Bye bye Kiev, bonjour la Côte d’Azur : Voici comment les élites corrompues d’Ukraine profitent des aides occidentales

Source Réseau-International

par Olga Sukharevskaya, ex-diplomate ukrainienne

Les fonctionnaires et les oligarques ont détourné une grande partie du soutien financier envoyé à Kiev.
Depuis le début de l’offensive militaire russe en Ukraine, les États-Unis, l’UE et leurs alliés ont fourni à Kiev une aide de 126 milliards de dollars, un nombre supérieur à la moitié du PIB du pays1. De plus, des millions d’Ukrainiens ont trouvé refuge dans l’UE, où ils ont reçu un logement, de la nourriture, des permis de travail et un soutien émotionnel. La portée est énorme, même selon les normes occidentales. 

Kiev fonde ses interminables demandes de financement sur l’effondrement de son économie, dû à la guerre, et sur son besoin de « résister à l’agression russe ». Mais l’aide parvient-elle à destination ?

Le bataillon monégasque

Alors que l’Ukraine a connu une mobilisation générale touchant tous les hommes de moins de 60 ans, de nombreux anciens et actuels hauts fonctionnaires, politiciens, hommes d’affaires et oligarques se sont réfugiés à l’étranger, principalement dans l’UE.

La fuite massive des élites ukrainiennes a commencé avant même le conflit armé. Le 14 février 2022, 37 députés de la faction parlementaire du président ukrainien (Serviteur du peuple) ont soudainement disparu. Si les députés n’avaient pas été interdits de quitter le pays dès le lendemain, d’autres les auraient certainement rejoints. Pendant ce temps, les anciens fonctionnaires et oligarques jouissaient d’une plus grande liberté de mouvement. Selon le journal italien La Repubblica, 20 avions d’affaires ont décollé de l’aéroport Boryspol de Kiev le 14 également.

Les magnats étaient en tête de file. L’entrepreneur et député Vadim Novinsky, les hommes d’affaires Vasily Khmelnitsky et Vadim Stolar, Vadim Nesterenko et Andrey Stavnitzer ont tous quitté le pays sur des vols charters. Le politicien millionnaire Igor Abramovich a réservé un vol privé pour l’Autriche pour 50 personnes – emmenant à bord des parents, des partenaires commerciaux et d’autres membres du parti. Les oligarques ont volé de Kiev à Nice, Munich, Vienne, Chypre et d’autres destinations de l’UE. Un autre groupe d’hommes d’affaires a décollé d’Odessa dans des avions privés. Le propriétaire de Vostok Bank est parti pour Israël, tandis que le chef du groupe Transship s’est envolé pour Limassol. Un ancien gouverneur de la région d’Odessa, Vladimir Nemirovsky de Stalkanat, a également quitté le pays.

À l’été et au début de l’automne 2022, Ukrainska Pravda a préparé plusieurs documentaires d’investigation sur des milliardaires et des fonctionnaires ukrainiens aptes au service, repérés en vacances sur la Côte d’Azur pendant la guerre. Un film au titre ironique « Le Bataillon de Monaco » montre des oligarques ukrainiens se reposant dans leurs villas, manoirs et sur des yachts. Dans la première partie, nous voyons l’homme d’affaires Konstantin Zhevago, qui figure sur la liste des personnes recherchées par Interpol, se détendre sur son yacht privé d’une valeur de 70 millions de dollars. Le yacht orne le littoral de la Côte d’Azur alors que la famille de Zhevago débarque. On peut voir l’entrepreneur de Kharkov, Alexander Yaroslavsky, qui a promis de vendre son yacht et de transférer les fonds pour la restauration de Kharkov, naviguer à ses côtés.

Les journalistes d’Ukrainska Pravda ont également aperçu les frères Surkis en France, qui louent actuellement des appartements d’une valeur de 2 millions d’euros par an. Pendant ce temps, une Bentley de 300 000 $ appartenant à l’homme d’affaires ukrainien Vadim Ermolaev a été repérée près du casino de Monaco, et Eduard Kohan, le co-fondateur d’Euroenergotrade, a été vu dans l’un des hôtels chics de Monte Carlo.

