Le vaccin expérimental contre le Covid-19 de Pfizer – Ce que l’on ne vous dit pas

Avec les précédents scandales liés à des expérimentations sur des enfants africains, qui se sont très mal passées. Comment ne pas être méfiants, réticents ? De plus, aucune explication ne nous est donnée sur ce vaccin expérimental, sauf que nous devons l’accepter « pour le bien de tous« . Ils ignorent les apprentis sorciers, les conséquences à long terme, sur l’ADN, aucune étude sur le long terme n’a eu lieu. Vu la propagande pour leurs mixtures, ce sont des milliards de cobayes humains, qu’ils auront à disposition, puisque les gouvernements ont déjà acheté des millions de doses. Ajoutons une citation de Rabelais : « science sans conscience, n’est que ruine de l’âme » En route vers un Nuremberg 2.0 dans quelques années ?

******

Par Johnny Vedmore. via Réseau-International

La longue histoire de scandales de Pfizer, et le fait qu’ils n’ont jamais eu à rendre compte de leurs crimes, continuent d’être ignorés par les médias, même si son vaccin candidat expérimental à ARNm contre le Covid-19 se rapproche de plus en plus de l’approbation du gouvernement américain.

La guerre de l’information sur les vaccins a passé la vitesse supérieure et les vautours des médias grand public sont prêts à s’attaquer à tout contenu qu’ils peuvent simplement qualifier de désinformation. Des lois seront adoptées dans toutes les législatures du monde pour criminaliser toute personne qui remettrait en question publiquement une partie quelconque des processus biologiques complexes impliqués dans bon nombre des nouvelles technologies de vaccins expérimentaux qui sont utilisés pour produire les vaccins candidats contre le Covid-19.

Aujourd’hui encore, les agences de renseignement et les entreprises technologiques soutenues par le renseignement sont prêtes à déployer des méthodes sophistiquées pour censurer le contenu et déplorer les sites web d’information qui, selon elles, encouragent « l’hésitation à l’égard des vaccins » ainsi que la « désinformation sur les vaccins », en particulier lorsqu’un vaccin candidat contre le Covid-19 se rapproche de l’approbation.

On s’attend à ce que d’ici la fin du mois, le vaccin à ARNm produit par le géant pharmaceutique à scandale Pfizer soit approuvé par le gouvernement américain par le biais d’une autorisation d’utilisation d’urgence, et que d’autres pays suivent le mouvement. Pfizer, en prévision de l’approbation apparemment imminente et assurée de son vaccin candidat, a déjà fabriqué des centaines de millions de doses de son vaccin depuis des semaines et a reçu les éloges des gouvernements et des grands médias pour ses propres déclarations selon lesquelles son vaccin est efficace à 90%

En particulier, le succès du programme expérimental de vaccination de masse semble dépendre de l’incapacité de la population à exprimer efficacement ses préoccupations et ses objections. Alors que les grands médias sont prompts à signaler lorsque quelqu’un commet une erreur sur la façon dont ils pensent que le vaccin à ARNm fonctionne, ils n’offrent aucune autre information que la ligne officielle du gouvernement. La méfiance du public à l’égard des programmes de vaccination n’est pas le fait de ceux qui ne comprennent pas le fonctionnement de cette toute nouvelle technologie. La méfiance du public est omniprésente car seule une partie de l’argumentation est autorisée à être entendue. Nous devons comprendre la technologie en cause, car il y a une différence entre les vaccins à ARNm et les vaccins à ADN. Il est nécessaire d’avoir une compréhension générale de la raison pour laquelle une personne devrait s’opposer à l’administration d’un vaccin expérimental à ARNm pour créer un argument clair et cohérent.

