Michel Onfray, ce résistant « de panurge » dont toutes les dictatures raffolent

Le « pro avortement et pro mariage gay » Michel Onfray (les deux pierres angulaires de la déchristianisation éthique, hein…) a passé la totalité de sa vie médiatique à « pourrir » et à essayer de discréditer l’Église catholique. En cela, il se situe pleinement dans la mouvance habituelle du politiquement correct le plus niais et le plus réflexif. Il est un déconstructeur comme les autres. Un énième « bouffeurs de curés », c’est tout. C’est pourquoi, le voir maintenant « se vendre » comme un  pourfendeur de la pensée unique et un défenseur de la France éternelle, donne envie de vomir.

 

Mais tout cela, au fond, n’est pas si important. L’important en revanche, est qu’il y a des catholiques assez naïfs pour le croire. Quand Monsieur Onfray dénonce la dictature du politiquement-correct, c’est un peu à titre de comparaison, comme si un nazi dénonçait l’antisémitisme. Oui, nous entrons ici dans la quadrature du cercle qu’aucun grand écart intellectuel ne pourra surmonter. À ce jeu, Onfray finira par se déchirer par le milieu.

 

En réalité, Monsieur Onfray (certes, il n’est pas le seul à être dans ce cas) ayant réalisé qu’avec l’explosion des réseaux sociaux, il ne suffisait plus de vomir sur les catholiques et voir des fascistes de partout pour être crédible et vendre des livres, essaye désespérément d’éviter le ridicule en prenant le train « de l’anti politiquement correct » (sic) en marche. Pitoyable bouffon…et pitoyables pauvres C…, ceux qui le croient…Je rappelle que le Seigneur a dit « heureux les cœurs purs » et non pas « heureux les naïfs qui gobent tout et qui ainsi par le truchement d’un faux amour et d’une fausse bienveillance qui ne reposent pas sur la vérité, finissent par donner raison au diable »

 

Que Monsieur Onfray se mette maintenant à ramper devant l’autel de la fakenews corona, est au fond dans la logique des choses. Ce qui est étonnant, c’est que certains s’en étonnent… Michel Onfray est, in fine, ce merveilleux « rebelle placebo » dont toutes bonnes dictatures raffolent. C’est que les faux rebelles, par leur effet soupapes de sécurité « cocotte-minute » (en canalisant l’énergie de la résistance dans des voies sans issues) empêchent la vraie rébellion de s’organiser.

Son hypocrisie n’a d’égale que la bêtise des Français qui le croient.

 

Jean-Pierre Aussant, auteur catholique

 

 

**La Tribune Libre est l’espace de libre expression des abonnés des ME. Son contenu n’engage pas le site des ME.**

Les commentaires et les articles sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation

5 commentaires

Laisser un commentaire