Toute une colonie d’oligarques ukrainiens a apparemment élu domicile dans la commune française d’élite de Cap-Ferrat. Le promoteur immobilier Vadim Solar, les oligarques Dmitry Firtash, Vitaly Khomutynnik et Sergey Lovochkin font partie de ceux qui profitent de la grande vie au milieu de la guerre. La villa du Cap-Ferrat appartenant autrefois au roi Léopold II de Belgique a été achetée par le plus riche oligarque ukrainien Rinat Akhmetov. Ses voisins sont Alexander Davtyan, président du groupe d’investissement DAD LLC, et Vladislav Gelzin, ancien député du conseil régional de Donetsk.

Comme le soulignent à plusieurs reprises les créateurs du film, les députés et les hommes d’affaires des factions parlementaires « pro-russes » ont quitté le pays pendant la guerre. Pourtant, de nombreux partisans actifs du gouvernement actuel préfèrent également défendre leur patrie depuis l’étranger où il fait bon vivre.

Ukrainska Pravda a réussi à interviewer Andrey Kholodov, un député du parti Serviteur du peuple de Vladimir Zelensky, depuis sa résidence actuelle à Vienne (Autriche). La capitale autrichienne a également été choisie par le nationaliste Nikita Poturaev et par Sergey Melnichuk, un ancien chef du bataillon Aidar connu pour les crimes de guerre rapportés par Amnesty International. L’ancien chef de la Cour constitutionnelle d’Ukraine, Alexander Tupitsky, 59 ans, et l’ex-procureur général d’Ukraine Ruslan Ryaboshapka, 45 ans, ont également préféré « se battre » dans les « tranchées » étrangères.

Les membres du parlement ukrainien ne sont pas pressés d’adopter des lois d’une importance vitale pour le pays en temps de guerre. Selon la chaîne Telegram, Volyn News, au 11 mars, plus de 20 députés étaient partis à l’étranger pour des raisons non précisées. La géographie est vaste : Grande-Bretagne, Pologne, Qatar, Espagne, France, Autriche, Roumanie, Hongrie, Émirats arabes unis, Moldavie, Israël, etc. En mars, le bureau du procureur général d’Ukraine a lancé une enquête sur les agissements de six parlementaires qui sont restés à l’étranger.

Apparemment, ni la guerre ni la punition ne peuvent inciter les législateurs ukrainiens au travail. Seuls 99 députés sur 450 ont assisté à la séance du Parlement du 20 juillet. Les autres ont été vraisemblablement occupés par l’été sur  la Côte d’Azur, les Maldives et par les yachts… Quant à la défense de l’Ukraine elle-même, laissez le soin aux volontaires étrangers, dit-on.

Où vont l’aide militaire et humanitaire ?

Certains bienfaiteurs occidentaux ont récemment remarqué que la plupart de l’aide militaire et humanitaire n’atteint jamais l’armée ukrainienne ou les citoyens ordinaires.

Dans un documentaire original, CBS a rapporté qu’environ 70% de l’aide militaire n’a pas réussi à parvenir aux bénéficiaires prévus et que les pays donateurs sont souvent incapables de contrôler sa destination finale. Selon les créateurs du rapport, certaines des armes sont vendues sur le marché noir. Comme l’a dit le vétéran du Corps des Marines des États-Unis, Andy Milburn : « Je peux vous dire sans conteste que dans les unités de première ligne, ces choses n’arrivent pas là. Drones, Switchblades, IFAK, gilets pare-balles, casques, etc. »

Grayzone écrit que les armes et l’aide humanitaire fournies par l’Occident à l’armée ukrainienne sont volées en cours de route et n’atteignent jamais les soldats. Dans le même temps, les députés ukrainiens se sont récemment accordés une augmentation de salaire de 70%. L’auteur de l’article affirme que des milliards de dollars des États-Unis et de l’UE ont été détournés.

Un soldat ukrainien nommé Ivan a déclaré aux journalistes que les fonds occidentaux n’atteignaient jamais le front : « Imaginez l’effet que cela ferait si vous dites à un soldat américain que nous utilisons nos voitures personnelles pendant la guerre, et que nous payons les réparations et le carburant. Nous achetons nos propres gilets pare-balles et casques. Nous n’avons pas d’outils d’observation ni de caméras, donc les soldats doivent sortir la tête pour voir ce qui se passe, ce qui signifie qu’à tout moment, une roquette ou un char peut leur arracher la tête. »

Samantha Morris, médecin des États-Unis, a attiré l’attention sur le vol de fournitures médicales et la corruption générale : « Le médecin responsable de la base militaire de Soumy a commandé des fournitures médicales pour l’armée à différents moments, et il a  constaté que 15 camions de ravitaillement ont complètement disparu », a-t-elle déclaré. Les médecins n’ont même pas pu organiser de cours pour les assistants médicaux jusqu’à ce qu’un ami du gouverneur de la région de Sumy intervienne.