Nous allons examiner un sujet qui a été l’un des sujets les plus censurés de l’ère moderne. Mais aujourd’hui, plus que jamais, nous avons désespérément besoin des informations qui sont systématiquement cachées au public. Cet article sera interdit et attaqué par ceux qui pensent que nous, le grand public, ne devrions pas connaître toutes les informations sur ce qu’ils veulent obtenir des prochaines vaccinations mondiales de masse. La raison pour laquelle l’establishment actuel ne veut pas parler de ce sujet conduit à une suspicion peut-être inutile. De tels soupçons ne seront jamais écartés par la tactique actuellement employée qui consiste à salir toute personne qui met en doute les intentions. Si les gouvernements du monde entier veulent que leurs populations se soumettent à ces vaccinations, ils doivent cesser de traiter les gens avec condescendance et parler honnêtement. Toutefois, comme cela n’a jamais été fait, ils continueront d’employer des tactiques coercitives, car ils vont essayer une méthode expérimentale jamais approuvée auparavant pour renforcer le système immunitaire en manipulant le processus que notre ADN utilise pour signaler la création de certaines protéines, et nous avons peu d’idée de l’impact à long terme que cette toute nouvelle technologie thérapeutique pourrait avoir sur notre santé. Aucun politicien, expert médical ou représentant pharmaceutique n’est prêt à accepter la responsabilité de défis qui pourraient se présenter.

De nombreuses sociétés pharmaceutiques qui font des recherches sur d’éventuels vaccins contre le coronavirus utilisent d’anciennes méthodes. Elles prennent une quantité infime du virus et infectent votre système immunitaire à un rythme très faible et très lent, laissant à votre corps le temps nécessaire pour développer une résistance immunologique naturelle à la maladie. Mais le développement de ce type de vaccins est un processus lent et ardu, et les leaders actuels dans la course à la vaccination mondiale de masse sont des sociétés pharmaceutiques qui utilisent une méthode radicalement nouvelle qui n’a jamais été expérimentée auparavant.

« Ils vont pirater les cellules de votre corps afin de les transformer en usines à médicaments », explique Nathan Vardi, rédacteur de Forbes, dans une vidéo intitulée « Pourquoi Pfizer parie gros sur un traitement non éprouvé pour le Covid-19″, de mars 2020. Le problème de cette approche », admet Vardi, « est qu’il n’y a jamais eu de produit approuvé à base d’ARNm ».

Les diverses explorations scientifiques sur les applications thérapeutiques des traitements potentiels à ARNm n’en sont qu’à leurs débuts, mais la méthode a été saluée comme une solution potentielle pour le traitement du cancer et des maladies infectieuses, pour le remplacement des protéines et pour la thérapie génique.

En janvier 2020, le leader de facto dans le domaine de l’ARNm était la société pharmaceutique Moderna, mais dans le sillage du Covid-19, d’autres grandes sociétés ont commencé à se concentrer sur la méthode de l’ARNm. Moderna a été le pionnier de cette méthode il y a plusieurs années, grâce à un financement largement fourni par l’Agence des Projets de Recherche Avancée de la Défense du Pentagone (DARPA) et la Fondation Bill et Melinda Gates.

Aujourd’hui, alors que l’année 2020 touche à sa fin, la course au développement du vaccin gagnant contre le Covid-19 bat son plein, et une autre grande entreprise pharmaceutique semble avoir battu Moderna dans la mise au point d’un vaccin à ARNm supposé efficace, grâce à l’association de Pfizer et de BioNTech, une petite entreprise allemande. Mais, dans cette course pour « sauver l’humanité », il y a forcément des pièges, surtout lorsqu’il s’agit d’introduire des technologies de santé totalement nouvelles dans l’usage courant. Pfizer a-t-elle sonné la cloche d’arrivée dans cette course mondiale pour mettre fin à la pandémie actuelle, ou bien se dirige-t-elle plutôt vers une catastrophe aux proportions épiques ?

Il existe des documents scientifiques très instructifs, datant de juste avant le début de la « pandémie », qui nous donnent un aperçu de cette nouvelle technologie de l’ARNm. Je vais donc examiner ici la méthode de manipulation de l’ADN, le vaccin, les personnes qui se trouvent derrière la recherche et le développement chez BioNTech, mais surtout, je vais me pencher sur Pfizer, et voir comment l’entreprise a évité de rendre des comptes lorsque les choses allaient mal – et les choses vont mal chez Pfizer.

