Un nouveau chef de l’OMC promouvra le programme de Gates

Quelle grande famille. Tout s’emboîte à la perfection…Volti

*******

Source Observateur Continental

L’année dernière, lorsque, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS, a annoncé que la situation de la Covid-19 «pouvait être considérée» comme une pandémie, des restrictions et des interdictions de diverses activités économiques ont été imposées partout. Le commerce international a été paralysé. Fin 2020, le commerce international, selon des estimations préliminaires, a baissé de 9,2%.

L’autorité de l’OMC a commencé à décliner avant même la «pandémie». L’organisation est entrée dans une période de crise. Cela s’est terminé par le fait qu’en mai 2020, son directeur général brésilien, Roberto Azevêdo, a annoncé qu’il allait quitter son poste plus tôt que prévu. Le 31 août, il a vraiment quitté la présidence de l’OMC, environ un an avant la date d’échéance.

En septembre, une liste de huit candidats pour le poste vacant a été établie. En octobre, il ne restait plus que deux candidats sur la liste: l’ancien directeur général de la Banque mondiale, la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala et Yoo Myung-hee, la ministre sud-coréenne du Commerce. Les deux candidats sont des femmes (auparavant, seuls des hommes occupaient le poste de directeur général de l’OMC). Pendant près de quatre mois, divers pays et forces politiques se sont battus pour promouvoir leur candidat. En particulier, Donald Trump a soutenu Yoo Myung-hee. Cependant, dès que Joe Biden était à la Maison Blanche, les forces de son équipe ont été envoyées pour mettre une autre femme à la tête de l’OMC: Ngozi Okonjo-Iweala.

 Le 5 février, Yoo Myung-hee a annoncé qu’elle retirerait sa candidature. Apparemment, les gens de l’entourage de Joe Biden ont bien travaillé avec elle. La déclaration officielle du ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Energie de la Corée du Sud, publiée sur le site Web du ministère, en est une preuve indirecte. Il note que la décision de retirer la candidature de Yoo Myung Hee a été prise «après consultation des Etats-Unis».

Le même jour, Washington, ou plutôt la Représentation commerciale américaine à l’OMC, a réagi en publiant un communiqué de presse: «L’administration [de Washington] (…) est heureuse d’annoncer son ferme soutien à la candidature de Ngozi Okonjo-Iweala pour le poste de directeur général de l’OMC (…). L’Administration [américaine] (…) se réjouit de travailler avec le nouveau responsable de l’OMC pour trouver d’autres moyens de réaliser la nécessaire réforme de fond et de procédure de l’OMC» 

Ngozi Okonjo-Iweala est une économiste née en 1954 au Nigéria et experte en développement international. Elle a un parcours très hétéroclite: entreprises privées, organisations internationales, service gouvernemental, postes publics … Elle a servi pendant deux mandats en tant que ministre des Finances du Nigéria (2003-2006, 2011-2015). Pendant plusieurs mois, elle a été ministre des Affaires étrangères du Nigéria. Elle siège aux conseils d’administration de la Standard Chartered Bank, de Twitter, de l’Alliance Globale pour les Vaccins et l’Immunisation (Gavi) et de l’African Risk Capacity (ARC) et elle est conseiller principal pour la banque Lazard depuis 2015. Elle a occupé des postes de direction au FMI et à la Banque africaine de développement. Elle a mené une carrière de 25 ans à la Banque mondiale à Washington DC en tant qu’économiste du développement et avait la responsabilité de la supervision du portefeuille opérationnel de 81 milliards de dollars de la Banque mondiale en Afrique, en Asie du Sud, en Europe et en Asie centrale. Elle est maintenant membre du conseil consultatif de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures.

En 2015, Ngozi Okonjo-Iweala a quitté le gouvernement corrompu du président nigérian Goodluck Jonathan et a accepté une offre de prendre la présidence de Gavi (anciennement: Global Alliance for Vaccines and Immunization, ou l’Alliance Globale pour les Vaccins et l’Immunisation). Cette alliance, créée en 2000 par Bill Gates, a reçu il y a vingt ans une subvention de 750 millions de dollars de la Fondation Bill et Melinda Gates. Les partenaires de Gavi comprennent la Banque mondiale, l’OMS, l’UNICEF et des sociétés de développement de vaccins et des fabricants de différents pays. Gavi  a dépensé plus de 4 milliards de dollars en vaccins.

