Le virus inexistant ; une interview explosive de Christine Massey

Merci Françoise G

Pour illustration/123.RF

Par Christine Massey et Jon Rappoport pour nomorefakenews.com via Mondialisation.ca

Avec une formation en biostatistique, Christine Massey a utilisé les demandes de liberté d’information (FOIA) comme un outil de recherche, comme une fraise à diamant, pour découvrir la vérité sur le SARS-CoV-2. C’est-à-dire : Le virus existe-t-il ?

Son approche a donné des résultats choquants.

Dans un monde à moitié sain d’esprit, le travail de Christine remporterait de nombreux prix et bénéficierait d’une large couverture médiatique. Dans le monde actuel, de plus en plus de personnes, de leur propre chef, s’éveillent à ses découvertes et révisent complètement leur perception de la “pandémie”.

Voici mon récent entretien avec la brillante et implacable Christine Massey :

Q : Vous et vos collègues avez adressé de nombreuses demandes de communication d’informations aux agences de santé publique du monde entier. Vous avez demandé des documents qui montrent que le virus SARS-CoV-2 existe. Comment avez-vous développé cette approche ?

R : En 2014, une dame d’Edmonton a soumis une demande de liberté d’information à Santé Canada, demandant des études relatives à l’ajout d’acide hydrofluorosilisique (acide fluorure résiduel industriel) à l’eau potable publique (fluoration de l’eau). La réponse de Santé Canada indiquait qu’elle ne disposait d’aucune étude pour étayer ses affirmations selon lesquelles cette pratique est sûre ou efficace.

Quelques années plus tard, des études de grande qualité financées par le gouvernement ont montré que les niveaux courants d’exposition au fluorure pendant la grossesse sont associés à un QI inférieur et à des symptômes accrus de trouble du déficit de l’attention chez les enfants. Néanmoins, les dentistes et la communauté de la santé publique ont continué à promouvoir et à défendre la soi-disant “grande réussite de santé publique” consistant à imposer ce traitement dentaire préventif controversé à des communautés entières, et ont fait fi de ces études. J’ai donc eu recours à des demandes de liberté d’information pour montrer que diverses institutions promouvant et défendant la fluoration de l’eau en Ontario, en Alberta et dans l’État de Washington n’ont pas pu fournir ou citer ne serait-ce qu’une seule étude primaire indiquant l’innocuité de ces résultats.

Ainsi, lorsque j’ai appris de la part de personnes comme David Crowe, le Dr Andrew Kaufman, le Dr Stefan Lanka et le Dr Thomas Cowan que le prétendu virus [Coronavirus] n’avait jamais été isolé (purifié) à partir d’un échantillon de patient, puis caractérisé, séquencé et étudié au moyen d’expériences comparatives, et que son existence n’avait donc jamais été démontrée, j’ai réalisé que les demandes de liberté d’information pouvaient être utilisées pour vérifier leurs affirmations.

La plupart des gens ne vont pas prendre le temps de vérifier toutes les études sur la soi-disant “isolation du virus” par eux-mêmes, donc les demandes de liberté d’information étaient un moyen de 1) s’assurer que rien n’avait été oublié, et 2) d’aller droit au but et de confirmer ce que ces messieurs [Kaufman, Cowan, Crowe, Lanka] disaient, s’ils étaient effectivement corrects.

Ainsi, en mai 2020, j’ai commencé à soumettre des demandes d’accès à l’information pour tout document détenu par l’institution concernée décrivant l’isolement/la purification du prétendu “virus du COVID-19” à partir d’un échantillon non altéré prélevé sur un patient malade, par quiconque, n’importe où sur la planète.

Q : Combien d’agences de santé publique et d’agences gouvernementales avez-vous interrogées dans le cadre de demandes FOIA ?

R : J’ai personnellement posé des questions et reçu des réponses de 22 institutions canadiennes. Il s’agit d’institutions de santé publique, d’universités qui prétendent avoir “isolé le virus”, et de 3 services de police – en raison de leur application des restrictions liées au “COVID-19”. J’ai également reçu personnellement des réponses de plusieurs institutions à l’extérieur du Canada, y compris les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies et le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) d’Anthony Fauci. J’attends les réponses d’un certain nombre d’autres institutions.

De nombreuses personnes à travers le monde ont obtenu des réponses à des demandes identiques, similaires ou connexes de la part d’institutions de leur propre pays. Une personne qui a beaucoup travaillé sur ce sujet en Nouvelle-Zélande et dans d’autres pays est mon collègue Michael S. Un collègue nommé Marc Horn a également obtenu de nombreuses réponses au Royaume-Uni. Une poignée d’autres personnes ont obtenu plusieurs réponses, et beaucoup de gens en ont obtenu une ou deux.