La technologie des vaccins à ARNm et son fonctionnement

L’interaction vitale de l’ARNm avec notre ADN a rendu la vente de la technologie des vaccins à ARNm extrêmement difficile pour ceux qui croient que c’est l’avenir de la médecine humaine. Le fait qu’elle modifie la fonction de votre ADN dans votre corps a rendu beaucoup de gens soupçonneux des horreurs inattendues qui pourraient survenir par l’utilisation massive de cette nouvelle technique expérimentale.

Sans surprise, les personnes qui commercialisent les vaccins ont essayé de minimiser la nature agressive et génétiquement manipulatrice du traitement. En toute justice, il est extrêmement difficile d’expliquer en langage clair le fonctionnement d’une nouvelle technologie aussi complexe. Cela est évident lorsque l’on écoute les représentants des médias grand public, qui sont souvent mal informés lorsqu’ils décrivent les processus biologiques qui auront lieu lorsque vous recevrez le vaccin à ARNm. Mais l’incapacité à expliquer la technologie n’est pas surprenante si l’on considère qu’une partie de votre ADN, après s’être brisé en deux par un processus naturel, sera ensuite combinée avec l’ARNm expérimental d’une manière qui semble ésotérique pour beaucoup d’entre nous. Il est presque impossible d’imaginer qu’un tel processus puisse avoir lieu dans son propre système biologique vulnérable, dans son ADN, les éléments les plus précieux de la vie qui définissent votre existence même.

Après qu’un brin préprogrammé d’ARNm ait fusionné avec une partie naturellement coupée de votre ADN, il va demander la production d’une protéine qui devrait aider à stimuler votre système immunitaire. En théorie, cela devrait renforcer votre système immunitaire et contribuer à la production en masse des protéines nécessaires pour combattre avec succès la maladie en question. L’acide ribonucléique messager inséré (ARNm) devrait être relativement facile à concevoir et à programmer tant que les scientifiques impliqués possèdent le code génétique de l’infection qu’il doit combattre. Dans ce cas, les données nécessaires ont été publiées en janvier 2020 par les Chinois. Il faut s’attendre à de légers effets secondaires de ce processus.

Bien qu’aucun effet secondaire extrême n’ait été signalé par Pfizer lors de la phase 3 des tests de son vaccin à ARNm, presque tous les participants ont souffert de symptômes légers, notamment un gonflement du bras, une irritation de la peau et des maux de tête, pour n’en citer que quelques-uns. Mais, comme nous le verrons, les informations que Pfizer publie sur ses essais cliniques et sur ce qui se passe dans la réalité peuvent être très différentes.

Je viens de décrire les informations de base dont vous avez besoin pour comprendre le fonctionnement du futur vaccin à ARNm, mais ce que je ne peux pas vous décrire, c’est ce qui se passe à long terme. Cette forme d’alternative thérapeutique n’a jamais été autorisée ou homologuée auparavant, à part pour des petits essais cliniques. Il n’y a jamais eu d’essai clinique approuvé par la FDA pour un traitement à base d’ARNm, car son utilisation s’accompagne d’une abondance de questions éthiques et morales et de possibilités inconnues.

Dans le même temps, l’utilisation de la méthode de l’ARNm pourrait également constituer l’un des plus grands progrès technologiques jamais enregistrés dans l’histoire de l’humanité. Si nous accordons à cette technologie le bénéfice du doute et supposons qu’elle n’a pas d’effets secondaires négatifs à long terme, alors elle constitue un traitement potentiel pour presque toutes les maladies humaines sur terre. Ouvrir cette porte à l’ARNm signifierait normaliser les vaccinations régulières pour presque toutes les maladies imaginables. Dans le meilleur des cas, vous pourriez être vacciné contre le cancer, les maladies cardiaques, le diabète, la démence et la maladie d’Alzheimer, ainsi que contre toute autre maladie humaine résultant d’un défaut de votre ADN. Dans le pire des cas, vous pourriez vous retrouver mort ou infirme comme les victimes de Pfizer dans ses expériences sur les enfants nigérians à la fin des années 1990.