Le site Web de l’alliance déclare: «Dans le cadre de sa mission de sauver des vies, de réduire la pauvreté et de protéger le monde contre la menace d’épidémies, Gavi a aidé à vacciner plus de 822 millions d’enfants dans les pays les plus pauvres du monde». Il existe cependant un grand nombre de recherches qui révèlent que la vraie nature de Gavi  est de promouvoir les intérêts des grandes entreprises pharmaceutiques au détriment de la santé et de la vie humaine.

 Le célèbre économiste et journaliste américain Frederick William Engdahl dans l’article «Le prochain président de l’OMC imposera-t-il un programme Gates et Davos?» écrit: «Sous la présidence de Ngozi Okonjo-Iweala, Gavi  a été impliqué dans la propagation scandaleuse de la polio en Afrique. Dans le cadre du programme de vaccination contre la polio de Gavi -Gates, des cas de polio ont été signalés dans plus d’une douzaine de pays africains dont l’Angola, le Congo, le Nigéria, la Zambie et le Nigéria natal de Ngozi Okonjo-Iweala.»

Bien sûr, nous ne savons pas grand-chose des activités de Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de Gavi . Mais, on peut supposer qu’elle est l’un des membres importants de l’équipe de Bill Gates et travaille pour ceux qui préparent la grande réinitialisation (Big Reseat). On peut également supposer que Ngozi Okonjo-Iweala a fait ses preuves dans le domaine de l’opération spéciale Covid-19. Elle est membre des conseils d’administration (surveillance, conseil, tutelle) des administrateurs de clubs, fondations, organisations prestigieux, où elle rencontre régulièrement des représentants de l’élite mondiale.

Olivier Renault

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Observateur-Continental

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

7 commentaires

  • kalon kalon

    La nouvelle dénomination de l’OMS sera : l’ OMLIP ( Organisation mondiale du lobbying des industries pharmaceutiques )
    Plutôt mal barré pour la santé humaine ! :-(

  • Je ne parlerais pas de cons, si ce n’est pour quelques personnes qui, même si tu apportes de l’information, suivront quoi qu’il en coûte la ligne officielle.
    Je n’oublie pas que nous avons, sauf esprit éveillé à la naissance, tous été « cons » alors.
    Il y a des gens qui écoutent, qui cherchent, même s’ils ne comprennent pas tout. Comme le dit Tal Schaller, ce qui se passe est tellement gros qu’on ne peut pas l’imaginer. On ne peut pas imaginer que nos gouvernements cherchent à nous tuer.
    Dans la psychologie humaine, un gouvernement représente le père, le protecteur. Comment celui-ci peut-il nous vouloir du mal ?
    L’obésité, c’est la perte du pouvoir masculin. Vous voyez le lien ? De plus en plus d’obèses. Peu à peu, les gens se sentent trahis.

    Pour en revenir au sujet, espérons que, bientôt, toute cette clique sera démantelée et qu’un magistral procès se déroulera pour nettoyer tout ce marais, cette puanteur, ceci pour le bien de tous les êtres vivants. Oui, je sais, certains préféreront la méthode forte. Pourquoi pas après tout ? L’histoire future le dira…

  • Avatar Sully-Morlandimus

    Dans la série, IL N’Y A PAS QUE LES VACCINS ================>

    Des scientifiques israéliens ont développé une nouvelle thérapie immunitaire prometteuse qui a guéri 100% des patients atteints de covid-19 en trois à cinq jours. Cette thérapie permet d’atténuer la tempête de cytokines qui est parfois observée chez les patients atteints de covid. Le centre médical Sourasky de Tel Aviv a développé un médicament appelé EXO-CD24, qui fonctionne comme un médicament expérimental inhalé. Lors de l’essai clinique de phase 1, le médicament a guéri les trente cas d’infection modérée à sévère de type covid-19. Le médicament est inhalé pendant quelques minutes, une fois par jour, pendant cinq jours.

    La thérapie immunitaire atténue la surproduction de cytokines, rétablissant la communication intercellulaire et aidant le système immunitaire de la personne à détecter et à combattre les virus qui se répliquent. Comme elle est administrée précisément dans les poumons, elle ne provoque pas d’effets secondaires systémiques, comme c’est souvent le cas avec les médicaments par voie orale ou injectée.