J’ai compilé toutes les réponses qui m’ont été envoyées sur ma page FOI[archive cv19], et au moment où je tape ces lignes (4 octobre 2021), nous avons des réponses FOI de 104 institutions dans plus de 20 pays, toutes relatives à la purification/existence du prétendu virus. En outre, il y a des documents judiciaires d’Afrique du Sud et du Portugal. Au total, 110 instructions sont représentées en ce moment sur mon site web. Il y a des réponses FOI d’autres institutions que je n’ai pas encore eu l’occasion de mettre en ligne.

Q : Comment qualifieriez-vous les réponses que vous avez reçues de ces agences ?

R : Toutes les institutions sans exception ont omis de fournir ou de citer ne serait-ce qu’un seul document décrivant la purification du prétendu virus à partir d’un seul échantillon de patient.

Vingt et un des 22 établissements canadiens ont admis sans détour qu’ils ne possédaient pas de tels documents (comme l’exige la législation canadienne). De nombreuses institutions à l’extérieur du Canada ont admis la même chose, y compris le CDC (2 novembre 2020), le ministère de la Santé de l’Australie, le ministère de la Santé de la Nouvelle-Zélande, le ministère de la Santé et des Soins sociaux du Royaume-Uni…

Et dans certains cas, des excuses stupides ont été fournies. Par exemple, la réponse de la Direction norvégienne de la santé a été qu’elle ne possède pas, ne stocke pas et ne contrôle pas les documents contenant des informations sur les patients. La Direction de la santé publique du Pays de Galles a répondu au Dr Janet Menage qu’elle n’avait pas produit de tels documents et que, même si elle était normalement disposée à l’orienter vers des documents relevant du domaine public, ce serait trop difficile dans ce cas.

L’agence brésilienne de réglementation de la santé (Anvisa), qui approuve les injections à la manière de la FDA, a déclaré à Marcella Picone qu’elle ne disposait d’aucun dossier sur la purification du virus et qu’elle n’y était pas tenue par la loi, de sorte qu’il n’est pas de son ressort de s’assurer que le virus existe réellement.

Q : Quel est le texte exact de vos demandes FOIA ?

Le texte a quelque peu varié au fil du temps. Par exemple, au début, j’utilisais le mot “isolation”. Mais comme ce terme est tellement galvaudé par les virologues, je m’en tiens maintenant à “purification”.

Dans toutes mes demandes, j’ai spécifié exactement ce que j’entendais par “isolement/purification” (séparation du prétendu virus de tout le reste), et que les particules purifiées devaient provenir directement d’un échantillon prélevé sur un être humain malade, l’échantillon du patient n’ayant pas été préalablement altéré par une autre source de matériel génétique (c’est-à-dire les cellules rénales de singe, alias cellules Vero, et le sérum bovin fœtal qui sont généralement utilisés dans les études bidon d’”isolement de virus”).

J’ai toujours précisé que je ne demandais pas de dossiers où les chercheurs n’ont pas purifié le prétendu virus et ont plutôt cultivé quelque chose et/ou effectué un test PCR et/ou séquencé quelque chose. J’ai également précisé que je demandais des documents rédigés par n’importe qui, n’importe où – et pas seulement des documents créés par l’institution en question. Et j’ai demandé des citations pour tout document de purification détenu par l’institution mais déjà disponible au public ailleurs.

La dernière itération [de la demande FOIA] est publiée sur une page de mon site Web où j’encourage les autres à soumettre des demandes aux institutions de leur propre pays : Template for “SARS-COV-2 isolation” FOI requests.

Q : Ces agences disent toutes qu’elles n’ont pas de dossiers prouvant l’existence du SARS-CoV-2, mais en même temps, certaines de ces agences parrainent et financent des études qui affirment que le virus existe. Comment expliquez-vous cette contradiction ?

Je vais aborder cette question à l’aide d’un exemple.

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) est la seule institution canadienne qui n’a pas fourni de réponse directe ” aucun dossier ” jusqu’à présent. Au lieu de cela, elle m’a fourni ce qu’elle prétendait être des documents recevables.

Il s’agit de quelques courriels et d’une étude de Bullard et al. qui a été soutenue par l’ASPC et son Laboratoire national de microbiologie, ainsi que par Santé Manitoba et le Laboratoire provincial Cadham du Manitoba.

Ni l’étude ni les courriels ne décrivent la purification du prétendu virus à partir d’un échantillon de patient ou de quoi que ce soit d’autre. Le mot “isoler” (ou “isolation” / “purifier” / “purification”) n’apparaît même pas, sauf dans le manuscrit de l’étude dans le contexte de l’isolement de personnes, pas d’un virus.

…dans la section Matériaux et méthodes, nous constatons que ces chercheurs ont effectué des “tests” PCR pour une partie de la séquence du gène E (pas un virus), et qu’ils ont incubé des échantillons de patients (pas un virus) sur des cellules Vero (cellules rénales de singe) supplémentées avec du sérum bovin fœtal, de la pénicilline/streptomycine et de l’amphotéricine B, et qu’ils ont surveillé les dommages causés aux cellules de singe.