Cela étant dit, le vaccin Pfizer/BioNTech présente un inconvénient majeur. Pfizer et Moderna ont déclaré que leurs vaccins à ARNm doivent être conservés à -70° C et -20° C, respectivement, ce qui représente un défi logistique important. Sans ces températures extrêmement froides, l’ARNm et les nanoparticules combinées perdront leur intégrité. Il n’existe aucune étude sur l’effet des vaccins à ARNm mal conservés sur le corps humain. En comparaison, les vaccins à ADN sont beaucoup plus faciles à transporter et à stocker car ce sont des molécules beaucoup plus stables.

Comme nous l’avons vu, le potentiel de la technologie de l’ARNm est sans limite. Si le vaccin réussit à normaliser le processus d’édition des gènes pour un bénéfice médical, il y aura des pressions pour continuer à éditer les gènes d’autres manières. Il n’est pas difficile de voir que la technologie pourrait avoir des applications cosmétiques, médicales et militaires qui pourraient aller de la peau phosphorescente aux armes biologiques militaires au-delà de notre imagination. C’est la raison pour laquelle les personnes à l’origine de cette technologie hésitent à parler de sa méthode d’ARNm qui pourrait changer la donne, car elle représente nos premiers pas réels dans la transhumanisation.

Partenariat fructueux entre Pfizer et la société allemande BioNTech

Comme nous l’avons vu, Pfizer n’était pas la principale entreprise dans le domaine de l’ARNm au tournant de 2020, mais son partenariat immédiat avec BioNTech lui a permis de devancer son principal concurrent, Moderna, jusqu’à la ligne d’arrivée. BioNTech, basée à Mayence, en Allemagne, est dirigée par un couple et, avant le partenariat avec Pfizer, elle se consacrait à la recherche sur le traitement du cancer par ARNm.

Uğur Şahin et Özlem Türeci, le couple à la tête de BioNTech, sont d’origine turque. La famille de Şahin est originaire du sud de la Turquie et il a étudié à Cologne pour son doctorat, tandis que la famille de Türeci est venue d’Istanbul. Les deux se sont rencontrés à l’Université de Hambourg.

Dès février 2019, BioNTech avait conclu avec Pfizer un accord de collaboration pour développer des vaccins à base d’ARNm pour la prévention de la grippe, et leur stratégie commerciale de collaboration avec des partenaires sélectionnés a porté ses fruits lorsque la course au vaccin contre le coronavirus a commencé. Depuis lors, les médias du monde entier se sont intéressés à BioNTech, principalement sous la forme de reportages sur Şahin et sur la vie amoureuse de Türeci. Mais BioNTech a également de nombreux liens avec d’autres géants de l’industrie pharmaceutique et avec certains des acteurs les plus connus du monde médical. Outre son partenariat avec Pfizer, en 2019, BioNTech a également conclu des accords de partenariat avec Bayer, Genentech, Sanofi, Genmab, Eli Lilly, Roche et, bien sûr, ils ont reçu un financement de la Fondation Bill et Melinda Gates. En septembre 2019, juste avant que les premières personnes ne soient infectées par la nouvelle souche du SRAS-CoV-2, le quotidien allemand Handelsblatt a rapporté que « la Fondation Gates investit environ 50 millions d’euros dans la société de biotechnologie BioNTech de Mayence. L’argent sera utilisé pour la recherche de vaccins contre le VIH et la tuberculose ».

