“C’est la première fois dans l’histoire qu’on se prive d’un tiers de notre énergie” Philippe Murer

On ne résoudra pas cette crise avec ceux qui l’ont créée. On va manquer de tout et, ce qui sera disponible sera hors de prix. L’état se mêle de tout en ubérisant la société. Nous n’en sortirons qu’en recréant de la richesse, des industries, des compétences, etc… Merci Arkébi

Pour illustration

Source France-Soir

« C’est un suicide économique européen » : Philippe Murer, économiste, spécialiste de l’environnement et de l’énergie, est sur notre plateau afin d’analyser les origines et les conséquences de la crise énergétique actuelle. Selon lui, « il est pratiquement certain qu’on aura des pénuries d’électricité longues de plusieurs jours en France ». Aussi, cette période sera synonyme de forte restrictions pour les populations européennes, selon l’économiste qui rappelle que nos dirigeants, par leurs décisions, parfois leurs absences de décisions, sont responsables de la situation actuelle : « Nos politiques ne savent pas résoudre les problèmes, car ils font de la communication, ils ne travaillent jamais dans le concret. »

Voir l’interview...

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur contenu ou orientation.

Volti

6 Commentaires

  1. Nous n’en sortirons qu’en recréant de la richesse, des industries, des compétences, ” Dixit

    – En résumé, en retravaillant dur comme le faisaient nos anciens.

    ..C’est pas gagnéhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif.

  2. Si vous imaginez que les pénuries d’électricité viendront seules…

    Les pénuries, on pourrait les gérer, faire avec, envisager comment arranger les choses, c’est pas vraiment quelque chose à craindre sauf pour les rares personnes dont la vie en dépend, les autres, on peut s’adapter même si c’est pas confortable.

    Le problème, c’est les émeutes qui vont venir avec. Sans électricité, pas d’alarmes, pas de caméras, pas de téléphone, pas de secours. Il y a 20 ans ça n’aurait sans doute pas été très grave, mais aujourd’hui…

Les commentaires sont clos.