Pourquoi le secrétaire général de l’Otan visite-t-il les pays du Caucase du Sud ?

Le secrétaire général de l’OTAN, chercherait-il à pousser mémé dans les orties…. en short ?

Par Alexandre Lemoine pour Observateur-Continental

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a entamé une tournée dans le Caucase du Sud. Il a déjà visité l’Azerbaïdjan, est arrivé en Géorgie lundi et se rendra ensuite en Arménie. 

Selon M. Stoltenberg, l’Azerbaïdjan est un “partenaire de longue date de l’Otan” (le pays a participé, par exemple, aux opérations de l’Alliance au Kosovo et en Afghanistan). Le secrétaire général s’attend à “un renforcement ultérieur de ce partenariat”. Lors des pourparlers avec le président Ilham Aliyev, M. Stoltenberg a également abordé la sécurité énergétique, saluant le développement de liens plus étroits de l’Azerbaïdjan avec plusieurs pays de l’Otan à ce sujet. Il s’agit des approvisionnements en gaz. 

Avec le Premier ministre géorgien Irakli Garibachvili, le secrétaire général a discuté du processus d’intégration du pays dans l’Alliance. M. Garibachvili a assuré l’invité “de la loyauté et de la fiabilité” de la Géorgie en tant que partenaire de l’Otan. Cependant, le chef de l’Alliance a exigé de son hôte d'”agir davantage” contre la Russie. Une rencontre avec la présidente Salomé Zourabichvili est également prévue. La Géorgie est attirée par les perspectives d’adhésion à l’Alliance depuis plus de 15 ans, exigeant des réformes, mais le pays n’a pas encore reçu de plan d’action pour l’adhésion. Néanmoins, les militaires géorgiens ont déjà participé à plusieurs missions de l’Otan. 

Le Caucase du Sud lui-même intéresse principalement l’Otan uniquement en tant qu’instrument contre la Russie. 

L’Arménie sera le point final de la tournée de Stoltenberg. Ce pays a un plan de partenariat individuel avec l’Otan, selon lequel ses militaires mènent périodiquement des consultations avec l’Alliance sur les questions de sécurité régionale, l’élaboration de la doctrine militaire et même la planification budgétaire. Erevan parle de la volonté d’approfondir la coopération avec l’Otan, mais il n’y a pas encore eu de discussion sur l’adhésion à l’organisation. 

Auparavant, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a souligné que “Washington et Bruxelles persuadent les autorités arméniennes de quitter l’OTSC et d’intensifier la coopération avec l’Otan”. 

Ces dernières années, le Caucase du Sud dans son ensemble n’était pas au centre de l’attention de l’Alliance, mais les pays occidentaux, dans le cadre de leur politique antirusse, ne perdent pas la région de vue. La visite actuelle de Jens Stoltenberg pourrait être interprétée comme une collecte d’informations pour un rapport final avant qu’il ne quitte son poste de secrétaire général de l’Otan à l’automne 2024, et comme une préparation pour son successeur.

Alexandre Lemoine

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur contenu ou orientation.

Volti

5 Commentaires

  1. Combien de géorgiens ont participé au massacre du Maidan?
    Combien de géorgiens ont participé aux combats et sont morts au Donbass?
    la géorgie est une réserve d’abrutis prets a mourir pour l’Otan.

  2. Tout ce cirque, c’est pour faire comprendre à Erdogan que s’il joue au con avec le détroit des Dardanelles ( verrou dans le programme d’acheminement de troupes et de logistiques en direction de la base en cours d’établissement entre Constanja et Tulsea sur la côte roumaine de la Mer Noire….à 300km d’Odessa ) ils vont créer un nouveau front avec le prétexte du Haut Karabach et par voie de conséquences lui couper les trois voies d’acheminement en hydrocarbures dont un par voie ferrée. Ni plus ni moins.

  3. Qu’ils continuent à attiser les braises de la manière la plus hypocrite qui soit et ils sauront bientôt que la meilleure des plaisanteries est souvent la plus courte. Ils semblent minimiser la mise en garde de la Chine (dans dix ans la Chine sera une super puissance mondiale, si d’ici là l’humanité existera encore…sachant que les risques d’une guerre nucléaire irréversible est toujours possible avec pour cerise sur le gâteau : son hiver nucléaire…).
    Y’en a marre de ces individus qui ont décidé que la prochaine guerre serait en Europe, preuve qu’on a affaire à de fieffés rigolos !…

  4. Ce VRP de la finance khazare visite ces pays pour donner leurs pots-de-vin à chacun pour les corrompre bien sûr et devenir surtout un tremplin US pour déstabiliser la Russie.
    Une méthode de tordu qui n’a pas besoin d’explications trop importantes car elle a toujours été utilisée par les U.S.A. pour noyer un pays récalcitrant. L’achat des dirigeants et leur jetage à la poubelle lorsqu’ils ne les intéressent plus. La Chine est une observatrice de premier plan car bien sûr et elle le sait, elle sera elle-même sur la sellette dans le cadre inéluctable d’une mondialisation. Aussi doit-elle veiller au grain de son allié de circonstance commune la Russie qui a toujours respecté ses traités ce qui n’est pas le cas avec les occidentaux fielleux et maffieux et menteurs depuis des siècles.
    L’honneur et la probité ne semble pas être la tasse de thé de ses pays caucasiens qui se mettent sur une liste de pays prêts pour certains à exercer le siphonnage des subsides de la population européenne dont nous faisons malheureusement partie. Nos paysans sont les sacrifiés pour le projet.
    La population russophone a Poutine pour les sauvegarder autant qu’il le pourra. Nous, nous n’avons personne pour faire respecter nos propres intérêts supervisés par Washington D.C.

  5. Les relations entre l’Union européenne et la Géorgie ont commencé dès 1992, peu après la date de déclaration de retour à l’indépendance de cette dernière tout comme l’Ukraine 😉

Les commentaires sont clos.