CHARLES GAVE : « On va vers une guerre civile ! »..

Pour ceux qui n’ont pas vu la vidéo, signalée en lien dans vos commentaires, que je complète avec l’excellente analyse de Charles Gave, Retour sur l’ineptocratie. Partagez ! Volti

******

Source Planetes360

Conférence de Charles Gave à Culey

Img/123RF/Réaction en chaîne

Charles Gave : Je viens de passer une journée dans l’est de la France, invité par le Maire d’une petite commune de la Meuse, Culey, que je remercie ici. J’en suis revenu encore plus indigné que je ne l’étais en partant, tant la situation des habitants y est encore plus désastreuse que tout ce que je pouvais imaginer. Je me suis précipité en rentrant sur mon ordinateur pour écrire un compte rendu de ce petit voyage. En l’écrivant, j’ai eu la sensation que j’avais déjà tout décrit avant même d’y être allé. J’ai vérifié, et j’ai retrouvé ce texte que j’ai écrit il y a environ un an et que je reprends in extenso, n’ayant rien à y ajouter… (Suite du texte, sous la vidéo)

Source : Institut des Libertés

Que le lecteur veuille bien m’excuser de cet inhabituel accès de paresse mais parfois, nul besoin de ré-inventer la roue.

Je vais me livrer à un petit exercice de style : utiliser les écrits de deux hommes éminents qui m’ont influencé dans mon parcours intellectuel, Bastiat et Milton Friedman pour porter un diagnostic sur ce qui mine notre pays. Et qu’est que ces deux grands hommes ont en commun ? Une chose en particulier : la capacité de me faire rire en parlant d’économie tout en écrivant dans une langue superbe.

Commençons par Bastiat.

Bastiat disait que n’importe quel individu qui voulait s’approprier quelque chose avait le choix pour l’obtenir entre « travailler ou voler », et qu’il n‘y avait pas de troisième voie. Et qu’il était beaucoup plus fatigant de travailler que de voler, mais que voler pouvait être dangereux.  Et donc que le plus simple pour voler est de s’organiser pour capturer l’Etat et autoriser le vol légal, qu’il appelait « spoliation ». Voici la citation

« On est d’abord porté à penser que la Spoliation ne se manifeste que sous la forme de ces vols définis et punis par le Code. S’il en était ainsi, je donnerais, en effet, une trop grande importance sociale à des faits exceptionnels, que la conscience publique réprouve et que la loi réprime. Mais, hélas ! il y a la spoliation qui s’exerce avec le consentement de la loi, par l’opération de la loi, avec l’assentiment et souvent aux applaudissements de la société. C’est cette Spoliation seule qui peut prendre des proportions énormes, suffisantes pour altérer la distribution de la richesse dans le corps social, paralyser pour longtemps la force de nivellement qui est dans la Liberté, créer l’inégalité permanente des conditions, ouvrir le gouffre de la misère, et répandre sur le monde ce déluge de maux que des esprits superficiels attribuent à la Propriété. Le vol individuel peut être rare, sévèrement réprimé, mais la spoliation est organisée, légalisée, systématisée. »

Et pourtant à son époque le vol en bande organisée « (communément appelé socialisme) » commençait à peine à prendre son vol (si j’ose dire). Nous avons fait beaucoup de progrès depuis !

Venons-en à Milton Friedman, qui disait en riant beaucoup qu’il y avait quatre façons de dépenser de l’argent.

  1. Je peux dépenser pour moi de l’argent que j’ai gagné moi-même. En général, cet argent est bien utilisé et le montant de satisfaction très élevé.
  2. Je peux dépenser de l’argent que j’ai gagné au profit de quelqu’un d’autre. J’achète une moto de compétition pour son anniversaire à mon épouse. L’intention est là, la satisfaction peut-être pas.
  3. Je peux dépenser de l’argent que quelqu’un d’autre a gagné, mettons une subvention étatique et j’en tirerai une satisfaction certaine, mais il n’est pas certain que cet argent soit mieux dépensé que par celui qui l’a gagné, ou que je vais continuer à toucher ces subventions.
  4. Et enfin, l’argent peut être transféré de mon compte au compte de quelqu’un qui ne l’a pas gagné mais qui devra le dépenser en l’envoyant à une autre personne parce que la Loi lui a donné cette prérogative, et là c’est toujours du grand n’importe quoi.

