Quand Moderna et Fauci présentent au papa du virus un projet de vaccin 19 jours avant l’émergence officielle du Covid-19 (décembre 2019)

Merci à mon correspondant.

Par pgibertie via Le Libre Penseur

Il devient urgent et vital qu’une enquête judiciaire sérieuse soit mise en place afin de comprendre ce qui se passe avec cette crise sanitaire depuis son début en mars 2020 et même quelques mois avant à en croire l’article ci-dessous.


Le biologiste JF Lesgard communique des informations capitales qui, normalement, devraient faire la une de la presse d’un pays libre…

Un accord de confidentialité montre que des candidats vaccins potentiels contre le coronavirus ont été transférés de Moderna à l’Université de Caroline du Nord en 2019, dix-neuf jours avant l’émergence du prétendu virus provoquant le Covid-19 à Wuhan, en Chine.

L’accord de confidentialité indique que les fournisseurs « Moderna » aux côtés de « l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses » (NIAID) de FAUCI ont accepté de transférer « les candidats vaccins contre le coronavirus à ARNm » développés et détenus conjointement par le NIAID et Moderna aux destinataires « L’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill’ le 12 décembre 2019.

Trouvé à la page 105 de l’accord

L’accord de transfert de matériel a été signé le 12 décembre 2019 par Ralph Baric, PhD, à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, puis signé par Jacqueline Quay, directrice des licences et du soutien à l’innovation à l’Université de Caroline du Nord le 16 décembre 2019.

Ralph BARIK c’est la mafia de la création du virus : Il sait, comme son pote Daszak, que « les coronavirus ne sont pas traitables avec les anticorps monoclonaux et vous ne pouvez pas vacciner contre eux avec un vaccin »

Toutes ces signatures ont été faites avant toute connaissance de l’émergence présumée du nouveau coronavirus. Ce n’est que le 31 décembre 2019 que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris connaissance d’un groupe présumé de cas de pneumonie virale à Wuhan, en Chine. Mais même à ce stade, ils n’avaient pas déterminé qu’un nouveau coronavirus présumé était à blâmer, déclarant plutôt que la pneumonie était de « cause inconnue ».

Ce n’est que le 9 janvier 2020 que l’ OMS a rapporté que les autorités chinoises avaient déterminé que l’épidémie était due à un nouveau coronavirus qui est devenu plus tard connu sous le nom de SRAS-CoV-2 avec la prétendue maladie résultante surnommée COVID-19. Alors pourquoi un candidat vaccin contre le coronavirus à ARNm développé par Moderna a-t-il été transféré à l’Université de Caroline du Nord le 12 décembre 2019 ?

Qu’est-ce que Moderna savait que nous ne savions pas ? En 2019, il n’y avait aucun coronavirus singulier constituant une menace pour l’humanité qui justifierait un vaccin, et les preuves suggèrent qu’il n’y a pas eu non plus de coronavirus singulier constituant une menace pour l’humanité en 2020 et 2021.

https://t.co/k2xzw7i3lN?amp=1

pgibertie

Le Blog de Patrice Gibertie via Le Libre Penseur

Voir:

6 commentaires

  • mat40

    https://dpa-factchecking.com/belgium/210624-99-125448/

    De fausses conclusions tirées d’un document authentique sur un coronavirus

    «  » Ces affirmations sont fausses. Les documents en question, transférés en décembre 2019 par l’Institut national des allergies et maladies infectieuses américain (NIAID) à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, concernent des candidats vaccins développés avec Moderna contre un autre coronavirus, le MERS-CoV. Il ne s’agit donc pas d’un vaccin contre le SARS-CoV-2, le virus qui cause la maladie Covid-19, a déclaré le NIAID à la dpa.

    […]

    S’il est fait mention dans les documents du coronavirus MERS, pas de trace cependant du SARS-CoV-2. « Les matériels transférés à l’UNC en décembre 2019 étaient des candidats vaccins contre le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) et non le SARS-CoV-2 », a confirmé le NIAID auprès de la dpa.

    En effet, il n’existe pas qu’un seul coronavirus. Il s’agit en réalité d’une grande famille de virus : il y a par exemple le SARS-CoV, qui provoque le syndrome respiratoire aigu sévère, apparu en 2002 et disparu en 2004, et le MERS-CoV, qui provoque le syndrome respiratoire du Moyen-Orient. Apparu en 2012, ce coronavirus s’est transmis de chameaux à l’homme, mais présente une transmission de personne à personne limitée.

    […]

    « Le Centre de recherche sur les vaccins du NIAID et Moderna collaborent sur la préparation aux pandémies et la recherche sur les vaccins depuis 2017 et ont conclu un accord formel de collaboration de recherche en mai 2019 pour les candidats vaccins MERS-CoV et Nipah. L’accord entre le NIAID et Moderna a été modifié en février 2020 pour ajouter des candidats vaccins à ARNm pour d’autres virus émergents, y compris le SARS-CoV-2 », précise le NIAID. «  »

    https://www.documentcloud.org/documents/6935295-NIH-Moderna-Confidential-Agreements.html#document/p105/a568569

    «  » Accords confidentiels NIH-Moderna
    Accord MERS mis à jour – le même jour, le NIH et Moderna ont finalisé la séquence de l’ARNm-1273. p. 85
    « Détenue conjointement par le NIAID et Moderna » p. 105 «  »

  • Rik22

    Il s’est passé exactement la même chose avec le H1N1, le vaccin ayant d’abord été trouvé dans une usine mexicaine dans laquelle sarkozy était impliqué

Laisser un commentaire