Aucun virus n’a été recherché ou purifié dans les échantillons des patients. Aucun groupe de comparaison, de quelque nature que ce soit, n’a été mis en place dans les procédures relatives aux cellules de singe. Aucun virus n’a été requis ou démontré comme étant impliqué dans l’étude, mais “il” a été accusé de tout dommage aux cellules de singe et “il” a été mentionné à plusieurs reprises tout au long de l’étude (j’ai compté 26 occurrences).

Néanmoins, il s’agissait du seul document fourni par l’Agence de santé publique du Canada.

Et bien que les chercheurs n’aient pas prétendu avoir “isolé” le prétendu virus dans cet article, ils ont effectué le même genre de procédure de culture cellulaire et de travaux sur les singes que les virologues de tous les pays font passer pour un “isolement du virus”. (Parce que la virologie n’est pas une science).

…Notez l’admission dans le résumé [de l’étude] : “La RT-PCR détecte l’ARN, pas le virus infectieux”.

…J’ai donc écrit à l’Agence de la santé publique du Canada pour l’informer qu’aucun des documents qu’elle m’a fournis ne décrit réellement la séparation du prétendu virus de tout le reste dans un échantillon de patient, et que j’exige une réponse précise indiquant qu’elle n’a aucun document à ce sujet.

Dans sa réponse révisée, l’Agence a insisté sur le fait que l’essai de référence utilisé pour déterminer la présence d’un virus intact dans les échantillons de patients est l’effet cytopathique visible [destruction des cellules] sur les cellules dans une culture cellulaire, et que “la PCR confirme en outre la présence d’un virus intact”.

…Comme vous l’avez souligné à vos lecteurs à maintes reprises : Personne n’a isolé/purifié “le virus”. Ils supposent simplement que les échantillons de patients le contiennent (sur la base de tests PCR sans signification). Ils falsifient les échantillons de patients avec du matériel génétique et des médicaments toxiques, affament les cellules, puis accusent de manière irrationnelle le “virus” de nuire aux cellules. Ils montrent du doigt quelque chose qui n’a jamais été purifié, caractérisé, séquencé ou étudié scientifiquement, dans une culture cellulaire et insistent sur le fait que “c’est le virus”. Ils fabriquent les “génomes” à partir de zillions de séquences détectées dans une soupe. Ce ne sont que des spéculations et des hypothèses sauvages, aucune science.

Les personnes responsables des affirmations manifestement frauduleuses faites par ces institutions sont donc soit extrêmement incompétentes, soit intentionnellement menteuses.

-fin de l’interview-

***

Pour soutenir les derniers commentaires de Christine, ces agences répondront aux demandes de FOIA par : “nous n’avons pas de dossiers sur la purification du virus” – et parraineront ensuite des études qui prétendent que le virus A ÉTÉ purifié et découvert, parce que…

Les normes de purification du virus dans les études ne sont pas des normes du tout. Elles sont totalement irrationnelles.

Cependant, parce que Christine est très précise et exacte dans ses demandes FOIA, quand il s’agit de ce que signifie la purification, les agences sont obligées de répondre …

“Eh bien, dans ce cas, nous n’avons aucune trace de purification du virus…”

Ce qui veut dire : Il n’y a pas de documents montrant que le virus a été isolé ; il n’y a pas de documents montrant que le virus existe.

Article original (anglais) : https://blog.nomorefakenews.com/2021/10/07/the-non-existent-virus-explosive-interview-with-christine-massey/

La source originale de cet article est nomorefakenews.com

Copyright © Christine Massey et Jon Rappoportnomorefakenews.com, 2021

28 commentaires

  • Radagast

    Mouais, c’est quand même difficile de croire que le virus n’existe pas. Comment expliquer les morts sinon ?
    Le fait qu’il n’ait pas été isolé (ou éventuellement qu’on cache le fait qu’il l’a été) pourrait s’expliquer par une volonté de faire croire à un nouveau virus, au lieu d’un déjà connu et qu’on saurait soigner aisément, ou qu’une fois isolé il serait facile de trouver de quoi le soigner sans avoir à passer par les vaccins.

    Mais les vagues de décès sont bien réelles quoi qu’il en soit. Qu’est ce qui aurait pu provoquer ça sinon ? Un empoisonnement de quelque chose ? C’est difficile à imaginer, surtout à l’échelle mondiale.

    • Volti

      Ils ne cherchent peut-être pas (volontairement?) au bon endroit. On ne peut nier qu’il y a une raison à tous ces décès, un virus sans doute mais s’agit-il du même que celui dont on nous bassine à longueur de temps ? On fini de s’y perdre en conjectures. Aura-t-on un jour la vérité ? Pourquoi, certains des organismes sollicités, ont dit qu’ils n’avaient pas isolé ce « virus »… Si c’est un prétexte où, comme l’a dit Shwab, une opportunité pour mettre en place leur nouveau monde, il est temps d’arrêter de se voiler la face, nous sommes dans la mouise, dans la quasi indifférence de la masse.

