Trudeau, Merkel et Poutine à l’école de Klaus Schwab. La preuve en vidéo.

Par Vincent Held via LHK

President Putin with World Economic Forum President Klaus Schwab during a forum meeting in Moscow.
Klaus Schwab et Vladimir Poutine au cours d’une rencontre à Moscou en 2003 (Source : Kremlin.ru)

Commentaire de LHK:

Voilà une information qui émerge sur les réseaux sociaux depuis quelques jours, et qui m’a totalement scotchée. Klaus Schwab a formé nombre de gouvernants actuels.

Je vous remets l’article sur le sujet qui date de avril 2021. A l’époque, nous avions découvert avec stupéfaction M Macron en ancien young leader.

Vincent propose de remettre ces dernières informations dans le contexte des tensions géopolitiques qui défraient de plus en plus la chronique.

Tous les travaux de ce site démontrent que les États-Nations disparaissent avec le processus de globalisation. TOUS sans exception.

Bref, tout ceci commence à ressembler à un vaste jeu de rôle. Grandeur nature.

LHK

Klaus Schwab : la géopolitique au service de la Grande Réinitialisation économique et monétaire – Vincent Held

Dans une vidéo méconnue datée de 2017, le chef d’orchestre autoproclamé du désormais fameux ‘Great Reset’ s’était vanté « d’infiltrer » (!) activement les cabinets gouvernementaux français, argentin et canadien, à travers son célèbre et vaste réseau des Young Global Leaders :

« Ce dont nous [le Forum mondial de Davos] sommes vraiment fiers – quand on prend des gens comme le premier ministre Trudeau, le président de l’Argentine, etc. – c’est qu’on pénètre dans les cabinets [gouvernementaux]. Hier j’étais à une réception du premier ministre Trudeau et la moitié de ce cabinet – voire même plus – sont des Young Global Leaders du World Economic Forum. C’est pareil en Argentine et c’est pareil en France maintenant avec le président [Emmanuel Macron]. »

Une vidéo détonante datée de 2017 et qui, au moment où nous écrivons ces lignes, n’affiche toujours que quelque 785 vues au compteur !

A ce tableau de chasse déjà bien garni, l’on pourrait aussi ajouter en passant l’ex-chancelier autrichien Sebastian Kurz, l’actuel première ministre néo-zélandaise Jacinta Ardern, ou encore son homologue finlandaise Sanna Marin, tous passés par la case « Young Leaders ». Mais comme vous l’aurez peut-être remarqué en visionnant la vidéo ci-dessus, le Prof. Schwab avait alors des révélations autrement plus spectaculaires à faire aux étudiants d’Harvard :

« Quand je vous parle de gens comme Mme Merkel – et même Vladimir Poutine, etc. – ils ont tous été Young Global Leaders du World Economic Forum !« 

Source : ‘Le temps de la grande remise à zéro’, WEF, juin 2020

D’après le Prof. Schwab, le très-redouté « maître du Kremlin » aurait ainsi été purement et simplement recruté par ses soins ! Une affirmation stupéfiante, dont l’inamovible président russe n’aura de toute évidence pas pris ombrage, celui-ci ayant continué d’être accueilli par Klaus Schwab à Davos depuis lors – et réciproquement (idem pour Angela Merkel, d’ailleurs).

Depuis quelques années, le Forum aura reçu tous les chefs d’État des acteurs géopolitiques qui comptent aujourd’hui. De Recep Tayyep Erdogan (2005, 2009, 2014), Vladimir Poutine (2003, 2009, 2021) et Joe Biden (2016, 2017) à Xi Jinping (2017, 2021, 2022) en passant par Donald Trump (2018, 2020), Emmanuel Macron (2018, 2021), Angela Merkel (2015, 2018, 2019, 2020, 2021), Olaf Scholz (2022), Jean-Claude Junker (2016, 2017, 2018) – ou encore Ursula von der Leyen (2019, 2020, 2021, 2022). Sans compter la fidèle Christine Lagarde, qui avait été la première à annoncer dès 2014 le lancement de la ‘Grande Réinitialisation’… et ce à Davos, précisément !

Étant donné la proximité avérée du Forum de Davos en général et de Klaus Schwab en particulier avec les dirigeants des principales puissances économiques et militaires mondiales, pourrait-on alors imaginer que des secousses géopolitiques plus ou moins prévisibles soient exploitées – pour ne pas dire intégrées – à la ‘Grande Réinitialisation’ économique et monétaire en cours ?

Dans une vidéo réalisée en août dernier avec mon camarade Bernard-Antoine Rouffaer, nous avions évoqué l’hypothèse d’une destruction de nos systèmes monétaires à travers une raréfaction des ressources énergétiques. Un scénario qui, en ce qui concerne l’Europe du moins, pourrait être en train de commencer à prendre corps…

Alors que les prix du gaz européen flambent de façon parfaitement inédite, l’insouciance stupéfiante de l’Allemagne, dont les réserves atteignent pourtant des niveaux historiquement bas, laisse augurer de quelques difficultés prochaines. Sans parler de la rhétorique invraisemblable de ses dirigeants vis-à-vis de la Russie – pays certes peu amène, mais vis-à-vis duquel les industries – et les foyers ! – germaniques n’entretiennent pas moins une bien pesante dépendance énergétique...

