Nouvelles preuves du ralentissement du Gulf Stream

J’ai modifié le titre, le terme « arrêt « ne semblant pas approprié à la lecture de l’article. Le Gulf-Stream ralenti, son arrêt (et les conséquences dramatiques inhérentes, bien que redoutées), n’est pour l’instant pas effectif.

Titre original : Nouvelles preuves de l’arrêt du Gulf Stream

Source Observateur-Continental

Les scientifiques prédisent une catastrophe climatique globale, une période glaciaire. Au moins pour les Etats-Unis et l’Europe du Nord. 

Les pires pronostics semblent se réaliser: le Gulf Stream, le courant océanique qui apporte de la chaleur en Europe et en Amérique du Nord, ralentit effectivement. Et il pourrait s’arrêter complètement. Des symptômes alarmants du cataclysme qui s’avance ont été découverts par le climatologue Niklas Boers, qui représente trois organisations scientifiques: l’Université libre de Berlin (département de mathématiques et d’informatique), l’Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique et l’Université d’Exeter (département de mathématiques, Global Systems Institute). 

Les résultats cités par le chercheur allemand dans la revue scientifique Nature Climate Change indiquent que la situation se déstabilise non seulement dans le Gulf Stream mais également dans toute la circulation méridienne de retournement atlantique (AMOC), qui englobe plusieurs courants, dont le Gulf Stream. Ce puissant courant, des centaines de fois plus puissant que l’Amazonie, transporte chaque seconde des millions de mètres cubes d’eau de l’équateur vers le nord est dans le sens inverse. Initialement chauffée dans le golfe du Mexique elle « chauffe » l’Europe et l’Amérique du Nord. L’eau refroidie près des pôles plonge en profondeur et revient dans la zone équatoriale. Elle y est de nouveau réchauffée, remonte à la surface et repart en direction des pôles. Et à présent cette circulation est sur le point de devenir instable, voire provoquer une crise. 

Niklas Boers a énuméré huit indicateurs principaux de l’état de l’Atlantique montrant qu’une catastrophe approche. Il a déterminé qu’ils ont commencé à empirer il y a près de cent ans, à peu près à partir de 1880. Autrement dit, bien avant le réchauffement actuel généralement accusé de l’impact négatif sur le Gulf Stream, estimant qu’il est principalement ralenti par l’eau douce de la fonte des glaciers en Groenland et en Arctique. 

En d’autres termes, la cause des changements qui s’opèrent sous les yeux de l’humanité ne résiderait pas seulement dans le réchauffement climatique. Le chercheur allemand n’a pas encore compris la raison concrète, mais a appelé, au cas où, à réduire les émissions des gaz à effet de serre qui réchauffent l’atmosphère. La dynamique du processus n’est pas non plus claire. Il est impossible pour l’instant à dire quand la situation deviendra très néfaste. 

En même temps, Niklas Boers a confirmé les craintes de ses collègues effectuant des recherches similaires. Et d’ajouter que la situation actuelle dans l’Atlantique rappelle celle qui, il y a 2,5 millions d’années, a conduit à une période glaciaire. 

Les recherches de Niklas Boers ont été évoquées par le site Science Alert. Mais que prédisent d’autres climatologues? Ils s’attendent également à une nouvelle période glaciaire.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

9 commentaires

  • Simsi

    C’est marrant, ça fait près de 20 ans que nous avons penser que nous étions à l’aube d’un mini âge glacière.
    En tous cas, ici, depuis 12/2020, il pleut quasi sans arrêt.

  • engel

    Bien sûr, rien à voir avec la catastrophe dans le golf du Mexique.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Explosion_de_Deepwater_Horizon *

    Avec son(ses) milliard(s) de litres de pétrole lourds qui tapissèrent et « lubrifièrent » le fond de l’océan… en un point crucial pour le Gulf-stream.

    – Qu’ils aient déstabilisé l’équilibre des couches d’eau-chaudes/eau froides glissant une sur l’autre, est plus qu’envisageable, mais incorrect politiquement .

    *) « Deep-water » : la mort de l’eau.
    Joli nom pour une plate-forme de forage!
    …Pourquoi (là encore) ai-je l’impression qu’on se fout de ma gueule, mais d’une force. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

    • Mario

      Bonjour engel …

      Bien sûr, à l’origine de l’accident c’est l’homme, mais des ‘déversement’ de la sorte et peut-être même encore pire se sont déjà produit, même avant la venue de la race humaine.

      C’est quand même un produit naturel, à la base :)

      • neitsabes

        Un produit naturel profondément enfoui, qui n’a aucune chance de remonter à la surface sans action de l’homme ou catastrophe monstrueuse.

        • Mario

          Bonjour neitsabes …

          Ce que vous dites est probablement non-fondé.

          1er – À plusieurs endroits dans le monde, le pétrole brut affleure à la surface(Texas, Moyen-orient, etc.), et c’est ainsi qu’il a été découvert, à ma connaissance.

          2e – Les plaques tectoniques se déplace et se repousse l’une-l’autre, soit en surface ou en profondeur. La surface se retrouve en profondeur et vice-versa en 200 000 ans, si ma mémoire est bonne.

          Dans le Golfe du Mexique, à ma connaissance, une bonne partie du déversement a été ‘digérée’, entre autres, par une forme de vie probablement prévu par cette même nature pour perpétuer les nombreux cycles de notre planète.

      • engel

        https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
        « La bombe atomique et ses effets sont naturels puisque l’uranium est naturel. »

        Ça aussi tu valides ?

        Vu que là aussi, tu en trouveras qui affleure en Afrique. Et même que parfois, il y a corium naturel…

        • Mario

          Rebonjour engel …

          Je parlais du déversement de la plate-forme pétrolière(du brut ici il me semble), pas de sa transformation, souvent chimique.

          Des produits toxiques ont aussi été utilisé pour combattre le déversement, ce qui était pire que la ‘maladie’ d’après-moi !

          Le problème, n’est pas son utilisation(pétrole) – comme un outil – mais sa mauvaise utilisation.
          D’ailleurs, si déversement ‘naturel’ il y a déjà eu avant l’arrivé de l’Homme, du pétrole qui brûle aussi il y en a eu.

          Pour l’uranium, on verra! Certains pays semblent avoir réussi le parie.

  • Sully-Morlandimus

    Conséquence parmi d’autres d’une inversion des pôles. De là à anticiper sur une glaciation du style d’un Würm III, faut raison garder. Le Sahara va reverdir, youpi ! ça sera notre nouvel eldorado agricole.
    Le Groenland va redevenir « Groen(en) »…re youpi
    On va faire comme nos ancêtres, on va devoir migrer vers des contrées plus hospitalières….
    Ici on plantera des forêts…. ça va assainir l’atmosphère.
    Positivons, que diable !

    • engel

      – Le Groenland (la terre verdoyante) et le Sahara verdoyant date de moins de 10.000ans.
      Grâce aux roches ferrugineuses volcaniques solidifiées, les cherches ont mis en évidence qu’aucune variation importantes n’a affecté les axes des pôles terrestre, qu’il soit magnétique ou géographique pendant cette période.
      La cause est donc à chercher ailleurs.