    • soubiemyriam

      C’est une hystérie collective. L’hystérie provoque d’énorme troubles respiratoires, coupler à ça le virus de la grippe et tous les virus qui atteignent les voix respiratoires et vous avez tous les hystériques qui débarquent à l’hôpital.

      Comment ont ils fait crever les gens ? ( Alors déjà il n’y a pas eu de réelles surmortalité) ben le protocole était clair dès le début: les médecins devaient intuber dès les premiers signes de détresse respiratoire ! Sans médicament, sans traitement. Et puis il y a les vieux en hepad qu’on laissaient crever de solitude, crever sans traitement pour leurs maladies, crever de ryvotril.

      Et voilà la supercherie. Parce que le virus de la grippe a disparu exactement comme celui de la dengue en ce moment même. Donc ceux atteints par la dengue, en ce moment, ne sont pas soignés pour leurs maladies. Non, ils laissent les cas s’aggraver, les mettent sous oxygène, sous respirateur.

      • Ciao bella :)
        Sans compter que les traitements sont inadapté ! L’exemple le plus frappant est que les patients les plus atteins sont traité pour détresse respiratoire donc forcément mis sous oxigène, alors qu’ils doivent être traité pour hypoxie, donc assurément pas sous oxygène, car c’est pour les achevés !

        Et on ne reviendra même pas sur le fait de traité dès un test positif pour éviter justement les complications dû au fameux choc cytokinique !

        Maintenant selon moi, il existe bien ce putain de virus, car c’est impossible de le cacher au niveau mondial, ça aurait bien sorti un moment ou un autre !

        Akasha.

        • soubiemyriam

          Ben c’est visible au niveau mondial Akasha. Mais surtout chez nous avec les chiffres de nos maladies. Avec les chiffres des années précédentes sur les maladies respiratoires, avec la supercherie des tests pcr qui détectent queudale.

          Et surtout c’est une question de logique. Tu crois que tous les dirigeants collabos prendraient des bains de foule s’il y avait largué un virus dangereux ? Le marché de wuhan existe depuis…. Et là, ils nous lâchent un scénario de bande dessinée. Les previsions des Rockfeller ? Ils n’avaient à larguer un virus mais à vous faire croire.

    • engel

      Mais quelle surmortalité ???

      Ils nous ont vendu la peste noire et on a eu une grippe !

      Si l’on se rappelle qu’ils ont « rivotrillé » les vieux.
      Qu’ils ont stoppé toutes les opérations médicales.
      Qu’ils ont quasiment tout mis à l’arrêt, excepté bien sûr les services COVID.
      Alors leur soi-disante « surmortalité » en devient totalement ridicule.

      Ref :
      (regardez et interprétez les courbes, mais lisez avec grande critique leurs baratins d’introductions.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif)
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/4804802

      https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/4804802/donnees_Insee Focus_n209.xlsx
      : Les chiffres par années depuis 1946.
      Ici, bizarrement ce lien n’est pas pris dans son entièreté. Vous pouvez malgré tout le visionner en cliquant sur « données » se trouvant dans le premier carré bleu du lien du dessus.

      Et plus précisément :
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/2383440
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/2383440/demo-deces-taux-mort.xlsx
      …En l’an de grâce covidien 2020 le taux de mortalité fut de 9,9 pour1000. Identique à celui des années 1982/83/85 et à 0,1 de celle de 84/86.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
      Pour avoir vécu ces années joyeuses, je peux vous affirmer que personne aux gouvernement n’a jamais mis en quarantaine qui que ce soi et surtout pas la communauté homosexuelle pourtant reconnue porteuse et propagatrice du sida.
      …Comme quoi, on nous prend pas pour des cons !

      PS: Notez bien que les chiffres de la soi-disante « surmortalité » sont en croissance depuis 2006…https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    • Sorry, fausse manœuvre, j’avais collé ma réponse à la fin au lieu de répondre à Radagast. Je vais en profiter pour l’étoffer un peu.

      Pendant le printemps 2020, en regardant les premières zones touchées par le covid, j’avais vraiment l’impression que la maladie suivait la route des zones de pollution industrielle (p.ex. le nord de l’Italie plutôt que le sud). Les pays en rouge étaient les pays « riches » et p.ex. pratiquement rien en Afrique à l’exception notable de l’Afrique du Sud.