Tout comme le Royaume-Uni depuis le Brexit, la Suisse ne bénéficie pas de la solidarité européenne en matière énergétique. Solidarité qui pourrait d’ailleurs être mise à rude épreuve même au sein de l’Union en cas de coup dur, comme le soulignait l’agence Bloomberg en octobre 2021 déjà…

La destruction-refondation de nos systèmes monétaires pourrait ainsi passer par des perturbations majeures de nos circuits d’approvisionnement énergétiques. Au-delà de la crise ukrainienne, à quels soubresauts de politique internationale (ne) faut-il alors (pas) s’attendre dans les prochains mois ?

Nous n’en sommes peut-être qu’au début de nos surprises.

Vincent Held

Par Vincent Held, auteur du Crépuscule de la Banque nationale suisse, d’Après la crise, d’Une civilisation en crise et d’Asservissement, Éd. Réorganisation du Monde, janvier 2021.


Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

19 commentaires

  • Demeter

    schwab, attali et les autres, rappelez moi de quelle obedience ils sont deja??? Et on ose encore les defendre??? Quelle bande d’enculés!!!

  • Poutine s’est bien entretenu avec schwab et aussi avec Rothschild.
    De meme il s’est entretenu avec le patron de Total et avec d’autres personne du meme acabit.
    Il parle meme avec ses ennemis. ne pas les rencontrer est la plus grande erreur à ne pas commetre.

  • Marsi

    Non sans blague! Si on crois que des gens intéressés veulent instaurer un nouvel ordre mondial (enfin à ce stade ce n’est même plus une croyance puisqu’ils ne s’en cachent plus!), pourquoi s’étonner de savoir que les chefs d’états sont approchés pour être convertis? Pourquoi s’étonner de savoir que la plupart des élites sont déjà converties à la solde du N.O.M.? Que croyez-vous qu’ils ont fait ces dernières décennies? Ils sont passe d’arriver à leurs fins, c’est un peu tard pour s’indigner et s’étonner!

  • Sully-Morlandimus

    Davos est dans les deux camps. Donc la foi en un homme politique déconnecté de cette réalité là relève de l’idiotie.

  • beeh

    Vous avez déjà oublié le discours du Président V. Poutine il y a quelques années. « La Russie n’est pas contre le Nouvel Ordre Mondial. Nous sommes d’accord d’y participer, mais il ne se fera pas sans nous ».

    C’est inéluctable. Le NWO est déjà là. On n’en est qu’au début…

    • engel

      Oui c’est vrai il a bien dit cela.
      MAIS ce que vous n’avez pas saisi, bien qu’il l’ait bien précisé dans ce même discours.
      Tout comme la Chine, il est pour la construction d’un Nouvel-Ordre-Mondiale-MULTIPOLAIRE ».https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

      En clair, avec son N.O.M.M, il s’oppose frontalement à l’hégémonie mondialo-satano-bancaire dite N.O.M.

      …Et depuis il n’a de cesse de le répéter.

      • Sully-Morlandimus

        Des nèfles, le NOM s’en sert comme ils se sont déjà servi de l’Adolf.
        Et le bougre il marche, du moins c’est l’impression qu’il semble vouloir donner, après il n’est pas exclus qu’il ait compris la manœuvre et qu’il se la joue finnote….

        • engel

          La Chine fait de même.

          – Il faut bien comprendre que tous jouent pour dominer le monde, mais tous veulent faire parti des gagnants.
          Oui mais voilà, le « patriarche » ne veut pas partager le butin final. …Alors voilà, la famille va s’entretuer.

        • engel

          Poutine a parfaitement compris, mais il est obligé de composer avec sa « 5°colone » très très puissante.
          Il n’y a qu’à voir qui détient la banque, la presse (même Rt ou spoutnikhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif), l’outil industriel, etc…
          …Il joue sur du velours depuis plus de vingt ans.

          • Poutine, c’est vraiment le seul homme politique digne de ce nom, ça on ne peut pas le nier.

            • engel

              – Oui, parce qu’il compose* avec les forces de la « 5° colonne ». Que le peuple, les militaires et les cocos aimeraient voir disparaître.
              – De plus, connaissant trop bien le prix payé lors de la seconde guerre mondiale par son pays, il n’a pas envi de laisser l’image de celui qui précipita la Russie dans la 3° ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

              *) Ne pas le faire aurait-été suicidaire.
              sans oublier que c’est Eltsine lui même, qui le désigna comme son successeur légitime.

    • C »est Pierre Hillard qui en parle le mieux

    • Euh fervent croyant…. Il croit surtout en nordstream. C’est un chef d’Etat pragmatique et intelligent, sa foi passe au second plan. Par contre tu as raison pour le wokisme même si la Russie s’est quand même bien américanisée depuis la fin de l’URSS.

      • engel

        Ne le connaissant pas personnellement, je ne peux juger de sa foi.
        Par contre, je peux affirmer qu’il a bien compris l’intérêt politique qu’il pouvait tirer en réintroduisant l’église orthodoxe au cœur même du Kremlin.
        Un de ses premiers chantiers qu’il s’était fixé fut la restauration de toutes les églises orthodoxes en Russie, mais aussi, de par le monde.

        • Je ne le connais pas personnellement non plus, dommage. En suivant son parcours, on peut voir que son pragmatisme est le plus fort. Ce n’est pas un croyant inconditionnel, un fanatique.