Le but de ce petit papier est simplement de montrer qu’en utilisant l’analyse de Bastiat et la typologie de la dépense de Milton Friedman, je peux expliquer tout ce qui s’est passé en France depuis quarante ans, tout ce qui se passe aujourd’hui et prévoir sans grandes difficultés tout ce qui va se passer demain. Au travail donc.

Comme je l’ai souvent rappelé, une Nation est une volonté de vivre ensemble (Renan) et cette volonté de vivre ensemble s’exprime par le fait que la communauté délègue à une entité qu’il est convenu d’appeler « L’ETAT » le monopole de la violence légale. Pour fonctionner cet Etat (je ne sais pas pourquoi je l’honore d’une majuscule, mais c’est une tradition française) a besoin de lever des impôts pour faire face à ses obligations.

Dans ma vie, j’ai rencontré au grès de mes pérégrinations trois sortes de systèmes d’imposition.

  • Certains pays levaient des impôts simplement pour assurer le fonctionnement des fonctions régaliennes de l’état. Police, Justice, Diplomatie et Armée. Je pense à Hong-Kong et à Singapour par exemple. La charge fiscale de ces pays se balade entre 15 % et 25 % et ils sont en général en excèdent budgétaire et la fraude fiscale y est inexistante.
  • Une deuxième catégorie de pays lève des impôts non seulement pour assurer leurs obligations régaliennes mais aussi pour financer tout ou partie d’un certain nombre de dépenses propres à favoriser la cohésion nationale du style éducation pour tous, dépensés de santé ou aménagement du territoire. La charge fiscale dans ces pays, parmi lesquels on peut compter les démocraties du nord de l’Europe sera de ce fait beaucoup plus élevée que dans le premier cas, mais force est de constater que la population supporte assez bien cette pression dans la mesure où les sociétés sont homogènes et respectueuses de la Loi. Il n’en reste pas moins que les législations fiscales deviennent tellement compliquées et contradictoires qu’une véritable industrie de l’optimisation fiscale se met en place qui utilise beaucoup de gens très compétents à des taches qui ne paraissent pas bien intéressantes. La fraude fiscale apparaît…
  • Et enfin, un certain nombre de pays ont bâti des systèmes qui cherchent à « promouvoir la justice sociale », qui est à la justice ce que la musique militaire est à la musique. L’idée de base de ceux qui parlent de justice sociale est le concept Marxiste que la richesse est un gâteau à taille fixe et que si certains ont une trop grosse part de ce gâteau, c’est qu’ils ont volé ou triché et que l’Etat, dans son rôle d’arbitre impartial (si c’est eux qui en ont la charge bien sûr) doit leur faire rendre gorge.  Et donc, la soi-disant Justice Sociale n’est qu’une déclinaison moderne de ce que l’on appelait dans ma jeunesse « l’envie aux dents vertes », condamnée comme tout un chacun le sait par l’un des dix commandements, le dixième si mes souvenirs sont exacts. Là, la fraude fiscale devient quasiment légitime…Fort naturellement, ces pays se retrouvent à financer tous les canards boiteux pour « préserver l’emploi au nom de la justice sociale » pendant que les gens compétents quittent le pays aussi vite que les capitaux, tandis que le poids de l’Etat ne cesse de monter, le nombre de fonctionnaires d’exploser, la corruption de fleurir (comme le disait un humoriste, quand c’est un  fonctionnaire qui donne des licences d’importation, la première chose à  acheter est ce fonctionnaire), les pénuries de voir le jour et les déficits budgétaires d’exploser…

Et le pire est que ce que je décris est un processus dynamique et non pas un état stable et ce processus se termine TOUJOURS par la faillite de l’état qui se laisse aller à ce genre de pratiques tout ceci se terminant par un changement de personnel politique ou de régime…. Et je peux fournir autant d’exemples que le lecteur le désire mais en voici quelques-uns :  France en 1958, Grande-Bretagne en 1977, URSS en 1990, Venezuela et Algérie aujourd’hui. Les principes sont toujours les mêmes et les résultats identiques. La spoliation étatique ne se stabilise jamais, elle ira toujours vers son but ultime : une pauvreté effrayante pour tout le monde, sauf pour les apparatchiks.