      Le temps a passé, les cartes se sont uniformisées, tous les pays et territoires ont été touchés, mais récemment j’ai repensé à cette impression de première minute en découvrant cette vidéo: https://odysee.com/@vaccin:a/Un-m%C3%A9decin-explique-pourquoi-le-coronavirus-n'est-PAS-ce-qu'on-vous-dit-!-(2):5

      Il faut dire que depuis longtemps je fais la chasse aux champs électromagnétiques (p.ex. le texte « Inondés » qui fustige le seuil d’incompétence des apprentis sorciers) car, comme notre corps est « électrique » (EEG, ECG et tutti quanti), de telles influences extérieures, aussi puissantes, vont forcément le toucher d’une façon ou d’une autre. Nous sommes faits à 75% d’eau, laquelle ne fait vraiment pas bon ménage avec les ondes. Et après quelques recherches (rapides) je suis tombée sur deux cartes sur des sites qui à la base n’ont absolument rien en commun mais que je vous invite à les mettre côte à côte.

      https://fr.statista.com/infographie/23223/deploiement-5g-carte-mondiale-lancement-commercial-developpement-reseau-investissements/

      et

      https://www.dzvid.com/2020/03/31/le-coronavirus-fait-des-ravages-en-europe-et-enfle-aux-etats-unis/.

      Dommage qu’elles ne soient pas synchrones (en fait je n’en sais trop rien, je pense qu’il y a peut-être 3 à 5 mois d’écart). Bien évidemment l’une n’est pas un calque de l’autre, mais je trouve la coïncidence assez étonnante entre ces deux cartes. Il y a aussi une question de temporalité/synchronicité. Avant fin 2019, il n’y avait pratiquement pas de 5G dans le monde pour ce que j’en sais. Évidemment, des pays sans 5G subissent tout de même le covid aujourd’hui, donc ma théorie est un peu boiteuse. Les nouveaux satellites lancés depuis deux ans alors? et qui sont en lien avec cette technologie? Eux, ils « inondent » toute la planète.

      Bref, cet article comme d’autres disent que le virus du covid n’a jamais été isolé, que les tests ne captent que des fragments de « quelque chose » qui pourrait être n’importe quel coronavirus ou virus. Alors, si c’était vraiment autre chose ? Y aurait-il des arguments pour faire d’autres liens que ceux qu’on nous présente aujourd’hui ?

      La seule chose qui me fait douter pour une cause environnementale c’est le fait que les anciens malades du covid ont des anticorps dans le sang. Comment pourrait-il y avoir des anticorps sans virus? A quoi ressemblent ces anticorps? A ceux de la grippe qui a miraculeusement disparu l’hiver passé? Ayant été sérieusement malade en janvier 2020 et aucun anticorps covid (test sérologique en juillet), j’ai fait divers examens qui pointent vers une forme de coqueluche sévère, due à une bactérie et non à un virus (coqueluche que j’ai déjà eue étant enfant). Et le symptôme principal en a été la toux, une toux tellement fracassante que mes côtes en ont souffert. Bien entendu, sous la patte de la doxa actuelle, mon cas aurait été un cas covid… Mais en janvier 2020 il n’y avait pas de tests et les médecins soignaient les gens.

      Pour conclure, clairement, si les causes de la covid sont environnementales (quelles que soient ces causes), toute la politique qui s’est basée sur un virus est de la pure bullshit. Sans parler des vaccins qui seraient alors la plus grande escroquerie de tous les temps… Et pour une certaine catégorie de personnes, c’est une opportunité en or, à exploiter par tous les moyens possibles et imaginables, afin de mettre en place tout à fait autre chose qui n’a plus rien à voir avec la santé et le bien-être des humains.

  • clegiru

    À force de raconter n’importe quoi, on finit par décrédibiliser l’ensemble des personnes qui à raison s’interrogent sur ce virus et son origine.
    Ce sont les mêmes qui vont croire les assertions du Pr Montagnier sur le virus et ensuite dire que le virus n’existe pas.
    Les mêmes encore sont persuadés qu’on empêche les médecins de prescrire des médicaments efficaces.
    Efficaces contre quoi si le virus n’existe pas ?
    Un peu de cohérence serait la bienvenue.
    Les variants et leur séquençage ne sont pas sortis d’un jeu vidéo.
    Ou alors l’ADN n’existe pas également, l’humain non plus d’ailleurs.
    Tout cela commence à devenir fatiguant et désespérant de bêtise.

    • soubiemyriam

      Où est passée la grippe ? Et ttes les maladies hivernales en 2020? La dengue ? Où est la surmortalité ? Tout en sachant qu’on a décidé de ne pas soigner les gens malades, qu’on a délaissé les vieux dans les hepad, provoqué de nombreuses maladies respiratoires avec les masques et affaibli leurs systèmes par manque d’oxygène ?

