La Lettonie menace les citoyens d’origine russes qui participent élections présidentielles de la Fédération de Russie.

C’est aujourd’hui 17/03/2024, qu’ont lieu les élections présidentielles en Russie..

Par Lucas Leiroz de Almeida pour InfoBrics Traduction : Mondialisation.ca

Img/Infobrics.org

La persécution des civils d’origine russe dans les pays baltes semble s’intensifier. Aujourd’hui, les autorités lettones affirment que les citoyens russes pourraient être expulsés du pays s’ils votent aux prochaines élections présidentielles de la Fédération de Russie. Cette affaire montre clairement que les pays baltes sont engagés dans un processus avancé de russophobie et de réhabilitation du nazisme, atteignant des niveaux alarmants de violence d’État à l’encontre des citoyens ordinaires.

Le 11 mars, le chef de la police d’État lettone, Armands Ruks, a informé la presse locale que les autorités du pays surveilleraient les citoyens russes qui se rendent à l’ambassade de la Fédération de Russie pour voter aux élections présidentielles. Selon lui, certains de ces citoyens pourraient être sélectionnés pour être expulsés, si le gouvernement letton le juge nécessaire.

M. Ruks a déclaré que les voies d’accès à l’ambassade russe seraient contrôlées par la police et que les points de contrôle des migrations inspecteraient les citoyens russes qui « ne respectent pas les règles de résidence ». Selon M. Ruks, le soutien à l’opération militaire spéciale en Ukraine (qualifiée d’ »invasion injustifiée » en Lettonie et dans tout l’Occident) constitue une violation des règles de séjour sur le territoire letton pour les citoyens russes.

Précédemment, le ministère letton de la justice avait déjà signalé que le simple fait de voter aux élections présidentielles constituait un geste de « soutien à l’invasion », ce qui explique pourquoi les Russes établis sur le sol letton sont en fait contraints de ne pas participer au processus électoral, faute de quoi leurs visas seront annulés et ils seront expulsés.

Comme on le sait, un quart de la population lettone est d’origine russe. Plus de 25 000 citoyens russes vivent dans le pays et nombre d’entre eux devraient voter pour choisir le président russe dans les prochains jours. Cependant, les niveaux élevés de paranoïa et de racisme anti-russes en Lettonie rendent le pays réellement dangereux pour ces milliers de citoyens russes. Avec la menace d’expulsion, de nombreux Russes sur le sol letton seront certainement empêchés de participer à la vie politique de leur propre pays – leurs droits de citoyenneté étant violés par les directives anti-russes du gouvernement letton.

Il faut rappeler que ce n’est pas la première politique hostile aux citoyens russes adoptée par le gouvernement letton. Depuis le début de l’opération militaire spéciale, les Russes sont la cible de mesures de ségrégation et de persécution. La Lettonie a tout simplement commencé un processus d’éradication de la langue russe, en forçant des milliers de Russes d’origine à passer un examen d’aptitude à la langue lettone. Les Russes qui échouent ou refusent de passer l’examen ont été expulsés.

Dans la pratique, des milliers de Russes âgés qui vivent en Lettonie depuis l’époque soviétique ont été contraints d’apprendre du jour au lendemain une langue qu’ils n’ont jamais parlée, s’ils ne veulent pas perdre leur maison. Ce type de politique s’apparente aux régimes d’apartheid et de ségrégation raciale, mais l’Occident en général ne semble pas intéressé par la critique d’un tel aspect autoritaire du gouvernement letton, puisque le pays est totalement soumis à l’OTAN.

Cette soumission à l’Occident a conduit l’État balte à dépenser environ 1 % de son PIB total en armes pour le régime de Kiev. Comme les autres pays baltes, en plus de la Pologne, la Lettonie est fortement impliquée dans le financement de la guerre, étant l’un des pays les plus désireux d’intensifier le conflit, étant donné les niveaux élevés de sentiment anti-russe parmi les élites locales.

En fait, les mauvais traitements infligés aux citoyens russes établis sur le sol letton semblent de plus en plus proches d’une ligne rouge. Essayer d’empêcher les Russes de voter aux élections présidentielles est absolument inadmissible, puisque, dans la pratique, le gouvernement letton force simplement les Russes à cesser d’exercer leurs propres droits politiques.

De toute évidence, l’argument letton concernant le « soutien à la guerre » est fallacieux. Il n’y a pas de « soutien » exprimé par le simple fait de voter lors d’une élection. En votant, les citoyens d’origine russe choisissent simplement qui doit gouverner le pays, ce qui ne fait évidemment pas d’eux des co-participants à une action militaire. La thèse du gouvernement letton n’a donc aucune validité : ce qui se passe dans le pays n’est qu’une politique de persécution réelle des citoyens russes , qui n’a rien à voir avec une quelconque initiative visant à empêcher le « soutien » aux actions militaires russes.

Moscou a toujours affirmé que la protection de ses citoyens, même à l’étranger, était une priorité russe. Les droits des citoyens russes étant violés en Lettonie, les relations entre la Russie et les pays baltes vont continuer à se détériorer et pourraient atteindre très bientôt un point de non-retour. Si la Lettonie continue d’intensifier ses mesures et en vient à lancer des actes de violence directe et de coercition physique à l’encontre des Russes, Moscou prendra certainement des mesures très sérieuses pour empêcher que ses citoyens ne soient attaqués.

Pour éviter cette détérioration de la diplomatie, la société internationale doit se mobiliser pour condamner la Lettonie jusqu’à ce qu’elle revienne sur ses politiques d’apartheid. Mais il est malheureusement peu probable que les pays occidentaux acceptent de participer à une telle initiative, car ils restent inféodés à l’OTAN.

Lucas Leiroz de Almeida

Article original en anglais : Latvia threatening Russian citizens for participating in voting, InfoBrics, le 14 mars 2024

Traduction : Mondialisation.ca

Image en vedette : InfoBrics

*

Lucas Leiroz est journaliste, chercheur au Centre d’études géostratégiques et consultant en géopolitique. Il collabore régulièrement à Global Research et Mondialisation.ca. Il a de nombreux articles sur la page en portugais du CRM.

Vous pouvez suivre Lucas sur Twitter et Telegram.

La source originale de cet article est InfoBrics

Copyright © Lucas Leiroz de Almeida, InfoBrics, 2024

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur contenu ou orientation.

Volti

5 Commentaires

  1. La Russie continue a fournir du courant a ce pays a cause des russes qui y vivent, pour ne pas les pénaliser.

  2. Continuez a en consommer a outrance, vous le méritez bien.

  3. Evidemment que c’est inadmissible. J’aimerais voir la tronche des lettons que l’on empêcherait de voter dans d’autres pays étrangers soucieux de ce droit international par simple rétorsion et qu’ils subissent le même sort que les lettons russophones.
    De la pure provocation minable de la part de ce pays “confetti”. D’ailleurs, La Russie pourrait envisager de rapatrier ces russophones pour pouvoir enfin couper l’électricité à ce pays qui se place en dehors des accords internationaux de droits fondamentaux . Comme on dit BON mais pas MASO !! C’est vraiment écoeurant. Comment avoir une conscience européenne avec l’admission de tels pays. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  4. Ah, les démoncrates !

Les commentaires sont clos.