CNN a parlé à un colonel américain à la retraite qui a déclaré que les troupes ukrainiennes manquaient de ravitaillement. Les armes légères, le matériel médical, les hôpitaux de campagne et bien d’autres sont sous le contrôle d’organisations privées, plus soucieuses de voler de l’argent que de sauver la vie de leurs compatriotes.

Comme Stephen Myers, ancien membre du Comité consultatif sur la politique économique internationale du département d’État américain, a insisté : « Il n’y a pas grand-chose pour empêcher un commandant de terrain de détourner une partie de l’équipement vers des acheteurs, comme les Russes, les Chinois, les Iraniens ou les qui que ce soit, tout en affirmant que le matériel et les armes ont été détruits… »

Des milliers de tonnes d’aide humanitaire sont volées. En septembre, le Bureau national de lutte contre la corruption d’Ukraine (NABU) a prouvé que le chef du bureau du président, Andrey Yermak, son adjoint Kirill Timochenko, le chef du parti Serviteur du peuple, David Arakhamiya, et son ami Vemir Davityan étaient à l’origine du vol à grande échelle d’aide humanitaire dans la région de Zaporijia. Les responsables de Zaporijia, Starukh, Nekrasova, Sherbina et Kurtev, n’ont effectué que superficiellement la tâche de distribuer l’aide. En six mois, ils ont volé de 22 conteneurs maritimes, 389 wagons et 220 camions. L’aide humanitaire a été vendue dans ATB et Selpo, des supermarchés appartenant respectivement à Gennady Butkevich et Vladimir Kostelman. Bien sûr, Timochenko, Nekrasova et Davityan sont tous devenus des « réfugiés » et ont trouvé asile à Vienne.

Certes, tout le monde n’est pas en fuite. Andrey Yarmolsky, l’ancien chef adjoint scandaleux de l’administration régionale de Volyn – accusé d’avoir volé de l’aide humanitaire, fourni des gilets pare-balles défectueux et déplacé illégalement des hommes hors du pays – a été promu. Il travaille maintenant pour le Conseil national de sécurité et de défense !

Des fournitures médicales sont également volées. Le Telegraph rapporte que « certaines des fournitures données se sont ensuite retrouvées sur les étagères des pharmacies des hôpitaux : tarifées et mises en vente ». Les agents de santé se sont appropriés les médicaments, les bandages et lematériel médical pour les revendre aux patients pour lesquels ils étaient censés être gratuits, indique l’article.

Une histoire similaire a été racontée par le docteur susmentionné, le Dr Morris : « J’ai reçu un appel d’une infirmière d’un hôpital militaire à Dnipro. Elle a dit que la présidente de l’hôpital avait volé tous les analgésiques pour les revendre, et que les soldats blessés qui y étaient soignés n’avaient aucun soulagement de la douleur. Elle nous a suppliés de lui livrer en main propre des analgésiques. Elle a dit qu’elle les cacherait à la présidente de l’hôpital pour qu’ils atteignent les soldats. Mais à qui pouvez-vous faire confiance ? La présidente de l’hôpital volait-elle vraiment les médicaments, ou cette infirmière essayait-elle de nous escroquer pour qu’on lui donne des analgésiques à vendre ou à utiliser ? Qui sait. Tout le monde ment dans ce pays. »

Guerre pour les uns, Gucci pour les autres

D’énormes flux de trésorerie en provenance des pays occidentaux sont continuellement utilisés par des fonctionnaires ukrainiens corrompus à des fins d’enrichissement personnel et pour acquérir des produits de luxe.

Pour prendre un autre exemple, en mai 2022, les pays occidentaux ont supprimé les droits de douane pour l’Ukraine. En une semaine, plus de 14 000 voitures particulières ont été importées dans le pays. Comme l’a commenté le sous-ministre des infrastructures, Mustafa Nayem, « Considérant que nous sommes un pays en guerre, nos partenaires en Pologne, en Slovaquie et en Roumanie ont été assez surpris par cette mise à niveau rapide de notre flotte de véhicules. »

Au fur et à mesure qu’ils achètent des vêtements de luxe et des voitures, les voleurs prennent également soin de retirer des capitaux d’Ukraine.