      Effectivement, à un moment il va falloir ouvrir les yeux sur les gourous du système que vous choisissez de croire. Comme le raoult et ses intérêts énormes dans les tests pcr… Et le montagnier qui a reçu un prix nobel… Les gens biens et qualifiés ne finissent pas avec des nobels à notre époque et encore moins directeur de ihu.
      Mais bien entendu ces traitres qui vous vendent des livres sont de bonnes foi…

      • clegiru

        La grippe et le reste sont passés dans le chiffre du covid et avec le covid qui est un virus un peu plus dangereux que la grippe mais ce n’est pas non plus la peste noire.
        La manière dont a été instrumentalisée ce virus ne change rien à la réalité de son existence. Sinon, merci aussi de nier l’existence du VIH, cela ira dans le jardin de Montagnier et vous pourrez en parler avec tous ceux qui ont perdu un proche à cause de ce virus qui n’existe pas. Et avant qu’on me fasse la leçon, je précise qu’on décède non pas du virus, mais des conséquences induites par la destruction du système immunitaire par ce virus. On meure donc d’autres maladies opportunistes, sauf que cela ne se serait pas produit dans la plupart des cas sans ce virus.
        D’autre part, je ne me nourri pas de livres, mais d’échanges avec les professionnels du secteur santé. J’ai par ailleurs collaboré sur d’autres projets avec la co récipiendaire du Nobel pour la découverte du virus du VIH, c’est une personne bien humainement et qualifiée contrairement à ce que vous pensez savoir.
        Les généralisations n’apportent pas grand chose à la recherche de la vérité.

        • Katr1

          Officiellement la grippe a disparu « grâce » aux masques et aux confinements.
          Vous faites l’erreur comme beaucoup de mettre votre logique et votre bon sens à une situation qui est totalement irrationnelle.

        • soubiemyriam

          On parle de quoi là ? On était pas entrain de parler du covid…

          Pour le vih c’est autre chose.

          Et c’est pas parce que tu dis connaître montagnier que ça apporte du crédit. Les parents de violeurs, pedo, meurtriers disent tous connaître la personne avec qui ils vivaient et le défende jusqu’à que…

          • clegiru

            Comme beaucoup de personnes ici tu as raison sur tout.
            Donc je vais désormais m’abstenir de donner mon point de vue car ceux qui savent tout n’apprennent rien. Vous n’avez même pas conscience de votre manque de respect pour autrui.
            Amusez vous bien entre vous. Bye.

            • Demeter

              Tu comprends pourquoi je ne viens presque plus commenter ici a force d’entendre des conneries toutes plus absurdes les unes que les autres… Le probleme vient aussi du fait que on part d’un refus du vaccin pour des raisons serieuses et verifiables, et ca finit en conneries du genre que le VIH n’existe pas car il n’a jamais ete sequencé, pour le covid pareil, alors que depuis des mois on a un medecin de renom, chercheur qui n’a plus a prouver ses savoir et ses competences qui dit que le séquencage du covid a ete fait comme celuii du VIH, et qu’il y a des grosses ressemblances. Atyicle a la radio de l’interessé pour en temoigner… Et puis j’en ai marre aussi des professeurs tournesol matinés de docteux foldingues qui prescrivent des produits sous pretexte que c’est naturel, des produits ayant une dangferosité certaine et verifiable, sans se soucier des doses ou des interactions, du zinc, etc…

              Ce genre de conneries actuellement va totalement a l’encontre de ceux qui se battent contre un vaxxin de merde, et ces gens jouent le jeu du pouvoir en place de par leur betise sans compter les surhumains avec des pouvoirs fantastiques qu’on croise ici…

              Merde redescendez un peu de vos nuages, on se bat pour la vérité sur cette epidemie et contre ces vaxxins de merde, pas pour que cela devienne sur les moutons une sorte de cour des miracles digne des debuts bordeliques de wikistrike… A un moment, il faut revenir sur les fondamentaux sinon on ne pourra plus etre pris au serieux..

              Ca commence a me coaguler le cerveau toutes ces loufoqueries. Certains devraient rester dans leurs dentelles et rouges a levre au lieu de tenter de jouer les prix nobel de medecine…

              • engel

                Clegiru et toi êtes pleins de certitudes.
                C’est bien, mais à chaque fois que je vous ai demandé des éclaircissements sur l’origine et comment ils ont pu isoler avec certitude le virus coupable, aucun des deux ne m’a donné suite.

                – Le virus du Sars, comme celui du VIH n’est que le supposé coupable trouvé difficilement en comparant les soupes de différents malades.
                Puis ils ont séquencé l’élément commun en affirmant « c’est lui le coupable. »

                Pour le Sida, le même « groupe Luc Montagnier en 86 découvre un second virus associé au sida en Afrique de l’Ouest, mais très différent du premier par ses séquences moléculaires »*.

                Donc, OFFICIELLEMENT 3 ans après, on en est déjà à 2 virus DIFFERENTS !…Et non un, comme vous le dites ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif
                Depuis ils ont rajouté bien d’autres « VIH » comme responsables, allant même jusqu’à y inclure des parasites sanguins pathogènes.

                Alors, c’est très respectable de se prendre au sérieux. Mais pour autant, faudrait pas trop vite prendre les suspicieux pour des cons !
                Merci.

