Des missiles hypersoniques américains en Europe à 5 minutes de Moscou

Ça n’est pas le coronavirus qui tuera le plus de monde, la folie humaine s’en chargera. Depuis janvier 2021 l’horloge de l’Apocalypse n’est plus qu’à 100 secondes avant minuit, de la fin (supposée) du monde, menacé d’une part, par le réchauffement climatique, contre lequel intérêts obligent, aucun gouvernement n’agit et, une guerre nucléaire à laquelle, les fous furieux paranoïaques se préparent. Pas de chez eux mais, en Europe mettant nos pays sous la menace. Si en supplément, on tient compte que c’est une I.A et non un Stanislav Petrov qui jugera de l’opportunité d’un tir « défensif » à la milliseconde près, tous les « espoirs » sont permis pour éradiquer une bonne fois pour toute, non pas un virus, mais une bonne partie de l’humanité. Les gens sont terrorisés par un virus, pendant ce temps, depuis décembre 2020, 20.000 américains sont en Europe, pour de grandes manœuvres « protectrices »(?). De mises en garde, en menaces de part et d’autre, le réveil de la guerre froide entre les deux blocs Est/Ouest semble bien là.

******

Source Observateur Continental via Mondialisation.ca

Quand il y a presque six ans, nous titrions sur il manifesto (9 juin 2015) Les missiles reviennent-ils à Comiso?, notre hypothèse que les USA voulaient ramener leurs missiles nucléaires en Europe fut ignorée par tout l’arc politico-médiatique. Les événements successifs ont démontré que l’alarme, malheureusement, était fondée.

A présent, pour la première fois, nous en avons la confirmation officielle. Elle a été donnée, il y a quelques jours, le 11 mars, par une des plus hautes autorités militaires étasuniennes, le général James C. McConville, chef d’état-major de l’Armée des Etats-Unis. Non pas dans une interview à CNN, mais dans une intervention  à une réunion d’experts à la George Washington School of Media and Public Affairs.

Le général McConville, non seulement, communique que l’armée américaine est en train de se préparer à installer de nouveaux missiles en Europe, d’une façon évidente dirigés contre la Russie, mais révèle que ce seront des missiles hypersoniques, un nouveau système d’arme d’ une extrême dangerosité. Cela crée une situation à très haut risque, analogue si ce n’est pire qu’à celle dans laquelle l’Europe se trouvait pendant la guerre froide, comme première ligne de confrontation nucléaire entre les Etats-Unis et l’Union soviétique.

Les missiles hypersoniques —de vitesse supérieure à 5 fois celle du son (Mach 5), c’est-à-dire plus de 6000 km/h— constituent un nouveau système d’arme avec capacité d’attaque nucléaire supérieure à celle des missiles balistiques. Tandis que ces derniers suivent une trajectoire en arc de cercle pour la plus grande partie au-dessus de l’atmosphère, les missiles hypersoniques suivent par contre une trajectoire à basse altitude dans l’atmosphère directement vers l’objectif qu’ils atteignent en un temps inférieur en pénétrant dans les défenses ennemies.

Dans son intervention à la George Washington School of Media and Public Affairs — un sommet d’experts — le général McConville révèle que l’armée américaine est en train de préparer une «task force» dotée de «capacités de feu de précision à longue portée qui peut arriver n’importe où, composée de missiles hypersoniques, missiles à moyenne portée, missiles pour attaques de précision» et que «ces systèmes sont en mesure de pénétrer l’espace du barrage anti-aérien». Le général précise ensuite que «nous prévoyons de déployer ces force d’interventions en Europe et probablement deux dans le Pacifique» (évidemment dirigées contre la Chine). Il souligne enfin que «nous sommes en train de les construire en ce moment, au moment où nous parlons».

