leur confort personnel, quelle bande de monstres. Ils veulent pouvoir continuer à avoir une maison, rouler en voiture, manger à leur faim, prendre des douches chaudes, alors qu’il suffirait de vivre dans des cavernes, marcher pieds nus, bouffer quand tu as de la chance, et te laver quand il pleut pour pouvoir dire que 8 milliards d’êtres humains sur terre, ce n’est pas trop.

    Parce qu’on peut dire ce qu’on veut, mais 8 milliards d’individus qui doivent se chauffer, manger, boire, se déplacer, mis bout à bout, entre les usines nécessaires pour les fournir et leur consommation propre, même frugale, ça fait beaucoup quand même. Et le nombre ne cesse d’augmenter.

Laisser un commentaire