Tout cela est bel et bon mais il nous faut maintenant en arriver au diagnostic sur notre pays.

Commençons par la spoliation.

Je ne suis pas un grand sociologue, mais j’ai vraiment l’impression que si les gens se collent des gilets jaunes sur le dos le samedi, ce n’est pas pour aller à la chasse ou éviter de se faire écraser sur les routes mais bien parce qu’ils en ont assez d’être spoliés.

Et je voudrais rappeler ici que la Démocratie Britannique a commencé en 1689 par le contrôle   des dépenses du Souverain par le Peuple. Et je crois avoir remarqué qu’un certain nombre de gilets jaunes veulent arriver à un résultat semblable et pour se faire réclament non seulement un audit des dépensés de l’état pour comprendre exactement où va leur argent mais aussi un référendum d’initiative citoyenne pour pouvoir voter sur la façon dont cet argent allait être dépensé dans le futur.

Tant il est certain qu’une grande partie du peuple de France est convaincu qu’il est l’objet d’un vol organisé, ce en quoi ils ont parfaitement raison.

Venons-en à l’analyse Friedmanienne.

Une partie gigantesque de la valeur ajoutée en France est allouée de fait par des gens qui ne l’ont pas créée, à des gens qui ne le méritent pas vraiment, dans un superbe mélange entre le point numéro trois et le point numéro quatre, sans que les autorités n’y trouvent rien à redire. Prenons un exemple : d’après les sources les plus sérieuses, la fraude à la Sécu coûte 14 milliards d’euro par an et les faits sont connus et confirmés par des rapports de la Cour des Comptes et de l’Inspection Générale de la Sécu, et ce depuis la présidence Sarkozy.

Et pourtant, rien n’a été fait depuis, ni sous Napoléon, ni sous Flanby, ni sous Jupiter. Il y a des gens qui volent 14 milliards d’euro à la communauté depuis des années et tout le monde s’en fout, personne n’agit et le pouvoir politique préfère augmenter le prix de l’énergie au détriment des non frondeurs pour continuer à boucher les trous.

Pourquoi ?

Trois raisons me viennent à l’esprit

  • Les courageux qui nous gouvernent ont peur que les fraudeurs ne soient d’un groupe ethnique diffèrent du reste de la population, ce qui pourrait gêner leurs politiques favorables à l’immigration.
  • Les mêmes ont peur que l’arrestation des fraudeurs ne déclenche des troubles dans certaines banlieues, ce qui nous ramène au problème bien connu des « territoires perdus de la République » qui sont peut -être perdus pour la République mais lui quand même coûtent très, très cher.
  • La troisième raison est de loin la plus grave : il n’est pas impossible que certains hommes politiques soient convaincus que cette fraude, dans la mesure où elle serait commise par ceux qu’ils pensent être les damnés de la terre soit légitime, un peu comme les juges du syndicat de la magistrature qui pensent que la victime est toujours coupable et le coupable toujours innocent. Et pour ces pervertis du cerveau, condamner le voleur, ce serait dans le fond reconnaître que la propriété privée doit être protégée, ce qui pour eux est une abomination.

Et si ça se passe dans la Sécu, cela doit se passer ailleurs et en particulier au niveau des administrations régionales et territoriales, et à une échelle très supérieure.

Je n’ai donc pas le moindre doute que cela se passe partout en France et que cette forme de corruption peut expliquer bien des résultats électoraux, que parfois je trouve étranges, ou des niveaux de vie que je trouve surprenants.

Ce qui nous amène à la philosophie de notre système fiscal qui, comme chacun le sait, ne cherche qu’à punir celui qui a réussi. Dans la parabole des talents, le Maître envoie en enfer le mauvais serviteur et donne son talent à celui qui a le mieux fait. Là ou l’on voit que le socialisme est proprement d’inspiration diabolique est dans le fait que nos systèmes fiscaux font exactement l’inverse. Ils enlèvent les talents à ceux qui ont bien travaillé pour les filer à celui qui n’a rien foutu, tout simplement parce que celui qui n’a rien foutu est un gros jaloux.

