COVID, les statistiques suisses tournent à la farce! Les preuves de la falsification s’accumulent

Il doit en être de même partout pour que la psychose collective soit maintenue. Volti

*******

Par Liliane Held Khawam

Il y a trois sortes de mensonges :

les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques.

Mark Twain

Décidément, les équipes de M Berset ont du mal à respecter les règles basiques de calcul. A force de cumuler des biais grossiers dans les méthodes de calcul, pour arriver à définir le taux de positivité, les intentions réelles de notre dirigeant en chef deviennent suspectes.

Après le cycle d’amplification qui peut monter à 50; l’intégration dans les statistiques locales de la population transfrontalière qui vient se faire soigner en Suisse grâce à des accords parfaitement ignorés par les chiffres publiés, des statistiques hospitalières qui confondent les hospitalisations DUES au Covid avec celles de malades (y compris en fin de vie ou en grand danger) « accessoirement » testés positifs grâce aux fameux cycles honteusement élevés; l’infection avancée de certains membres de la task force par les gros capitaux de la Planète finance; voici une détestable découverte faite par le média alémanique nau.ch.

https://www.nau.ch/news/schweiz/coronavirus-bag-treibt-positivitatsrate-kunstlich-in-die-hohe-65872655

Nous découvrons dans l’article de nau.ch un trucage de plus qui augmente artificiellement le taux de positivité calculé par les l’OFSP chapeauté par M Berset.

Le Conseil fédéral pratique massivement des tests Covid et les finance dans leur totalité. Mais: seuls les résultats positifs sont inclus dans les statistiques et les conséquences sont énormes.

RÉSUMÉ
Les tests de masse sont destinés à détecter les cas asymptomatiques de corona.

Les résultats négatifs ne sont souvent pas à signaler. Cela fausse les statistiques.

L’OFSP l’admet : le taux de positivité actuel est une surestimation.

nau.ch

Qu’est-ce que le taux de positivité?

Avant d’aller plus loin, ouvrons une parenthèse sur ce qu’est le Taux de positivité des tests virologiques

Le taux de positivité correspond au nombre de personnes testées positives (RT-PCR et test antigénique) pour la première fois depuis plus de 60 jours rapporté au nombre total de personnes testées positives ou négatives sur une période donnée ; et qui n‘ont jamais été testées positives dans les 60 jours précédents.

Trois niveaux ont été fixés pour cet indicateur :

vert : taux de positivité entre 0 et 5% ;

orange : taux de positivité entre 5 et 10% ;

rouge : taux de positivité supérieur à 10%.

https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/indicateurs-de-suivi-de-lepidemie-de-covid-19/

Pour calculer le taux de positivité, il nous faut diviser le nombre de cas positifs (ci-dessus en rose), par le nombre total de personnes testées. Exemple: je teste une population asymptomatique A de 100 personnes dont 10 sont positives et 90 négatives.

J’ai 2 solutions à ce stade:

a. Comportement honnête: Je prends les 10 positives asymptomatiques et je les ajoute au numérateur avec les autres personnes testées positives. Au dénominateur, j’ajoute les 100 testées qui viennent gonfler le nombre de personnes déjà testées dans le pays. Le ratio de 10% de positif de A est intégré aux résultats obtenus dans le cadre des différentes campagnes de dépistages réalisées dans le pays.

b. Comportement frauduleux: J’ajoute les 10 positives au numérateur, j’ajoute 10 au dénominateur et non 100. 90 ont volontairement été omis au dénominateur.

Conséquence de la méthode b: La formule du taux de positivité n’est pas respectée. De plus, le taux de positivité va automatiquement augmenter à cause d’un dénominateur tronqué.

La méthode devient encore plus contestable dès lors qu’il s’agit d’une opération massive de dépistage à titre préventif où le nombre de négatifs est très important!

Taux de positivité, outil de gouvernance et de vie et de mort des indépendants et PME

Or, le ministre de la santé, Alain Berset, exige un taux de positivité inférieur à 5% afin d’ouvrir des pubs et de permettre la tenue d’événements. Cela signifie que les biais dans le calcul du ratio ont des conséquences économiques dramatiques!

Dans le même temps, le taux de positivité a légèrement baissé ces dernières semaines, mais encore trop peu, se plaint la Confédération.

Méthode statistique frauduleuse

Les recherches de Nau.ch révèlent que le calcul actuel est une farce. Le taux de positivité publié par l’OFSP est falsifié.

Les résultats négatifs des tests de masse ne sont pas inclus dans les statistiques. (cf ci-dessus le cas b)

Comme l’indique le porte-parole de l’OFSP, Jonas Montani, en réponse à une question, l’obligation de déclaration ne s’applique qu’ »aux établissements médicaux ».

Cela signifie que tous les résultats négatifs des tests préventifs de masse effectués dans les maisons de retraite, les écoles ou les hôtels ne sont pas enregistrés.

Hormis dans certains cas, seuls les résultats positifs pour le coronavirus sont repris dans la statistique de l’OFSP.

Si tous les tests négatifs des tests de masse préventifs étaient inclus, le taux de positivité diminuerait. Interrogé, l’OFSP confirme : « Il en résulte que le taux de positivité actuellement mesurable est une surestimation du taux de positivité réel ».

Et enfin, selon l’enquête de Nau, l’OFSP confirme que « La revalidation ciblée des tests antigènes positifs peut en effet augmenter la proportion de tests positifs ». En effet, la probabilité qu’un tel test soit confirmé positif par la PCR est élevée. « Seul le post-test PCR est inclus dans les statistiques. Il y a un double comptage« , ajoute l’OFSP.

Bref, Je vous renvoie aux résultats de l’enquête publiée sur le site de nau.ch (en allemand).

Cette nouvelle manipulation des chiffres qui vient s’ajouter à tout ce que nous avons mis au jour ici rend la position de M Berset, ainsi que de ce Conseil fédéral, intenable et incompatible avec son devoir envers la population. On m’a récemment soufflé que le Conseil fédéral n’avait pas la main sur la gestion de ce dossier, mais alors si tel était le cas, il se doit, soit de démissionner, soit de nous en informer.

Dans tous les cas, le nombre de manipulations décelées dans le cadre de cette crise atteint des sommets. Le cumul des biais, des erreurs, et des fautes rend le taux de positivité faux et inopérant.

Sur la base de toutes les informations que nous accumulons, la réouverture de TOUS les commerces, restaurants, etc s’impose sans aucun délai.

LHK

A lire également

3 commentaires