BioNTech dispose d’une petite équipe de direction de cinq personnes et d’un conseil de surveillance de quatre personnes. Şahin est le PDG de l’entreprise ; il a également dirigé le conseil consultatif scientifique de Ganymed Pharmaceuticals AG de 2008 à 2016, lorsque l’entreprise a été rachetée par Astellas Pharma. Le Directeur Général de BioNTech, Sean Marett, a travaillé auparavant dans le marketing stratégique mondial et régional, et dans les ventes chez GlaxoSmithKline aux États-Unis et chez Pfizer Europe, ainsi que pour Evotec et Lorantis. Le Dr Sierk Poetting, Directeur des Opérations et Directeur Financier de la société, a rejoint BioNTech en septembre 2014, après avoir travaillé chez Novartis. Le Directeur de la Stratégie de BioNTech est Ryan Richardson, qui était auparavant Directeur Exécutif de l’équipe mondiale d’investissement dans les soins de santé chez J. P. Morgan à Londres, où il conseillait les entreprises du secteur des biotechnologies et des sciences de la vie sur les fusions et acquisitions, les capitaux propres et les capitaux d’emprunt. Le conseil de surveillance de l’entreprise allemande BioNTech, composé de quatre membres, comprend Ulrich Wandschneider, qui est également membre de Trilantic Europe.

Pfizer : Une entreprise qui n’a jamais eu à rendre de comptes

Si seule BioNTech était responsable de la création de cette technologie de vaccin futuriste, alors peut-être que les gens auraient davantage confiance dans le produit. Mais Pfizer projette l’ombre d’une conspiration partout où elle fait des affaires. L’utilisation antérieure de traitements expérimentaux par Pfizer dans des études secrètes et scandaleuses a inspiré des films hollywoodiens et entraîné des procès qui ont duré plus d’une décennie, car elle a provoqué la mort de nombreux enfants. Pourtant, les organisations médiatiques qui vantent les mérites de son vaccin contre le coronavirus comme un miracle céleste n’ont pas ou peu couvert les précédentes catastrophes expérimentales de Pfizer.

Pfizer s’est lancée dans le secteur des vaccins fin 2006 en rachetant la société britannique PowderMed, spécialisée dans les vaccins contre la grippe, pour un montant non divulgué. Pfizer était certes enthousiaste à propos de l’accord, déclarant que « la technologie unique de PowderMed en matière de vaccins à ADN est particulièrement prometteuse » et que « son éventail de vaccins candidats contre la grippe et les maladies virales chroniques pourrait avoir un potentiel majeur ». En fait, dès l’automne 2005, de nombreuses grandes entreprises pharmaceutiques ont fait leurs premiers pas dans l’industrie des vaccins. Novartis est entré dans le secteur des vaccins en acquérant 56% de Chiron, tandis que GlaxoSmithKline a élargi sa base de vaccins en rachetant la société canadienne ID Biomedical. La concurrence s’intensifiait entre les grands acteurs, et l’industrie des vaccins était considérée comme un pari sûr, avec des rapports faisant état de nouveaux vaccins se vendant à des centaines de dollars. Mais la réputation de Pfizer au cours de la décennie précédente avait été sérieusement mise à mal par les essais expérimentaux désastreux de la société en Afrique.

En 1996, un essai expérimental a eu lieu au Nigeria. Sous le couvert de graves épidémies de choléra, de rougeole et de méningite dans le nord du Nigeria, Pfizer a mis en place des essais secrets à Kano, la deuxième ville du pays, pour tester son antibiotique expérimental, Trovan (trovafloxacine). Il a testé le traitement expérimental sur 200 enfants. Les parents des enfants ont supposé que les enfants recevraient la piqûre standard contre la méningite, mais le personnel de Pfizer a plutôt mis en place deux groupes de contrôle. La moitié des enfants ont reçu le Trovan expérimental, et les cent autres ont reçu une dose réduite de l’équivalent méningococcique principal. La dose réduite devait contribuer à fausser artificiellement les résultats en faveur de Trovan à des fins de marketing et de concurrence.

En 2002, un groupe d’enfants nigérians et leurs tuteurs légaux ont poursuivi Pfizer devant le tribunal de district américain du district sud de New York. Dans les documents du tribunal, les plaignants ont allégué que cinq enfants ayant reçu le Trovan et six enfants que Pfizer avait « traités à faible dose » en étaient morts, tandis que d’autres souffraient de paralysie, de surdité et de cécité. Selon des sources nigérianes, le nombre réel présumé de ceux qui sont morts en raison de leur participation aux expérimentations est supérieur à 50.