Ceci est confirmé par la Darpa (Agence pour les projets de recherche avancée de la Défense). Dans un communiqué officiel, elle informe avoir chargé Lockheed Martin de fabriquer «un système de missile hypersonique à moyenne portée avec lancement du sol», c’est-à-dire des missiles avec une portée entre 500 et 5500 km de la catégorie qui avait été interdite par le Traité sur les forces nucléaires intermédiaires (FNI) signé en 1987 par les présidents Gorbatchev et Reagan, déchiré par le président Donald Trump en 2019.

Selon les spécifications techniques fournies par la Darpa, «le nouveau système permet à des armes hypersoniques à propulsion par fusée et largage d’une tête planante de frapper avec rapidité et précision des objectifs d’importance critique et prioritaire, en pénétrant des défenses aériennes ennemies modernes. La propulsion avancée par fusée peut transporter diverses charges offensives à plus de distance et elle est compatible avec des plateformes terrestres de lanceur mobiles, qui peuvent être déployées rapidement».

Le chef d’état-major de l’Armée et l’Agence de recherche du Pentagone informent donc que sous peu les Etats-Unis déploieront en Europe (on parle d’une probable première base en Pologne ou Roumanie) des missiles armés de «diverses charges offensives», c’est-à-dire de têtes nucléaires et conventionnelles. Les missiles hypersoniques nucléaires à portée intermédiaire installés sur «des plate-formes terrestres mobiles», c’est-à-dire sur des véhicules spéciaux, pourront être rapidement déployés dans les pays de l’Otan les plus proches de la Russie (par exemple les républiques baltes). Les missiles hypersoniques, ayant déjà aujourd’hui la capacité de voler à environ 10.000 km/h, seront en mesure d’atteindre Moscou en 5 minutes environ. La Russie, aussi, est en train de réaliser des missiles hypersoniques à moyenne portée mais, en les lançant de son propre territoire, elle ne peut pas frapper Washington.

Les missiles hypersoniques russes pourront, cependant, atteindre en quelques minutes les bases américaines, avant tout celles nucléaires comme les bases de Ghedi et Aviano, et d’autres objectifs en Europe. La Russie, comme les Etats-Unis et d’autres, est en train de déployer de nouveaux missiles intercontinentaux: l’Avangard est un véhicule hypersonique avec portée de 11.000 km et armé de plusieurs têtes nucléaires qui, après une trajectoire balistique, plane sur plus de 6000 km à la vitesse de presque 25.000 km/h. Des missiles hypersoniques sont aussi en train d’être réalisés par la Chine. Les missiles hypersoniques étant guidés par des systèmes satellites, la confrontation-réaction se déroule de plus en plus dans l’espace. L’administration Trump a, en effet, créé en 2019 la Force spatiale américaine.

Les armes hypersoniques, dont sont dotées aussi les forces aériennes et navales, qui ont une plus grande mobilité, ouvrent une nouvelle phase de la course aux armements nucléaires, rendant en grande partie dépassé le traité New Start à peine rénové par les USA et la Russie. La course passe de plus en plus du plan quantitatif (nombre et puissance des têtes nucléaires) à qualitatif (vitesse, capacité pénétrante et délocalisation géographique des vecteurs nucléaires). La riposte, en cas d’attaque ou présumée telle, se trouve de plus en plus confiée à l’intelligence artificielle qui doit décider le lancement des missiles nucléaires en quelques secondes ou fractions de seconde. 

La possibilité d’une guerre nucléaire est plusieurs fois plus risquée que pendant la guerre froide. Le «Docteur Folamour» ne sera pas un général fou, mais un super-ordinateur devenu fou. L’intelligence humaine manquant pour arrêter cette folle course à la catastrophe, il faudrait au moins que se déclenche l’instinct de survie qui jusqu’ici ne s’est réveillé que pour le Covid-19.

Manlio Dinucci

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Sourcehttps://www.mondialisation.ca/des-missiles-hypersoniques-usa-en-europe-a-5-minutes-de-moscou/5655040

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Complément

9 commentaires

Laisser un commentaire