                *) https://fr.wikipedia.org/wiki/Luc_Montagnier

    • Katr1

      Montagnier disait déjà à l’époque qu’il ne croyait pas que le VIH soit la cause du SIDA, on est dans le même schéma aujourd’hui.
      Après de là à croire qu’il y a manipulation et complot… Les scientifiques ne sont simplement pas d’accord entre eux, et c’est la foule qui panique, pas les gouvernements, suffit de voir tous les couillons qui portent encore un masque dans la rue.

  • criminalita

    Quand elle dit  » Les personnes responsables des affirmations manifestement frauduleuses faites par ces institutions sont donc soit extrêmement incompétentes, soit intentionnellement menteuses »
    Je me demande si le professeur Raoult n’es qu’un pion pour crédibiliser et ancrer dans nos têtes l’existence du virus alors qu’il ne l’a pas isoler lui-même.
    Je serais plus d’avis qu’un corona plus actif a circulé ça et là sans vraiment agir ou massacrer.
    Je sais que tous les cas positifs sur mon île ne toussaient même pas et sont restés bien tranquilles dans l’isolement chez eux avec la peur en pensant peut-être mourir. A leur rencontre tous disent c’était horrible comme lors d’une gripette. Vous savez les malades chez moi n’étaient que des fonctionnaires actifs en contact avec des retraités qui eux sont restés négatifs, bizarre non?
    Si le virus était si puissant ils seraient tous contaminés.
    Je penche plus pour un empoisonnement de l’eau via les traînées d’avion mais surtout du strontium et même du césium, la recherche continue chez un docteur en Suisse et ailleurs.
    Quand tu parles des morts, tout s’explique.

    • Katr1

      Je suis persuadé que Raoult croie aux virus pathogènes, les scientifiques s’égarent dans des techniques de plus en plus complexes, faisant intervenir de plus en plus d’outils, et oublie de questionner la base scientifique de leur travail.
      Kary Mullis a commencé à remettre en cause le système quand il travaillait sur le VIH, il cherchait une référence pour l’introduction d’un de ses articles scientifiques « le VIH est contagieux et responsable du SIDA [?] ».
      En cherchant cette référence, une source, il n’a rien trouvé et à commencer à remettre en cause le système.
      Aujourd’hui sur les milliers d’articles scientifiques traitant du SARS-CoV-2, il n’y a aucun article de référence pour sourcer « le SARS-CoV-2 est un virus contagieux et la cause de la maladie Covid-19 ».

      Certains diront que c’est tellement évident qu’on n’a pas besoin de le prouver, mais comment peut-on appliquer des mesures de confinements ou de port du masque obligatoire si la pathogénicité de ce virus n’a pas été étudiée ?

      Une expérience sur cobaye humain serait contre l’éthique, sauf si c’est pour tester des vaccins expérimentaux sur plusieurs milliards de personnes…

      Et que découvririons-nous ? Que le SARS-CoV-2 n’est pas contagieux, ou que sa contagiosité n’est pas un facteur important dans sa propagation puisque certaines comorbidités ou carences influencent plus l’évolution de la maladie/symptomes que le virus lui-même ?

      Que ce virus existe, on en a des ébauches de preuves qu’on peut interpréter de plusieurs manières, qu’il soit la cause de symptômes spécifiques, cela relève d’hypothèses, à étudier certes, mais sans oublier le reste, et en acceptant les bases logiques et d’honnêteté d’un travail scientifique.

  • boco

    Si cette étude ne prouve strictement rien par rapport à l’existence du virus, peut-elle proposer une certaine vision des institutions concernées par la « crise » ?

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • Pendant le printemps 2020, en regardant les zones touchées par le covid, j’avais vraiment l’impression que la maladie suivait la route des zones de pollution industrielle (typiquement le nord de l’Italie).

    Le temps a passé, les cartes se sont uniformisées, mais récemment j’y ai repensé en voyant cette vidéo: https://odysee.com/@vaccin:a/Un-m%C3%A9decin-explique-pourquoi-le-coronavirus-n'est-PAS-ce-qu'on-vous-dit-!-(2):5

    Il faut dire que depuis longtemps je fais la chasse aux champs électromagnétiques (oups) car j’estime que notre corps est « électrique » et que de telles influences extérieures, aussi puissantes, vont forcément le toucher d’une façon ou d’une autre. Et après quelques recherches (rapides) je suis tombée sur deux cartes sur des sites qui n’ont absolument rien en commun mais que je vous invite à les mettre côte à côte.

    https://fr.statista.com/infographie/23223/deploiement-5g-carte-mondiale-lancement-commercial-developpement-reseau-investissements/

    et

    https://www.dzvid.com/2020/03/31/le-coronavirus-fait-des-ravages-en-europe-et-enfle-aux-etats-unis/.