Conclusion

Nous sommes en plein dans une « inaptocratie », là laquelle j’avais consacré il y a longtemps l’une de ces chroniques, définie ainsi par un philosophe britannique :

“L’inaptocratie est un système de gouvernement où les moins capables de gouverner sont élus par les moins capables de produire et où les autres membres de la société les moins aptes à subvenir à eux-mêmes ou à réussir, sont récompensés par des biens et des services qui ont été payés par la confiscation de la richesse et du travail d’un nombre de producteurs en diminution continuelle.

(Cette définition avait été reprise par Jean d’Ormesson quelque temps après mon article, qui s’en était attribuée la paternité, ce qui m’avait déçu…)

Nous sommes donc régis par des ineptocrates au profit de bons à rien et voilà un diagnostic qui ne surprendra personne…

Heureusement et comme cela s’est souvent produit dans notre histoire, le peuple se lève et l’on peut espérer que « les moins capables de gouverner » vont être renvoyés à leurs chères études.

En fait, je suis surpris que personne ne fasse le rapprochement entre Solidarnosc en Pologne en 1988 et les Gilets Jaunes aujourd’hui tant les protagonistes et le scénario sont les mêmes.

Comme je le dis depuis son élection, dans le fond monsieur Macron est un nouveau Jaruzelski, placé là par les caciques de la mondialisation pour qu’ils puissent continuer à piller tranquillement notre pays. Or ce genre de Quisling affectionne généralement l’usage de la force et donc la force a été utilisée de façon démesurée contre des gens fondamentalement paisibles.

S’il veut que les français se fâchent vraiment, qu’il continue, le résultat est garanti et il lui faudra se réfugier en Grande-Bretagne, comme Napoléon III le fit en son temps.

Je ne doute pas d’ailleurs qu’il y trouvera un poste dans la City, pas rancunière pour un sou.

Auteur: Charles Gave Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l’IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

29 commentaires

  • Avatar Leveilleur

    C’est sûr que si Macron continu sur cette pente glissante le peuple va vraiment se fâcher.

    On ne peut pas demander au peuple qu’il accepte de se faire, rabaisser, racketter, violenter, ignorer, appauvrir indéfiniment sans qu’à un moment donné, la moutarde finisse par monter au nez, et tout ça pour en donner toujours plus à des gens sans morales qui n’ont pas l’ombre d’un remord à appauvrir les populations.

    Non monsieur Macron, abandonnez ce camp là, vous ne gagnerez pas en servant les pilleurs, les exploiteurs, les affameurs, les sans cœurs, les vampires….

    A un moment donné ça va devenir risqué. Il ne sert à rien d’essayer de raisonner une foule en colère qui souffre, c’est peine perdu et ce n’est pas admissible de continuer à servir des intérêts douteux et immoraux plutôt que le peuple qui vous a élu.

    Vous n’avez pas jaugé les conséquences de vos actes mais il est de votre responsabilité de ne pas continuer à minimiser les besoins des gens, les peuples d’en bas commencent à se révolter partout dans le monde contre ce système capitaliste, c’est une guerre des classes, une guerre des profits alors qu’il est plus que temps de laisser derrière soi cette vielle pensé égoïste pour s’ouvrir au partage.

    N’oubliez pas ces deux citations: « Ventre affamé n’a pas d’oreille ! » et « Un homme qui n’a rien, n’a rien à perdre ! ». En bon entendeur.

    • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

      en grèce cela a très bien marché ….malgré de violentes émeutes UE1 Peuple 0
      Après tout est une question de cibles… jouer avec les crs n’a et ne mènera jamais à rien … les noms d’une partie des responsables sont connus c’est avec eux qu’ils faut s’amuser leur montrer qu’ils sont atteignables où qu’ils soient

      • Avatar Montet

        Argh ! Prônerais-tu des attentats ciblés !!!
        Fé gaffe « WS » les ME sont sur écoute. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif
        Le mouton a quitté la bergerie, je répète, le mouton… https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

        • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

          j’ai parlé d’amusement … après je ne peux être responsable de ce que vous allez interpréter :) :) :)

          • Avatar Montet

            Belle réponse « WS ».
            Tu devrais faire avocate… mais peut-être que…
            Ne prends pas peur, je taquinais… t’inquiète ; je ne te dénoncerai pas… où alors sous les coups de tonfas https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

            • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

              t’es pas le premier à me dire que je devrais faire avocat (même un avocat me l’a dit https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif)
              après ne t’inquiètes ( non je ne l’ai pas mal pris ) j’ai écrit des choses bien pires que ça depuis que je suis sur le blog mais ayant un CAP d’humoriste ça m’autorise pas mal de chose … Après si les gens ne comprennent pas nom humour c’est peut-être pour cela que je n’ai que le CAP …. humoriste incompris https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif
              Après j’avoue j’ai oublié le smiley indicateur de blague … je suis parfois étourdi https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

        • Avatar engel

          Te rends-tu compte, que sur le ton de la plaisanterie, tu fais le boulot de ceux qui diabolisent les contestataires !https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

          Apostropher dans tous lieux, en tous milieux et en toutes circonstances, n’est pas du terrorisme.
          Envoyer des millions de lettres et e-mails(gratuit) pour inonder leurs boites, publiques et privées, n’est pas du terrorisme!
          … Bien au contraire, tout ceci est parfaitement légal.

          …Histoire de leurs rappeler sans menace et sans insulte:
          – Que nous savons qui sont les responsables.
          – Que rien n’est éternel.
          – Que l’union dans la revanche se profile.
          – Qu’avec internet, la dissimulation, l’oubli, l’effacement n’est plus une option.
          – Que le monde est devenu infiniment petit grace aux moyens modernes de communication/recherche actuels.
          – Que la justice à systématiquement brûlée, voir décapitée ses anciens maîtres, afin de mieux sauver ses propres fesses.
          – Que la providence est violemment facétieuse quand le peuple sans avenir se soulève.
          – Qu’aujourd’hui bourreau, demain victime.
          – Que l’histoire aime voir chuter les royaumes et les empires…

          Le doute engendre la confusion,
          la confusion engendre l’erreur,
          l’erreur engendre la chute.
          ..Et parfois, sans même passer par la case terreur(cas chute URSS).

          Par contre sans doute, jamais de changement !

          • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

            tout dépends de quels contestatires tu parles si c’est des GJ ça m’en touche une sans m’en faire bouger l’autre https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

            • Avatar engel

              Les GJ sont un ballon d’essai.
              …De qui étant une autre question. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

            • Avatar engel

              Certes, aujourd’hui.
              Mais soyons indulgents car Il faut apprendre avant de savoir.
              Et vu la programmation, il faut beaucoup de temps pour effacer des décennies de mensonges et de conditionnement.
              – Seulement maintenant ils commencent à comprendre leur désillusion…et à quoi ils se sont frottés.

              – Dés lors, vont-ils évoluer ou régresser, telle est la question.

  • bonjour

    très bon éclairage

    j’aime

  • Avatar wall

    Ce texte est une ode au libéralisme, au chacun pour sois et que les plus fragiles se démerdent.
    Non seulement ses exemples sont des faux (rapport sur la fraude a la sécu démenti par le rapporteur du sénat) mais quand je suis allé voir qui il était, on comprend naturellement.

    «  » Charles Gave commence sa carrière comme analyste financier dans une banque d’investissement française, la Banque de Suez.
    Il crée sa première entreprise en 1974, à 30 ans, spécialisée en recherche en allocation d’actifs. Avec Cegogest, il invente le métier du conseil en investissement en se spécialisant dans la recherche économique, plutôt que dans la gestion de fonds mettant en œuvre le fruit de cette recherche.
    En 1981, il part s’installer à Londres, au lendemain de l’élection de François Mitterrand «  »

    • Avatar engel

      Oui et alors ?
      – C’est pas bien la « réussite » ?
      – C’est pas bien d’être libre et d’aimer la liberté ?
      …y compris, de pouvoir disposer librement du fruit de son travail ?

      • Avatar wall

        Alors,

        – Ce qui est bien c’est la réussite de tous ou du moins du plus grand nombre, pas de quelques un au détriment des autres, non ?
        – Si le libéralisme était synonyme de liberté, comme l’autre j’écrirais son nom, mais tout aussi bien que moi tout le monde sais que ce n’est pas le cas, n’est ce pas ?
        – Si le travail était rémunéré a sa juste valeur, si les richesses produites étaient équitablement partagées tout le monde en disposerait de la façon que bon lui semble, mais il suffit de demander au salarié de chez Renault ou de Peugeot ou d’autres encore ce qu’il pense des grilles de salaire de l’entreprise, t’as bien une idée, non ?

