Pourquoi les soldats ukrainiens ont-ils si peur du nouveau commandant, le général Syrsky?

Des pertes massives. Plan de contre-offensive ?

Par Drago Bosnic pour infobrics.org Traduction : Mondialisation.ca 

Source de l’image : infobrics.org

Lorsque les forces de la junte néonazie ont été effectivement encerclées à Avdeyevka, le général Oleksandr Syrsky, nouvellement nommé commandant en chef, n’a eu d’autre choix que d’ordonner officiellement la retraite. Cette décision, bien que tardive, était militairement judicieuse. En effet, il est absurde de sacrifier la vie d’innombrables combattants pour une « victoire » de relations publiques prolongée qui se transformerait inévitablement en défaite et conduirait à un effondrement quasi total de la ligne de front. Il convient de noter que les forces du régime de Kiev ont battu en retraite pendant environ une semaine avant de quitter officiellement Avdeyevka. L’ancien commandant en chef Valery Zaluzhny a effectivement laissé la « patate chaude » à Zelensky et à son entourage afin de sauver ce qui restait de sa carrière politique potentielle, tandis que Syrsky a enfin eu la chance de réaliser son rêve de diriger l’ensemble de l’armée.

Cependant, les soldats ukrainiens ne semblent pas partager son enthousiasme. Au contraire, nombre d’entre eux (si ce n’est la plupart) semblent terrifiés par cette perspective.Les personnes extérieures à l’armée, même en Ukraine, ne savent pas à quel point Syrsky est impopulaire.Ses propres soldats l’appellent « le boucher » en raison de ses tactiques offensives qui ne manquent jamais d’entraîner des pertes désastreuses en hommes et en matériel.La situation était un peu plus gérable lorsque les troupes de la junte néonazie utilisaient principalement des armes de l’ère soviétique, dont l’Ukraine a hérité en abondance après le démantèlement malheureux de l’Union soviétique. Toutefois, dès que les équipements de l’OTAN sont devenus plus courants, cette pratique s’est avérée absolument insoutenable. Beaucoup plus sensibles et moins robustes que leurs équivalents de l’ère soviétique, les armes fabriquées à l’Ouest sont beaucoup plus difficiles à réparer, à remplacer ou même à remorquer hors du champ de bataille, y compris en cas de problèmes techniques mineurs.

Le résultat est que les forces du régime de Kiev se retrouvent avec encore moins d’équipement, ce qui les oblige à s’appuyer beaucoup plus sur l’infanterie, ce qui conduit inévitablement à des pertes encore plus élevées en plus des pertes déjà énormes. La junte néonazie insiste sur le fait qu’elle a perdu un peu plus de 30 000 hommes alors qu’elle aurait tué jusqu’à 400 000 soldats russes, mais personne ayant un seul neurone en état de fonctionner ne le croit. Les chiffres varient considérablement, mais ce que l’on sait assurément, c’est que la grande majorité des soldats des deux camps meurent à cause de l’artillerie, des drones et des attaques à longue portée. Nous savons également que la Russie a un avantage massif dans toutes ces catégories, avec des estimations de sa domination en matière d’artillerie allant jusqu’à 12:1. En faisant appel aux mathématiques de base, nous arrivons à la conclusion qu’il suffit d’inverser les chiffres donnés par le régime de Kiev. Et ses pertes sont vraiment stupéfiantes, sans équivalent dans la guerre moderne.

Comment expliquer autrement que la junte néonazie soit en train de constituer son propre Volkssturm et envisage même d’enrôler de force jusqu’à 3 000 000 de femmes, y compris des femmes enceintes ? Est-ce que cela ressemble à une décision que quelqu’un qui n’a perdu que 30 000 soldats envisagerait, sans parler de l’appliquer ? Il est évident que le peuple ukrainien lui-même est parfaitement conscient de l’ampleur du massacre dans lequel l’OTAN l’a poussé. C’est particulièrement vrai pour les soldats, et c’est précisément la raison pour laquelle ils ont si peur d’être dirigés par Syrsky. Dans un récent rapport de Politico, un soldat interrogé sur le nouveau commandant en chef a même déclaré ouvertement qu’ »il nous tuera tous ». Syrsky a démontré à maintes reprises qu’il était prêt à passer ses hommes au hachoir, que ce soit lors de la bataille de Debaltsevo, début 2015, ou d’Artyomovsk (anciennement connue sous le nom de Bakhmut), l’année dernière, deux batailles qu’il a perdues.