    Dommage qu’elles ne soient pas synchrones (en fait je n’en sais trop rien). Bien évidemment l’une n’est pas un calque de l’autre, mais je trouve la coïncidence assez étonnante entre ces deux cartes. Il y a aussi une question de temporalité/synchronicité. Avant fin 2019, il n’y avait pratiquement pas de 5G dans le monde pour ce que j’en sais.

    Bref, cet article comme d’autres disent que le virus du covid n’a jamais été isolé, que les tests ne captent que des fragments de « quelque chose » qui pourrait être n’importe quel coronavirus ou virus. Alors, si c’était vraiment autre chose ? Y aurait-il des arguments pour faire d’autres liens que ceux qu’on nous présente aujourd’hui ?

    La seule qui me fait douter c’est le fait des anticorps que les anciens malades du covid ont dans le sang. Comment pourrait-il y avoir des anticorps sans virus? A quoi ressemblent ces anticorps? Ceux de la grippe qui a miraculeusement disparu l’hiver passé?

  • nightowl67

    il n’y a jamais eu de « virus » pathogènes. C’est une fraude gigantesque qui a commencé avec Louis l’Impasteur. Ce qu’on appelle « virus » sont des exosomes, des déchets rejetés et fabriqués par nos celulles elles mêmes pour se détoxifier de notre mode de vie délétère.
    Antoine Bechamp avait déjà expliqué cela en son temps, « le microbe n’est rien, le terrain est tout ».

  • houm

    Les personnes entièrement vaccinées développeraient un syndrome d’immunodéficience acquise

    Les chiffres du rapport de surveillance des vaccins PHE, au Royaume-Uni, sur les derniers cas de Covid, montrent que les personnes de 40 à 70 ans, doublement vaccinées, ont perdu 40% de la capacité de leur système immunitaire par rapport aux personnes non vaccinées. Leur système immunitaire se détériore d’environ 5% par semaine (entre 2,7% et 8,7%). Si cela continue, les 30-50 ans auront une dégradation de leur système immunitaire de 100%, plus aucunes défenses d’ici Noël, et les personnes doublement vaccinées de plus de 30 ans auront perdu leur système immunitaire d’ici mars de l ‘année prochaine.

    Les 5 tableaux PHE ci-dessous de l’excellent rapport de surveillance des vaccins, séparés de 4 semaines, signalent clairement les dommages progressifs que les vaccins causent à la réponse du système immunitaire.

    Les personnes âgées de 40 à 69 ans ont déjà perdu 40 % de des capacités de leur système immunitaire et cela progresse à raison de 3,3 % à 6,4 % par semaine.

    Baisse hebdomadaire des performances du système immunitaire doublement vacciné par rapport aux personnes non vaccinées…

    Toute personne de plus de 30 ans aura perdu 100 % de ses capacités immunitaires (contre les virus et certains cancers) en 6 mois.
    Les 30-50 ans l’auront totalement perdu d’ici Noël. Ces personnes souffriront alors d’un syndrome d’immunodéficience acquis.

    Les injections de rappel du vaccin doivent être les mêmes que les injections initiales, car les essais cliniques sont longs, comme obtenir une approbation pour des produits différents. Donc, si vous vous faites inoculer une dose de rappel, ces chiffres indiquent que vous aurez une forme progressive encore plus rapide de syndrome d’immunodéficience acquise (après quelques mois d’efficacité).

    Tableau 2. Cas de COVID-19 par statut vaccinal…

    Cas signalés par date d’échantillon entre la semaine 32 et la semaine 35 2021 – https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1016465/Vaccine_surveillance_report_-_week_36.pdf

    Cas signalés par date d’échantillon entre la semaine 33 et la semaine 36 2021 – https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1018416/Vaccine_surveillance_report_-_week_37_v2.pdf

    Cas signalés par date d’échantillon entre la semaine 34 et la semaine 37 2021 – https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1019992/Vaccine_surveillance_report_-_week_38.pdf

    Cas signalés par date d’échantillon entre la semaine 35 et la semaine 38 2021 – https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1022238/Vaccine_surveillance_report_-_week_39.pdf

    Cas signalés par date d’échantillon entre la semaine 36 et la semaine 39 2021 – https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1023849/Vaccine_surveillance_report_-_week_40.pdf

    Pfizer a initialement revendiqué une efficacité de 95% pour son vaccin (calculé comme dans la dernière colonne ci-dessus). Les chiffres ci-dessus indiquent que leurs chiffres pourraient bien avoir été corrects immédiatement après la vaccination (les groupes d’âge les plus jeunes ont été vaccinés pendant la durée la plus courte).

    Les chiffres ci-dessus signalent également que les vaccins perdent leur efficacité au fil du temps, jusqu’à une efficacité nulle, et qu’ils endommagent progressivement le système immunitaire, jusqu’à ce qu’une efficacité négative soit réalisée. Ils laissent actuellement toute personne de plus de 30 ans dans une situation pire qu’elle ne l’était avant la vaccination. Pour en savoir plus, voir ici.

    Source

Laisser un commentaire