Pfizer était censé vérifier les échantillons de sang des enfants cinq jours après le début des essais afin de détecter toute anomalie, puis modifier leur traitement pour le remède de référence contre la méningite s’il y avait le moindre problème. Mais ils n’y sont pas parvenus. Au lieu de cela, l’équipe de Pfizer a attendu que les symptômes irréversibles se manifestent physiquement avant de changer le traitement pour les participants involontaires à l’étude. Après avoir réalisé qu’ils venaient d’assassiner et d’estropier ces enfants, Pfizer, comme toute grande entreprise pharmaceutique, a quitté la scène du crime en toute hâte, sans faire d’autres évaluations des patients.

Pfizer a passé les dix années suivantes à nier toute responsabilité dans le désastre, pour finalement publier une déclaration intitulée « Trovan, affaire civile de l’État de Kano – Déclaration de la Défense », dans laquelle le géant pharmaceutique déclarait entre autres « que la mortalité des patients traités par Pfizer était inférieure à celle observée historiquement dans les épidémies de méningite africaine, et qu’aucun effet secondaire inhabituel, sans rapport avec la méningite, n’avait été observé après 4 semaines ».

Pfizer a finalement réglé l’affaire pour 75 millions de dollars à condition qu’il ne soit pas tenu responsable de ses actes. Le Guardian a rapporté en 2011 que les quatre premiers règlements de la longue bataille judiciaire avaient été accordés aux familles de quatre des enfants qui ont été tués pendant les expérimentations. Dans une tentative acharnée de rendre le règlement judiciaire de 175 000 dollars plus difficile à réclamer pour chacune des familles survivantes, les familles des victimes ont été obligées de fournir des échantillons d’ADN pour prouver qu’elles étaient réellement liées au défunt. Cette tactique s’est avérée très efficace du point de vue de l’entreprise, car de nombreuses familles ne faisaient pas confiance à Pfizer, ce qui a conduit certaines d’entre elles à se retirer et à refuser le règlement parce qu’elles pensaient que les échantillons d’ADN étaient un stratagème de Pfizer pour commettre d’autres expériences secrètes illégales sur elles.

Les Nigérians étaient représentés par deux avocats courageux, un avocat nigérian nommé Etigwe Uwo et un avocat basé dans le Connecticut, Richard Altschuler. Selon Altschuler, c’est l’histoire de la dissimulation des événements de Kano par Pfizer qui a incité John le Carré à écrire le roman « The Constant Gardener » qui a été adapté dans un long métrage. Comme la situation décrite dans le film, Pfizer a utilisé des tactiques d’intimidation et des campagnes de diffamation pour tenter d’entraver toute enquête sur l’incident de Kano.

En 2006, Pfizer a réduit ses effectifs de 20%, réduisant ainsi le nombre de ses employés américains de 2 200 personnes. Le 29 novembre 2020, le Financial Times a rapporté que cette situation se produisait dans toutes les grandes entreprises pharmaceutiques, déclarant que « les grandes entreprises pharmaceutiques se précipitent pour restructurer leurs activités, de la fabrication à la commercialisation et à la vente de leurs médicaments ». Mais Pfizer se concentrait surtout sur un changement radical de sa force de vente de traitements.

L’année suivante, Pfizer a été frappée par d’autres scandales majeurs. L’un d’entre eux concernait la précommercialisation illégale du Maraviroc, médicament contre le VIH, dont l’approbation par la FDA avait été initialement bloquée. Le scandale a vu Pfizer licencier publiquement trois de ses cadres supérieurs, dont son Directeur Adjoint des ventes, Kelly Fitzgerald, (qui est retournée travailler pour Pfizer et qui est actuellement leur Directrice Adjointe des ventes), le Directeur des ventes pour le VIH, Art Rodriguez, qui travaille maintenant pour le Valued Trust de Californie, et le Directeur de Mid-Atlantic, Bob Mumford.