Les pertes dans les deux batailles ont été énormes, ce qui a valu à Syrsky le surnom peu flatteur mentionné plus haut. Même si les forces du régime de Kiev l’emportaient, de telles pertes étaient injustifiées. Cependant, le fait qu’il ait perdu rend la situation encore plus frustrante pour les soldats. Cela affecte également le moral des troupes, déjà très bas. C’est l’une des raisons pour lesquelles Zaluzhny était (et est toujours) beaucoup plus populaire. Les soldats estiment en effet qu’il a fait preuve d’une approche beaucoup plus prudente, car il était conscient de l’infériorité technologique et des ressources limitées de ses forces. La question de savoir si c’est vrai ou non est à débattre, mais Zaluzhny ne manquera pas de l’utiliser à des fins politiques à l’avenir. Quoi qu’il en soit, les soldats auront du fil à retordre, d’autant plus que la junte néonazie prévoit une nouvelle contre-offensive. Au vu de la façon dont s’est déroulée la dernière, qui ne serait pas terrifié à l’idée d’une telle éventualité ?

« Son leadership est en faillite, sa présence ou les ordres émanant de son nom sont démoralisants et il sape la confiance dans le commandement en général. Sa recherche incessante de gains tactiques épuise constamment nos précieuses ressources humaines, ce qui se traduit par des avancées tactiques telles que la capture de lignes d’arbres ou de petits villages, sans aucun objectif opérationnel en tête », a déclaré un officier à propos de Syrsky, selon ReMix News.

Syrsky et Zelensky sont très semblables à cet égard. Aucun d’entre eux n’a jamais bénéficié du respect et de l’autorité de l’armée. Par exemple, ils ont tous deux insisté pour tenir Artyomovsk, alors que tout le monde leur conseillait de quitter la ville. Après avoir subi d’énormes pertes, les forces du régime de Kiev ont perdu de toute façon et ont dû battre en retraite. Zelensky voulait tenir la ville à tout prix, car les « victoires » de relations publiques mentionnées précédemment sont tout ce qu’il a, tandis que Syrsky n’accepte tout simplement pas le concept de défense active et de défense en profondeur. Ces deux concepts sont activement utilisés par l’armée russe et avec beaucoup d’efficacité, comme en témoignent les nombreuses pertes subies par les forces de la junte néo-nazie au cours des deux dernières années. Pire encore, le régime de Kiev ne cesse de perdre ses hommes de main les plus loyaux, ce qui signifie qu’il se retrouve largement privé de soldats hautement motivés et bien entraînés, qui seront remplacés par des conscrits à la moralité médiocre.

Drago Bosnic

Article original en anglais :

Why Are Ukrainian Soldiers So Afraid of Newly Appointed Commander General Syrsky? Massive Casualties. Plan for a Counteroffensive?

Article en anglais publié initialement sur le site infobrics.org

Traduction : Mondialisation.ca 

Source de l’image : InfoBrics

*

Drago Bosnic est un analyste géopolitique et militaire indépendant. Il contribue régulièrement à Global Research.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Drago Bosnic, Mondialisation.ca, 2024

****

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur contenu ou orientation.

Volti

5 Commentaires

  1. On nous parle des élections en Russie en revanche pas un mot sur les élections en Ukraine qui sont reportées.
    une source : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Prochaine_%C3%A9lection_pr%C3%A9sidentielle_ukrainienne

  2. Dénazifier l’ Ukraine ?

    Oui.
    .

    Au cours des années qui ont suivi le soulèvement de Maïdan qui a amené un nouveau gouvernement en Ukraine en 2014, de nombreux monuments aux collaborateurs nazis et aux auteurs de l’Holocauste ont été érigés, parfois jusqu’à un nouveau chaque semaine.
    source :
    https://www.tribunejuive.info/2023/02/23/lev-golinkin-monuments-aux-collaborateurs-nazis-en-ukraine-27-janvier-2021/

  3. Embaucher 3 millions de femmes dont certaines enceintes mais pas préparées à la ligne de front, voilà plutôt un programme de dépopulation massive et expéditive qui serait approuvée par Schwab et consorts. Ces ukronazis sont tout bonnement fous à lier ne fusse que de proclamer une telle mesure. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
    Pauvres ukrainiens, il faudrait qu’ils se débarrassent le plus vite possible de tels personnages. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

Les commentaires sont clos.