Selon le Bureau de la sécurité économique de l’Ukraine, il manque au budget de l’Ukraine 4,5 milliards d’UAH de taxes des agro-commerçants : « En août-septembre 2022, près de 12 millions de tonnes de céréales et d’huile estimées à 137 milliards d’UAH ont été exportées via le territoire douanier d’Ukraine. Parmi celles-ci, près de 4 millions de tonnes ont été exportées par de fausses sociétés n’existant que sur papier ». De plus, « la plupart des entreprises non résidentes vers lesquelles le grain est exporté sont à haut risque et font l’objet d’enquêtes criminelles ». Est-ce l’« accord sur les céréales » que la communauté mondiale applaudit activement ? Il semble que les fraudeurs ukrainiens corrompent non seulement leur propre pays, mais également des États étrangers. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Lorsque les frères Surkis ont quitté l’Ukraine, ils ont emporté 17 millions de dollars avec eux. Mais ce n’est qu’une bagatelle par rapport aux « héros de l’Euromaïdan ». Selon l’ancien député du peuple ukrainien Oleg Tsarev, après le déclenchement des hostilités, les principaux politiciens ukrainiens ont envoyé leur capital et leurs familles à l’étranger.

Il mentionne que les parents et les proches de Zelensky et de sa femme ont tous quitté le pays. Son prédécesseur, l’ancien président Piotr Porochenko, a transféré non seulement ses enfants mais aussi environ un milliard de dollars américains en espèces vers le Royaume-Uni.

Il en va de même pour d’autres hauts responsables ukrainiens : l’ancien ministre de l’intérieur Arsen Avakov, le chef du bureau du président, Andrey Yermak, le deuxième président de l’Ukraine, Leonid Kuchma, l’ancien Premier ministre Arseny Yatseniuk, et bien d’autres ont tous pris leur des familles et des fortunes, estimées à environ un milliard de dollars, hors du pays. Et cela sans parler des nombreux oligarques politiquement affiliés.

Les escrocs de petite taille peuvent également « rejoindre individuellement à l’UE »Un système de corruption permet aux hommes en âge de servir de quitter le pays. Selon Izvestia, les frais pour cela se situent actuellement entre 8000 $ et 10 000 $. Les médias ukrainiens signalent également activement les personnes qui paient pour traverser la frontière.

***

La sympathie des Occidentaux envers un pays en guerre est compréhensible. Mais alors que certains pays font tout leur possible pour aider l’Ukraine – même s’ils sont eux-mêmes confrontés à une crise économique – des responsables ukrainiens corrompus utilisent les fonds pour amasser des fortunes personnelles et vivre la grande vie dans des complexes hôteliers de luxe. Et tout cela aux dépens des contribuables de l’Ouest, qui sont les vrais « dindons de la farce ».

En 2015, Arseny Yatseniuk, en quittant le poste de Premier ministre, a déclaré ouvertement qu’il était devenu milliardaire. Il reste à voir combien de nouveaux magnats ukrainiens super riches – nourris par l’aide militaire étrangère – apparaîtront en Occident d’ici la fin du conflit.

source : RT Russia via La Cause du Peuple

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

5 Commentaires

  1. ces néonazis savent que la france , est le pays le plus corrompu d’europe , alors ils se sentent en pays amis !!

  2. Les dindons de la farce ? Nous ? Ah boonnn … https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
    Je suppose que nous le valons bien après tout…
    Je suis sûre que, si une guerre éclatait sur le sol français, nos oligarques chéris feraient certainement la même chose. On peut tout se permettre quand on a le fric.

    • Et dans un futur proche…
      les pédophiles u-grainiens ce bronzant a la cote Nazyr…
      sur fond d’arrivage de bus connectés plein d’enfants
      pour alimenter les distributeurs automatiques connectés
      pour pédos affamés…

      ah la la…la la…le « progrés » hein !
      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  3. Ah ce bon français,
    brave indigène de souche castré/hystérectomisé qui aime à se soumettre pour peu que l’on sache le culpabiliser.

    Le comble,
    il se voit supérieur par sa « grandeur d’âme », quand en vérité il n’est qu’un larbin pitoyablement dupé.

Les commentaires sont clos.