Pour en savoir plus et trouver une autre solution

Alors qu’un vaccin à ADN modifie votre ADN de façon permanente, un vaccin à ARNm ne modifie pas votre ADN de façon permanente. Il suffit d’une phrase pour dissiper cette incompréhension de la technologie, et les gens ne devraient pas être criminalisés pour un simple malentendu de ce genre. Toutefois, le vaccin à ARNm se lie à une partie de votre ADN pour modifier les protéines produites. C’est précisément là que les entreprises souhaitent piéger les opposants à leurs campagnes de vaccins expérimentaux. Ce n’est pas parce qu’une personne ne comprend pas entièrement le processus en question qu’elle doit être diabolisée et forcée à prendre cette combinaison expérimentale de nanoparticules. En fait, les individus devraient rejeter le vaccin jusqu’à ce que les entreprises leur expliquent comment il fonctionne et s’il y a des effets secondaires à long terme. Vous ne devez laisser personne vous injecter quoi que ce soit dans le corps avant qu’il ne puisse vous dire si des conséquences à long terme pourraient se produire. Il s’agit d’un principe de base d’auto-préservation qui l’emporte sur tout risque de virus, en particulier un virus qui s’est avéré à peine plus mortel que la grippe ordinaire.

Notre corps devrait être la préoccupation la plus importante pour nous tous. Fondamentalement parlant, toutes nos libertés et tous nos droits sont peu importants si nous sommes morts ou paralysés. Ne les laissez pas vous tromper au point de céder votre précieuse et délicate carapace à l’expérimentation scientifique médicale par des entreprises incapables de rendre compte de leurs actes. C’est l’argument essentiel que vous devez garder au premier plan de tout débat, plutôt que de vous demander si votre ADN est modifié de façon permanente ou si ses fonctions sont simplement altérées. Si vous voulez vous lancer dans le caniveau pour vous battre contre la science, vous devez vous assurer que les faits sont exacts. Ils utiliseront tous les malentendus potentiels que vous avez pour effacer votre voix du débat. C’est à eux qu’il incombe d’expliquer clairement pourquoi nous devrions prendre le vaccin ; c’est votre droit de refuser.

Cependant, il y a quelque chose que personne n’a mentionné jusqu’à présent à propos de cette nouvelle technologie de l’ARNm qui pourrait donner une autre issue à ceux qui s’opposent au vaccin. Normalement, pour être efficace, un vaccin doit être administré à la plus grande partie possible de la population. La vaccination de masse a été utilisée historiquement comme une immunité collective synthétique pour arrêter la propagation d’un virus aux personnes vulnérables de notre société. Mais cette technologie est différente, et sa méthode de travail fait qu’il n’est plus nécessaire de recourir à la vaccination de masse.

Selon ses partisans, la raison pour laquelle les vaccins à ARNm sont plus efficaces que nos technologies actuelles est qu’ils ciblent précisément la partie du cycle de vie normal de votre ADN qui produit des protéines. Cela améliore la réponse du système immunitaire d’un individu lorsqu’il combat un virus. Il peut être ciblé socialement de la même manière. Si la majorité des personnes qui attrapent le Covid-19 sont asymptomatiques, alors il est ridicule de leur donner un vaccin. Comme ce vaccin protège les individus dans leur réaction, il n’y a aucune raison valable pour que tous les membres de notre société soient obligés de le prendre. Il est utilisé pour augmenter la production de protéines spécifiques chez une personne qui court un risque grave – c’est ainsi qu’un traitement fonctionne normalement. Vous ne prenez pas de traitement contre le VIH si vous n’avez pas le VIH. Vous ne devriez pas prendre de médicaments contre le cancer si vous n’avez pas de cancer. Et vous ne devriez pas avoir besoin de modifier la production de protéines spécifiques de votre ADN, à moins que cela ne soit personnellement nécessaire.

Le plus grand mensonge que l’on raconte aux gens du monde entier est que tout le monde doit prendre ce vaccin. Et ironiquement, la technologie expérimentale de l’ARNm qu’ils veulent désespérément utiliser rend la vaccination de masse inutile.

source : https://unlimitedhangout.com

traduit par Réseau International

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des moutonsenragés. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs.

21 commentaires

Laisser un commentaire