Le 9 juin : Sortez les sortants ! 

Par Massimo Luce pour Nice-Provence-Info

Depuis de nombreuses années nous dénonçons dans nos colonnes le simulacre de démocratie dans lequel notre pays s’enfonce. Nous sommes dans un jeu de rôles où les fonctions sont subtilement distribuées : droite-gauche, majorité-opposition, syndicats, médias et journalistes, notamment. Ce simulacre n’a qu’un but : tenir les velléités du Peuple vers plus de liberté en l’étourdissant par ce spectacle.

En démocratie, la politique est l’art de faire croire au peuple qu’il gouverne.
Louis Latzarus (1878−1942), auteur et journaliste français

Ce n’est pas facile. Mais après deux siècles d’embrouilles, le Système piloté par une oligarchie aussi puissante que discrète, est bien rôdé et s’appuie sur un réseau solide de complicités : classe politique, médias subventionnés, syndicats subventionnés, artistes subventionnés, dirigeants salariés des grands groupes.

L’exercice central consiste à faire élire des personnes pré-sélectionnées car il faut :
• assurer le passage par les urnes qui fait croire au Peuple qu’il décide, mais par suite
• ne retenir que des candidats complices de la manœuvre qui simuleront leur rivalité.
Pour bien assurer l’opération, tous les moyens sont bons et aussi vieux que la république : listes électorales falsifiées, urnes pré-remplies, décomptages truqués à tous les niveaux, notamment au ministère de l’Intérieur. Grâce au « Progrès », toutes ces vieilles méthodes grossières sont remplacées par les machines à voter électroniques(1).

Peu à peu le Peuple s’est lassé de cette mise en scène

Depuis le temps qu’il se déplace aux urnes, rien ne se fait en sa faveur.

« Si voter servait à quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit »,
disait Coluche

Alors que faire ?

Nous exprimons régulièrement notre dépit dans ces colonnes(2) et invitons nos lectrices et lecteurs à ignorer cette simagrée(3).
Nous écrivions par exemple en juin 2022 : « Il faut voter » nous disent-ils. Mais quel culot !(4)

Et puis là, tout d’un coup, l’abstention est banalisée — donc encouragée — par la machine médiatique au service du Pouvoir oligarchique :

Le scénario mis en œuvre pour cette élection du 9 juin 2024 est le suivant :
• les électeurs de la liste macroniste Renaissance, elle même agrégat de MoDem et Horizons (que plus personne ne connait), sont en petit nombre ;
• le Pouvoir tente de masquer ce chiffre bas par le truchement des pourcentages : moins il y aura d’électeurs, plus élevé sera le pourcentage de la liste Macron ;
• les opposants sont invités à voter pour le Rassemblement National, puisque ce parti est à présent sous contrôle ;
• LFI est aussi une opposition factice sous contrôle ;
• les Français qui ne se reconnaissent dans aucun de ces partis institutionnels sont invités à s’abstenir, de sorte que les 100 % des votants se répartissent entre ces trois groupements.

S’il y a 50 % d’abstentions, les chiffres de ces partis seront doublés

Et le tour est joué. Au lieu de tenir le Pouvoir — démocratique — avec 6 % des inscrits, la macronie dira qu’elle atteint un score fort honorable de 12 %, arrondis à 15 %. La démocratie est donc sauve. Voilà ce que nos dirigeants non concoctent.

Cela ne doit pas se passer ainsi, comme « ils » nous le préparent.

Vous tous qui n’alliez pas voter jusqu’à présent, le 9 juin, préparez vous à aller voter !

Ne boudez pas ce scrutin ! Vous avez une possibilité de vous faire entendre.

Nous y reviendrons. Et nous vous dirons même pour qui voter, plus exactement pour qui NE PAS voter.

Massimo Luce

Nice-Provence-Info

Lire aussi;

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur contenu ou orientation.

Volti

3 Commentaires

  1. Il faut utiliser chaque levier dont on dispose; le vote en est un.

  2. Oui, je me précipiterait pour voter ! Vive l’UE, vive l’OTAN… T’as raison, mon gars, passe devant….

Laisser un commentaire