    Un nouveau médicament d’immunothérapie guérit tous les patients atteints de covid-19 dans le cadre d’une étude clinique de phase 1
    Environ 5 à 7% des patients atteints SRAS Cov 2 souffrent d’une tempête de cytokines. C’est à ce moment-là que le système immunitaire réagit de façon excessive et commence à attaquer les cellules saines des poumons. Le médicament inhalé utilise des exosomes (vésicules) qui sont généralement libérés par les membranes cellulaires. Ces exosomes sont libérés dans le but d’assurer la communication intercellulaire. Le médicament enrichit les exosomes avec la protéine 24CD. Dans un système immunitaire sain, cette protéine est exprimée à la surface de la cellule et aide à réguler le système immunitaire. Le médicament fournit aux poumons cette protéine essentielle à la communication intercellulaire, afin d’aider à moduler une réponse immunitaire saine. Les personnes qui souffrent de complications d’une infection respiratoire manquent de protéines de surveillance de la surface critique qui aident le système immunitaire à communiquer et à détecter les menaces virales.

    L’hôpital responsable de l’étude, rapporte : « Jusqu’à présent, la préparation a été testée avec beaucoup de succès sur 30 patients atteints de maladies graves, dont 29 ont vu leur état de santé s’améliorer en deux ou trois jours, et la plupart ont été renvoyés chez eux dans les trois à cinq jours. Le 30e patient s’est également rétabli, mais après une période plus longue. »

    Le médicament peut être produit très rapidement et distribué à un coût très faible aux hôpitaux et aux pharmacies du monde entier. « Même si les vaccins remplissent leur fonction, et même si aucune nouvelle mutation n’est produite, alors d’une manière ou d’une autre, la couronne restera avec nous », a déclaré le professeur Nadir Arber, directeur du Centre de prévention intégrée du cancer du centre médical. « À cette fin, nous avons développé un médicament unique, l’EXO-CD24. » La recherche s’appuie sur les travaux du Dr Shiran Shapira qui a fait des recherches sur la protéine CD24 pendant plus de deux décennies.

    La découverte des causes sous-jacentes des dommages causés au système immunitaire est essentielle pour vaincre les maladies infectieuses
    Quel que soit le niveau de masquage, quel que soit le nombre de vaccins injectés dans les bras des gens, les populations continuent de souffrir de maladies respiratoires, que ce soit le covid-19, la pneumonie, une des nombreuses infections nosocomiales, ou toute autre mutation de la grippe ou variante du coronavirus. La demande de médicaments antiviraux et de thérapie immunitaire est élevée, et le restera encore longtemps, car les populations mal nourries et sur-vaccinées recherchent une aide médicale pour leurs problèmes auto-immuns, leurs conditions inflammatoires, leurs poumons tendus et leur terrain cellulaire compromis.

    Une autre protéine qui constitue une facette importante du système immunitaire humain est la lectine liant le mannose (MBL). Un sous-ensemble de populations humaines naît déficient en MBL, une protéine de surveillance de surface qui aide le système immunitaire à détecter les agents pathogènes envahissants. Les LBM sont uniques car elles peuvent se fixer à la surface des microbes et activer le système du complément dans un anticorps. Une déficience en LBM se produit lorsqu’il y a une mutation en trois points dans l’exon 1 du gène MBL-2. Les MBL se lient aux sucres, notamment la N-acétyl-D-glucosamine, le mannose, la N-acétyl-mannosamine, le fucose et le glucose.

    Ce processus de liaison au sucre permet à la protéine d’interagir avec de nombreux types de virus, bactéries, levures, champignons et protozoaires recouverts de ces sucres. La carence en LBM est liée à la maladie pulmonaire obstructive chronique et aux complications du virus respiratoire syncytial (RSV), ainsi qu’à d’autres troubles respiratoires. Le stress oxydatif diminue la lectine de liaison fonctionnelle des voies respiratoires au mannose dans la BPCO. L’atténuation du stress oxydatif est également importante pour le bon fonctionnement des cellules pulmonaires et des protéines de surface. En bref, les protéines de surface de surveillance sont un facteur important dans la façon dont les gens se remettent d’une maladie infectieuse. Trouver les causes sous-jacentes d’un système immunitaire endommagé est essentiel pour vaincre les maladies infectieuses.

    Les sources comprennent :

    Israel21.org

    NCBI.NLM.NIH.gov

    Link.Springer.com

    Journaux.Plos.org

    Academic.oup.com

    Source : Dcdirtylaundry.com

Laisser un commentaire