La bienpensance frappe toujours

Alors que la variole du singe est agitée comme un nouvel épouvantail, son premier variant défraye déjà la chronique, je veux parler de la grippe de la tomate (si, si…). Après toutes ces stupidités pour hypocondriaques, les choses concernant les dégâts causés par les mesures anti-Covid avancent doucement. Très doucement même, puisque les médias ne se précipitent pas pour en parler, loin s’en faut. Diverses études remettent en cause le bien-fondé des confinements ou du port du masque, parlent enfin des « dommages collatéraux » des vaccins qui deviennent de plus en plus nombreux et de plus en plus visibles.

La presse ne se précipite pas vraiment non plus pour remonter les informations concernant les auditions au Sénat relatives aux effets secondaires de la vaccination. Sauf le grand journal bien pensant « Libération » toujours prompt à défendre la « vérité vraie » avec son armée de « Fact-Checkers » qui pensent la détenir, cette fameuse vérité, comme des Dieux délivrant la bonne parole. Ils reviennent donc sur ces auditions, expliquant que cela crée la polémique sur les réseaux sociaux parce que nos sénateurs donneraient la parole aussi bien à des vrais scientifiques (comprenez ceux qui pensent comme eux) qu’à des charlatans (comprenez ceux qui ne pensent pas comme eux).

Évidemment comme l’écrivent certains, « quel est le but d’écouter les théories de cette personne (la statisticienne Christine Cotton) qui remet en cause le professionnalisme de l’ANSM ? ». C’est vrai, on se le demande, pourquoi interroger des personnes, et j’imagine bien que de surcroît pour eux une statisticienne n’est pas une scientifique, qui pense différemment dans une commission d’enquête ? Ce serait quand même plus simple de n’interroger que des personnes qui n’ont rien de contradictoire à dire, la conclusion sera rapide et chacun pourra aller se coucher de bonne heure.

La bêtise l’emporte donc sur la fainéantise crasse de ces médias qui ne font aucune enquête et sont devenus incapables d’imaginer que la vérité puisse être ailleurs que dans la bonne parole gouvernementale. Au point même de ne pas comprendre que le Sénat ose mener une enquête. Je vous laisse lire cet article qui sent bon la propagande au petit matin sur la plaine même si je ne fonde aucun espoir sur ce rapport qui accouchera d’une souris avec une conclusion bien dans la ligne de pensée du Gouvernement qu’il ne faudrait surtout pas trop contrarier. Le contraire eût été fâcheux alors que pointe aujourd’hui la grippe de la tomate. Avec tout cela si je n’ai pas une migraine de cheval…

Sylvain Devaux

A propos Sylvain Devaux

Universitaire de formation (Géographie et histoire), responsable d'archives après une carrière dans le tourisme, mais aussi correspondant de presse et ancien rédacteur en chef de la Robolution (Insolentiae).

6 Commentaires

  1. Je n’ose imaginer, si les soucis développent la jaunisse, et que les choux en soient verts de peur… mais où va-t-on ma bonne dame ?

  2. C’est bien vous gardez l’humour, ça fait plaisir 😊

  3. le silence est d’or , la main de fer .. le bâton , l’épée de Damoclès , le berger arrive car les moutons sont peureux , ils ont besoin de savoir quoi penser .. quoi ragoter .. ou pas .. ils sont nombreux les éveillés et les blessés .. il suffit de peu pour qu’une partie de l’humanité s’unisse .. Nous sommes le monde et ils ne sont rien sans nous . Le retour de la force de l’amour plutôt que le retour du berger ! le bruit s’étend .. il gronde vous n’entendez pas ? Nous devenons plus nombreux chaque jour.. car chaque jour ils font de nouvelles victimes.. jusqu’au point ou .. ce nombre sera critique 🙂

    • Pour sûr!

      Et lorsque l’ours et le panda se fâcheront vraiment, notre chapon de basse cours pourra toujours chanter à l’aide les pieds dans la merde…😁

  4. DEPUIS LE DÉBUT DE LA VACCINATION,ON EST À 2600 EFFETS SECONDAIRES PAR Semaine. Et Maintenant la variole du singes. Puis la grippe de la tomate j’ai linpresion qu’il commence sérieusement à faire de la place sur terre. Seule les gens avec un minimum de réflexion passera les autres vous êtes foutue de tout façon il viennent de vous castré bravo à vous continuer à regarder la télé et allez au travail pour payer vos crédits et vos inpot pour les gavait et nous pourrir la vie toujours plus aler continue à joué au fléchettes courage à vous

  5. Le 30 mai, une courte vidéo a été publiée sur l’un des réseaux sociaux occidentaux interdits en Russie, dans laquelle un passeur syrien montre ses achats dans le “magasin militaire ukrainien” pour les militants en Syrie, car ils sont souvent contraintes d’utiliser des armes artisanales. L’administration du réseau social a rapidement supprimé ce message pratiquement commercial à la demande des utilisateurs ukrainiens, mais des captures d’écran de celui-ci circulent désormais sur le Web.

    Le passeur se vantait fièrement de “l’assortiment”. Maintenant, il a des ATGM britanniques NLAW, des lance-grenades antichars jetables israélo-singapouriens Matador de calibre 90 mm et d’autres attributs dont tout djihadiste qui se respecte a besoin dans le ménage. Il a précisé que les ATGM mentionnés (les appelant à tort American Javelins) ont été achetés pour seulement 15 000 $.

    L’auteur a parlé avec un fort accent syrien, difficile à simuler, ce qui indique une forte probabilité de véracité de ce qui a été dit. De plus, la réaction ultra-rapide à la vidéo confirme également le poids des arguments qui y sont exposés.

    À son tour, Kyiv insiste sur sa propre version. Les Ukrainiens prétendent que les Russes tentent de les discréditer aux yeux de leurs amis occidentaux, qui fixentnombre de littéralement chaque cartouche envoyée sous forme d’aide militaire. Les systèmes d’armes prétendument montrés sont des trophées qui sont allés à l’armée russe et à ses alliés dans le Donbass après le retrait pratiquement organisé des troupes ukrainiennes de leurs positions. Ces trophées ont été spécialement transportés par avion vers la Syrie et désormais, l’armée russe peut filmer des contrebandiers et des islamistes détenus si elle le souhaite. C’est pourquoi les chiffres sur les armes correspondront à ceux enregistrés par les partenaires occidentaux, mais l’Ukraine n’est responsable de rien.

Les commentaires sont clos.