        • Avatar predateur

          tiens t as raison d en parler ,j’cherche une voiture d occas ,ils ont la possibilité d en toucher pas cher et de les revendre ,j ‘suis amateur ….
          la réussite ça ne consiste pas à toucher du fric à ne rien faire ???

        • Avatar engel

          – Oui les ouvriers de Renault ne sont pas libres, puisque Renault est nationalisé (état français plus gros actionnaire) suivant la doctrine socialiste de partage. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif
          – Chacun est libre de devenir son propre maître, ou de s’enchaîner à un exploitant.
          Mais pour devenir libre, faut-il encore avoir le courage d’assumer les conséquences, si ça foire !

          • Avatar wall

            Faut se mettre a la page, l’état ne détient que 15% des actions de Renault. 85% sont détenus par des actionnaires ou des institutions financière, pas étonnant que les ouvriers soient enchainés.
            Je suis persuadé que tu as applaudis des 2 mains quand sarkozy a sortis de la mouise les 2 constructeurs automobiles en leur octroyant un prêt de 6,5 milliards d ‘euros en 2009, tu dois être de ceux qui prônent qu ‘on socialise les dettes des entreprises mais quand il s’agit de bénéfice, les gains sont toujours pour les mêmes.
            Quant a ton chacun est libre de devenir son propre maitre, t’ira raconter ça sur un rond point a quelques gilets jaunes qu’au lieu de revendiquer des hausses de salaire et du pouvoir d’achat supplémentaire, ils ont cas être libre et en assumer les conséquences.

            • Avatar engel

              Mais quelle bouillie d’arguments fantasmés sur ma personne.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
              …Un vrai chaudron d’inquisiteur.

              -Pour ta gouverne, j’ai voulu faire simple, pour simplet.
              Car effectivement Renault est « privatisé ».
              Et c’est pour cela que j’avais pris grand soin de préciser:
              – « l’état français est le plus gros actionnaire ».
              Car, conjugué avec un montage financier un peu trop complexe pour l’expliquer ici, c’est bien l’état, qui jusqu’à ce jour, fixe les règles de conduite à Renault.
              – C’est pas pour rien que le futur PDG de Renault doit être préalablement adoubé par le gouvernement, pour être élu à son nouveau poste.

              …Mais bon, le monde semble si simple pour toi.

              Signé: Un méchant.

              • Avatar wall

                Wow !! quelle finesse d’esprit narcissique.
                J’en reste la avec toi, j’ai pas pour habitude de perdre mon temps avec des gens qui disent tout et son contraire en seulement 2 interventions .
                Effectivement Renault est privatisé contrairement a ce que tu racontais juste un peu plus haut, l’état garde 15% du capital mais 22% de droit de vote.
                Mais rien a voir avec une entreprise publique.
                Quand tu veux simplifier pour les simplets évite de passer pour le premier d’entre eux.

                • Avatar engel

                  T’as toujours pas compris la finesse.
                  Libre à toi de penser que ma précision « (état français plus gros actionnaire) » était là pour le décor.

                  Pour le reste, je te dirai « va, si cela te rassure sur la haute estime de toi-même quand tu te compares. »

                  …Pour le reste de ton discours, c’est de la rhétorique d’enculeur de mouches.

                  Signé : Ton simplet.

  • Un peuple sans conscience politique est condamné à souffrir

  • a vos traducteurs. Cet article de humansarefree que je suis depuis longtemps a été traduit sur stop mensonge, mais comme je n’aime pas le site je mets l’origine.
    http://humansarefree.com/2017/09/nasa-accidentally-shows-evidence-of.html

    Ne passez pas a coté, vous avez une occasion d’avoir des infos toutes chaudes;

    Evidemment, les chemtrails n’existent pas, ce ne sont que des trainées de condensation.
    Debunkers ont attend vos commentaires et vos arguments de tres haut niveau scientifique.

  • Avatar hlm2018

    L’exemple de la sécurité sociale et des 14 milliards de fraude est, à mon avis, mal choisi car faux et démenti ( vérifiez).
    Par contre, effectivement, les gouvernements ne font pas grand chose pour récupérer les milliards de fraude fiscale…

  • en plus la fraude de la sécu est beaucoup plus plombée par le corps médical que par les particuliers…(vérifiez)https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif